Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 [Forêt] Affronter le monde. [Octavie Serge / Ellen Morris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: [Forêt] Affronter le monde. [Octavie Serge / Ellen Morris]   Mar 12 Juil - 3:10

C'était en cette belle après-midi qu'Ellen était sortie pour se balader. Ces temps-ci, la jeune femme était beaucoup restée enfermée chez elle. Depuis que ses vacances avaient commencées, elle s'était renfermée plus que ce n'était déjà le cas. Ce n'était pas qu'elle refusait de s'ouvrir au monde extérieur, ou bien même de faire connaissance avec qui que ce soit, seulement qu'elle ne savait pas comment s'y prendre. Sortir tard dans la nuit, aller faire la fête avec d'autres étudiants, ce n'était clairement pas sa tasse de thé. Non, la blonde préférait bien rester dans son lit à lire de multiples romans plutôt que de s'amuser à la manière de nombreux autres jeunes. C'était un peu sa façon à elle de s'amuser. Elle se perdait alors dans cette immense imagination, se perdant à de folles rêveries. C'était un moyen de s'échapper, de s'enfuir loin de tout. Le monde n'était pas si horrible, et sa vie était loin d'être mauvaise, mais elle rêvait souvent d'une meilleure.

Marchant sous le doux soleil, la jeune femme ne pouvait que constater que l'été était bel et bien présent. Les températures s'étaient bien réchauffées, et ce n'était pas pour lui déplaire. Par conséquent, elle avait laissé les nombreuses couches de vêtements dans son placard. En cette après-midi, Ellen était vêtue d'un short en jean bleu clair et d'un simple t-shirt blanc, légèrement trop grand pour elle. Ah, les vêtements trop larges, qu'est-ce que cela pouvait être confortable. Elle n'allait bientôt plus pouvoir s'en passer. C'était une question de confort, et en cette chaleur, ne pas porter un tissu trop près du corps, c'était agréable. Puis, elle n'avait pas besoin de faire de grands efforts vestimentaires, sachant qu'elle était seulement sortie pour se promener en forêt.

Ah, cette forêt. Qu'est-ce qu'elle pouvait être plaisante à observer. C'était tout bonnement, et certainement la millième fois qu'elle s'y rendait pour trouver un peu de calme. C'était son Refuge, l'endroit où elle se sentait bien. L'air y était d'ailleurs plus doux, grâce à l'ombre que produisait les arbres, et le calme était simplement magique. La blonde n'aimait pas réellement le bruit. Cela l'empêchait de se concentrer et de se perdre à ses rêves. Cela l'empêchait également de trouver le sommeil, et Dieu sait à quel point Ellen aime dormir. C'est une de ses activités préférées, même si elle ne se souvenait pas de ses rêves à chaque réveil. C'était tant pis, elle pouvait se les imaginer. Malheureusement, la jeune femme se levait tôt, et ce tous les matins. « L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », disait-on. Alors elle retenait cette phrase là, dans un coin de sa tête. Cela la motivait, au fond. Ses journées n'étaient certainement pas rythmées par des événements exceptionnels, mais elle était heureuse ainsi. Son quotidien lui plaisait bien. Elle avait au moins la possibilité de se reposer.

Devant elle, marchait une jeune femme. Oh, de dos elle ne pouvait pas définir son âge. Mais cela lui importait peu. Ellen se perdit alors à lui imaginer une vie. Ce fut d'abord un prénom, qui lui traversa l'esprit. Et si elle s'appelait Lucy ? C'était un joli prénom, Lucy. Les cheveux courts de cette femme, ses vêtements, tout lui allait bien. C'est alors qu'Ellen commença à secrètement lui inventer une vie. Une famille, peut-être. Une histoire, digne des plus belle. Une jolie enfance, comme chacun pourrait l'espérer. Malheureusement, ce n'était peut-être pas celle Lucy avait eu. Enfin, Lucy. L'étudiante ne connaissait pas son réel prénom, mais pour le moment, dans sa tête, c'était Lucy. Elle se répétait un nombre incalculable de fois ce prénom dans sa tête, alors qu'un léger sourire étirait ses lèvres.

Elle revint cependant très vite à la réalité, entendant quelque chose tomber. Un téléphone, à quelques pas d'elle. Il semblait s'être échappé de la poche de Lucy. Il fallut un moment à la jeune femme pour réagir. Elle se précipita alors pour ramasser le bien de celle qui semblait ne pas l'avoir remarqué, un peu craintive. Elle allait devoir le lui rendre, et cela coulait de source, même pour elle. Mais qui sait, peut-être que Lucy allait penser qu'elle le lui avait volé ? Non, Ellen préférait bien penser que cette femme était d'une douceur infini. Cela la faisait sourire, au moins. Elle se pressa pour rejoindre la jeune femme, posant sa main sur son épaule pour l'arrêter. Ce geste fut d'une douceur extrême, comme à son habitude. Elle détestait brusquer les gens.

« - Je ne veux pas vous déranger mais… vous avez perdu votre téléphone en chemin. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Forêt] Affronter le monde. [Octavie Serge / Ellen Morris]   Mar 16 Aoû - 23:54

Les beaux jours étaient revenus, en même temps que les vacances scolaires, dont bénéficiait Octavie grâce à son poste de professeur. Elle en profitait donc pour se promener, faire du shopping ou tout simplement flâner chez elle. Mais les journées devenaient vite longues, surtout qu’elle était souvent seule, Antonio et Tom travaillant. Alors elle essayait de s’occuper comme elle pouvait. Elle avait fait plusieurs séances de shopping, certains matins elle allait courir, elle se rendait à la piscine ou elle profitait de la campagne environnante. C’est d’ailleurs ce pour quoi elle avait opté en cet après-midi. Il faisait chaud, mais ce n’était pas aussi étouffant que d’autres jours, ce qui était plus agréable.

L’ombre créée par les arbres, tout le long du sentier de terre, était agréable. Plus bas, se trouvait un petit ruisseau, presque à sec par cette chaleur. Et les grands chênes centenaires gardaient cette fraîcheur si précieuse. Mais par ce temps, peu de personnes ne se promenaient dans le coin, préférant leur domicile. Ce sentier, Octavie l’empruntait régulièrement ces derniers temps. Elle aimait le calme qui y régnait, où les seuls bruits présents étaient le chant des oiseaux, le son d’un lapin qui détale ou d’un lézard qui se cache dans un buisson à l’entente de ses pas.

Jamais, dans des moments pareil, elle n’écoutait de la musique ou consultait son téléphone, qui était éteint et rangé dans la poche de son combishort fleuri. Mais sa poche n’étant pas assez grande, son téléphone finit vite par terre, lors d’un mouvement trop rapide. Ne s’en étant pas rendu compte, elle continua son chemin, observant le décor de chaque côté. Rêvant de sa campagne natale, qui lui manquait. Tout comme ses parents. Jamais elle n’avait essayé de reprendre contact, pour leur dire ce qu’elle devenait ou ce qu’elle était. En réalité, elle avait peur qu’ils l’aient oubliée, occultés de leurs esprits, comme si ils n’avaient jamais eu de fille. Ou alors qu’elle n’arrive pas à les retrouver. Alors, elle préférait faire comme si ils n’avaient jamais existés.

Une voix, derrière elle, et une main posée sur son épaule la fit se retourner. Ce contact, qu’elle n’avait pas prévu, la fit trembler. Octavie avait encore du mal à contrôler son pouvoir, ce qui l’obligea à fermer les yeux pour l’apaiser. Quand le contact était anticipé, rien ne se passait, mais elle avait peur de ce qui allait se produire. Se produire dans sa tête, le cas contraire. Intérieurement, elle se battait contre son pouvoir même si, en façade, elle paraissait calme et impassible. Pourtant, la jeune blonde face à elle avait effectué son geste avec douceur, elle l’avait ressenti. Alors, doucement, elle repoussa la main de la jeune femme et fit un petit sourire avant de regarder ce qu’elle lui tendait. L’objet noir reflétait la lumière du jour. Son téléphone. Qui ne tarda pas à rejoindre sa poche. Un sourire s’étira sur ses lèvres roses. La jeune femme aurait très bien pu partir avec, ou le laisser sur place, mais non, elle lui avait rendu. Ce qui était rare de nos jours. Les personnes honnêtes disparaissaient se faisaient de moins en moins nombreuses. Et sans les exceptions, le monde ne serait composé que de voleurs.

- Merci beaucoup, je sais pas ce que j’aurais fait sans vous. Souffla-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas

Fondateur

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : Marié à Namu <3
Féminin Messages : 81
Points : 2147483480
Date de naissance : 23/04/1998
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 19
Localisation : En train de promener son poulpe domestique


MessageSujet: Re: [Forêt] Affronter le monde. [Octavie Serge / Ellen Morris]   Mer 21 Sep - 14:39

Fermé pour inactivité.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣
Eheh.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://refuge-rpg.forumactif.org
 
[Forêt] Affronter le monde. [Octavie Serge / Ellen Morris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pains, croissants et petite monnaie. [Antonio DiGonzales / Octavie Serge]
» Il suffit d'un instant pour que ta vie entier vole en éclats. [MinHo Park/Octavie Serge]
» Il paraît que je suis trop fragile pour affronter le monde extérieur ... | Pv. Orphée
» Les bons comptes font les bons amis [Octavie Serge / Zack Evans]
» “La littérature est le chant du cœur du peuple et le peuple est l'âme de la littérature.” [ Ellen Morris & Alice Eldhwen ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: