Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 54
Points : 7
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22
avatar
Célébrité
EunJi Hoseok
MessageSujet: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Ven 29 Avr - 15:17

Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens. La vie serait-elle une couleur fade, étant difficile à avaler dans les temps les plus communs de celle-ci. Alors, de temps à autre, lorsque l’envie nous en vient, on rend le quotidien plus joyeux, ou encore plus désastreux. On y invente, on y créé, des instants qui peuvent être encrés au plus profond de nous, comme des instants qui peuvent être oubliés en quelques simples temps. On accroche des personne à notre cœur, pour ensuite les relâcher comme-ci elles n’avaient eu d’existence, ou encore, on le les lâche pas, les serrant un peu plus dans nos bras.
Mais quelques fois, tout se mélange dans nos têtes, rien n’est plus à sa place. Alors on faisait semblait de prier, sans pour autant que la croyance d’un Dieu se faisait à nos yeux. Alors on criait, à s’en casser la voix, sans que personne ne puisse nous remarquer. Mais plus rien n’a plus vraiment de sens, lorsque notre vie prend un autre chemin. Alors on s’accroche à ce dernier fil du passé, mélancolique était-il lorsque l’on y repensait. Rien ni personne pour autant ne pouvait le détruire, ne pouvait le brûler pour ainsi ruiner tout ce qu’une personne avait pût construire lors de sa vie passée.
A des moments, on se dit que tout cela n’est qu’un jeu, et que tout peut être contrôlé, alors on oublie, essayant par n’importe quel moyen d’effacer les erreurs qui nous ronge la peau.

Tous ces évènements n’étaient que la triste réalité du coréen aux cheveux désormais à la couleur de sang. L’abandon de sa famille, l’abandon de son jeune frère pourtant retrouvé au bout de ces cinq années passées loin de cet être qui lui était cher. Il y avait aussi les coups d’un soir, les cuites à s’en retrouver mort le lendemain, un baiser avec sa meilleure amie, les voitures, du moins, la voiture brûlée, le rap à s’en casser la voix, la danse à s’en épuiser les jambes, la littérature à s’en exploser les neurones. Il y avait l’amour, de passage, celui qu’on oublie en une soirée, mais il y avait celui qui vous en est un doux et agréable poison, celui qui vous glace le sang lorsque vous le regarder en face de vous, mais qui vous réconforte lorsqu’il est partagé. Il y avait l’amitié à s’en foutre sur la gueule, à vous faire rire à en avoir des barres dans le ventre, et il y a celle à vous en rendre furie, mais qui pourtant vous apporte beaucoup.

Alors de temps à autre, lors de ces soirées habituelles et monotones, celles où il avait besoin de cette solitude, lui qui paraissait si joyeux de vivre, celles où son frère n’était pas à la maison, celle où son meilleur ami n’était que de sorties, et celles où il avouait à son jeune compagnon de ne pas s’inquiéter pour lui, il traînait. Il traînait dans les rues, avec seule compagnie, son ombre, et la musique. La musique qu’il voulait faire sa vie, juste elle. La seule qui, dans ces moments de mélancolie, pouvait le rendre un peu plus fort. Ce bol d’air frais était bien plus reposant, lorsqu’il s’agissait de tous ces souvenirs qui affluaient dans sa mémoire. Étaient-ils bienfaisants, ou malfaisants, pour le Sorcier ? Telle était la question qui conjuguait sa vie avec l’ignorance.

L’ascenseur n’était sûrement pas la meilleure solution pour lui dégourdir un peu plus les jambes, alors il avait pris les escaliers. Le sport ne lui faisait aucun mal, bien loin de cela. C’était une tout autre façon, pour lui, de s’évader. Il n’en était pas plus fan, mais il ne détestait pas non plus cela. Alors, oui, ce soir-là, il avait pris les escaliers. Mais cette hésitation, à, au final, rendre visite à son meilleur ami, son voisin, et à la limite son frère, lui avait traversé l’esprit. Il ne serait pas franchement fier si son jeune frère, ou encore son compagnon, le voyaient dans un état d’ivresse. Alors il s’était abstenu, préférant bien plus être sage, ce soir-là.

Une fois de retour dans son appartement, après passé sa soirée à traîner n’importe où, ne s’était pas fait voir, n’ayant donné aucune nouvelle, il espérait que le cadet était, lui, rentré à l’heure imposée, et qu’il dormait à poing fermé. Alors après avoir verrouillé la porte de l’appartement, et de s’être débarrassé de son manteau ainsi que de ses chaussures et de son sac à dos, il décida simplement de ne pas allumer la lumière, et de ne surtout pas faire de bruits, juste pour veiller au bon sommeil du jeune blond. Et bien sûr, fidèle habitué de cette légère tradition, il avait enlevé son t-shirt, l’ayant lancé sur le canapé. Il n’était pas particulièrement nudiste, mettant toujours un boxer, ou encore un jean, la plupart du temps troué, mais il était le feu à lui-même, alors il aimait, de temps à autre, ressentir de la fraîcheur sur sa peau, comme en cette soirée.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


The King:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Aimer ne signifie plus rien.
Féminin Messages : 74
Points : 14
Date de naissance : 24/12/1994
Date d'inscription : 20/09/2014
Age : 22
avatar

Hyun-Ae Choe
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Sam 30 Avr - 15:42

C'était une soirée des plus banales, où l'adolescente n'avait guère d'occupations. Aujourd'hui n'avait pas été un de ces jours de repos qu'elle s'était accordé, non. Elle avait décidé d'assister aux cours, durant toute la journée. Bien évidemment, elle n'avait pût s'empêcher de gribouiller sur ses cahiers, de dessiner. Hyun-Ae devait se reprendre en main, elle en était consciente. Alors elle avait décidé de commencer maintenant, même si elle n'était pas certaine que cela allait durer. Elle pouvait toujours dire qu'elle faisait des efforts, même si ceux-ci n'étaient pas grandioses. C'était quand même quelque chose, pour elle qui habituellement se foutait de tout. L'école ne l'avait jamais vraiment intéressé, elle savait qu'elle ne risquait pas d'avoir un bon métier plus tard. Mais le plus important pour elle était de ne pas tripler cette année là, de ne pas avoir à la faire une troisième fois. Elle était déjà complètement démotivée. La jeune fille se souvenait très bien, que le jour où elle avait apprit qu'elle allait faire une année de plus au Refuge, elle avait menti à son meilleur ami, tout simplement parce qu'elle avait honte. Enfin, il lui avait fallu peu de temps pour se rendre compte que ce n'était que des mensonges. Quelle triste vie menait-elle.

Cela faisait bien quelques heures qu'elle attendait sur le canapé, mais elle s'était endormie. Au moins, elle n'avait pas vu Shin rentrer, s'il était rentré, évidemment. Tant mieux, parce que vu comment elle l'appréciait, elle n'aurait sûrement pas pût s'empêcher de lui faire des réflexions. L'adolescente avait du mal à se taire, même quand il le fallait. D'ailleurs, ça lui avait fait bizarre, lorsqu'elle avait vu le jeune frère de son meilleur ami ici. Elle n'était pas vraiment habituée, mais désormais elle faisait son possible pour ne pas le croiser. Elle savait très bien que si EunJi apprenait qu'elle avait fait quoi que ce soit à son frère, elle allait en baver sérieusement. Alors Hyun-Ae évitait toute tentation. C'était pas plus mal comme ça.
Il était tard, lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux, constatant que la lumière n'était pas allumée. Peut-être qu'il était rentré, et que pour ne pas la déranger il était allé se coucher, laissant la lumière éteinte. Alors l'Hybride s'empressa d'aller vérifier dans sa chambre, mais il n'y était pas. C'était une blague, il allait encore rentrer à pas d'heure ? Elle avait beau seulement être sa meilleure amie, elle en avait clairement marre de l'attendre. Il fallait dire qu'elle s'ennuyait, elle ne faisait rien à part manger ce qu'il avait dans les placards, parfois. C'était mal, parce que ce n'était pas elle qui payait les courses et elle en avait conscience, mais attendre lui donnait faim. Elle avait faim tout le temps. Elle partit finalement se rasseoir sur le canapé, forcée d'attendre un peu plus encore. Boh, à ce stade, une heure de plus c'était pas grand-chose. Du temps perdu, ce n'était pas grand-chose pour elle.

Finalement, elle entendit la porte s'ouvrir quelques minutes après, enfin. Le problème, c'est qu'il ne prenait pas la peine d'allumer, alors qu'il faisait noir. De plus, il venait de lui lancer son t-shirt sans faire attention. Ne s'était-il pas habitué au fait qu'elle l'attendait tous les soirs ? Depuis le temps, quand même… Hyun-Ae s'était inquiétée, et il ne prenait même pas la peine de dire un mot. Bon, d'accord il ne l'avait peut-être pas vue, mais peu lui importait. L'adolescente se leva pour allumer la lumière, et vint se mettre devant le jeune homme, pensant être imposante avec son petit corps. Elle avait croisé les bras, comme si elle attendait quelque chose. Oui, l'Hybride attendait des explications. Elle n'allait pas le lâcher. Elle ne le lui avait jamais dit, mais au fond elle s'inquiétait simplement lorsqu'il n'était pas là. Elle avait peur pour lui, peur qu'il lui arrive quelque chose et que du jour au lendemain, on lui enlève EunJi. Jamais elle ne le lui avait avoué, mais elle l'aimait bien plus que ce qu'il ne pouvait s'imaginer, malgré son comportement parfois odieux. Elle ne le faisait pas exprès.

« C'est à cette heure que tu rentres ? T'étais où ? Pourquoi tu rentre si tard ?
Le questionna-t-elle, prenant un ton sec. »

Hyun-Ae savait bien qu'elle allait l'énerver, mais elle s'en foutait. Elle voulait des réponses, et elle comptait bien les avoir. Ce n'était pas un simple « ça ne te regarde pas » ou un « lâche moi, je suis fatigué » qu'elle allait laisser passer. Elle était bien trop agaçante pour ça.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣
« Just tell me it wasn't love. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 54
Points : 7
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22
avatar
Célébrité
EunJi Hoseok
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Jeu 5 Mai - 13:57

La lumière avait aveuglé son regard brun, alors qu’un grognement passa la barrière de ses lèvres. La chaleur était si insupportable, mais il n’avait pas, pour ainsi dire, le droit de ralentir le chauffage. Après tout, il n’était que le seul à vivre avec ce feu qui lui offrait la chaleur telle que celle d’un four, alors il devait, bien évidemment, vivre avec cela. Posant son bras sur ses yeux, histoire de reprendre une vue adaptée par la situation, et non floue pas la faute de cette fichue lumière.
Un deuxième grognement se fît entendre lorsque le rouge entendit la voix de la jeune femme qui n’était d’autre que sa meilleure amie. Bon sang, elle piaillait déjà, alors qu’il venait tout juste de rentrer. Il était vrai, que, pour une fois, il ne s’était pas occupé d’elle, qu’il avait oublié sa présence, préférant s’occuper du bien-être du cadet de la famille. Retirant son bras pour passer une main dans ses cheveux rouges légèrement longs, un soupire, un long et bruyant soupire, se fît entendre.

« Premièrement, il n’est pas si tard que ça. Deuxièmement, cela ne te regardes pas. Et pour finir, donc troisièmement, j’ai désormais vingt-et-un an, et je fais ce qui me semble être juste. Depuis d’ailleurs mon arrivée à Andore, si je peux me permettre. »

Regardant l’horloge du salon, il voulait, bizarrement, avalé ses premières paroles, comme-ci ils ne les avaient jamais dîtes. Il était tard, en effet, l’horloge indiquant une heure-et-demie du matin. Un léger sourire amusé se dessina sur ses lèvres lorsqu’il vît qu’il avait fait fort, ce soir-là. Mais qu’importait, il était un grand jeune homme, désormais. Il avait certaines responsabilités, certes, mais il ne s’empêcherait, sûrement, pas, de faire quelques âneries, quelques excès, de temps à autre.
Mais bien évidemment, le reste de ses mots, il les avait réellement pensés. Le coréen faisait ce qu’il voulait, sortait où il le désirait et surtout avec qui bon lui semblait. La jeune femme n’était ni sa petite-amie, ni si grande-sœur, et encore moins sa mère, qui, lui, était sûre qu’elle lui tirerait les oreilles en voyant quel jeune homme il était à côté de celui sage et ordonné, bon élève et responsable.

« Et puis, baisse d’un ton, Shin dort, et je ne tiens pas à le réveiller par ta faute. » Avait-il dit d’un ton assez glacial, tout en murmurant.

Le Sorcier sait pertinemment que l’Hybride allait prendre cette phrase de manière très.. Elle allait mal le prendre. Mais il ne voulait pas que le cadet se réveille juste parce qu’ils allaient se disputer en plein milieu de salon. Et tout ce qu’il voulait à ce moment-même, c’était une bonne tasse de café. Non pas parce qu’il avait froid, bien au contraire, mais parce qu’il avait une dissertation de littérature à finir. Il était, certes, rentré tard, mais il n’abandonnerait pas un travail commencé juste pour acquérir du sommeil.
Poussant alors, doucement, la jeune femme sur le côté, car il fallait avouer qu’elle ne bloquait pas réellement le chemin, il partit vers la cuisine, se préparant alors une bonne dose de caféine.

Préparant celle-ci, il eût une pensée. Une personne ne posait pas toutes ces questions si l’inquiétude ne l’avait pas rongée. Alors il y avait pensé. L’Hybride pouvait-elle s’inquiéter pour le Sorcier, après toutes ces années de cohabitation ? Peut-être, mais elle ne l’avouerait jamais, mais c’était une chose qu’il allait lui faire avouer, par n’importe quel moyen possible.
Bien même que s’il était de dos, il savait qu’elle l’avait suivi, qu’elle allait le détruire sur place, mais il allait l’immobiliser sur place. Non pas la force physique, mais bien par la force des mots.

« Souvent.. » Disait-il en touillant le liquide à l’aide de sa cuillère. « Les gens posant les questions telles que « Où étais-tu ? » , « Pourquoi rentres-tu si tard ? », sont victimes d’un sentiment nommé l’inquiétude. Cette sensation est ressentie lorsque, par exemple, une personne proche ne rentre pas à l’heure prévue, ou à l’heure habituelle. L’inquiétude est souvent suivie d’un certain manque, ou bien encore d’une certaine peur. Quand la personne revient enfin au domicile, la colère s’empare de ces trois choses. »

Prenant une légère pause, il se tourna vers la jeune brune, un sourire sur les lèvres alors qu’il prit une grugée de ce met qu’il trouvait délicieux. Oh bien sûr, il savait qu’il avait raison, mais il aimait faire de tels discours.

« Et je sais, pertinemment, que c’est ce que tu as ressenti, et ce que tu ressens au moment-même où je te parle, Hyun-Ae. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


The King:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Dim 12 Juin - 12:25

Topic clôturé pour inactivité. Merci de contacter un membre du Staff si vous souhaitez le rouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Dim 26 Juin - 15:33

Sujet rouvert sur demande.
Revenir en haut Aller en bas
Situation amoureuse : Aimer ne signifie plus rien.
Féminin Messages : 74
Points : 14
Date de naissance : 24/12/1994
Date d'inscription : 20/09/2014
Age : 22
avatar

Hyun-Ae Choe
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Dim 26 Juin - 15:36

Son regard sombre, et son air bien plus que froid témoignaient de son agacement. Cela se lisait dans ses yeux, qu'elle en avait déjà marre. C'était des explications qu'elle voulait, pas une justification quelconque pour expliquer cette absence. Hyun-Ae savait également qu'elle allait l'énerver, qu'il n'allait pas la supporter longtemps. Tous deux allaient probablement finir la soirée à se crier dessus, voir même hurler. Tout simplement parce que bornée comme elle était, elle allait continuer à chercher ces explications. L'adolescente se fichait qu'il soit un grand garçon maintenant, qu'il ait sept ou vingt-et-un ans, pour elle tout était pareil. Le voir rentrer à une telle heure, qui n'était absolument pas habituelle l'agaçait. Pendant tout ce temps, elle avait été rongée par l'inquiétude, par la peur de l'avoir perdu. Le temps lui avait paru bien plus long que lorsqu'elle était seule dans sa chambre, plus long encore que lorsqu'elle était assise sur une chaise en cours, à ne strictement rien faire. Ce soupir, ce bruyant soupir que le jeune homme avait poussé eut pour effet de glacer le sang de la jeune femme. L'adolescente n'avait aucune envie de se disputer avec lui, et pourtant elle savait très bien que cela arriverait durant la soirée. Elle n'aimait pas le voir énervé, bien qu'il ne lui ai jamais vraiment fait peur. Les bras croisés sur sa poitrine, elle haussa un sourcil.

- Tu te fous vraiment de moi. Je n'en ai rien à foutre que tu sois un grand garçon, que tu aies vingt-et-un an. Tu n'es même pas foutu de me prévenir qu'attendre ne servira à rien, parce que tu ne rentreras qu'à une heure du matin passé. Je veux que tu me dises où tu étais, je m'en balance du reste. lui lança-t-elle, du même ton qu'auparavant.

Parfois, et même souvent, Hyun-Ae se prenait pour ce qu'elle n'était pas. Elle se pensait être une personne ayant le droit de surveiller la vie de son meilleur ami, comme si elle était sa maman, ou même sa petite-amie. Comme si elle était plus qu'une simple meilleure amie. En réalité, la brune était jalouse. Jalouse de tout et n'importe quoi. Jalouse lorsqu'il fréquentait des personnes autres qu'elle-même. Elle ne le supportait pas. Ce qu'elle souhaitait, c'était qu'il ne voit qu'elle. Qu'elle soit la seule à exister à ses yeux, chose qui était réellement impossible. Derrière ce comportement affreux qu'elle adoptait les trois quarts du temps avec lui se cachait une grande peur d'être délaissée. Et depuis l'arrivée du jeune frère d'EunJi, l'Hybride avait constamment l'impression d'être moins aimée, ce qui était normal. Puis, il y avait Min-Jae, aussi. Le meilleur ami d'EunJi, qu'elle ne pouvait absolument pas voir, pour la simple raison qu'elle en était complètement jalouse. C'était triste, tout ça. Cette jalousie lui pourrissait la vie. Mais Hyun-Ae avait véritablement peur de se retrouver de nouveau seule, peur d'être oubliée des personnes qu'elle aimait le plus au monde. Le jeune homme devait bien se douter qu'elle l'aimait en fait plus que n'importe qui d'autres. Elle pouvait être tellement adorable, des fois. De rares fois, où la fatigue s'étant accumulée en elle devenait trop imposante, trop puissantes. C'était ces rares fois où la jeune fille voulait simplement se blottir dans les bras de n'importe qui, et s'endormir en se sentant aimée comme personne ne pouvait être aimé.

Rien qu'en entendant ce nom, elle serra les dents. Parce que maintenant, elle devait faire attention à l'individu qu'était Shin ? Certainement pas. A ses yeux, il n'était autre qu'un inconnu qui venait lui arracher EunJi, son EunJi. Enfin... il n'était guère sa propriété, il n'appartenait qu'à lui-même, mais elle ne pouvait s'empêcher de voir les choses ainsi. Min-Jae lui avait jusque là suffit, elle avait pût gérer. Mais depuis l'arrivée du cadet Hoseok, ses envies de meurtres grandissaient chaque jours. Elle ne pouvait pas garantir que si un jour ils se retrouvaient seuls tous les deux, le garçon soit en sécurité. Il était pourtant une personne tout à fait adorable, que l'adolescente aurait pût apprécier. Seulement s'il n'avait eu aucun lien avec son meilleur ami. Elle se mordit la lèvre, une soudaine envie de frapper le jeune homme face à elle la prenant. Oh, elle l'avait frappé de nombreuses fois. Mais sa force paraissait comparé à lui, presque inexistante. Puis, son but n'avait jamais été de lui faire réellement mal, mais simplement de relâcher toute la haine qu'elle contenait en elle.

- Certainement pas, non. Je m'en contrebats les testicules de ton frère. Tu ne peux pas savoir à quel point. Lui répondit-elle en élevant le ton, comme pour prouver ce qu'elle venait de dire.

Ça oui, elle s'en fichait de son jeune frère. De plus, elle avait refusé de faire attention aux deux derniers mots de cette phrase. Elle estimait que s'il venait à se réveiller à cause du bruit, cela serait de la faute d'EunJi, car il avait choisi de rentrer tard ce soir là. Elle n'était donc pas en tords.
Lorsqu'il la poussa, elle eut envie de lui hurler dessus, mais elle resta pourtant calme. Elle savait plus ou moins gérer cette haine qu'elle avait en elle, cette colère, lorsque celle-ci n'était pas trop puissante. Suivant le jeune homme jusqu'à la cuisine, le regard encore plus sombre, elle se posta derrière lui. C'était comme si la couleur de ses yeux avait davantage noirci, comme si toute cette haine pouvait se ressentir en un simple regard. D'ailleurs, c'était bien l'une des seules émotions que son regard pouvait traduire. Des années d'entraînement, ou presque.

Le jeune homme la connaissait bien, vraiment trop bien. L'espace d'un instant, l'Hybride songea à se cacher davantage, à lui faire croire qu'il ne la connaissait en fait pas. Mais c'était peine perdu. Bien qu'il y ait des choses qu'EunJi ne savait, en toutes ces années il avait apprit à la connaître mieux que ses propres parents ne la connaissaient. Elle avait eu peur, il lui avait manqué durant toutes ces heures. Et il le savait apparemment très bien. Au fond, elle souriait sans être heureuse. Il la connaissait, et c'était à la fois un problème et une chose qui lui faisait plaisir. Le jour où ils allaient sérieusement se disputer, il aurait énormément d'éléments contre elle. Il saurait exactement ce qui allait faire mal. Cela lui faisait au fond très peur. Hyun-Ae ne voulait pas se laisser atteindre par quoi que ce soit, et pourtant venant de lui, bon nombre de choses pouvaient lui faire mal.

Soupirant, elle chercha de quoi se défendre. Des mots maladroits, méchants, que le jeune homme ne méritait pas. Des mots qui lui feraient sans doute plus mal qu'ils ne lui en feraient à elle. Des mots qui pouvaient lui clouer le bec, lui faire changer de sujet. Elle n'aimait pas se sentir ainsi, elle n'aimait pas que l'on sache tout d'elle.

- Je ne m'inquiète pas pour toi, et tu ne m'as jamais manqué. Je crois que tu n'es pas conscient que ma vie ne s'arrêtera pas si tu n'es plus là. J'ai su vivre sans toi, et je le pourrais encore. Ce n'est pas avec un simple retard que je vais m'inquiéter, tu sais. Tu peux partir autant que tu veux, aussi loin que tu veux, ça m'est égal. Je ne m'inquiète pour personne, je n'ai peur de rien. Et tu ne me connais pas. lui répondit-elle calmement.

Ces mots sonnaient faux. Incroyablement faux. Bien sûr que si elle s'inquiétait, bien sûr que si il lui manquait, et avant toute chose, bien sûr qu'elle avait peur. Il la connaissait également comme personne d'autre ne pouvait la connaître. Elle savait que ces mots étaient horribles. L'adolescente savait très bien que cela pouvait l'atteindre, mais tant pis. Elle avait besoin de se justifier, de lui faire croire que tout cela était faux. EunJi représentait tellement à ses yeux, elle ne voulait absolument pas le perdre. Et pourtant, elle risquait gros à lui adresser ces mots, à se comporter d'une telle manière avec lui. Elle le plaignait, énormément. Elle aurait aimé qu'il soit tombé sur une autre personne, rien que pour son bien. Parce qu'elle n'était pas franchement la meilleure personne au monde. Elle était même sûrement compté parmi l'une des plus ignoble. Mais elle ne voulait guère changer ce masque, qui devenait chaque jours un peu plus sa réelle personnalité. Pauvre EunJi... tout ce qu'elle lui faisait subir. Si seulement il savait à quel point elle pouvait s'en vouloir, lorsqu'elle se rendait compte que ses mots étaient trop violents, qu'ils ne reflétaient en rien ce qu'elle pensait.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣
« Just tell me it wasn't love. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 54
Points : 7
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22
avatar
Célébrité
EunJi Hoseok
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Dim 26 Juin - 16:05

Rien n’avait vraiment été retenu. Il n’avait pas répondu, il n’avait rien rétorqué. Son esprit s’était perdu. Tout était comme-ci cinq années venaient de s’écrouler peu à peu, de se détériorer peu à peu pour devenir que poussière. Une poussière qui s’en allait en un simple coup de vent. Son âme ne cessait de crier, son cœur ne cessait de vouloir lui faire mal. La douleur se tordait en lui comme-ci elle cherchait à le rendre plus bas que terre. Mais il était là, devant elle, aucune parole ne s’échappant de ses lèvres légèrement rosées. Pour la première fois, ce fût une sueur froide qui avait embaumé son corps, lui qui était habituellement si chaud de peau. Son regard était si vide de sentiment, les traits de son visage étaient inhabituellement tirés. Ses dents se serraient alors que sa mâchoire parfaitement sculpté se contractait.

A ce moment-là, il se foutait d’avouer qu’il était parti boire quelques verres avec des amis de l’université, de lui dire qu’elle devait attendre parce qu’il faisait ce dont son envie voulait contrôler. Il n’avait pas même avoué de mieux parler de son jeune frère tant la colère le détruisait peu à peu. Il n’était pas bien plus certain de garder ce contrôle qu’il avait toujours eu, ce sang froid qu’il avait habituellement et depuis tout jeune homme. Son sang bouillait dans ses veines alors que ses yeux se fermèrent.
C’était étrange, cette façon dont sa respiration devenait lente, la façon dont son cœur s’emballait sous la pression de la haine qui lui montait à la gorge. Et son poing qui se serrait, sa peau qui devenait si blanche sous la pression de cette force qui le prenait. Il avait cette impression d’entrer dans une forme d’euphorie, une euphorie qui ne lui faisait craindre que le pire. Le Sorcier n’était plus sûr de pouvoir se contrôler une seconde de plus, alors ses yeux s’étaient assombris, devenant plus noirs qu’ils ne pourraient l’être.

Elle ne s’inquiétait pas pour lui. Il ne lui avait jamais manqué. La vie de la jeune femme ne s’arrêterait pas si le coréen n’était plus présent à ses côtés. Elle avait déjà vécu sans lui, et pouvait aisément refaire cet acte. Son retard n’était en rien inquiétant, pour elle. Il pouvait s’en aller au plus loin, et autant qu’il le voulait, elle s’en fichait. Elle n’avait pas peur, et ne s’inquiéter pour personne. Et par-dessus tout, EunJi ne la connaissait pas. Son poing ne pût se serrer un peu plus à l’entente de ses paroles, ses paroles qui le blessaient bien plus profondément qu’elle ne pouvait s’en rendre compte.
C’est alors qu’il avait vu ces efforts défilés devant son regard. La première fois où il l’avait rencontrée, ces mois et ces mois passés à essayer d’être son ami, ces fois où elle lui confisquait ses devoirs en lui disant qu’il n’était pas capable d’être un garçon plus amusant, plus fou. Il avait même cette fois, où il l’avait embrassé, pourvu qu’elle se taise. Et cette fois où il lui avait offert une retrouvaille des plus belles avec son jeune frère.

Mais toutes ces images, ces pensées, furent brisées par ce bruit strident qu’était la tasse qui s’était brisée en mille morceaux dans l’évier. Pour de bon, sa colère semblait s’échapper, en commençant par la tasse. Lui qui était d’habitude si prévenant, attentionné, n’avait pas pensé au sommeil de son jeune frère. Son amie avait dépassé les limites, toutes ces limites qu’il pensait s’être mis avant que tout ne finisse par éclater.
Alors il avait pris avec force le bras de la jeune femme, l’entraînant dans le salon. Il l’avait lâchée pour prendre ses affaires, et de les ranger par lui-même, comme s’il était pressé. Lui balançant son sac, il s’approcha d’elle, la poussant contre le mur. Sa main claqua violemment le mur, étant positionnée juste à côté du visage de la jeune femme.

« C’est terminé. Je n’en peux plus. Je ne suis pas ton jouet, mon cœur n’est pas l’une de tes marionnettes. Tu peux jouer avec n’importe qui que je m’en foutrais, mais moi, c’est autre-chose. Tu n’es qu’un poison, et je ne sais plus pourquoi je t’aime. Avait-il dit de cette voix plus rauque par la haine qui envahissait son visage et ses yeux. Maintenant, dégage de chez moi, et ne reviens plus. »

Reprenant son bras, et ouvrant la porte de son appartement, il poussa vers l’extérieur, lui lançant sa veste. La porte avait claqué derrière, son regard ne l’avait pas regardée une minute de plus. Claquant son front contre la porte, son poing avait fini par rejoindre le mouvement, alors qu’il grimaçait, la tristesse venant prendre place aux côtés de cette colère noire qui rongeait peu à peu sa peau. Une larme roula sur sa joue, alors qu’il avait claqué à plusieurs reprises son poing contre le bois de cette porte qui les séparait désormais.

« Adieu… Adieu tout ce que tu as pu rêver avec elle, EunJi. S’était-il murmuré à lui-même avant de se redresser. »

La tristesse s’était pour de bon emparée devant lui, devenant ce désespoir qu’il n’aurait jamais voulu connaître. Il y avait des personnes qui perdaient des personnes pour leur bon plaisir, d’autres qui les perdaient à tout jamais par la mort, et d’autres qui les perdaient parce que tout se brisait en un millième de seconde. Et le littéraire faisait partie de cette catégorie de gens.
Il s’était rendu dans cette salle de bain, où il regardait son reflet dans le miroir. Celui d’un homme brisé, d’un homme qui ne paraissait pas heureux. Un homme qui avait perdu son sourire aussi brillant que le soleil, un homme à qui on venait d’arracher le cœur. Un homme au regard si vide, que l’on pourrait s’y perdre. Y découvrir toute la souffrance d’un homme qui venait de perdre la femme la plus chère à son être, cette femme qui n’était qu’un poison.
Alors ses gestes n’étaient plus contrôlés, lorsqu’il entreprit d’allumer cette eau plus que glaciale, alors qu’il s’était assis dans cette vaste douche. Remontant ses genoux à son torse, ses mains vinrent entourés son visage, alors que ses larmes se confondaient aux gouttes d’eau qui roulaient peu à peu sur son corps habillés. C’était une douleur qui le faisait saigner, une douleur plus qu’horrible à son âme.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


The King:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Aimer ne signifie plus rien.
Féminin Messages : 74
Points : 14
Date de naissance : 24/12/1994
Date d'inscription : 20/09/2014
Age : 22
avatar

Hyun-Ae Choe
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   Dim 26 Juin - 17:54

Elle voyait bien, que son regard s'était assombri. Pourtant, elle n'avait pas peur. EunJi ne lui faisait pas peur, tout simplement parce qu'elle le savait incapable de lui faire du mal. Aussi bien physiquement que mentalement. EunJi s'était toujours contenu, retenu. Il n'avait, en y repensant, jamais dis un mot trop blessant, contrairement à la jeune femme qui ne s'était jamais gênée pour cela. Hyun-Ae savait plus que quiconque qu'elle lui disait des choses horribles, que parfois elle dépassait les limites. Seulement, elle pensait son meilleur ami assez fort pour supporter tout cela. Cinq années déjà qu'il supportait ses crises de colères, qu'il s'occupait d'elle comme personne ne s'était jamais occupé d'elle. Cinq longues années durant lesquelles il avait prit soin d'elle, durant lesquelles il s'était montré véritablement attentionné sans qu'elle ne lui en soit véritablement reconnaissante.

Pour toute personne normale, cela aurait probablement été inquiétant. Cependant, l'Hybride avait réellement trop confiance. C'est vrai, après tout, il étai incapable de lui faire du mal. Disons que les seules fois où quelque chose l'avait rendue malheureuse le concernant, ce n'était pas de sa faute, ce n'était pas fait exprès. C'était simplement ces quelques fois ou, plutôt que de passer la soirée avec elle, il l'avait passé avec son meilleur ami MinJae. Elle ne lui en voulait pas réellement pour cela, elle pouvait aussi très bien comprendre. Le jeune homme ne pouvait pas s'occuper d'elle tout le temps, elle n'était, jusqu'à preuve du contraire pas sa fille. Heureusement pour lui d'ailleurs, parce qu'il ne l'aurait pas supporté bien longtemps, tout comme les propres parents de la jeune fille. Il fallait dire qu'elle était une enfant affreuse.

L'adolescente n'eut même pas un sursaut lorsque la tasse se brisa. Elle était bien trop occupée à fixer le jeune homme, comme si elle le défiait, rien qu'avec un regard. Oui, elle le défiait d'aller plus loin. Son regard avait tout l'air d'un « maintenant, qu'est-ce que tu vas faire ? ». Sûrement qu'elle était beaucoup trop confiante. Cela allait sûrement lui jouer des tours. Jouer avec EunJi, ce n'était certainement pas la meilleure des choses. Pourtant, elle ne s'en rendait pas compte. Hyun-Ae était une véritable inconsciente. Elle était jeune, oui, mais cela n'excusait rien. Elle partait sur ses vingt ans, et elle ne pouvait décemment pas rester aussi immature. L'Hybride n'était même pas consciente de tout ce que ses actes engendraient. En fait, tout dépendait. Tout dépendait des moments, de son état d'esprit. Il y avait bien des instants, où elle avait une prise de conscience. Où elle se rappelait combien elle devait grandir, combien elle était immature et à quel point ça faisait peur. Vingt ans dans quelques mois, et cinq de moins dans la tête. Hyun-Ae était une adolescente toujours en crise.

Elle voyait sa mâchoire se contracter, signe d'énervement. Elle n'avait toujours pas peur, parce qu'elle était encore persuadé qu'il allait juste gueuler un bon coup, rien de plus. Pourtant, toutes ces fausses idées furent bien vites éloignées. Lorsqu'il posa sa main sur son bras, pour finalement l'emmener au salon, elle ne tenta pas de résister. A quoi bon ? De toute façon, la jeune femme savait qu'elle n'avait pas plus de force que lui, et puis, elle n'avait pas envie de résister. Son regard ne disait plus rien, il donnait seulement cette impression qu'elle n'en avait rien à faire. Qu'il pouvait lui dire ce dont il avait envie, ce serait pareil. Qu'il lui dise qu'il aime ou bien un « tu es une pourriture », c'était pareil.
Pourtant, il rangeait ses affaires. Elle le regardait faire, restant silencieuse. Est-ce qu'elle prenait conscience de ce qu'elle avait fait ? Peut-être légèrement. Pourquoi EunJi avait, durant ces cinq années supporté tous ces mots méchants, alors qu'aujourd'hui cela semblait différent ? Pourquoi n'y faisait-il simplement pas attention ? La jeune fille n'était pas sûre de vouloir le savoir. Durant toutes ces années, il avait été la personne sur qui elle avait relâché toute pression. Une sorte de punching-ball humain. Elle l'avait parfois frappé, sans qu'il ne lui fasse rien. Elle avait parfois pleuré dans ses bras, alors qu'il caressait simplement ses cheveux pour l'apaiser. Surtout, il l'avait empêchée de faire de nombreuses bêtises. EunJi avait été, jusqu'à présent, la seule personne capable de calmer Hyun-Ae lorsque les nerfs avaient lâchés. Alors pourquoi il fallait que l'adolescente se comporte aussi mal ? Pourquoi ce jeune homme était la personne sur qui elle avait décidé de se défouler ? Il ne le méritait pas, et bon dieu ce qu'elle le savait. Et pourtant.

C'était terminé… pourquoi est-ce qu'il lui parlait de cette manière ? Le coeur de la demoiselle se serra légèrement en entendant ces paroles. Elle était énervée, agacée, mais restait incroyablement calme. Un poison… elle le retenait, ça. Cependant, elle ne répondit rien. Elle risquait d'être véritablement odieuse, si elle osait répondre à cela. Au fond de ses yeux, aucune réelle trace de tristesse. Seulement une question, qui restait sans réponse, et qui le resterait. Est-ce que cela voulait dire qu'elle avait gâché sa vie ? Peu importait. Si elle l'avait gâchée, alors tant pis pour lui. Il n'avait qu'à pas s'être autant acharnée pour devenir proche d'elle. C'était un peu de sa faute, aussi, selon elle.
En disant cela, il l'avait véritablement blessée. Il pouvait être certain de ne plus la revoir pendant un très long moment. Finalement, tout ne s'arrangerait pas demain. Demain soir, elle ne viendrait pas ici. Elle resterait au Refuge, avec son téléphone entre les mains. S'il lui envoyait un message ? Jamais elle ne répondrait.  Hyun-Ae était bien trop blessée par ce tout petit mot. Clairement, elle allait faire comme s'il n'avait jamais existé.

Elle le laissa faire, et une fois dehors de l’appartement, elle ramassa sa veste pour la mettre sur ses épaules. Il pouvait compter sur elle, pour ne plus revenir. Il n'avait même pas besoin de le lui ordonner. Elle était tellement blessé, tout en avait pris un coup chez elle. Sans se retourner, elle se dirigea vers la sortie, ses affaires dans la main. Il avait suffit d'une soirée. De quelques paroles pour que tout se brise. Pour que cinq ans de réelle amitié soient brisés. Elle s'en était allée sans rien ajouter à ces horribles mots qu'elle lui avait adressé quelques minutes auparavant, et ne lui adresserait probablement plus la parole… plus jamais ? Elle ne savait pas. Mais pour un long moment, et c'était certain.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣
« Just tell me it wasn't love. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: «Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
«Si le temps ne cessait d’évacuer milles sentiments, tous autant distincts des uns que des autres, s’il ne cessait d’écouler chaque seconde passer à rire, à pleurer, à crier, la vie n’aurait sûrement plus aucun sens» [Hyun-Ae Choe & EunJi Hoseok][Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps file, le temps n’attend personne. Le temps guérit toutes les blessures. Tous autant que nous sommes nous voulons plus de temps. Du temps pour se relever, du temps pour grandir, du temps pour lâcher prise. Du temps. ▬ Danae
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: