Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 19 Oct - 5:22

La lune était blanche et pleine, telle un visage divin bien au-dessus de la misère humaine ou vampire. Le vent soufflait fort, de telle sorte qu'il devait faire 0 C° maximum, mais moi et Iseul ne ressentions de toute façon pas le froid. Les bâtiments lugubres et les ténèbres nous entourraient, nous qui étions sur le balcon d'un immeuble abandonné. La Transylvanie n'est que très rarement hospitalière de nuit, comme le prouvait ce tableau sinistre qui se peignait devant nous. Les voix étouffées de la populace nous parvenait, mais il devait être 3H du matin, donc elle était relativement faible. J'entendais au loin la musique, quelque chose comme de la hardtek, probablement dans une des rares boîtes de nuit de la ville.
Deux mois s'étaient écoulés depuis que j'avais parlé pour la première fois de partir en chasse. Iseul avait alors redoublé d'efforts pour être au niveau, et j'étais fier d'elle. Suite à quoi nous avions dû attendre les grandes vacances pour avoir une chance d'aller en Transylvanie, mon pays d'origine, afin d'aller dans un de mes territoires de chasses favoris. Pas le plus prudent, mais au moins le plus prolifique. Je ne sais pas vraiment comment Iseul s'était débrouillée pour faire accepter à ses parents le fait qu'elle aille en Transylvanie avec son pion - et occasionellement son petit ami - ni même si elle les avaient prévenus, mais cela m'importait assez peu. Je devais déjà me concentrer pour nous garder tous les deux en vie. Car si la Transylvanie était connue pour ses vampires, assurez vous qu'elle regorgait d'au moins le double de chasseurs.
Je vis une forme s'approcher dans l'ombre, recouverte d'un manteau noir épais et d'un chapeau noir rapiécé. A ses cotés, une jeune femme, visiblement effrayé, se débattait, essayant de se libérer de son étreinte.
C'était le moment que j'attendais. Notre proie était là, et nous allions la cueillir. Je fis un signe de main à Iseul qui se tenait à coté de moi, et je me laissai tomber sur l'homme, priant pour ne pas le rater.
Mais je n'aurais pas dû être aussi sûr de moi. Parfois, l'assurance est malsaine. C'était le cas ici.
L'homme se décala sur le coté, comme s'il savait que j'allais venir, et il relâcha la femme qui partir en courant et en pleurnichant.
Je me mis aussitôt en garde, prêt à frapper. L'homme sourit derrière son chapeau rapiécé. Je ne percevais pas vraiment son visage, mais en prêtant attention à son battement de coeur, je le sentis fréquent, constant, comme si l'homme était absoluement calme. J'aurais dû me douter que mon retour n'allait pas être sans encombres. Je me trouvais face à un chasseur.
L'homme laissa glisser son chapeau sur son dos, le chapeau étant muni de cordelettes afin de ne pas tomber. Ce que j'aperçus alors me fit crisper des dents.

" Alors Ryujia, on ne me présente pas à ta protégée ? "

L'homme qui se tenait devant nous mesurait environ 1m80, avait une corpulence d'apparence robuste, les cheveux longs et noirs et la barbiche du noble. Son oeil gauche était bleu très clair, et son oeil droit était fermé, une cicatrice le barrant. Son manteau était plutôt imposant, et je savais qu'il cachait un arsenal capable de nous blesser, sinon de nous tuer.
Cet homme était Michel de Brandebourg, lointain descendant de la lignée princière de Transylvanie, la lignée la plus grande de chasseurs que le monde est connue. Et je m'étais déjà mesuré à lui dans le passé. Cet homme était très fort, et extrémement rusé.
Alors que je faisais le constat de mon erreur, il me dit, toujours l'air enjoué:

" Prêt à rembourser ton dû, vampire ? "

Il pointai son oeil droit du doigt, l'oeil que je lui avais transpercé il y a des années. J'aurais espéré que ça l'aurait tué, mais ce n'était visiblement pas le cas. Tant pis. Je jetai un vif coup d'oeil derrière moi, apercevant Iseul. Je soupirai légèrement. De toute façon elle ne m'écouterait pas. Je répondis enfin au chasseur:

" Tu n'aurais pas dû te trouver ici, Michel. Aujourd'hui, ce n'est pas ton oeil que je vais prendre, c'est ta vie. "


Je rugis comme un guerrier, et mes pupilles habituellement dorées virèrent au bleu, et mon geste d'écartement fit écho au geste de coup de poing de Michel. J'eus le temps d'apercevoir une dague argentée avant de me reculer pour être hors de portée. Le combat allait être difficile, mais je ne reculai pas, la colère consummant mes dernières onces de diplomatie. Je frappai de toute mes forces dans sa mâchoire, priant pour que le coup fasse mouche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 19 Oct - 5:25

Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Arène (Image non renseignée.) :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 2 Nov - 2:31

J’étais assise sur la rambarde du balcon, le vent fouettant mes cheveux et les pieds caressant le vide qui glissait sous eux. Malgré l’excitation qui bouillonnait en moi, je restais concentré, le regard fixé sur l’horizon. Depuis que nous avions mis pieds en Transylvanie, j’avais peine à contenir ma joie de me retrouver loin  d’Andore, d’être enfin libre de cette ville qui me conservait prisonnière depuis toujours. Certes, le monde extérieur représentait les mêmes aspects que cette ville qui m’a vue grandir, mais s’il y avait bien un détail qui se différenciait beaucoup d’Andore, c’était bien l’air ambiante. Ce manque de soupçon de magie apportait toute sa différence. Comme si l’air pouvait représenter une meilleure pureté, la magie n’étant que si peu présente, j’avais l’impression que tout était plus léger. C’est difficile à expliquer, mais disons tout simplement que je me sentais libre, ici.

À mes côtés, je ressentais la présence de mon partenaire, tout aussi concentré que moi, voire plus. Quoi que cela fait plus ou moins deux mois que nous étions ensemble, ça me faisait encore étrange de le qualifier de copain ou encore de petit ami. Mais j’étais certaine d’une chose, j’étais bien heureuse d’être avec lui. Je me demandais encore comment j’allais bien pouvoir le présenter à ma famille. Oui, ils n’étaient toujours pas au courant de ma relation avec Ryujia, mais comment souhaitez-vous que j’explique à mes parents que je suis en couple avec un homme ayant trois siècles de plus que moi ? Je ne leur avais pas plus raconté pour mon voyage en Transylvanie. Au lieu de cela, je leur avais fait croire que je restais au Refuge afin d’étudier. Ils étaient tellement fiers de moi, impossible que je leur dise la vérité maintenant.

Alors que je me perdais tranquillement dans mes pensées, je revins à la réalité lorsque je distinguai un mouvement dans l’obscurité. C’était un homme s’attaquant à une femme. Je souris. Le vilain garçon qui osait s’en prendre à une pauvre femme, tu vas le regretter.

Ryujia l’avait aussi remarqué et me fit signe de main peu avant de se laisser tomber dans le vide afin d’atteindre notre victime. Je ne tardai pas à sauter, à mon tour. Dès que mes pieds atteignirent le sol, la victime de l’homme se sauvait déjà. Quant à l’homme, il restait paisible et se permis même de sourire. C’était un piège, pas vrai ? Puis il laissa tomber son chapeau, nous dévoilant le visage d’un homme borgne, un sourire malsain arquant ses lèvres et une chevelure sombre qui s’envolait au vent. Mais ce fit ses premières paroles qui m’intéressèrent. Ryujia et lui se connaissait.

Un peu en retraite de la scène, je penchais légèrement la tête sur le côté, plissais les yeux et sourit légèrement au chasseur. Voyant que mon compagnon n’allait pas lui répondre, il continua de parler me permettant de comprendre la provenance de son œil marqué. Bien joué Ryujia, pensais-je amusée. Même si cela me démontrait d’un ennemi puissant. Si cet humain avait survécu à un éventuel combat contre mon copain, c’était bien parce qu’il était puissant. Intéressant.

Je vis le coup d’œil jeté dans ma direction de la part de mon partenaire et lorsque je l’entendis soupirer, je ne pus m’empêcher d’être étonnée. Il me laissait la voix libre pour ce combat, vraiment ?
Mon sourire grandit après que Ryujia eut prononcé sa réponse à ce certain Michel. Je le laissai s’attaquer à lui dans un élan de colère que je ne lui connaissais pas. Je ne savais pas ce qui s’était déroulé entre ses deux-là pour qu’il lui réserve une si grande haine, mais je comptais bien le lui demander si nous survivions à ce combat.

De mon côté, je détournai les deux combattants en courant pour m’attaquer au chasseur de dos. Alors que je m’approchais de l’homme, Ryujia le frappait au visage, mais par malheur l’ennemi l’évita sans problème, se détournant même pour frapper de sa dague dans ma direction. Merde, il m’avait repéré. Tout juste je suis arrivée à éviter le pire, reculant d’un pas afin de ne pas me prendre la lame. Mon regard croisa son unique œil qui inspirait une grande confiance, voir cela m’énervait.

Je laissai paraître mon habituel sourire.

« Tu sais, tu aurais pu être mignon sans cette affreuse cicatrice. »

Et profitant de la proximité que j’avais avec lui, frappait d’un coup dans son abdomen. Si je n’étais pas plus forte que Ryujia, je pouvais toujours attirer l’attention de Michel sur moi afin que mon partenaire puisse l’attaquer par surprise. Ses attaques seront certainement plus fructueuses.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 2 Nov - 2:35

Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Arène (Image non renseignée.) :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 2 Nov - 12:49

Mes pupilles luisaient d'une lumière bleuté, signe de la colère qui bouillonait en moi. C'était à cause de lui que ma fiancée était morte. Il était ma némésis, la créature dont je voulais la mort. Mais il possédait un secret qui changeait nos chances de victoires. Un secret abominable pour un chasseur.

Il esquiva mon coup sans problèmes et mis un coup de dague sur sa gauche, en direction d'Iseul. Elle esquiva en se cabrant, et porta un coup en direction de son abdomen après lui avoir lancé une phrase de provocation. Il se recula d'un saut en arrière et époussiéta sa veste. Peut être à cause de la provocation d'Iseul, ou peut être par pur plaisir, il me lança:

"Heureusement que je n'ai pas eu un beau-frère comme toi, Ryu !"

Je serrai les dents et lui répondis, la voix tranchante:

"Tu es un monstre sans coeur, Michel."

Il sourit en dévoilant ses canines pointues et me répondit:

"Comme toi, Ryu."

Ce salaud ne méritait pas de vivre après ce qu'il avait fait à sa soeur. Ce qu'il avait fait à ma fiancée. C'était il y a déjà bien longtemps, et c'est le seul cas que je connaissais de vampires ayant sombré dans une telle folie qu'ils se sont mis à devenir chasseur. Il y avait aussi Blade dans le film du même nom, mais ce type n'avait jamais existé. Dommage, ça aurait redoré un peu le blason des chasseurs d'avoir un vampire black chasseur de vampires.
Je chargeait à nouveau vers lui, les crocs sortis, et tentai de lui mettre un coup vif et précis dans la carotide. Un coup visant à le neutraliser. Pour mieux le tuer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 2 Nov - 12:49

Le membre 'Ryujia Dragonstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arène' :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 9 Nov - 23:05

Ses réflexe était rapide, bien trop rapide même. Un gracieux saut de reculons et je happai le vide. Je ne fis pas attention à son geste de main porté à sa veste. J’essayais de comprendre. Je n’avais pas besoin de porter mon regard sur Ryujia pour ressentir toute la colère qui émanait de lui. Cette rancœur commençait à prendre place avec lenteur en moi-même, il m’affectait d’une haine dont je ne connaissais même pas les raisons.

Je suivais leur échange d’une oreille distraite. J’arrivai mal à suivre, je ne pouvais que supposer. Par exemple, supposer qu’il avait été beau-frère par le passer… donc que Ryujia… c’était bien gros comme conclusion.
C’est alors que je les vu, ses crocs. Je croyais pourtant qu’il était un chasseur. C’était donc un ennemi vampire de mon partenaire. Le combat me semblait un peu plus équilibrer de la sorte. Cela expliquait même la force de cet homme. Il s’amusait de nous, mais nous n’allons pas le laisser continuer à nous prendre à la légère. Il semblait encore plus amusé lorsque l’étonnement parut sur mon visage.

Je serais les dents, on ne se joue pas de moi comme cela ! Ryujia agit plus rapidement, frappant de plein fouet la gorge de l’ennemi. Son sourire venait de se dissiper et son visage se crispa. Je devinai que mon compagnon lui avait coupé le souffle, portant ses mains à sa gorge, la bouche ouverte.

Je ne pouvais manquer l’ouverture. Deux pas me suffisent pour me trouver à sa hauteur où je me glissai une nouvelle fois à l’arrière de lui. Il était légèrement recroquevillé, dans son mouvement j’entendis sonner un bruissement métallique sous son manteau. Combien d’arme avait-il là-dessous ? Cette fois, j’allais porter mon coup dans le creux de ses omoplates.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 9 Nov - 23:05

Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Arène (Image non renseignée.) :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Mer 25 Nov - 21:26

Iseul parvint à se glisser derrière lui et à lui mettre un violent coup juste en-dessous de la nuque, ce qui le força à s'écarter de l'affrontement et à nous jauger avec plus de retenue. Mais il ne pû s'empêcher d'esquisser un sourire narquois, remettant une de ses mèches sur son crâne:

"Pas mal pour une jeune pousse. Dommage que tu sois prise, sinon j'aurais bien aimé étudier ton minois de près."

Je grognai, et lui lançai un regard de haine. Il me regardai alors, de son seul oeil, et sortit une arbalète de poing de son manteau, me la pointant dessus. Il avait dégainé en l'espace d'une seconde, et ses réflexes étaient dignes d'un bon chasseur. Je ne voulais pas que Iseul soit touchée, c'est pourquoi j'entrepris d'aller vers elle quand il me dit:

"Je dirais pas pareil de toi, Ryu."

Puis le carreau d'arbalète préalablement installé partit, droit sur moi. J'eus à peine le temps de bouger, et je me le pris en plein dans l'épaule. Je serrai les dents, ne criant pas, et cassai le carreau en deux, laissant la pointe dans ma chair tout en me propulsant sur lui.
La douleur était immense, mais j'en avais vu d'autre, et la colère me poussait à aller bien plus loin. Je voulais le voir mourir de la façon la plus horrible qu'il soit.
Les propos qu'il avait tenu à Iseul m'avait mis en rogne. Pris d'une bestialité que je me connaissais, malheureusement, j'arrivai à sa hauteur, une flamme barbare dans le regard, et entreprit de mordre son cou nu, tentant de lui arracher la jugulaire pour mettre fin à sa non-vie.


Dernière édition par Ryujia Dragonstone le Mer 25 Nov - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Mer 25 Nov - 21:26

Le membre 'Ryujia Dragonstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arène' :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Mer 2 Déc - 2:31

Comment pouvait-il continuer de sourire de la sorte ? Comment pouvait-il continuer de se moquer de nous ? De plus, il ne pouvait pas se contenter de cela, il fallait évidemment qu’il est son mot à dire. Le grognement rauque que j’entendis prêt de moi confirmait mes pensées, il cherchait à irriter Ryujia. Quant à moi je restais stoïque à son commentaire. Il était préférable d’embarquer dans son jeu, si cela pouvait lui faire plaisir. Un sourire moqueur s’étira sur mon visage.

« Désolée de te l’annoncer mon chou, mais toi, tu me dégoutes. Mais merci du compliment. »

De sous son manteau, une arme transparu, mais trop rapidement pour nous permettre de réagir. Je pus seulement écarquiller les yeux en captant la direction du projectile qui s’enfonçait de la chair de Ryujia. Il ne lâcha aucune plainte, aucune grimace, mais je savais que ça devait être vraiment douloureux. Salaud ! Il a déjà suffisamment souffert de blessure autant physique que mentale comme cela ! Je soupirai de colère. Je déteste, moi, ne pas être assez forte pour protéger celui que j’aime.  

Désemparée, je vis Ryujia se jeter sur l’ennemi, le regard brouillé par la haine. Je tentais de courir derrière lui pour l’empêcher de commettre ce geste irréfléchi, mais trop tard, il avait atteint Michel.

J’entendis son rire se déchirer à mes oreilles alors qu’il frappait avec force, Ryujia, à l’aide de son arbalète. Je serai les poings, il fallait, et rapidement, se débarrasser de cet arme avant qu’il attaque à nouveau. Vous vous souvenez de la fois où j’avais tenté de briser le bras de mon partenaire ? Cette fois, je n’avais pas l’intention de le rater, je détenais déjà le bras armée de Michel, il ne me restait qu’à frapper de toute ma colère.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Mer 2 Déc - 2:32

Invité a effectué 1 lancé(s) d'un Arène (Image non renseignée.) :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Mer 9 Déc - 12:01

Michel me mit un violent coup d'arblète dans le nez, avec son éternel sourire narquois, et je reculai en arrière, la vision trouble. Je vis cependant Iseul foncer sur ma némésis et j'entendis un craquement sinistre et un hurlement de douleur masculin. Je mis quelques secondes à sortir du brouillard dans lequel mon esprit était enfouie, et je vis que le visage de Michel avait changé: il arborait maintenant une expression sérieuse, mélangée à une grimace de douleur et à une haine profonde. Il fondit sur ma bien-aimée, l'arbalète maintenant au sol, et son bras tordu dans une position pas très conventionnelles, et je vis une lame fondre vers elle.
Sans vraiment réfléchir, et plus par instinct, je pris Iseul dans mes bras et la retourna pour que la lame ne l'atteigne pas. Mais cette fois-ci, je ne pûs m'empêcher d'exprimer ma douleur. La lame venait de pénétrer mon omoplate, et je sentis la jubilation de Michel derrière moi. Le visage fermé, et les dents serrés, je mis un coup de pied derrière moi, enfonçant encore plus la lame dans ma chair, mais éloignant Michel. Je me retournai presque en même temps, voyant qu'il avait esquivé mon coup, mais avait laissé la lame dans ma peau. J'eus un rictus de douleur, et de colère, puis plus rien. Mon visage était devenu totalement inexpressif. Je devais faire le vide dans ma tête pour permettre de reprendre le contrôle de mon souffle. Ce que je fis en une demi-seconde. Cette fois, je ne laisserais pas la haine envahir mon être. J'arrachai la dague de mon omoplate, la faisant glisser hors de la plaie pour ne pas empirer mon état, et je la propulsai droit vers la tête de Michel. J'osait espérer qu'elle touche cette fois. Au même moment, j'entendis une sirène de police retentir. La fille de tout à l'heure avait sûrement signalé qu'un individu louche l'avait maltraité, et les policiers allaient fondre sur nous d'ici peu. Le combat ne pouvait pas s'éterniser.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Mer 9 Déc - 12:01

Le membre 'Ryujia Dragonstone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Arène' :
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Ven 11 Déc - 3:34

Je sentis l’os se briser sous mon attaque, le craquement creux que son bras produisit venait confirmer ma réussite. L’atroce cri de douleur que lâcha mon adversaire sonnait presque comme une mélodie à mes oreilles. Voir ce visage se crisper, entendre cette douleur, il n’y avait rien de plus beau sur le moment. Cette fois, ce fut à mon tour de lui rendre ce sourire narquois. Alors mon grand, on ne rigole plus ? J’étais tellement aux prises de cette grande satisfaction que je ne compris pas pourquoi je sentis soudainement les bras de Ryujia me cercler avant de me détourner. Je ne restai pas longtemps dans l’incompréhension.  La douleur de mon partenaire vint me déchirer, il avait utilisé son corps comme d’un bouclier. Brusquement, je m’étais retournée dans ses bras pour lui faire face, une expression inquiète sur le visage. Mais celui de mon aimant c’était déjà refermé.

La mienne ne changea pas, comment pouvait-il continuer à supporter de telle blessure ? Celle causé par l’arbalète continuait de saigner dans un flot régulier. J’avais mal pour lui, mais c’est fou comment je pouvais le détester en ce moment. Je le détestais de se sacrifier pour moi ainsi.

De son dos, il retira la lame d’un poignard qui s’était incrustée dans sa chair. Le sang perlait sur la lame, son sang. L’extase ressentit un peu plus tôt avait complètement disparu. Présentement, j’étais en colère, je voulais le voir souffrir, bien plus qu’un bras cassé. C’est alors que le poignard traversa l’air en direction du vampire ennemi. La lame l’atteignit à la tête.

Néanmoins, il ne mourra pas sur le coup. Parfait, tant mieux, qu’il souffre ! Il s’était laissé sur le sol, laissant tomber un léger sifflement d’agonie, mais il continuait à se débattre. Tu n’espères quand même pas pouvoir survivre ? Je quittais Ryujia et m’approchai de Michel, au loin, on entendait les sirènes approcher. Arriver au côté de son corps, je m’arrêtai et l’observai en silence. Sans même afficher la moindre expression, je savourais la souffrance de cet homme qui combattait pour survivre. C’est fini pour toi. Après quelques secondes de silence, mon sourire revint alors que je levais le pied pour l’appuyer sur le poignard. Dans un dernier spasme, il quitta la vie. Mon regard se leva sur mon compagnon lui offrant un doux sourire. Nous avons gagné, tu vois ?

Je laissai derrière moi le cadavre de Michel et allai retrouver Ryujia. Le sang recouvrait ses vêtements, je préférai détourner le regard de ce spectacle pour s’attarder sur son visage. La colère semblait se dissiper peu à peu, je préférai voir mon Ryujia comme cela. C’est dans une très grande prudence que j’allai le prendre dans mes bras afin de ne pas intensifier sa douleur. Je relevai la tête pour embrasser ses lèvres.

Pendant ce temps, le cri des sirènes avaient beaucoup augmenté, nous pouvions entendre le crissement des roues sur le sol. Il fallait partir au plus vite.

« C’est terminé… dépêchons-nous de trouver refuge que l’on s’occupe de ses blessure. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Ven 11 Déc - 4:42

Le poignard arriva en plein dans la tête de Michel, qui tomba en arrière, mais qui resta en vie quelques instants, le temps qu'Iseul savoure notre victoire et achève l'ennemi. Nous n'avions pas mangé finalement, et l'état dans lequel j'étais m'empêchait de refouler correctement cette faim de sang qui pulsait en moi. J'avais très faim, et très mal. Iseul me prit délicatement dans les bras, pas assez pour que je ne ressente rien, mais peu m'importait, elle était là et c'était le principal. Elle m'embrassa, et je ne pûs lui rendre la tendresse de son baiser tant ma mâchoire était cripsée de douleur. Je ôtai la veste noire que j'avais mis, la jetant dans une poubelle non loin alors que les sirènes se rapprochait, et déchirai grossièrement un bandage en quelques secondes que j'accrochai autour de moi en serrant bien fort, ce qui me fit lâcher un soupir douloureux. J'étais en piteux état, mais j'avais connu pire.
Je m'approchai de Michel, lui ôtai son manteau sans grand tact et me le mit, par précaution afin de cacher mes saignements, n'entendant presque pas ce que venait de me dire Iseul. Je lui jetai un regard entendu, et me mit à trottiner vers la route, tournant à gauche puis à droite. Les sirènes étaient extrèmement proche, et ils devaient avoir vu le corps de Michel car j'entendis, grâce à mon ouïe développée, des voix s'élever de derrière moi. Je devais rapidement trouver un moyen de nous sortir de là, et je vis alors notre opportunité: une unique voiture garée sur le côté, et aucun témoin. C'était une vieille Dacia rouge, mais elle conviendrait. Je ne pris pas le temps de vérifier à nouveau s'il y avait des témoins, et cassai la vitre d'un coup de coude, puis ouvrit la portière, me glissant par la suite à gauche, là où il y avait le volant. Les policiers semblaient ne pas venir vers nous.
J'arrachai le dessous du tableau de bord sans ménagement, trouvai les deux fils nécessaire à l'allumage et entamai d'allumer le contact. Cela prit environ une minute, suite à quoi la voiture démarra. Je ne portai toujours aucun regard sur Iseul, appuyant sur l'accélérateur comme un forcené, et atteignant les 80 km/h en à peine une dizaine de seconde, les pneus crissant bruyamment sur le bitume.
Je connaissais le chemin pour aller à l'hôtel que nous avions loué, mais cela n'était pas vraiment sûr. Je pris donc à droite au lieu de la gauche, en direction de la sortie de la ville, restant muet aux éventuelles questions d'Iseul. Je n'avais pas le temps pour lui parler dans l'immédiat, il fallait que je reste concentré pour ne pas imploser de douleur, et de tout un tas de sentiments qui commençaient doucement à me submerger. Nous arrivâmes à la sortie de la ville en à peine quelques minutes, le compteur affichant déjà 120 km/h. Je conduisais plutôt bien, pour quelqu'un de troué à deux endroits du corps. Mais on voyait bien que je n'étais pas très habitué à la conduite, car je prenais les virages sans aucun tact, et que je faisais crisser les pneus très fort.
Nous nous enfoncîmes sur la nationnale, pendant 5 minutes, un silence pesant régnant dans la voiture. Puis, subitement, je tournai à gauche, alors que nous passions à l'orée d'un bois en bordure de route. Je pris un chemin de terre qui n'était visiblement pas très fameux, à en juger par l'état pitoyable dans lequel il était, ce qui me força à ralentir pour atteindre une vingtaine de kilomètres.
Nous nous enfoncîmes dans le petit bois, jusqu'à ce que le chemin de terre s'achève. J'arrêtai alors la voiture nette, un peu brusquement, et ouvrit la portière. Je jetai un regard à cette vieille Dasia dont je devais avoir bien ramoné le moteur, et sortir une liasse de lei roumain que je jetai sur le siège. Sans me retourner, je pris alors un chemin à travers les bois, un chemin qui n'était pas physiquement tracé, mais qui l'était dans ma tête. Nous marchîmes environ 5 autres minutes, et arrivîmes enfin à la grande clairière, celle que je voulais atteindre depuis le début. Mais plus imposant que la clairière, un immense manoir se dressait devant nous, imposant et macabre sous la pâle lumière de la lune. Enfin, il devait être macabre pour les autres. Pour moi, il représentait le foyer forcé, celui que je n'avais pas choisi mais où je revenais toujours malgré tout. C'était mon chez moi.
Je me retournai enfin vers Iseul et lui annonçai, la voix ferme mais faible:

"Voici le manoir familial des Dragonstone. C'est ici que nous dormirons cette nuit, malgré que je m'étais promis de ne plus jamais y remettre les pieds."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Sam 30 Jan - 21:42

C’était difficile… difficile de laisser planer ce silence, difficile d’observer la souffrance de Ryujia, difficile de ne rien pouvoir faire. Les questions, ce n’étaient pas ce qui me manquait. Beaucoup me brûlaient les lèvres. Ce n’était pas le moment pour cela. Mais une question tenta quand même de me les franchir.

« Où allons-nous ? »

Mais Ryujia reste comme du marbre, sans porter la moindre attention à moi. J’avais lâché un soupire avant de m’enfoncer dans mon siège. L’inquiétude me creusait l’estomac, le regard posé sur mon compagnon. Il s’attarda sur ses doigts crispés sur le volant, sa mâchoire serrée par la douleur ou encore ses yeux braqués sur la route, trahissant une multitude de sentiments ; douleur, épuisement, colère… Je le sentais froid et distant, plus qu’à l’accoutumée. Je n’avais d’autres choix que de ravaler mes questions, mais lorsqu’il me permettra enfin de les poser, je ne peux promettre de retenir l’avalanche qui va déferler. Malgré cette victoire, ce n’était guère le temps à la réjouissance. Je n’avais pas la moindre idée de notre destination, mais encore une fois, je devais compter sur lui… Même dans de tels moments je ne pouvais rien pour l’aider. La conduite dangereuse de Ryujia m’aidait un peu à oublier ces tracas. Une main agrippée à la portière, j’étais rassurée d’avoir survécu à chaque fois qu’il terminait un virage.

Plusieurs longues minutes s’écroulèrent. Nous avions pénétré une forêt, ce qui me fit encore plus me questionner sur notre destination. Que venions-nous faire ici ? Enfin, il arrêta la voiture, quoique brutalement, mais nous avions survécu, c’était déjà cela.

Encore une fois je ne pus me permettre la moindre question. Ce n’est pas comme s’il m’en laissait le temps. Sorti de la voiture qu’il s’était approprié, le voilà déjà reparti, il poursuivait de nouveau son chemin à travers les bois, il ne nous laissait vraiment pas le temps de reprendre notre souffle celui-là. Je n’eus d’autres choix que de me dépêcher de quitter le siège passager pour le rattraper. Quant à Ryujia, il restait toujours aussi inexpressif, il me semblait ailleurs, j’avais même l’impression qu’il avait oublié ma présence. Il n’y avait pas que ses blessures, j’en étais certaine… Je ne pouvais que respecter son mutisme tout en le suivant en silence. Ce parcours semblait déboucher nulle part et pourtant il continuait d’avancer sans la moindre hésitation.

J’étais aux prises de mes pensées, de mes tracas et de mes questions. Je ne fis guère attention au boisé que nous traversions. Jusqu’à ce qu’il brise de lui-même le silence qu’il avait imposé. Je dois avouer que je fus surprise d’entendre sa voix. Cela faisait un moment que les mots n’avaient pas traversé nos lèvres.
Mes yeux le quittèrent pour la première fois afin de s’attarder sur le bâtiment qui s’élevait devant nous. Je ne savais pas qu’il détenait un manoir. Il y a encore tellement de secret enfoui dans cette personne. Le manoir n’avait rien de très accueillant, le temps avait pris sur lui, il était très âgé. Ce bâtiment ferait fureur auprès des jeunes à la recherche de frayeurs. Enfin, ce n’était pas temps à la contemplation, nous avions d’autres problèmes à régler.

Il a toujours une exception à la règle… Qu’attendons-nous ? Allons-y.  

J’affichai un petit sourire avant de devancer Ryujia. Je n’avais pas la moindre idée de la raison qui l’avait poussé à fuir ses lieux, mais il y avait plus important à faire. Je m’approchai de la grande porte qui, comme je l’avais deviné, était verrouillée. Il serait étonnant que Ryujia détienne la clé avec lui, c’est pourquoi je me permis de briser le verrou en m’attaquant à la poignée de cette dernière. Elle céda rapidement, ce qui nous permit d’ouvrir ces lourdes portes et de découvrir ce qu’il s’en cachait.  

Ce fut la pénombre et la poussière qui nous accueillirent. Mes yeux parcoururent rapidement le grand hall au plafond étonnamment haut, ce n’est pas la noirceur des lieux qui allaient nous gêner. Mais un peu de clarté pour nous accompagner dans cette longue nuit ne nous ferait pas de mal. Je vais me préoccuper de cela plus tard. Je me retournais en direction de Ryujia.

Dit moi où je peux trouver de quoi te soigner, va t’installer quelque part pour te reposer, je m’occupes de tout. Tu as suffisamment fait d’effort comme cela.

Cette fois, c’est moi qui lui parlais d’une voix ferme. Je ne voulais pas qu’il en fasse plus que ce qu’il avait déjà fait. Mais ma voix tremblait légèrement. Le visage de mon amant était si blême, défiguré par la douleur. Ce qui me fit souvenir d’un détail important…

N’y aurait-il pas, en plus, de quoi satisfaire notre soif… ?

Ryujia n’allait jamais pouvoir guérir convenablement s’il ne s’abreuvait pas rapidement. Quant à moi, certes elle était présente, mais je pouvais encore me contenir, non pas comme lui…  Il me devait de conserver mon calme, mais aussi de faire vite.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Dim 31 Jan - 2:28

Elle semblait heureuse que mon mutisme fut enfin éclipsé. Mais je préférais éviter de parler, d'une part pour cacher ma douleur, et de l'autre parceque j'avais beaucoup plus urgent à faire.

"Il a toujours une exception à la règle… Qu’attendons-nous ? Allons-y.   "

Je me hâtai de la rejoindre, elle qui avait déjà entamé le pas vers ma demeure. Elle arriva, après un seuil lugubre, près d'une porte avec un gros verrou. J'allais toquer pour demander à Jeeves de nous ouvrir quand je vis Iseul briser le verrou. Je me tûs, trop exténué et amusé pour dire quoi que ce soit. J'avais un majordome qui allait se faire un plaisir de réparer ce verrou.
A l'intérieur, il faisait plutôt sombre et de la poussière apparut sous mes pas comme un nuage toxique. Jeeves avait négligé le hall visiblement, certainement car plus personne ne nous visitait depuis des années. Je vis Iseul monter les yeux vers le plafond, sûrement le trouvait-elle très haut. Mais j'y étais habitué pour ma part. Je crispai les dents mais me ressaisit quand elle posa son regard sur moi et me dit d'une voix un peu plus ferme:

"Dit moi où je peux trouver de quoi te soigner, va t’installer quelque part pour te reposer, je m’occupes de tout. Tu as suffisamment fait d’effort comme cela. "

Elle marquait une pause en accentuant son regard, puis repris en semblant penser à quelque chose subitement:

"N’y aurait-il pas, en plus, de quoi satisfaire notre soif… ? "

Je fis un sourire-grimace en m'apprêtant à répondre quand j'aperçus une silhouette maigre et élancée en haut des escaliers, derrière Iseul. D'apparence masculine, il était vêtu d'une chemise blanche et d'un costume gris sobre mais élégant, un pantalon de la même couleur et de chaussures noires impeccables et lustrées. Le nez légèrement aquilin, la mine sérieuse, les lèvres inexistantes et les cheveux blancs coupés courts, cette personne prit la parole, ses yeux d'une lueur légèrement rouge se détachant de la pénombre ambiante:

"Maître Ryujia ? Je ne m'attendais pas à vous voir ici de nouveau, et pas en compagnie d'une dame. Allez dans le salon, je vous apporte de quoi vous remettre d'aplomb. Dépêchez, vous m'avez l'air en piteux état."

Je me dirigeait donc vers le salon, à ma gauche, Jeeves descendant alors les escaliers d'un pas grâcieux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Dim 31 Jan - 8:09

Le regard de Ryujia se portait derrière moi et avant même que je me retourne, une voix calme s’éleva. Je m’écartai afin de déceler la provenance de cette voix. Du haut de l’escalier le profil d’un homme se découpa. Je me sentis immédiatement coupable pour le verrou que je venais de détruire, j’aurais peut-être dû demander à Ryujia avant… Il aurait pu me fournir des informations aussi. Mon compagnon s’était dirigé dans l’immédiat dans la pièce de gauche, le salon certainement. Je n’aurais entendu sa voix que peu longtemps. De nouveau je m’attardai sur le nouveau venu, accoutré proprement et élégamment, il reflétait l’image même que je me fais d’un majordome. Je présumai que c’était certainement le cas. Là où nous en étions, j’étais trop épuisée pour m’en étonner. Alors qu’il descendait l’escalier, j’apercevais, du coin de l’œil, Ryujia disparaître dans la pièce de gauche. Voyant le majordome s’approcher, je lui souris respectueusement. J’étais légèrement moins angoisser de savoir cette homme prendre soin de mon compagnon. Je m’autorisai à me détendre un peu, quoiqu’il n’était toujours pas soigné.

« Bonsoir, hum… pardonnez-moi pour le verrou, je ne pensais pas que le manoir était habiter et puis Ryujia ne m’avait donné aucune information sur l’endroit et enfin… »

Il me répondit à mon sourire, ayant maintenant atteint le bas de l’escalier.

« Ne vous tracassez pas pour cela mademoiselle, je vais m’occuper de la réparer quand le temps me le permettra. »

Je n’étais pas en train de tracasser pour la porte, j’avais un plus grand tracas présentement. Mais ça me rassurant d’apprendre que ça l’importait peu. Alors qu’il passait à côté de moi pour rejoindre Ryujia je l’arrêtais pour le questionner rapidement.

« Il y a un endroit où vous conservez le sang, pour nous nourrir ? »

C’était bien le manoir Dragonstone, ils doivent certainement conserver un peu de sang. Ma conclusion fut rapidement confirmée par le majordome qui hocha la tête.

« Il y a une chambre froide à la cuisine qui contient tout ce en quoi vous aurez besoin mademoiselle. »

Suite à quoi il m’expliqua comment m’y rendre avant que j’abandonne Ryujia entre ses mains. Sans tardé, je trouvai le couloir qui déboucha directement dans une très grande cuisine fort bien équipé. Sur la droite je constatai une grande porte qui je devinais être la chambre froide. Je ne m’attardai pas plus longtemps et atteignit la porte que j’ouvris (cette fois je laisse le verrou tranquille). À l’intérieur, les poches de sang s’entassèrent en très grande quantité, tous bien ranger. Voir autant de litre de sang me fit sentir mal, je dus m’appuyer contre la porte pour me calmer. Je n’avais pas constaté avant maintenant que j’étais autant affamée. Je m’agrippai un moment à la porte avant de prendre la première poche de sang venu et de la boire à grande gorgé. À croire que ce soir j’étais supposée m’abreuver à même un corps et me voilà de nouveau à boire dans l’une des ce fameuse poche que je déteste temps. Une fois complètement vidé, je me calmais tranquillement, me souvenant que j’étais venu ici pour Ryujia. Je récupérais une autre poche pour moi que j’avais l’intention de boire plus lentement et deux autres pour mon partenaire. Je quittai la chambre froide, refermant la porte derrière moi et retraçai le chemin inverse pour rejoindre les autres au salon.

En arrivant dans la pièce, Ryujia se trouvait sur un canapé, le visage crispé par la douleur alors que son majordome se trouvait à ses côtés, s’occupant de soigner ses blessures. Mon estomac se noua à le voir ainsi, le sang continuait de couler de ses plaies. Je déposais deux des poches sur une table base et m’approchais d’eux alors que j’ouvrais la troisième. J’arrivais au côté de Ryujia, lui fis un doux sourire et m’agenouillait à côté avant de porter la poche de sang à ses lèvres sans dire un mot, c’était inutile de parler.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Dim 31 Jan - 16:57

J'arrivai rapidement au salon, alors que j'entendais quelques voix derrière moi. Sûrement qu'Iseul lui demandait ce qu'elle m'avait demandé juste avant.
Le salon était spacieux et assez peu poussiéreux pour le coup. Il y avait trois grand canapés en soie rouge et deux fauteuils en cuir, la décoration était assez opulente. Un rideau était ouvert, ce qui laissait percevoir un léger filet de lumière en provenance de la Lune. Alors que je me posais sur le canapé, en position couchée et torse nu, Jeeves arriva avec une trousse de secours dans les bras. Il restait silencieux, mais je savais qu'il avait certaines questions en tête, je le connaissais. Il était trop consciencieux pour les poser, alors je décidai de lui répondre pendant qu'il commençait à traiter mes blessures:

"Nous nous sommes fait attaquer par un chasseur de vampire, moi et ma compagne. Mais nous nous en sommes débarassés, pas d'inquiétu-"

Je me tus et échappai un grognement de douleur. Jeeves opinai, et se décida enfin à parler:

"Cette jeune pousse est donc votre compagne? Heureux d'apprendre que vous vous êtes enfin décidé à vous acoquiner avec une pure sang. Elle m'a l'air d'être une bonne personne."

J'acquiesçai en guise de réponse, alors qu'il palpai ma blessure dans le dos et commençait à désinfecter. Une fois sa tâche accomplie, il nettoya le sang et banda la plaie, et me demanda de me retourner. Je m'exécutai, me retrouvant sur le dos, et il se retourna pour prendre de quoi nettoyer le sang dans la trousse qu'il avait posé sur la table basse en verre juste à coté, quand ma douce entra dans la pièce. Je vis la compassion dans son regard, ne pouvant lui répondre que par une grimace crispée. Elle posa deux poches de sang à coté du nécessaire de soin et en ouvrit une troisième qu'elle approcha de mes lèvre. J'avalai le sang sans poser de questions puis la regardai dans les yeux, les yeux remplis d'un sentiment qu'elle connaissait, celui de l'amour. Sur mon champ de vision j'aperçus la chaîne hi-fi que mon frère avait installé il y a longtemps. Je me tournai vers Jeeves:

"Vous avez gardé la chaîne hi-fi de mon frère? Allumez-la s'il vous plaît."

Il acquiesça, sans un mot, et alla allumer la chaîne, laissant tourner la clé USB que mon frère avait laissé, il y a au moins un an de ça. Une musique douce se lança, et j'en profitai pour embrasser Iseul d'un baiser amoureux et passioné, faisant fi de la douleur. J'aimais cette fille de tout mon coeur, et je ne voulais pas qu'elle souffre à ma place. Je lui caressai les cheveux, le regard tendre, alors que Jeeves désinfectait ma plaie.

Spoiler:
 

Je gardai ma tête contre celle d'Iseul alors que la musique défilait, les yeux fermés mais le coeur ouvert, ne sachant quoi dire d'autre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 1 Fév - 2:04

Le voile de colère et de douleur avait quitté ses yeux, son regard était enfin redevenu celui que je lui connaissais. Celui de tout l’amour qu’il me portait qui reflétait le plus profond de ses sentiments, ainsi que les miens. Il n’hésita pas à boire le liquide que je lui avais apporté et rapidement il n’en resta plus rien. Ryujia avait demandé à son majordome d’allumer la chaîne hi-fi, ce qu’il fit sans dire un mot, mais une fois que la douce musique enveloppa le salon, il retourna rapidement à sa tâche. Ça avait de quoi pour détendre l’atmosphère.
Je me laissai importé par le baiser passionné de Ryujia, combler par cette affection qu’il me portait, frémissant alors qu’il me caressait les cheveux. Cette nuit m’avait épuisé et maintenant que je pouvais me permettre de me d’étendre, je sentais la fatigue se présenter à moi. Je souris tendrement à mon compagnon alors qu’on se détachait de notre baiser. Sa tête était maintenant déposer contre la mienne, je le sentais à son tour se détendre alors que son majordome terminait ses derniers soins. Ce combat était présentement loin de nous.

Je levais la main que je portais au visage de Ryujia que je caressais avec douceur, sa barbe piquetant mes doigts. J’avais moi-même la tête qui reposait contre le canapé, assis à même le sol. Non loin, j’entendis les déplacements du majordome qui rassemblait le matériel avant de quitter la pièce sans rien ajouter. Ryujia était maintenant sauf.

« Ne m’inquiète plus jamais comme ça. »

M’entendis-je dire une fois seuls dans le salon. Je n’avais jamais eu aussi peur pour quelqu’un avant aujourd’hui. Je lâchai un petit soupir et attirai mon autre main pour prendre celle de Ryujia que je serai légèrement.

« Dit-moi si tu as encore besoin de boire. »

Au fond de moi je me retenais de poser la moindre question qui me brule les lèvres depuis déjà trop longtemps. Mais je m’abstenais, pour lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 1 Fév - 2:21

Ma douce posai sa tête sur le rebord du canapé en me caressant la joue pendant que Jeeves rangeait les affaires et s'éclipsait sans un mot, fidèle à lui-même. Iseul prit alors la parole:

"Ne m’inquiète plus jamais comme ça."

Je souris intérieurement. On m'avait rarement dit ce genre de chose, d'autant plus que j'avais été soldat dans plusieurs guerres, à plusieurs époques. Je ne m'étais pas demandé une seule seconde si j'allais survivre depuis notre fuite de la ruelle sombre dans laquelle cet enfoiré nous avait piégé. Pas une seule fois. Mais je m'étais inquiété pour Iseul. Mon apparente carapace avait maintenant un trou, un trou que j'aurais du mal à combler s'il arrivait malheur à Iseul. Elle ajoutai, sûrement par politesse:

"Dit-moi si tu as encore besoin de boire."

Je fis non de la tête et plongeai mon regard dans le sien. Je n'arrivais pas vraiment à lire en elle, mais je me doutais qu'elle avait beaucoup de questions, mais que son amour pour moi faisait taire. Je me relevai du canapé, doucement, plissant les yeux comme seule marque de douleur, et hurlai:

"Jeeves ! Emmenez moi mon manteau noir et une chemise!"

Je me tournai vers Iseul, toujours torse nu, et lui dit d'une voix plus basse:

"Désolé pour ce soir ma douce. Je sais que tu as beaucoup de questions, et je serais heureux de répondre à toute. Oh et s'il te plaît..."

Je me penchai vers son oreille et lui chuchotai:

".. Arrête de me regarder comme si j'étais un faible vampire sans expérience. Je vais bien."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 1 Fév - 2:38

Il refusa ma proposition avant de se soulever, avec prudence, du canapé. Mon regard s’attarda sur les pansements qui lui recouvrait l’épaule. Jeeves, comme j’ai pu le deviner alors que mon compagnon l’interpelait, avait fait du bon travail. Je quittai ses blessures des yeux pour les porter sur ceux de Ryujia qui s’excusait. Lorsqu’il se penchait sur mon oreille pour terminer sa phrase, je souris, relevant la main pour ainsi déplacer son visage avant de déposer un rapide baiser sur ses lèvres.

« Je ne peux faire autrement que de m’inquiéter pour toi, je t’aime et que tu le veuille ou non, chaque blessure que tu recevras et qui ne proviendra pas de moi, m’inquiètera. »

Suite à quoi je me relevais du sol pour le rejoindre sur le canapé, m’assoyant à ses côtés.

« Alors laisse-moi commencer en te demandant qui était cet homme ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 1 Fév - 3:03

Elle m'embrassa et me dit:

"Je ne peux faire autrement que de m’inquiéter pour toi, je t’aime et que tu le veuille ou non, chaque blessure que tu recevras et qui ne proviendra pas de moi, m’inquiètera."

Suite à quoi elle vint s'asseoir à mes côtés:

"Alors laisse-moi commencer en te demandant qui était cet homme ? "

Je pris une grande inspiration et lui répondis:

"Je vais te raconter une histoire ma douce. Comme tu le sais il y a beaucoup de familles de vampires ici, en Transylvanie, notamment la famille du célèbre Dracula, qui est le plus vieux vampire encore vivant. Il y a longtemps, un vamire a mordu un chasseur. Mais là où tu vois une simple morsure, il faut voir un bouleversement dans l'histoire. Ce chasseur appartenait à la lignée princière de Transylvanie, qui est une des plus vieilles lignées de chasseur de vampire au monde. En règle générale, quand ce genre de chose se produisait, le chasseur infecté se suicidait. Mais cette fois-ci, ça ne s'est pas déroulé comme ça. Il a décidé d'embrasser sa nouvelle nature, et a rallié des membres de sa famille à sa cause, créant un schisme dans la lignée. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il réussit à faire survivre et prospérer sa famille, luttant contre ses anciens frères qui l'avait renié. Cette famille prospéra longuement mais il y a quelques dizaines d'années, le patriarche déclara qu'il était temps de marier sa fille à une autre famille de vampires. Il décida de s'allier au Dragonstone pour garantir sa survie, et je fus choisi pour être fiancé à cette jeune fille. Je n'eus jamais l'occasion de la voir, car avant les routes étaient beaucoup moins sûre que maintenant, et ils ne voulaient pas risquer de perdre une de ses descendantes. Mais nous conversîmes pendant presque six mois ensemble, par lettre, et je commençai peu à peu à avoir des sentiments pour cette jeune vampire qui était pour moi la personnalisation de l'innocence. Elle était gentille, intelligente, raisonnée, et très jolie."

Mon regard se fit plus sombre et je soupirai légèrement avant de continuer:

"Mais cette fille avait un frère. Ce frère voulait à tout prix retourner aux sources, honteux d'être une créature nocturne. Il se décida de virer de bord à quelques mois du mariage et tua sa soeur et sa mère avant de s'enfuir de son domaine. Quand j'ai appris ceci, ça m'a brisé le coeur, et je suis parti à sa poursuite. Je l'ai vite retrouvé, en train de dépenser son argent dans une taverne. Un combat s'en ai suivi, suite à quoi j'ai réussi à le plaquer au sol et je lui planta sa propre dague dans l'oeil. Puis je suis reparti, le laissant pour mort, ma vengeance accomplie. Ce type, c'était Michel, celui qu'on a rencontré plus tôt dans la soirée. Il allait devenir mon beau-frère par alliance, mais il a pris celle que j'ai aimé. Le savoir bel et bien mort me remplit de la même joie que j'ai eu lorsque je lui ai planté la dague dans l'oeil."

Je fermai les yeux et m'allongeai sur le canapé, attendant une réponse alors que Jeeves rentrait dans la pièce, mes affaires sous le bras.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   Lun 1 Fév - 3:36

Je l’écoutai attentivement parler attendant la fin de son récit pour me permettre de parler. Il avait confirmé mes réflexions, mais l’ajout de l’histoire de cette famille chasseur/vampire me permit de mieux comprendre. Je repris entre mes mains celle de Ryujia, je ressentais le besoin de sentir son contact tout simplement. Au même moment Jeeves nous rejoignit avec les vêtements de Ryujua avec lui. Je ne fis pas attention à lui, continuant la discussion.

« Maintenant nous sommes assurés de ne plus entendre parler de lui, il a de quoi être heureux. Il a bien mérité cette mort, après tout ce qu’il a fait. J’ai de la difficulté à croire qu’une telle famille puisse existée, c’est tellement contradictoire à ce que ça devrait être. »

Alors que Jeeves apportait les vêtements à Ryujia je m’étirais pour prendre l’une des poches de sang que j’avais délaissé sur la table base. Je l’ouvris et bu une gorgé avant de poursuivre.

« Alors pourquoi tu ne souhaitais jamais remettre les pieds ici ? L’endroit me semble charmante, de plus tu as Jeeves pour t’accueillir, non ? »

Le manoir devait certainement regorger de mauvais souvenir pour Ryujia, mais je voyais mal lesquels.
Revenir en haut Aller en bas


Je suis...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Transylvanie] “La peur est ce qui gronde dans le courage ; la peur est ce qui pousse le courage au delà du but.” [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fait peur au lion avant qu'il ne te fasse peur
» « Fais peur au lion avant qu'il ne te fasse peur. » [Omar Ibn Al-Khattäb] + Cassidy & Elliana
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Qu'est-ce qui vous fait si peur dans le Hierophant?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: