Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   Sam 20 Fév - 15:46

Il allait devenir dingue, mais genre, pire que ça. Non, en fait, c'est elle qui allait le rendre dingue. Elle qu'il avait retrouvé au Refuge, elle qu'il avait immédiatement sortie des Dortoirs pour qu'elle emménage chez lui, elle qui était à présent affalée sur son canapé à regarder des émissions pourries au possible. Elle devait être devant son truc depuis au moins une heure, à croire que ça ne se terminerait jamais. Mais comment est-ce qu'elle pouvait trouver ça intéressant ? C'était incroyable, elle le surprendrait toujours.
Relevant les yeux vers l'horloge accrochée au mur, Shane constata qu'il était à présent l'heure de regarder le foot pour lui. Il avait été sympa, laisser sa meilleure amie pendant plus d'une heure regarder ses émissions de cuisine, c'était pas donné à tous le monde, alors elle pouvait déjà s'en estimer heureuse. Maintenant, c'était son tour de profiter de la télévision. D'un pas lent, il se dirigea vers la table basse devant le canapé avant de se saisir de la télécommande, prêt à changer de chaîne tout en poussant les jambes de sa camarade afin de pouvoir se faire un place sur le canapé.

« T'en as pas marre de regarder de la bouffe à la télé ? Lui demanda-t-il. »

Occasionnellement, ça lui était égal en fait, mais si c'était toujours pour entendre les gens se plaindre que leur viande n'était pas cuite, ça servait à rien, autant qu'elle le regarde en rediffusion sur l'ordinateur ou un jour où il ne serait pas là. Tiens, c'était vraiment pas bête ça, pourquoi elle n'attendait pas qu'il sorte pour courir pour regarder ses machins ? Un jour, il écrirait un règlement qu'il lui ferait signer alors qu'elle serait bourrée pour qu'elle soit obligée de faire des choses genre lui laisser la priorité dans la douche quand il en a besoin, arrêter de prendre toute la place sur le canapé ou ne pas manger toutes ses chips. Sérieusement, cette fille était impressionnante, elle mangeait tellement de trucs mais elle restait d'une forme olympique alors que lui devait toujours faire du sport pour ne pas devenir une muse digne d'une oeuvre de Fernando Botero. Un jour, il lui demanderait son secret, mais à son avis elle devait tout planquer dans son soutien-gorge, il avait l'impression que c'était le seul truc qui grossissait chez elle. Il ne fallait pas en comprendre par là qu'il avait tendance à regarder mais vu le nombre de fois où elle se promenait à moitié à poil devant lui… Il fallait dire qu'ils n'étaient pas vraiment gênés l'un envers l'autre, lui aussi se baladait en sous-vêtements dans l'appartement et ça ne choquait personne. Par contre, c'est les voisins qui étaient surpris quand ils passaient à l'improviste.

Après, malgré le fait qu'il se plaignait, il savait très bien pourquoi elle était là, pourquoi il l'avait voulu là. Elle était sa meilleure amie, et ce depuis pratiquement toujours, il l'appréciait mais à un tel point, il la considérait limite comme une soeur malgré qu'il lui passait plus de choses que si elle l'avait réellement été. Elle était la seule personne avec qui il se sentait réellement bien, comme s'il y avait un lien indescriptible entre eux. Ils partageaient l'amour du sport alors forcément, cela les avait rapprochés, mais il était certain qu'il n'y avait pas que ça. Non, ils étaient fais pour être amis, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   Sam 20 Fév - 22:06

Elle abusait. Et elle le savait, qu'elle ne devrait pas faire ça. Après tout, il était son meilleur ami. Et on ne faisait pas ça à ses amis, n'est-ce pas ? On les laissait tranquille, on les embêtait seulement la nuit, dans leur lit, quand on n'arrivait pas à dormir. D'accord, elle le faisait déjà. Sauf qu'elle ne lui faisait pas de câlin : elle virait Shane du lit, ou elle se mettait sur lui. Charlie abusait parfois. Trop souvent, même. Mais elle savait qu'au fond, Shane l'aimait. Ils étaient amis, rien de plus. Enfin, elle ressentait peut-être un petit quelque chose pour lui, mais vraiment, un tout petit truc. Shane et elle étaient meilleurs amis, ils se connaissaient depuis l'enfance, et c'était un peu son frère. Sans les liens de sang, évidemment. Leur amitié était forte : ils se baladaient en sous-vêtements devant l'autre, dormaient parfois dans le lit de l'autre... elle en avait, des exemples. Des centaines d'exemples, juste pour prouver qu'ils étaient amis. Peut-être pas pour la vie, pour la mort, mais pour un bon bout de temps au moins.
En bref, elle l'agaçait. Elle ne devrait pas faire ça. Charlie était affalée sur le canapé, des chips dans les mains et dans la bouche, en train de regarder une stupide émission de cuisine. Parfois, elle tentait de faire des commentaires, mais elle ne faisait que s'étouffer. Alors elle faisait des grands gestes, battant parfois des pieds, et ramenait le paquet de chips contre elle. Sur le sol, il y avait du soda. Sérieusement, comment faisait-elle pour manger autant ? Ne pas prendre de poids, d'accord, elle avait un bon métabolisme, mais manger tous ces trucs par jour... elle mettait ça sur le compte de son hybridisme. D'ailleurs, ça se disait ? C'était un vrai mot, dans le dictionnaire, approuvé par l'État ? Elle demandera à Shane, quand son émission sera enfin terminée. Pas qu'elle s'ennuyait, mais entendre Nina dire à Pascal que la cuisine de Marie était sale et mal entretenue, c'était chiant. Bon, en fait si, elle s'ennuyait. Mais elle ne l'avouerait jamais. Ça reviendrait à dire que Shane pouvait prendre la télécommande.

En parlant de l'ours, il lui demandait si elle n'en avait pas marre de regarder de la « bouffe à la télé ». Charlie leva vivement les yeux au ciel, à la limite de la révulsion, et finit par hausser les épaules. Elle avala ses chips et lui tira la langue quand il bougea ses jambes pour s'asseoir : elle était bien ! En plus, elle avait bien vu que « Shanillon » avait pris la télécommande. Shane était un peu Cendrillon, dans l'appartement. Il fallait dire que Charlie n'était pas très ordonnée, et elle avait déjà du mal à faire des pâtes sans faire brûler quoi que ce soit. Les salades, ç'aurait été pour elle, si elle était une tortue. Mais elle n'était pas une tortue. Charlie, elle aimait la viande. Elle l'appelait Shanillon pour rire, même si elle se doutait qu'au fond, c'était un peu « méchant ». C'était comme le traiter de bonne, pourtant il n'en était pas une. Mais elle espérait qu'il comprenait. Elle l'espérait, parce qu'il lui arrivait de ne pas le comprendre, ou même de craindre ses réactions, parfois. Parfois.

« Shanillon, je t'ordonne de reposer cette télécommande. Lentement. Sans faire de geste brusque, ou mes pieds puants viennent rencontrer tes narines. Dit-elle avec un faux air menaçant. »

Faux, parce qu'avec les chips, c'était pas super. Elle n'était pas très crédible. D'ailleurs, en parlant de chips, son paquet était presque fini. Il ne lui en restait que quatre. Elle allait devoir en racheter. S'ils finissaient sur la paille, ce serait à cause des chips. Pas d'elle. En attendant, son Shanillon semblait un brin rebelle – elle sortait de telles bêtises, parfois. Alors, la brune rapprocha dangereusement son pied qui puait la chaussette de son visage. Elle plissa les yeux, comme pour se concentrer, et continua de le menacer avec son arme fatale. Au pire, s'il protestait, elle tenterait de le mettre dans sa bouche. Ça la fit rire. Voilà qu'elle riait seule, parce qu'elle imaginait Shane avec un pied dans la bouche.

Finalement, Charlie posa ses pieds sur les jambes de Shane, son paquet de chips sur la table basse et se redressa à l'aide de ses coudes. Elle entoura le cou de son meilleur ami et frotta leurs joues, sans aucune raison valable. Peut-être pour l'avoir imaginé avec un pied dans la bouche. Elle souriait comme une débile, maintenant. Il allait la prendre pour une folle. Elle repartit dans son délire, ignorant la douleur présente dans ses joues, et rigola comme une... comme Charlie. Elle se retint d'ébouriffer les beaux cheveux bruns de Shane, pour ne pas mettre de gras dedans. Parce qu'il était beau, Shane. Elle devait l'avouer, s'ils n'étaient pas meilleurs amis, elle aurait essayé de sortir avec lui depuis longtemps. Mais comme elle le connaissait bien, elle ne le ferait pas. Pour elle, Shane était un gros nounours. Charlie lui souhaitait de trouver un mec – ou une fille, aussi... – bien, qui l'embêtera lorsqu'elle ne sera pas là. Charlie l'aimait. Mais en tant que gros nounours. Le semblant d'attirance qu'elle ressentait pour lui... il allait disparaître quand elle sortirait les poubelles. Si elle les sortait.

« Shaaane, miaula-t-elle, même si elle n'était pas un chat. Ou alors un très gros. J't'ai imaginé avec un pied dans la bouche, c'était drôle. Conclut-elle en posant sa tête sur son épaule. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   Dim 21 Fév - 8:54

… Est-ce que c'était une menace ? Elle allait vraiment lui agiter ces engins de guerre qui lui servaient de pieds sous le nez ? Non merci, quoi, un peu de pitié et de respect pour lui, il était trop jeune pour mourir. En plus elle lui redonnait cet ignoble surnom digne d'une princesse de compte Disney. Si lui était Cendrillon, alors elle finirait comme Harry Potter et il la ferait dormir dans un placard à balais sous un escalier. A y réfléchir, c'était vraiment pas une mauvaise idée, dommage qu'il vive dans un appartement et n'avait donc pas d'escalier où l'enfermer.

L'Hybride recula légèrement en voyant le pied de l'adolescente s'approcher de lui. Quelle horreur, qu'elle emmène ça loin de lui ! Il ne doutait pas du fait que s'il avait été une fille, il se serait mit à gigoter dans tous les sens en hurlant. Il attrapa sa cheville et ramena sa jambe vers elle, histoire qu'elle se garde ses odeurs pour elle, il n'en voulait pas. Vraiment trop généreuse cette fille, si elle avait pu partager ses chips plutôt que ça, ça l'aurait arrangé. Elle se mit d'un coup à rire ce qui le fit sursauter, ne s'attendant pas à ça alors qu'il la regardait d'une façon assez étrange. Est-ce qu'elle était folle ? Elle avait une petite voix dans un coin de sa tête qui lui racontait des blagues ? Mon Dieu, mais pourquoi lui, de toutes les filles sur Terre il avait fallu qu'il choisisse celle-là comme meilleure amie. Un jour il se barrerait, il laisserait toutes ses affaires, n'emporterait rien, et s'enfuirait tout simplement. C'était pas vraiment un projet d'avenir mais des fois, lorsqu'il rentrait des cours et tombait sur Charlie déjà présente, il avait juste envie de repartir. Elle le rendait dingue. Il secoua la tête avant de définitivement changer la chaîne de la télévision, mettant le football qu'il commençait déjà à regarder.

Enfin, ça c'était jusqu'à ce que la Réfugiée ne se mette de nouveau à bouger, posant ses jambes sur lui. Elle était vraiment pas croyable, elle ne tenait pas en place. Il allait l'attacher quelque part, genre aux barreaux de son lit, et ne reviendrait la chercher que dans une heure une fois que son émission serait terminée. C'était ça ou il l'étripait de ses propres mains.
Il se retrouva d'un coup dans ses bras, la jeune lionne frottant sa joue contre la sienne. Elle allait lui dévaster le visage à forcer comme ça, est-ce qu'elle faisait de la musculation pendant qu'il n'était pas là ? Il ne voyait que ça comme raison du fait qu'elle ait autant de poigne, ou alors c'était parce qu'elle était une Hybride. S'il y avait bien une chose qu'il ne pouvait pas lui reprocher, c'était ça. Elle avait au moins le mérite de ne pas se transformer dans l'appartement, elle exploserait tous les meubles sinon et il était hors de question qu'il nettoie ses cochonneries après, surtout si elle mettait des poils partout. Même en lionne, il était certain qu'elle se mettrait à l'aise sur son canapé… Face à cette pensée, le garçon se laissa totalement faire à l'étreinte de sa camarade, découragé. Oh, il était de taille à rivaliser, oui, mais actuellement il n'en avait pas le courage. Il valait mieux qu'elle le câline plutôt qu'il ne mange ses pieds, alors il se contenterait de ça, les paroles de Charlie parvenant à ses oreilles.
Il aurait dû s'en douter, qu'elle avait encore eu des pensées un peu bizarre dont il était la victime. Il était vraiment comme Cendrillon, et sa colocataire était sa belle-mère, et ses deux demi-soeurs en même temps. Trois pour le prix d'une, si c'est pas beau ça ? Elle était comme un paquet de lessive, t'en achète un et ils t'en offrent deux en cadeau. Enfin, cadeau, c'était vite dit…

« Dis-moi qu'un jour tu deviendras normal et que je fais pas tout ça pour rien… Souffla-t-il. »

Il l'appréciait pour ça, son côté un peu décalé qui ne pouvait très certainement pas plaire à tous le monde, mais parfois il se prenait à s'imaginer avoir une conversation normale avec elle, autre que lui en train de manger ses pieds et lui dire le goût que ça avait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   Dim 21 Fév - 14:42

Il reculait lorsqu'elle approchait son pied. Charlie eut un grand sourire : Shane était trop prévisible. Elle pourrait continuer d'approcher son pied, jusqu'à ce qu'il tombe du canapé, afin de reprendre sa place initiale. Le canapé, c'était presque devenu son lit. Plus le temps passait, plus elle l'aimait. Elle mangeait dessus, dormait dessus, buvait dessus, mais ne faisait pas ses besoins dessus. Et encore heureux, sinon Shane l'aurait viré ! Bon, elle devait l'avouer, s'ils n'étaient pas meilleurs amis – et si le brun n'avait pas une patience supérieure à la moyenne – elle serait à la porte depuis longtemps. Mais son meilleur ami-colocataire-Cendrillon avait beaucoup de patience. En tout cas, avec elle. Avec les autres, il en avait peut-être moins, et pour tout dire, Charlie s'en fichait pas mal.
Il avait ramené son pied vers elle, en attrapant sa cheville comme si elle était Satan. La brune s'amusa à gigoter son pied, comme pour le menacer de toucher sa main. C'était l'une des choses qu'elle préférait faire, l'embêter. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, ça l'amusait juste de faire ça. Parce qu'elle n'était pas vraiment câline. Elle était plutôt le genre de fille à frapper, faire des conneries comme rouler sur le sol, à donner des surnoms que tout le monde n'appréciait pas. On l'aimait ou on la détestait, Charlie. Rien de plus simple. Il y avait des moments où elle était insupportable, où elle avait envie de se donner des claques. Elle faisait semblant d'être sûre d'elle. Mais la plupart du temps, elle ne l'était pas. Elle hésitait souvent.

« Hé ! Fit-elle à son meilleur ami. »

Il avait osé mettre le foot. Il avait osé. Charlie avait beau aimer le sport, elle détestait les matchs. C'était quelque chose de stupide pour elle, et elle ne comprenait pas comment son meilleur ami pouvait aimer regarder ça. Et puis, ses émissions de cuisine étaient cent fois mieux ! Sérieusement, elle ne comprenait pas Shane. Les hommes étaient bizarres. Dire qu'elle l'avait imaginé avec un pied dans la bouche, quelques secondes plus tôt. Ça la fit sourire puis rigoler, alors qu'elle frottait leurs joues. C'était un peu affectif, elle devait l'avouer. Elle l'aimait beaucoup, Shane, c'était son meilleur ami, ils se connaissaient depuis l'enfance. La seule personne sur qui elle pouvait sauter. D'accord, il y avait des jours où elle se disait qu'il allait se décaler et la laisser se prendre le sol, mais… ce serait forcément drôle ! Et puis, il lui arrivait de faire la luge sans luge dans les escaliers, donc… ça ne changerait pas forcément de d'habitude.
Charlie finit par lui dire le fond de sa pensée. Elle l'imaginait avec un pied dans la bouche. Et ça la fit rire. Encore. La tête sur son épaule, elle rigolait pour la troisième fois de la journée. Enfin, plutôt la troisième fois en dix minutes. Quand il la supplia presque de devenir normale – c'était comme ça qu'elle l'entendait –, elle plissa les yeux et secoua la tête. Elle était normale ! Et puis d'abord, c'était quoi la normalité ? Elle pourrait ouvrir un débat sur ça. Un débat avec de la bouffe dedans. Ouais, c'était une bonne idée. Alors, Charlie suivit son idée. Elle ouvrit la bouche et dit :

« Je suis normale ! Et puis, la normalité, c'est juste un truc établi par la société ! Genre, si quelqu'un aime pas le pain, il est bizarre ! C'est ridicule ! D'ailleurs, t'aimes le pain ? Moi j'aime bien ça, surtout avec de la viande dedans. Miam…, souffla-t-elle en se retenant de se lécher les lèvres. Moi j'dis, au lieu de regarder ton match, va me faire un sandwich ! Au pire, tu vas sur l'ordi et tu regardes le résultat. Mais je t'aime, hein. Rajouta-t-elle en bâillant. »

Elle embrassa sa joue et lui piqua la télécommande, pour remettre son émission de cuisine. Ça allait se finir en bagarre sur le canapé. Charlie le sentait venir à des kilomètres. Elle se voyait déjà en l'air, en plein saut de l'ange, préparée à écraser Shane et à lui faire manger ses pieds puants. Mais il serait capable de la mordre. Elle en était certaine. Il lui fallait un plan. La guerre de la télécommande avait commencée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   Mar 23 Fév - 14:14

Shane écoutait sa meilleure amie parler, complètement stupéfait du nombre de mots qu'elle pouvait débiter à la seconde. Mais bon sang, de quoi est-ce qu'elle parlait ? C'était quoi son truc de pain, là ? Il lui avait juste demandé si elle pourrait être normal dans l'avenir et, visiblement, non elle ne pourrait pas. Il y avait réellement quelque chose qui ne tournait pas rond chez elle. Voilà qu'elle lui disait d'aller lui faire à manger maintenant, bien sûr, y'avait écrit "Room Service" ou "Conchita" sur son front, peut-être ? Elle voulait un sandwich ? Très bien, elle allait l'avoir, mais pas forcément comme elle le voulait.
Il soupira avant de se relever, se dirigeant d'un pas lent vers la cuisine. Il posa le pain sur la table avant de sortir du fromage, des tomates ainsi que du jambon du frigo et de les poser à côté. Comment ça c'était pas un sandwich, ça ? Il était pas un chef cuisinier digne d'un restaurant cinq étoiles, et il faudra qu'elle s'en contente.  Il releva la tête devant lui, vérifiant que l'Hybride regardait la télévision et ne faisait donc pas attention à lui, avant de mettre son plan en oeuvre. D'un pas léger, de façon à être discret pour ne pas se faire remarquer, il alla récupérer son tube de dentifrice dans la salle de bain afin d'en étaler un peu sur le pain. Pas beaucoup hein, il fallait pas qu'elle s'en rende compte avant d'avoir croqué dedans, ce ne serait pas drôle sinon.

« Je crois que je vais demander à me faire payer si ça continue comme ça. Lança-t-il depuis la cuisine. »

Il lui faisait un peu la conversation, histoire qu'elle ne se doute de rien, il était un peu comme les enfants, s'il ne faisait pas de bruit c'est qu'il était en train de faire une connerie. Il fallait à tout prix qu'elle tombe dans son piège, lui aussi avait envie de rire un peu. En plus, elle avait encore remit à la télévision son truc de cuisine là, il allait devenir fou. Si encore elle avait mit l'émission avec Gordon Ramsay, ça aurait pu lui plaire à lui aussi, c'était sympa de voir les employés se foutre sur la gueule, mais là franchement c'était pourri et encore, le mot était faible pour décrire ça. Bientôt, elle regarderait Secret Story, les Anges, et d'autres trucs dans le genre. Sa pauvre télé ne méritait pas ça, il allait bannir les chaînes qui diffusaient ces horreurs.

Le sandwich déposé dans une petite assiette, il retourna sur le canapé avant de le tendre à Charlie, profitant du fait qu'elle s'en saisisse pour récupérer la télécommande et changer de chaîne. Il lui souhaiterait pas de s'étouffer avec mais elle pouvait avaler une miette de travers, ça ne le dérangeait pas. Il espérait juste que son sale coup marcherait parce que, la connaissant, le sandwich au dentifrice elle était capable d'aimer ça. Sincèrement, elle mangeait tout et n'importe quoi.

« Maintenant manges en silence, s'il te plaît. Lui dit-il. J'ai un match à regarder. »

Malheureusement pour elle, si l'un d'eux devait regarder son truc sur l'ordinateur, ce serait bien elle et pas lui. Devait-il lui rappeler que c'était elle qui vivait chez lui et non l'inverse ? Heureusement qu'il savait qu'elle plaisantait, et que ça l'amusait aussi, parce qu'il n'aurait sûrement pas accepté la chose dans le cas contraire. La personne à côté de lui aurait été un mec, et qu'il ne connaissait pas qui plus est, il l'aurait sûrement frappé depuis bien longtemps pour pouvoir regarder le football. Il n'était pas violent de nature, bien au contraire, il était comme un gros ours en peluche, mais il avait tendance à être très impulsif et, parfois, les coups partaient tous seuls bien qu'il regrettait automatiquement son acte juste après, la plupart du temps. C'était Charlie, sa meilleure amie, elle aurait pu le virer de la salle de bain alors qu'il était à poil qu'il lui en voudrait même pas. De toute façon, elle le savait, c'était à charge de revanche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   Sam 2 Avr - 12:34

Sujet clôturé pour inactivité. Merci de contacter un membre du staff si vous souhaitez le rouvrir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire de télécommande [Charlie D. Fournier / Shane Smith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour l'histoire
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: