Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 50
Points : 11
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22


MessageSujet: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Ven 19 Fév - 17:27

La littérature anglaise avait débuté cette douce matinée d’hiver, légèrement ensoleillée, l’air frais mais supportable. Le romantisme l’avait amené à rêvasser toute cette brave matinée, Hardy avaient-ils étudié en cette matinée. Tess D’Urberville, plus exactement. Cette dame au cœur rempli de tristesse et d’amour corrompu, attristée de son propre sort alors que l’innocence la touchait du bout des doigts.. Voilà ce qu’aimais étudier le Sorcier. Ah oui, son amour pour la littérature anglaise n’avait pas d’égal aux autres romans, ayant d’ailleurs appris cet amour de par sa mère, et il en était, pour le moins, que très fier. En cette dernière heure, il était parti étudier l’art classique, ayant choisi cette option quelques mois auparavant. Là aussi, sa fierté était bel et bien présente, il aimait cette culture que lui prodiguait ce grand établissement, cette culture qui égaillait, à sa façon, son quotidien.

La fin de cette matinée se finissait bien trop tôt à son goût, lorsqu’il fût de sortie de cette vaste salle de classe, il n’était bien qu’onze heure et demie. Pour lui, ainsi que pour ses camarades appréciant ces deux matières, le temps fût particulièrement rapide. Le goût et l’amour avaient fait défiler le temps à une vitesse imperceptible, s’en était presque déconcertant. Mais c’était ainsi, il fallait vivre avec cela, vivre avec le fait que le temps ne se contrôlait pas à la guise d’autrui, mais qu’il fallait profiter de chaque seconde qui s’écoulait sans qu’on n’y puisse rien.
Mais bien loin était la mélancolie en ce jour, en réalité, le jeune coréen était de bonne humeur, comme à chaque instant. Il respirait cet air frais, il regardait cette verdure qui comblait la cours de l’université, celle-ci donnant à plusieurs embranchements, ceci menant à divers classes d’études. Devant lui se trouvant ces bâtiments destinés à la littérature et aux langues, à sa droite se trouvaient ceux des sciences et des mathématiques, matières où il était une vraie plaie, où la limite de l’imbécilité dans ces domaines était, d’ailleurs, atteintes, grâce à lui. Lorsqu’il posa son regard à sa gauche, son regard fût comme envoûté, s’illuminant peu à peu, les bâtiments de l’art et de la photographie.

Ces bâtiments, il ne les connaissait que trop bien. Et non pas seulement parce qu’il y étudiait l’art classique, y peignait des tableaux quelques fois, venait étudier à certains cours sans vraiment y être inscrit, mais où les professeurs l’accueillait comme s’il était réellement un de leurs élèves, non, mais bel et bien parce que la personne dont il était tombé follement amoureux y étudiait. Tout était si cliché, en réalité. Il était l’élève en difficulté tombé amoureux de son précepteur, une histoire romantique un peu trop fleur bleue, c’était bien vrai. Mais il n’y avait rien pu faire autrement, et pourtant. Son regard, ses lunettes le rendant absolument craquant, ce léger sourire sur ses lèvres roses à l’apparence douces et délicieuses, ce soupire lorsqu’il ratait ses exercices de manière lamentable, toutes ces petites choses qui pouvaient paraître inexistantes et inintéressantes étaient tout ce qu’il l’avait fait succombé à lui. Il était cette personne douce, gentille, tellement agréable de compagnie, une personne calme qui ne causait pas de problèmes.. Une personne qu’il aimait follement depuis un certain temps.  

Depuis un certain temps, cet amour était un secret, personne ne le savait, à part son cœur. Son cœur ne voulant que le crier, que se libérer de cette lourde peine que de ne pas pouvoir partager cet amour, mais il avait bien trop peur d’une réaction négative, d’une peur incommensurable. Il le savait, sa franchise avait besoin, de temps à autre, d’être sereine, ainsi, il se taisait, il faisait taire cet amour.
Son comportement envers ce jeune homme n’était qu’amicale, il essayait de rien laisser paraître, et tout portait bien à ses fruits, peut-être son meilleur ami se doutait de quelque chose, mais aucunement quelqu’un ne lui avait reproché quelque chose. Alors son comportement semblait ne rien laisser paraître. S’en était, probablement, mieux de cette manière.

Rêvasser en étant fini pour lui, il décida d’aller chercher ses livres de l’après-midi, qui n’était d’autres que les langues. Le latin ainsi que l’anglais lui était proposé en cet après-midi, juste après le déjeuner. Peut-être par la suite, il irait à la salle de danse, juste pour décompresser un peu avant de rejoindre le Refuge pour récupérer son jeune frère. Ou peut-être irait-il chanter, ou rapper, cela dépendait de ses envies.
Lorsqu’il s’approcha des casiers, il remarqua la présence d’un jeune homme aux cheveux verts forts clairs, alors que son cœur ratait un battement. Il devait être naturel, c’était, alors, la chose qu’il demandait à son esprit et à son corps, être naturel et amical, comme à son habitude.

« Eh, salut, Jun ! »

Il s’avança vers lui, l’air souriant et heureux, alors qu’en lui ses sentiments se battaient en duel pour qu’il reste le plus naturel possible. Pauvre de lui, cet homme lui faisait perdre tous ses moyens..

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Chérie je peux bien être ivre, maintenant c'est toi que je bois. Jusque dans l'arrière gorge j'absorbe ce whisky que tu es.©️solosand

                 


Dernière édition par EunJi Hoseok le Dim 6 Mar - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Sam 20 Fév - 11:27

D'un geste lent, peut-être même trop, Jun posait ses affaires dans son casier. Il le faisait d'une façon telle que l'on aurait pu penser qu'il tenait une pierre précieuse entre les mains, alors que cela avait pour lui tout autant de valeur qu'un vieux mouchoir usagé, il était juste très soigneux de ses affaires, et de celles des autres aussi d'ailleurs.
Il venait tout juste de sortir de deux heures de mathématiques, l'impression d'être tout droit revenu au lycée avec ses équations à une inconnue, les professeurs voulaient sans doute leurs remettre les bases en tête avant d'attaquer de nouvelles choses. Il se voyait déjà, d'ici quelques semaines, passer ses nuits à tenter de résoudre ses calculs dignes d'un astrophysicien. Mais bon, il se réconfortait en se disant qu'il avait quatre heures de photographie cet après-midi, afin de combler son emploi du temps. C'était vraiment la plus belle matière qui soit, ou en tout cas pour lui.

Il reposait son dernier livre quand le son d'une voix familière lui parvint aux oreilles, ne prenant qu'un millième de seconde pour reconnaître de qui elle provenait. Il s'était tellement habitué à entendre EunJi lui parler, ne serait-ce que lorsqu'il l'aidait à travailler, qu'il pourrait le reconnaître même en ayant les yeux fermés. La preuve même était là, il n'avait pas eu à le regarder pour savoir que c'était lui. Il le savait, tout simplement.
Son casier toujours ouvert, le Sorcier s'était retourné afin de pouvoir faire face à son interlocuteur qui s'adressait à lui. Comme à son habitude, celui-ci semblait se porter comme un charme, tout sourire, s'avançant dans sa direction, ce qui avait le don de provoquer une douce chaleur dans sa poitrine. Il ressentait souvent cette sensation lorsqu'il voyait l'étudiant, ou tout du moins depuis quelques temps maintenant. Au départ, ce n'était pas comme ça. Au début, il s'en souvenait, ça ne lui faisait strictement rien puis, petit à petit, il avait commencé à se sentir heureux de savoir qu'il allait voir le jeune homme, jusqu'au point où aujourd'hui il s'ennuyait lorsqu'il n'allait pas le voir, allant même parfois jusqu'à se sentir mal. Parce qu'à sa façon, EunJi était devenu une habitude pour lui, et parce qu'il détestait le changement, il ne voulait pas le voir partir.

Parce que la saison s'y prêtait, le photographe portait un pull en laine gris, une taille au-dessus de la sienne, volontairement trop grand pour lui. Il aimait se sentir à l'aise dans ses vêtements, surtout dans ses pulls et vestes, alors il les prenait toujours comme ça, de façon à se sentir flotter dedans tout en ayant bien chaud. Avec cela, il portait un jean bleu clair et une paire de Stan Smith blanche et bleue aux pieds, parce qu'il appréciait la légèreté des chaussures.
Il avait instinctivement posé son sac par terre afin d'avoir les mains libres. Il hésitait encore souvent quant à la conduite à adopter auprès de son ami, se demandant ce qu'il devait bien faire. Lui serrer la main, le prendre dans ses bras ? Il était tellement perdu que, comme à son habitude, il ne fit rien, se contentant de lui adresser un simple signe de tête pour lui dire bonjour. Il attendait généralement que ce soit EunJi qui fasse le premier pas, agissant en conséquence. Ses yeux se posèrent finalement sur le visage de son camarade, appréciant la vue que cela lui offrait. EunJi était beau, ce n'était un secret pour personne, mais plus on le regardait et plus cela semblait évident. Souvent, le Sorcier de l'Air se demandait comment il avait bien pu faire pour ne pas remarquer le garçon plus tôt. Sincèrement, qu'on se le dise, on ne pouvait pas passer à côté de lui sans se retourner.


« Tu vas bien ? Lui demanda-t-il d'un coup, comme si cela faisait vingt minutes qu'ils se parlaient. »


Jun n'avait pas vraiment le sens du social mais, tout comme la beauté du Sorcier de Feu, ce n'était un secret pour personne non plus, alors les gens avaient tendances à s'y faire. Mais, pour son ami, il avait vraiment l'impression de faire des efforts et de s'ouvrir et, quelque part, cela lui faisait du bien.
D'un geste doux, il posa sa main sur l'épaule de l'étudiant avant de tourner la tête vers l'intérieur de son casier, cherchant quelque chose du regard.


« J'ai quelque chose à toi. Déclara-t-il doucement. Tu as dû l'oublier en partant l'autre jour, alors je l'ai gardé en attendant que l'on se revoit. »


Le jeune homme aux cheveux verts sortit une feuille de son cahier avant de la tendre à son ami, en profitant pour retirer sa main de sur son épaule. De ce qu'il en avait comprit, c'était un extrait d'un texte, mais comme il ne s'y connaissait pas trop il n'avait pas su trop s'avancer sur le sujet. Étant donné que ce n'était pas à lui, il en avait directement conclu que cela devait appartenir à l'aîné de la famille Hoseok, après tout il ne voyait pas à qui cela pouvait être sinon, ce n'était pas comme s'il recevait de la visite tous les jours. Surtout qu'il connaissait l'amour que le jeune homme portait à ce genre de choses…
Pour la seconde fois depuis son arrivée, Jun releva légèrement la tête afin de pouvoir regarder EunJi, remettant ses lunettes en place sur son nez par la même occasion, attendant patiemment qu'il lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 50
Points : 11
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22


MessageSujet: Re: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Dim 28 Fév - 21:53

Tout était si compliqué, de garder un naturel correct devant ce doux visage qui faisait battre un peu plus son cœur à chaque seconde où son regard ne cessait de détailler tous ces traits doux qui ne faisaient que lui plaire, de voir à quel point il avait cet air adorable, portant ce pull un peu trop large pour lui, et bien même son silence pouvait instinctivement le faire craquer, son cœur manquant définitivement de battre de temps à autre. N’avait-il jamais ressenti cela, pour quiconque auparavant ? Cette vague de chaleur se propageant peu à peu dans sa poitrine à chaque regard qu’il lui adressait, ces petits moments d’égarement dans ses pensées, lorsqu’il s’imaginait être avec lui, dans un endroit serein, rien qu’eux, les doigts liés, les paumes de leurs mains serrées l’une contre l’autre, ce sourire tendre et doux lorsqu’il entendait son prénom.. Non, jamais il n’avait ressenti de telles choses. Oh oui, il en avait eût des conquêtes, mais rien qui n’était réellement du plus sérieux, hélas.

Une fois de plus encore perdu vers le chemin de ses pensées, le Sorcier fût très vite redescendu les pieds sur Terre, mais ce ne fût pas désagréable, non. La voix de son jeune camarade était-elle qu’une douce mélodie, celle qu’il aimerait entendre jusqu’à ce qu’il ne puisse plus l’entendre. Bien évidemment, plus il y pensait, et plus il faisait attendre le jeune homme. Le pauvre, il devait bel et bien se demander pourquoi le jeune coréen le fixait d’une telle manière, restant muet. Mais il était temps pour lui de bel et bien redescendre de son petit nuage, sinon il était l’heure de saluer la gêne qui s’installerait entre les deux jeunes hommes, mais ce n’était réellement ce qu’il voulait. Secouant la tête, il frotta légèrement sa nuque, baissant doucement le regard vers les bouts de ses chaussures.

« Hum.. Oui oui, je vais bien. Et toi ? Comment vas-tu ? »

Tout ce qu’il eût envie d’avouer, ce fût qu’il se sentait réellement bien depuis qu’il l’avait retrouvé.  Ils ne s’étaient pas vus depuis quelques jours, oui, cela n’aurait pas dû lui faire grand-chose, s’il était un simple ami. Mais là, tout était bien trop différent, si différent.. Jun était différent des quelques personnes que le jeune brun avait aimées, autrefois. Tout était différent depuis lui, le Sorcier n’avait pas le même comportement, bien qu’il ne changeait pas réellement, il se faisait plus doux, et bien plus heureux. Oh bien évidemment, il avait toujours été ce doux jeune homme offrant énormément de tendresse à ses proches, oui, mais l’amour le rendait bien plus tendre et tactile. Bien qu’il n’exagérait pas non plus, il y avait des limites à la chose.

Haussant un sourcil, il écoutait attentivement le jeune homme lui adresses quelques paroles. Il avait oublié quelque chose ? Il n’avait pas dû le remarquer, bien qu’il était quelqu’un de très soigneux avec ses affaires. Il hocha doucement la tête en guise de remerciement envers son camarade lorsqu’il prit la feuille en question. Son toucher lui manquant déjà, il préféra lire ce qu’il y avait de noté sur le bout de papier. Écarquillant légèrement les yeux, il soupira. Ce qu’il pouvait être bête, heureusement que le jeune garçon était là pour lui rappeler ou lui rendre certaines choses. Il passa une main dans ses cheveux bruns qui commençaient à se faire bien trop long, soupirant contre lui-même. Quelques fois, il s’agaçait.

« Je te remercie. Heureusement que tu es là, j’en avais besoin pour ma dissertation de littérature, je suis bête. »

Il ne savait plus réellement ce qu’il devait faire, comment il pouvait le remercier. Devait-il lui serrer la main ou encore lui offrir une étreinte amicale ? Non, très peu de cela. Se frottant la nuque, il opta pour un léger baiser sur la joue, rien de bien méchant. Mais lorsqu’il s’abaissa pour le lui offrir, il n’était pas réellement au bout de ses surprises. Tout n’allait pas se passer comme il le pensait..

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Chérie je peux bien être ivre, maintenant c'est toi que je bois. Jusque dans l'arrière gorge j'absorbe ce whisky que tu es.©️solosand

                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Lun 29 Fév - 12:24

Sans doute parce qu'il lui arrivait de faire la même chose, et qu'il savait pertinemment que ce n'était pas méchant, Jun ne s'était pas senti gêné du fait que son ami le regarde, oubliant totalement par ailleurs de lui répondre. Son regard était loin d'être pesant sur lui, il appréciait même ça et puis, de toute façon, il avait bien finit par sortir de sa rêverie pour lui répondre, alors ça lui allait. Le jeune homme aux cheveux verts avait simplement acquiescé d'un signe de tête lorsqu'EunJi lui avait retourné sa question. Oui, il allait bien, comme à peu près tous le temps d'ailleurs. Pas d'une forme olympique, pas au point de courir partout, mais il allait bien et ça lui suffisait plus que parfaitement. Il n'avait aucune raison d'être malheureux et c'était sans doute le plus important. Mine de rien, il avait apprécié le fait que son ami lui pose la question. C'était peut-être plus par politesse qu'autre chose mais il aimait savoir que, même si c'était d'une façon peut-être infime, il se souciait tout de même de lui.
Reportant son attention sur l'ancien réfugié, il secoua doucement la tête en entendant ses paroles, n'étant pas d'accord avec ce qu'il disait. Il n'était pas bête, loin de là, il était absolument brillant, surtout quand ça touchait à la littérature. Ça arrivait d'être un peu maladroit, lui-même pouvait oublier certaines choses, ça ne voulait pas dire qu'elles étaient sans importance mais juste qu'il avait beaucoup à penser. EunJi aussi pouvait avoir beaucoup de pensées qui occupaient son esprit. En tout cas, maintenant il allait pouvoir faire sa dissertation et la réussir avec brio, comme c'était toujours le cas dans cette matière d'ailleurs. Même s'il n'avait pas pu récupérer sa feuille à temps, il ne se faisait personnellement pas tant de souci pour lui, à moins qu'elle ait été indispensable il aurait tout à fait été capable d'improviser.
N'entendant plus la voix du garçon à côté de lui, Jun n'avait pu s'empêcher de tourner la tête dans sa direction afin de voir ce qu'il faisait, pour s'assurer que tout allait bien. Une fois de plus, ce n'était pas de la curiosité, il ressentait juste le besoin de voir de ses propres yeux que le Sorcier allait bien, c'était plutôt rare de ne pas l'entendre. Ce moment, il ne le savait pas encore, mais il n'était pas prêt de l'oublier.

Ça, clairement, il ne l'avait pas vu venir. Ne pensant pas que le Sorcier se rapprochait de lui, allez savoir pour quelle raison, il avait donc tout naturellement tourné la tête sans se soucier de quoi que ce soit. Sans se douter qu'accidentellement, dans les couloirs de l'université, EunJi lui volerait son premier baiser.

Le photographe était resté quelques instants sans bouger, ses lèvres posées doucement contre celles de son camarade, son coeur battant étrangement vite dans sa poitrine. Il n'aimait pas cette sensation, ça lui faisait presque mal, comme si sa poitrine allait exploser. Il avait mal, et ce pour une raison qu'il ne connaissait pas. Il était certain qu'à l'heure actuelle, il aurait pu faire tout ce qu'il voulait, il était bien trop tard pour cacher la légère teinte rosée qu'avaient pris ses joues. C'était une réaction normale du corps, non ? Il n'était pas tellement gêné de la situation, mais la proximité du Sorcier avait le don de le mettre dans tous ses états.
D'un geste lent, comme s'il craignait de faire une bêtise, il se sépara d'EunJi pour finalement détourner le regard. Là où la plupart des gens auraient prit un temps record à s'enfuir, lui était comme totalement tétanisé, ses pieds cloués au sol. C'était un accident, c'était tout ce qu'il devait se dire. Aucun d'eux ne l'avait fais exprès. EunJi n'avait pas pu prévoir qu'il tournerait la tête au dernier moment, et lui n'aurait jamais pu deviner que son ami se penchait vers lui. Leurs lèvres s'étaient frôlées avant de tout simplement aller à la rencontre l'une de l'autre. Ça s'était fait comme ça, ce n'était la faute de personne, ils n'avaient rien à se reprocher. Vraiment rien...

De nouveau il releva les yeux vers l'étudiant, cherchant son regard du sien, ne sachant quoi lui dire. C'était son premier baiser, pour de vrai. En plus de 20 ans de vie sur Terre, jamais quelqu'un n'avait osé poser ses lèvres contre les siennes. C'était une chose à laquelle il n'accordait jusqu'à présent aucune attention, ne se souciant que très peu de tout ce qui pouvait être relations sentimentales.


« EunJi... Souffla-t-il. »


Lentement, le regard de Jun dériva légèrement pour venir se poser sur les lèvres du jeune homme. Et dire qu'il venait de les toucher des siennes, devait-il remercier le ciel qu'un tel miracle ce soit produit ? Peut-être parce qu'il ne s'était toujours pas remit de ce qui venait d'arriver, il ne pouvait détourner le regard, captivé par ce qu'il voyait, suivant chacun des mouvements qu'elles réalisaient. Un peu plus et il aurait envie de retenter l'expérience, mais en étant totalement conscient de ce qu'il se passait cette fois-ci. Mon Dieu, mais à quoi pensait-il ?
Est-ce que c'était mal qu'il ne soit pas fâché de ce qui venait de se passer ? Est-ce que c'était normal qu'il n'en ait même aucun regret ? Il ne se sentait pas coupable de quoi que ce soit. Au fond, si on enlevait ses battements de coeur répétitifs à un rythme bien trop élevés pour que ce soit normal, il en était certain, il se sentait même bien.
Revenir en haut Aller en bas

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 50
Points : 11
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22


MessageSujet: Re: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Ven 4 Mar - 13:46

Il était certain que rien ne venait de se passer comme il l’avait prédit. Tout ce qu’il voulait absolument évité venait de se passer. A ce moment-même, ses lèvres s’étaient doucement posées sur celles du garçon qu’il ne cessait d’aimer depuis quelques temps désormais. En ne serait-ce que quelques secondes, son cœur avait explosé en milles sentiments, milles sentiments qu’il n’arrivait pas à montre en ce moment même. Il voulait que ce baiser soit celui qui débutait une déclaration envers son ami, il voulait que ce baiser avoue tout amour qu’il lui portait, mais ce n’était qu’un simple et banal accident, à son plus grand malheur.
Son cœur fût comme serré telle une marionnette qui était utilisée pour être ruinée lorsque l’homme qu’il aimait se sépara de lui. Cette impression qu’il le repoussait, qu’il le rejetait car il ne voulait pas de lui, ne lui faisait pas agréablement mal, ce n’était pas cette sensation qui avait emporté son être dans une vague de chaleur, non, la sensation qu’il ressentait à ce moment-là n’était que très douloureuse, il n’aimait pas cela. Ne l’avait-il jamais vécue ? Peut-être lorsqu’il était un peu plus jeune, dans ces années de folies où les relations amoureuses n’étaient que de simples passades, mais pour lui, cet amour n’était pas l’une de ces amourettes. Par il ne savait quel moyen, quelle raison, il savait que cet amour était quelque chose de bien plus fort, de plus bien plus réel.

Passant une main sur son visage, il avait détourné le regard, comme instinctivement, car il savait qu’il avait sûrement fait une bêtise, peut-être était telle minime mais aussi majeure pour son camarade, ou bien même pour les deux jeunes hommes. Il n’était que pourtant certain que ce n’était une ânerie, que bien si même si cet acte n’était qu’un accident, cela voulait bien dire quelque chose, peut-être devait-il finalement abandonné, il ne savait pas, à cette heure-là, son être s’était perdu.

D’un simple murmure, il appela son camarade par son prénom, comme lui l’avait fait pour lui. Il n’avait pas posé le regard sur lui, préférant rester tel un idiot à regard autour de lui. Était-il ce parfait idiot ? Celui qui ne savait pas quoi faire, ni quoi dire après une telle chose ? Bien qu’il ne pouvait s’en vanter, il en avait embrassé, des lèvres, mais pourtant celles du jeune photographe, c’était devenu si différent. Mais il ne pouvait rester là, à ne rien lui dire, et ce silence si pensant qui s’était installé entre les deux jeunes hommes ne pouvait rester indéfiniment présent.
Mordant lentement sa lèvre, il posa son regard sur son camarade. Comme-ci c’était la dernière fois qu’il pouvait admirer le doux visage de celui-ci, son regard examina chaque trait de son visage. Il passa une main dans ses cheveux bruns, secouant légèrement la tête. Sa gorge était serrée, et sa voix risquait de l’être d’une même manière.

« Pardonne moi, Jun.. »

Incapable de prononcer de simples autres paroles, il détourna les talons et posa son regard sur l’horizon. La main qu’il avait passée dans ses cheveux les serra d’une poigne assez forte avant qu’il ne commence à prendre route. Sa réaction était digne du beau salaud qui embrassait une personne juste pour un minable pari entre amis. Mais il n’avait aucune idée de la manière dont il devait s’adresser à lui, ni même quel geste il devait faire devant lui. Peut-être devait-il se mettre à nu devant lui, enfin lui avouer l’amour qu’il lui portait. Une chose était sûre pour lui, là, il n’allait pas rester comme un abruti à s’en aller comme un lâche.
D’un pas rapide, mais d’un geste doux, il colla le dos du jeune homme au casier. Du bout des doigts, et d’un geste aussi léger qu’une plume, il vint lentement caresser la joue de l’homme qu’il aimait. Sa peau était incroyablement douce, qu’on avait envie de la toucher sans pouvoir s’y arrêter. Le jeune Sorcier avait alors comparé sa peau à de la soie, en son for-intérieur, ce qui le fît légèrement sourire, et même perdre sa réelle intention qui ne retrouva que très peu de secondes pas la suite.
D’un geste doux, ses lèvres vinrent se presser sur celles du photographe. Le coréen lui offrait l’un de ces doux baisers qu’il n’avait jamais eût réellement l’occasion de donner à qui que ce soit, l’un de ces baisers fiévreux d’amour.  Il souriait contre ses lèvres, ce doux sourire car il savait que c’était le moment parfait pour avouer ses sentiments, pour mettre à nu son cœur qui ne pouvait se taire plus longtemps.

« Jun, je ne peux me cacher plus longtemps, je dois te l’avouer. Mon cœur se meures de toi, je ne peux me dire que je peux passer une seconde de plus sans pouvoir être à tes côtés. Peut-être est-ce brutal, vas-tu me dire, mais je suis tombé fou amoureux de toi.. »

C’était terminé pour lui, il ne pouvait retourner en arrière, et ne le voulait simplement pas. Il l’aimait, et ne pouvait plus se la cacher, ni même le cacher. Et même s’il se prenait un râteau, jamais il n’aurait regretté d’avoir avoué une telle chose, jamais.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Chérie je peux bien être ivre, maintenant c'est toi que je bois. Jusque dans l'arrière gorge j'absorbe ce whisky que tu es.©️solosand

                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Ven 4 Mar - 16:35

C'était assez surprenant de voir à quel point ils semblaient tous les deux aussi mal l'un que l'autre. C'était vraiment arrivé involontairement, il ne fallait pas qu'ils se mettent dans de tels états. Lui, n'était pas fâché contre EunJi, absolument pas même, mais il craignait à présent que lui ne le soit envers lui. Il n'avait pas fait exprès de tourner la tête, c'était un réflexe, il ne pensait pas que cela finirait comme ça sinon il serait resté bien tranquillement à sa place. Il ne devait pas lui en vouloir pour ça.
Un léger frisson était remonté le long de son dos lorsque l'étudiant avait à son tour prononcé son prénom. Il ne savait comment interpréter l'intonation de sa voix, il ne pouvait même pas tenter de comprendre en lisant son regard car il ne le regardait même pas. Ou du moins, il ne le regardait plus à présent. Était-il si fâché que ça ? Il était prêt à s'excuser pour ça si cela suffisait à le faire redevenir comme avant. Il voulait qu'il le regarde, il avait besoin de son regard sur lui, et il avait fallu qu'il en soit privé pour s'en rende compte. C'était donc vrai, on ne se rendait compte de la réelle valeur des choses que lorsqu'on en était séparé.

La gorge de Jun se serra lorsque le jeune homme posa finalement son regard sur lui, chose qu'il attendait plus que tout, alors que doucement, lentement, tout semblait s'écrouler autour de lui, les paroles du Sorcier résonnant encore dans sa tête. Pourquoi s'excusait-il, hein ? Pourquoi ? Pourquoi il le regardait de cette façon, comme s'il s'apprêtait à faire quelque chose qu'il regretterait sans doute toute sa vie. Il le regarda se retourner et commencer à s'éloigner, sans pouvoir faire quoi que ce soit. Est-ce qu'il était réellement en train de partir ? Est-ce qu'il comptait vraiment le laisser comme ça et se barrer comme s'ils ne s'étaient jamais connus, comme s'il n'avait jamais compté à ses yeux ? Était-il réellement ce genre de personne ?

Le photographe n'osait pas bouger d'un pouce de peur que ses jambes ne se dérobent sous lui. Il n'aurait jamais cru se retrouver dans une situation pareille ou ressentir quelque chose comme ça. Pour la première fois en il ne savait plus combien d'années, il avait accepté d'accorder son temps à quelqu'un d'autre que lui-même, il avait prit le risque de changer ses habitudes pour laisser quelqu'un entrer dans sa vie. Il lui avait donné tout l'amour qu'il avait dans son coeur, peut-être même trop, et voilà comment ça se terminait. Un accident, et le concerné s'en allait, comme s'ils étaient de parfaits inconnus l'un pour l'autre. Et lui, lui n'était même pas capable de prononcer un mot pour lui demander de rester. Il se sentait comme s'il avait tout perdu, sa voix, sa vie, et EunJi. Et dire que ses derniers mots étaient des excuses… Il ne le pardonnerait jamais.

Le jeune homme ne sortit de ses pensées qu'en entendant de nouveau les pas du Sorcier se rapprocher de lui pour finalement le plaquer doucement contre les casiers. Qu'est-ce qu'il allait lui faire à présent ? Il ne voulait plus entendre le son de sa voix, cela lui ferait sans doute trop mal. Il baissa immédiatement les yeux, ne souhaitant pas voir celui qu'il venait de perdre. C'était injuste qu'il revienne comme ça, comme s'il n'avait déjà pas assez commit de mal comme ça. Son souffle se fit de nouveau court lorsqu'il sentit le doigts de son camarade se poser sur sa peau. Il se risqua à relever les yeux, son regard se posant sur les lèvres souriantes de son compagnon. Comment pouvait-il être heureux en cet instant ? Ses sourires n'auraient dû être que pour lui.
Sans qu'il ne puisse contrôler quoi que ce soit, Jun avait fermé les yeux en sentant de nouveaux les lèvres de son ami contre les siennes, ses mains se posant sur sa nuque alors qu'il répondait doucement à son baiser. Il l'avait voulu cette fois, n'est-ce pas, le Sorcier de Feu l'avait fait parce qu'il l'avait vraiment voulu ? Il avait besoin de l'entendre, que ce n'était pas un accident, qu'il en avait réellement eu envie. Il avait peur de croire en quelque chose qui n'existait peut-être même pas. Alors il en avait besoin, il voulait l'entendre, il avait besoin de comprendre.

Le photographe avait plongé son regard dans celui d'EunJi, écoutant ce qu'il lui disait avant que son coeur n'implose littéralement dans sa poitrine à l'entente de ses dernières paroles. Petit à petit, une douce chaleur s'immisçait en lui. Il était amoureux de lui... Vraiment ? On ne pouvait pas être amoureux en amitié, pas vrai ? Il l'aimait vraiment alors, d'amour, le genre de sentiments qu'éprouvaient un couple. Il ne pouvait s'empêcher de répéter ces paroles dans sa tête. Il était amoureux de lui. Il était amoureux de lui !
Un soupir de soulagement passa la barrière de ses lèvres alors qu'il attirait l'étudiant en littérature contre lui, le serrant dans ses bras alors qu'il enfouissait son visage dans son cou.


"Ne t'en vas plus jamais. Prononça-t-il."


S'il devait repartir à l'avenir, mieux valait pour lui qu'il ait une bonne excuse sans quoi il ne le laisserait jamais s'en aller. À présent c'était trop tard pour lui, il lui avait révélé ses sentiments et il allait falloir qu'il en assume les conséquences parce que Jun, lui, les avait totalement acceptés. De même que, si c'était ce qu'il souhaitait, il était prêt à entretenir un type différent de relation avec lui.
Revenir en haut Aller en bas

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : N'a d'yeux que pour Jun.
Masculin Messages : 50
Points : 11
Date de naissance : 08/04/1995
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 22


MessageSujet: Re: [Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)   Dim 6 Mar - 11:07

Si la douleur du comportement d’un bel idiot qu’il avait été quelques minutes auparavant avait su que cela allait se passer, elle ne se saurait jamais présentée aux deux hommes. Si l’idée de prendre son courage à deux mains pour de bon, pour avouer enfin quelque chose qui n’était d’autre que quelque chose qui m’était à nu son cœur, l’avait tout de suite touchée, il l’aurait fait sans hésiter. Il supposait qu’il avait semé le doute, et surtout le mal, lorsqu’il s’était mis en tête de partir. Probablement serait-il revenu après tout cela, peut-être une fois de plus pour ne prononcer que de simples excuses, pour avouer que tout cela n’était qu’un simple accident. Mais pourquoi nier l’évidence lorsqu’elle était devant vous ? L’amour ne peut-être caché bien plus longtemps qu’un être ne le souhaiterait. Et puis, le jeune garçon aux cheveux verts pâles lui aurait-il pardonné son comportement imbécile ? C’était une chose bien moins sûre. Le Sorcier aurait bel et bien eût l’air d’un homme qui aurait joué de ses sentiments, ce qui n’était, en réalité, absolument le cas. Il n’aurait jamais sans doute eu la chique de le faire, et ne l’aurait sûrement, ainsi, jamais.

Durant ses vingt années de vie dans ce monde, là où il avait découvert d’innombrables choses, y compris l’expérience de l’amour à multiples reprises, jamais le jeune coréen n’aurait compris que lorsque la personne qui n’était d’autre que celle avec qui il voulait partager son existence, il le saurait, il le verrait. Tout cela était sûrement bien idiot, bien cliché, et pourtant tout se passait comme-ci tout avait été écrit. Alors, qu’en réalité, rien n’avait été écrit. Son cœur était tout bonnement tombé sous le charme du Sorcier de l’air et n’avait pût cesser de battre pour lui, il n’avait pût cesser de s’offrir à lui sans que lui-même ne le sache. Tout n’avait pas été planifié car l’amour n’est qu’un hasard, et bien même une chance. C’est ainsi que l’amour était devenu aux yeux du jeune brun, une chance qui l’avait eu le bonheur de pouvoir toucher, juste avec celui qu’il aimait depuis quelques temps.

Et ce baiser, ce doux baiser aimant qui lui avait offert juste avant de s’avouer au jeune homme, il le lui avait rendu. Il ne l’avait pas rejeté, lui, qui lui avait fait du mal auparavant. Ce baiser n’était pas accident, il était bel et bien réel. Il était celui qui était donné de jour en jour par des couples amoureux, par ceux qui voulait avouer leurs sentiments à la personne qu’ils aimaient. Et le jeune garçon, qui se tenait là, contre lui, le lui avait rendu. Il n’avait jamais su que son cœur pouvait se mourir une fois de plus, mais se mourir d’amour. Le cœur du Sorcier se mourrait d’amour pour son ami, c’était une douleur qui faisait plus de bien que de mal, une vague de chaleur qui apaisait les mœurs. Cette sensation était si douce, si tendre, qu’il n’avait plus envie de s’en séparer, tout était terminé, le fait de sa cacher. Désormais, il voulait prouver son amour à chaque seconde passée avec son compagnon, s’il le fallait.

Ses bras ne purent s’empêcher d’enlacer la taille du jeune homme, de manière à ce que leurs corps ne soient réellement l’un contre l’autre. Cette étreinte était réelle, elle aussi. Humant l’odeur des cheveux du garçon aux cheveux verts pâles, son cœur manqua de respirer pendant quelques secondes. N’allait-il jamais partir ? Probablement que si, mais jamais pour quitter cet homme qu’il aimait. Il n’en voulait plus, de cette distance qui les séparait. Oui, ils habitaient non loin de l’autre, ils partageaient le même ascenseur lorsqu’ils devaient rejoindre leurs demeures, ou encore prenaient-ils les mêmes escaliers lorsque l’envie d’être portés par cette cabine d’acier ne leur vint pas à l’esprit. Oui, ils étaient tel un professeur et son élève, lors des soirs privilégiant les cours de sciences et de mathématiques. Oui, ils se croisaient dans les multiples bâtiments de l’université dans laquelle ils étudiaient tous deux. Mais il y avait toujours eu cette distance entre eux, celle qui désormais, ne serait sûrement plus présente.

« Je ne partirais plus. » Avait-il dit d’une voix rassurante ;

Oui, c’était décidé, il ne partirait plus. Son cœur appartenait désormais à son ami, et il serait sûrement prêt à se dévoué corps et âme son bonheur. Il n’en oublierait pas ses amis, ni même son jeune frère, mais désormais, le jeune homme avait pris une place importante dans son être que jamais personne ne pourra remplacer. Le serrant un peu plus contre, ses lèvres vinrent doucement se poser dans les cheveux du jeune homme alors que le Sorcier ferma doucement les yeux.

« Soit mien.., Murmura-t-il , Soit mien.. »

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Chérie je peux bien être ivre, maintenant c'est toi que je bois. Jusque dans l'arrière gorge j'absorbe ce whisky que tu es.©️solosand

                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Université] « L’amour est un secret que le cœur ne peut s’empêcher d’écrire en poème. » [ Jun Seo & EunJi Hoseok ] (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'amour d'un chat pour son maitre
» [Université] "Je n'aurais jamais cru te revoir, et pourtant..." [EunJi Hoseok / Shin Hoseok][Terminé]
» Sasha≈ Faites l'amour pas la guerre, une boîte de capotes vaut bien moins cher qu'une bombe nucléaire. ツ
» L'amour est une chose spéciale, dont un rien peut briser cet avenir tant convoitait ...
» Amour secret...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: