Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mar 14 Juil - 20:37

Je vis soudain des crocs apparaître et sa barbe s'allonger pour commencer à former sa fourrure. Sachant qu'il n'était pas dangereux, je ne bougeais pas, me contentant de froncer légèrement les sourcils. Ils sembla reprendre ses esprits, si on peut le dire ainsi, et repris forme humaine. Il m'embrassa brièvement.

"Désolé"

D'un geste de la main, je l'assurais que ce n'était pas grave. Alors qu'il se recouchait correctement, il m'invita à me remettre sur son torse et je le fis de bonne grâce. J'y étais à l'aise, je ne ressentais aucune gêne à être ainsi presque vautrée sur lui. Ça m'était limite naturel.
J'espérais vivement que ça continuerais comme ça. Plus le temps passait et plus je l'appréciait.

"Dis moi ma jolie, pourquoi tu t'es laissé faire quand je t'ai embrassé ?"

Vaste question à la réponse si simple. Je me tortillait un peu pour pouvoir le regarder sans me redresser.

—Et bien la réponse est assez simple. Tu me plaît bien. Alors, à partir de ce constat, pourquoi t'empêcher de m'embrasser ?

Je lui souris. Ma réponse, bien que simple, impliquait un possible futur - à court ou à long terme, seul l'avenir le dirait. Et j'angoissais un peu de savoir si mon intérêt était réciproque. Aussi enchaînais-je presque aussitôt

—Et toi, pourquoi m'as-tu embrassée ?

Un nœud se forma subrepticement dans mon ventre. Même si je savais que ça avait de l'importance pour moi, je ne commençais qu'à me rendre compte à quel point sa réponse comptais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mar 14 Juil - 23:31

Ma question semblait un peu épineuse, car elle se tortilla sur moi avant de me dire:

"—Et bien la réponse est assez simple. Tu me plaît bien. Alors, à partir de ce constat, pourquoi t'empêcher de m'embrasser ?"

Je souris légèrement, en écho à son sourire. J'avais la réponse que je voulais. J'espérais que ce constat allait durer assez longtemps pour concrétiser quelque chose. Les coups d'un soir ne m'avait jamais vraiment intéressé, ni les courtes relations. Elle me demanda alors:

"Et toi, pourquoi m'as-tu embrassée ?"

On y venait. De toute façon, j'allais pas lui cacher qu'elle me plaisait. Pourquoi étant donné que je connaissais ses sentiments à elle, je n'avais pas à lui infliger le supplice de l'indécision. Mais je préférais jouer le romantique. Je relevai délicatement sa tête du bout de mes doigts et la réembrassai, lentement, avec assurance, puis lui dit finalement:

"Pour la même raison que maintenant. Parce que quand je te vois j'ai envie de rester indéfiniment collé à tes lèvres."

Je lui caressai les cheveux et lui fit un clin d'oeil. C'était d'avis général que les gens défoncés étaient plus poétique que le moyenne, et je ne dérogeais pas à la règle. Je finis sur une ultime question:

"La réponse te convient ?"

Je posai mon autre main sur son ventre et restai là un instant, dans une position confortable avec un sentiment que je n'avais pas eu depuis bien longtemps. L'amour de la liberté. L'amour de l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mar 14 Juil - 23:49

Il m'embrassa lentement et avec assurance. J'appréciais en souriant.

"Pour la même raison que maintenant. Parce que quand je te vois j'ai envie de rester indéfiniment collé à tes lèvres."

Je souris encore plus tandis qu'il me caressait les cheveux.

"La réponse te convient ?"

Il posa une main sur mon ventre. Je me redressais un peu et allait l'embrasser à mon tour. Doucement, langoureusement. Je fis durer comme ça un instant avant de décoller mes lèvres des siennes, un peu essoufflée.

—Ça me convient parfaitement...

Je l'embrassais à nouveau, plus fougueusement et me mis à califourchon au-dessus de lui. J'étais plus à l'aise pour l'embrasser.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 0:09

Comme réponse, elle se redressa et me rendit un baiser long, langoureux, agréable. Je sentis en moi le plaisir que l'on ressent quand on sait que quelqu'un s'intéresse à nous. Ce bonheur, qui certes ne dure pas, mais qui est intense. Le bonheur d'aimer et d'être aimé en retour.
Elle retira ses lèvres après un long moment, légèrement essoufflée, et me dit:

"—Ça me convient parfaitement..."

Puis elle recommença à m'embrasser, avec une fougue que je ne lui connaissais pas encore, et se mit à califourchon sur moi. Je sentis une légère bosse se former, bosse que je préféra effacer. Il était bien trop tôt, et on était clairement pas au bon endroit. Mes mains se posèrent sur ses fesses et je laissai le baiser se faire, content, fier, heureux. Content de partager un moment avec une fille. Fier que mon charme fasse toujours effet. Heureux que cette fille soit Sakura. Puis, une fois notre échange fini, je glissa une main dans ma poche et en sortis deux écouteurs, que je secouai pour défaire les noeuds, appuyai sur le bouton marche de mon portable et laissai la musique aller. C'était du bon vieux rock. Du "The Animals". L'occasion était plutôt bonne, alors je tendis un écouteur vers Sakura. J'espère qu'elle apprendrait à aimer le rock et le metal, parce que ce style de musique faisait intégralement parti de moi. Je me souvins alors d'une phrase de la chanson:
"Spend your lives in sin and misery
In the House of the Rising Sun"
La musique faisait vibrer mon coeur avec autant de ardeur que Sakura il y a quelques secondes. Doucement, mes muscles se détendirent, je fermai les yeux et je profitai de ce moment unique.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 0:20

Il posa ses mains sur mes fesses et je souris. Je n'étais pas prête à aller beaucoup plus loin que les baisers et les caressé avec lui, et surtout pas au beau milieu de la clairière, mais étonnamment sont geste ne me gênait pas. Comme s'il savait mes sentiments et ne les dépasserait pas. Quand nous eûmes fini de nous embrasser, il sorti deux écouteurs de sa poche et m'en tendit un. Curieuse je le pris.
Une musique inconnue parvint à mon oreille mais je reconnu clairement du rock. Du vieux rock comme on n'en faisait plus et comme je l'aimais. Souriant, je posais ma tête sur son épaule, toujours sur lui. Vu que je ne pesais pas lourd, ça ne devais pas le déranger mais je fit quand même attention.
Je profitais de la musique avec lui un instant, tapant du bout des doigts en rythme avec celle ci sur son torse toujours dénudé, avant de me décider à lui poser une question qui me brûlait les lèvres

-Dis moi, ça veut dire qu'on est en couple?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 0:48

Le rock ne parut pas la déranger, et elle vint blottir sa tête sur mon épaule. Ca me permit de me rendre compte à quel point elle était légère, ou peut-être à quel point moi j'étais musclé. La nuance était assez floue de toute façon, et ça devait être un peu des deux. Elle tapotait mon torse du bout de ses doigts, au rythme de la musique, puis elle me posa LA question. La fameuse question qui aurait mérité que je me fume le pétard en une latte tant elle était subtile.

"-Dis moi, ça veut dire qu'on est en couple?"

Je ne bougeai pas d'un poil, et un frisson parcourut mon échine. Et bien peut-être bien oui. En même temps, tout s'était beaucoup précipité. Mais si elle attendait une réponse, je devais lui en fournir. Je la regardai alors droit dans les yeux et lui dis:

"Et bien... hum... Tout s'est précipité assez vite je dois dire, mais... enfin... personne ne t'attends autre que moi si ?"

C'était une façon d'atténuer la question et aussi de savoir si j'avais d'éventuels rivaux à décimer. Parce que oui, quand il était question de ce genre de chose, je ne partageais pas, et gare à celui qui essayait. Mes poings avait déjà cassé quelques nez, et ça ne me dérangeait pas de recommencer, tant pis pour les gardes à vue interminables. J'étais quelqu'un de plutôt violent sur ce genre de chose, donc autant poser les bases sur le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 0:56

Il me regarda droit dans les yeux et sa réponse se fit, à mon sens, plutôt hésitante. Et il posa la question d'éventuels rivaux. I, était vrai que tout était aller très vite et je ne lui en voulais pas. Je souris même, taquine.

-Si je te dis que la liste d'attente est longue comme ton bras, tu me croira ?

Néanmoins, ne voulant pas l'énerver, je l'embrassais rapidement avant d'enchaîner.

-Il n'y a personne qui attend et je ne mettrais personne sur attente ! Ne t'en fait pas, pour moi tu es le seul à être intéressant à des kilomètres à la ronde.

Je ne pu cependant pas m'empêcher d'ajouter, un air angélique sur le visage

-Enfin pour le moment. ..

Je lui sourit avant de me ré blottir contre lui, sans cesser de l'observer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 1:05

"-Si je te dis que la liste d'attente est longue comme ton bras, tu me croira ?"

J'allais lui répondre "Et si je te disais que mon bras peut étaler toute la liste d'attente en un coup ?" mais elle fut plus rapide que moi et m'embrassa rapidement avant d'enchaîner:

"-Il n'y a personne qui attend et je ne mettrais personne sur attente ! Ne t'en fait pas, pour moi tu es le seul à être intéressant à des kilomètres à la ronde."

Cette réponse me rassura en un sens. Après tout, je ne cherchais pas non plus la bagarre. Une vie sereine est toujours préférable à la tumulte d'une vie de loubard. Mais elle ajouta un petit quelque chose qui me fit légèrement sourire:

"-Enfin pour le moment. .."

Elle se remit contre moi, me regardant toujours de ses jolis yeux bridés. Elle voulait la jouer "femme convoitée" alors ? Très bien, on serait deux à jouer alors. Je lui dis, un peu fanfaron:

"Maintenant que tu le dis, c'est vrai que moi aussi j'ai quelques étudiantes du Refuge qui aimerait bien que je leur fasse quelques... confidences. Tu en penses quoi toi ?"

Je lui fis un sourire aussi innocent qu'elle précédemment, et levai un sourcil, sur l'air du questionnement. Comme si sa réponse m'était inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 1:18

"Maintenant que tu le dis, c'est vrai que moi aussi j'ai quelques étudiantes du Refuge qui aimerait bien que je leur fasse quelques... confidences. Tu en penses quoi toi ?"

Je lui tirait la langue. Je devais reconnaître que je l'avais mérité... après tout j'avais commencé ! Ensuite je me redressais pour mettre mon visage à quelques centimètres du sien, et de chuchoter

-J'en dis qu'il va falloir que je te prouve que je suis la seule fille sceptique de t'intéresser dans tout le pays...

sur ses mots, je de posais mes lèvres sur les siennes en un baiser qui se voulait sensuel. Je ne voulais toujours pas aller plus loin que ça mais j'avoue que le désir de l'entendre s'avouer vaincu pouvait bien me faire commettre une petite, mais toute petite, folie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 1:25

Elle me tira la langue et enchaîna avec une réponse qui me fit plaisir:

"J'en dis qu'il va falloir que je te prouve que je suis la seule fille sceptique de t'intéresser dans tout le pays..."

Elle me saisit alors et me donna un baiser... sensuel, c'était le mot. Un baiser qui en général promettait quelque chose d'autre derrière. Mais c'était trop tôt, j'espérais qu'elle le savait elle aussi. Sûrement l'avait-elle déjà fait, mais je doutais que ce soit dans ces conditions, aussi rapidement et dans un lieu public. J'écourtai un peu le baiser et lui dit, du ton du gentleman:

"C'est bon je m'incline, je vais devoir briser le coeur de toutes ses jeunes filles, mais si c'est pour toi c'est avec plaisir."

Je me rapprochai alors, mes lèvres collées à son oreille, et lui murmura:

"Mais fais attention à ne pas trop me mettre l'eau à la bouche, je suis un homme, et en même temps une bête, Sakura."

Puis, dans l'action du moment, je lui mordillai le lobe de l'oreille et commençai à faire des ronds sur ses fesses de mon pouce, comme une légère caresse. Si elle continuait à me lancer des signaux, j'enverrais balader la décence et la maîtrise et je lui montrerais ce qu'on récolte à réveiller l'animal qui sommeille en moi. Non pas que je sois brutal, au contraire, mais dans le vif de l'action, je me savais capable de faire des choses diablement érotique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 1:43

Je souris, satisfaite de à réponse. Puis il vint glisser à mon oreille "Mais fais attention à ne pas trop me mettre l'eau à la bouche, je suis un homme, et en même temps une bête, Sakura." Je frissonnais en entendant sa phrase aussi chargée de promesse que d'une (délicieuse) menace. A cela, il ajouta de légères caressé de son pouce sur mes fesses et il me mordille le lobe de l'oreille. Un long frisson parcouru mon corps avant de venir se loger dans mon ventre. Sans jamais avoir franchi le cap, je savais ce que ça voulait dire : ça allait un petit peu trop loin.
Sans être brusque ou quoi que ce soit, je me dégageait de son mordillement délicieux à regret pour venir sagement me blottir contre lui, ma tête retrouvant sa place sur son épaule.

-Je ferais attention...

Je ne résistait pas à l'envie d'ajouter une dernière petite chose.

-Mais sans doute que plus tard, ailleurs, je réveillerais tout ça. ..

Et je car essais doucement son torse du bout de doigts. Je n'avais pas pu résister.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 1:55

Elle se dégagea de mon mordillement d'oreille. Elle avait compris le message, c'était tant mieux alors. Peut-être fera-t-elle plus attention la prochaine fois. Elle me répondit:

"-Je ferais attention..."

Elle ajouta néanmoins, ce qui me ôtai un sourire:

"-Mais sans doute que plus tard, ailleurs, je réveillerais tout ça..."

Accompagnant ses paroles d'une caresse sur mon torse. Je la pris dans mes bras et lui fit un câlin alors que le bon vieux rock laissait place à une musique un peu plus violente.
Spoiler:
 
Mon câlin se voulait chaleureux et sincère. Ca me faisait du bien de la sentir près de moi. Plus de bien que je ne le pensais pour un premier rendez-vous.
Je lui dis alors, la voix douce et plus sérieuse, toujours dans ses bras:

"Tu sais, je crois que je commence à un peu plus que t'apprécier..."

C'était vif, soudain, mais c'était ainsi. Cette fille me plaisait vraiment beaucoup, et c'était la première depuis au moins 2 ans à me procurer cette étrange sensation. Je restai ainsi dans ses bras, la serrant contre moi, heureux, les yeux fermés sur mon bonheur naissant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 2:06

Il me sera contre lui en un câlin chaleureux et doux. C'était agréable. Et en totale désaccord avec la musique qui venait de devenir plus violente. Moins mon style. Mais ça restait supportable à son mens. Alors je ne dit rien, me contentant de profiter de l'instant.
Les paroles de Max atteignirent finalement ma conscience qui commençait à dom ter dans un brouillard de béatitude.

"Tu sais, je crois que je commence à un peu plus que t'apprécier..."

J'en souris bêtement. Ça voulais dire qu'il tombait amoureux ? Une gifle mentale me ramena à terre. Une bouffée d'un joint pouvait elle suffit à vous faire décoller ? Sans doute pas. En tout cas, s'il n'était pas amoureux de moi, il était en tout cas, et maintenant c'était sûr et certain, plus qu'un ami.

-Je fais un peu plus que t'apprécier moi aussi je crois.

Moui c'était bateaux mais je n'avais rien trouvé de mieux pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 2:18

"-Je fais un peu plus que t'apprécier moi aussi je crois. "

La réponse était peut-être un peu banale mais je voyais mal ce qu'elle aurait pû répondre d'autre. Néanmoins, cette réponse signait un nouveau cap dans notre relation. Nous n'étions plus de simples amis. Nous étions désormais amants. Ce mot m'avait toujours fait sourire, il avait beau faire cucul la praline, c'était le mot que je préférais pour décrire ce genre de choses. Amants. Former de la racine latine "Amare" si ma mémoire de junky ne me faisait pas défaut. "Amare" qui signifiait "Aimer", bien sûr.
Le temps que je reprenne la conversation, et que je me détache lentement de l'étreinte de Sakura pour me remettre en position couchée, la musique avait encore changée. Le son de Kiss résonna jusqu'à mes oreilles et je souris à Sakura.

Spoiler:
 

"Celle là, je te la dédie, baby."

Je portai mes mains sur ses joues et lui fit un vif baiser. Kiss avaient beau être peinturlurés comme des black métalleux brûleurs d'églises, leurs musiques faisait écho à ce que je vivais, en particulier celle ci.
J'enchaînai en chantonnant à voix basse, en rythme avec la musique:

"I was maaade for loooving you baby !"

Il n'y avait pas meilleure musique pour concrétiser une relation, ça j'en étais persuadé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 2:26

Je souris à sa remarque et me concentrait sur les paroles de la chanson pour les apprécier. Après tout, il me l'a dédiant ! Je souris un peu plus après son rapide baiser et l'écoutant chantonner avec la musique.
I was made for living y ou, baby... j'ai été fait pour t'aimer bébé. C'était pré que mignon. J'étais touchée.
Décidément je lui découvrais de plus en plus une âme de fin séducteur. J'en aurai presque eu peur. Mais même si nous nous connaissions depuis peu, j'avais quand même confiance.

A la fin, je réussi à chantonner le refrain, à peine. Ça donnait un peu de la bouillie de parole. Je grimaçais. Il allait falloir que je me mette à écouter plus de métal (et de rock aussi, super !) si je voulais être à la hauteur niveau musique. Ça ne me dérangeais pas, ce qu'il m'avait fait écouter pour le,moment me,plaisait plus ou moins.
Je me redressais néanmoins, et après avoir déposé un léger baiser de remerciement sur ses lèvres, je lui demandais

-Je n'y connais pour ainsi dire rien en métal, et très peu en rock. Tu m'apprendra ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 2:38

Après avoir détruit les paroles de Kiss, chose dont je ne lui tins pas rigueur, elle se relevai après un baiser et me demanda:

"Je n'y connais pour ainsi dire rien en métal, et très peu en rock. Tu m'apprendra ?"

Je lui répondis presque du tac-au-tac, sourire aux lèvres:

"Ca me semble indispensable pour qu'on parte sur le bon pied. Vient me voir dans ma chambre à l'occasion, je suis dans la chambre 1. Mes colocataires sont pas trop chiants, et puis ça les dérangera pas d'avoir un peu de compagnie. Ca te va ?"

Je n'avais pas trop eu l'occasion de discuter avec mes colocataires, mais ils m'avaient l'air sympathiques à premières vues. Ca me donnerait peut-être l'occasion de faire connaissance en plus d'apprendre quelques bases à ma nouvelle compagne.
Je rajoutai:

"Et ils ne t'embêteront pas, je m'en charge personnellement."

Je lui fis un clin d'oeil significatif et un sourire. S'ils commençaient à me voler dans les plumes, c'est sûr que ça serait non sans plaisir que je leur écraserais le pif'. Mais il n'y avait pas de raisons de penser à ça, ils n'allaient pas faire n'importe quoi non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 10:10

Il répondit presque immédiatement à ma question.
"Ça me semble indispensable pour qu'on parte sur le bon pied. Vient me voir dans ma chambre à l'occasion, je suis dans la chambre 1. Mes colocataires sont pas trop chiants, et puis ça les dérangera pas d'avoir un peu de compagnie. Ça te va ?"

Je hochais la tête, heureuse.

—C'est parfait, merci ! J'ai hâte de voir qui tu supporte !

Je lui fis un grand sourire. Je n'avais bien sûr pas dit cela méchamment, c'était comme une mini plaisanterie (pas drôle certes). Je me demandais bien ce qu'il allait pouvoir m'apprendre... Les bases de la guitare électrique ? J'avais joué de la guitare acoustique, enfin pas beaucoup, quand j'étais petite mais je n'étais pas sûre de me souvenir des bases, parce que depuis je jouait seulement du piano... En même temps, ce n'était peut-être pas plus mal étant donné que je ne savais absolument pas si à la base c'était la même chose sauf que la guitare électrique serait plus bruyante...
Peut-être m'apprendrait-il à... comment avait-il dit ? Screamer ? Elle n'était pas sûre de le vouloir... et encore moins de réussir – à son échelle – à sortir un son pareil ! Je savais chanter mais plutôt de la variété ou du rock à la limite. Voire du Blues, ça m'était arrivée, une fois. Je savais que je pouvais avoir une voix puissante mais j'étais soprano.... Alors pour sortir un son rauque et guttural....... Du gospel ou du lyric l'aurait peut-être fait mais pas le métal. Du coup, j'espérais qu'il m'apprendrais seulement la guitare ou la basse à la limite. Pas plus.

"Et ils ne t'embêteront pas, je m'en charge personnellement."

Il avait ajouté ça sans que je m'en rende compte, ou presque. Je souris. Ça, ça voulait dire que s'il y en avait un pour venir nous déranger, il le regretterais ! J'en riais presque mais c'était mesquin de rire du futur-malheur-possible des autres.
Soudain, une idée me passa par la tête : et si je n'avais pas le droit d'aller sans sa chambre ? Il me semblait qu'il y avait un truc à propos de ça quelque part dans le règlement... Je me promis de regarder en rentrant à ma propre chambre. Et si jamais c'était interdit... Et bien braver l'interdit ne me faisait pas peur ! Après tout, je séchais la majorité de mes cours....

—J'aimerais bien te voir me défendre... Peut-être que je les agacerais un peu pour te voir en action ?

Un sourire espiègle étirait mes lèvres. La provocation n'était pas mon truc habituellement, même gentille comme ça, mais j'aimais trop le voir réagir. Il arrivait à me surprendre et j'adorais ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 10:30

Elle rit à ma pique à l'égard de mes colocataires et répondit:

"—J'aimerais bien te voir me défendre... Peut-être que je les agacerais un peu pour te voir en action ?"

Je souris. Quelle vilaine fille faisait-elle ! Non pas que me battre me faisait peur, mais je savais que je n'étais pas le seul doté de pouvoir, alors autant surveiller mes arrières. Et puis je n'étais pas d'un naturel à chercher la bagarre. Depuis tout petit, j'étais le gars calme qui essayait de gérer les conflits comme un médiateur. Mais quand ça ne marchait pas, et que la violence était la seule alternative, alors je cognais, et je cognais dur. Je crois que mon record avait été de mettre à terre 3 personnes tout seul. Ils étaient pas bien solide, mais ils étaient un peu trop fanfaron à mon goût, alors je les avait fait redescendre de leur nuage à coup de poing dans le nez. Un avait eu un oeil au beurre noir, l'autre le nez pété et l'autre était parti à l'hôpital, un éclat de bouteille dans la tête. Ca ne faisait pas de moi un modèle, surtout que je devais être âgé de 15 ans à l'époque. Triste enfance !

Je lui répondit, avec quelques secondes de réflexion:

"Je te prouverais ma loyauté en temps et en heure. Si je pouvais éviter de casser des nez et de me créer des problèmes, je pense que c'est le mieux."

J'ajoutai également, pour que ce soit clair:

"Et si jamais j'apprends que tu aguiches quelqu'un, je pense que tu n'aimerais pas voir l'état de colère dans lequel je serais. Une colère si noire que tuer ne me dérangerait pas."

Je lui fis néanmoins un sourire pour la rassurer un peu. Chez moi, la tromperie ou ce genre de chose était une close de rupture immédiate et sans appel. Aussi lié suis-je à la personne, dès le moment où elle n'était plus intégralement mienne, elle pouvait faire ses valises. Ca pouvait paraître possessif et égoïste, mais on ne naît jamais qu'avec des qualités, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 12:50

Il sourit de ma petite plaisanterie mais sa réponse me fit comprendre que j'avais peut-être un peu poussé la provocation. Même s'il me souriait toujours.
Je le rassurait donc.

—Ne t'en fait pas, si j'aguiche quelqu'un, tu apprécieras parce que ce sera toi.

Je déposais un petit baiser sur ses lèvres avant de me repositionner correctement. Même si j'aimais être comme ça, être allongée sur lui à moitié à califourchon commençait à être inconfortable.
Ainsi, il était possessif ? Ça m'allait tout à fait ! Enfin, tant qu'il n'en devenait pas paranoïaque et jaloux à l'excès... J'aimais me sentir l'objet de son attention et de sa protection affective et physique, mais pas au point d'être étouffée.

Je cherchais une position plus confortable mais tous mes muscles devaient avoir décidé que je n'étais plus bien installé sur Max parce que quelle que soit la position que je prenais, je n'étais pas bien mise. Agacée, je soupirais et me laissais glisser sur sa gauche pour retrouver la terre ferme sans quitter ses bras. D'un coup j’eus froid aux parties de moi qui ne le touchaient plus. Je ne m'étais pas rendue compte à quel point il me tenait chaud... Je frissonnais et plaisantais

—Et bien, tu es une bouillotte efficace ! Il va falloir que je te kidnappe pour les nuits où j'aurais trop froid....

Je lui souris et déposait un bisou sur son épaule, étant à cette hauteur désormais. Je me blottit bien contre lui et ramenait ma main droite sur son torse pour être à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 13:44

"—Ne t'en fait pas, si j'aguiche quelqu'un, tu apprécieras parce que ce sera toi."

C'était la réponse que j'attendais. J'eus même le droit à un baiser. Elle se repositionna correctement, et je la regardai faire pendant qu'elle cherchait une position confortable. Semblant déçue que mon torse ne lui convienne plus, elle soupira et vint se mettre à ma gauche, visiblement à contre coeur.
Elle me dit néanmoins, en frissonnant:

"—Et bien, tu es une bouillotte efficace ! Il va falloir que je te kidnappe pour les nuits où j'aurais trop froid...."

Je lui souris alors qu'elle me faisait un bisou sur l'épaule et qu'elle se remettait contre moi. Je ne pouvais m'empêcher de penser que tout cela avait été rapide. Je n'étais pas forcément dans l'optique de ne serait-ce que la draguer, et je repartais avec des papillons dans le ventre et une amante. Une amante aimante, visiblement, et c'était pas plus mal. Ma vie de célibat avait enfin pris fin, pour combien de temps, seul le temps nous le dirait.
Je me tournai vers elle, mes cheveux tombant avec une certaine grâce non loin de son visage:

"Ne t'en fais pas, tu n'auras pas besoin de me kidnapper, j'irais dans ton lit de très bon coeur."

Je posai ma main sur l'arrière de son crâne et déposai un baiser sur son front, ma manière de lui montrer qu'elle comptait pour moi désormais.
Mes anciennes expériences amoureuses avaient été un fiasco, j'étais même sortie avec une junky. C'était ma dernière expérience, et voir quelqu'un faire une overdose à 18 ans à peine, ça refroidissait. Heureusement elle n'en était pas morte, mais après ça elle avait sombré peu à peu dans une espèce de paranoïa, et une dépression. Je ne pouvais pas continuer ainsi éternellement, c'est pourquoi nous nous étions quitté. Triste adolescence !
Mais maintenant j'avais Sakura, et je comptais bien la garder longtemps auprès de moi. Même si en y réfléchissant je ne la connaissais pas tant que ça. Je décidai donc de lui poser une question simple, même un peu bateau en y réfléchissant, mais tant pis:

"Dit moi, à part le grizzli, c'est quoi ton animal préféré ?"

J'en profitai pour ramasser le joint qui était à portée de bras et le rallumer, l'herbe ayant fait son oeuvre pour l'éteindre avant qu'il ne se consume. En soi, la question n'avait pas beaucoup d'intérêt, si ce n'était satisfaire ma curiosité, mais je savais que les réponses et la conversation qui suivait était toujours intéressantes. Pour peu qu'elle ne casse pas mon trip en disant qu'elle n'avait pas d'animaux favori.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 16:24

"Ne t'en fais pas, tu n'auras pas besoin de me kidnapper, j'irais dans ton lit de très bon cœur."

Je rougis. C'était moi ou il y avait vraiment beaucoup de sous-entendu dans cette phrase ? Au pire, ce n'était pas comme si ça me dérangeait vraiment...
Il déposa un baiser sur mon front et un sentiment de protection qui me fit sourire m'envahit. Après un petit silence, il continua

"Dit moi, à part le grizzli, c'est quoi ton animal préféré ?"

Je réfléchis. J'aimais bien les oiseaux en général, surtout les rapaces. Mais je préférais entre tous les animaux que l'on pouvait câliner, comme les chats, les chiens ou les lapins. Ou, en l’occurrence, les ours. Je pris mon temps, laissant le silence s'installer tandis que je réfléchissait en faisant défiler la liste des animaux que je connaissais. Et soudain, un rapace apparu devant mes yeux virtuels : une chouette. Plus précisément un Harfang des neiges. Le chouette de Harry Potter quoi... Je trouvais ces animaux magnifiques et majestueux quand ils volaient. Un autre animal lui succéda : un beau loup blanc. E savais maintenant quoi lui répondre.

—Et bien, ce n'est pas facile facile de choisir mais... j'aime beaucoup les harfang des neiges, une sorte de chouette, et les loups blancs. Je les trouve splendide. Mais pas autant que toi dans ta version nounours !

Je lui fit un grand sourire. Je ne disais même pas ça pour lui faire plaisir, j’étais vraiment sincère. Je continuait, changeant de sujet.

—Au fait, tout à l'heure tu m'as proposé des cours de métal... qu'est-ce que tu vas m'apprendre ?

Voilà, ma question était posée. J'allais satisfaire ma curiosité. Et puis j'allais savoir si je saurais lui dire s'il voulait m'en demander trop...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 16:55

Elle mit quelques instants, sûrement en train de réfléchir. Pour ma part, je connaissais mon animal préféré. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'était le renard. La créature de la ruse, de l'intelligence. Peut-être que j'en avais pas l'air comme ça, mais je respectais les hommes intelligents, plus que les hommes qui savaient faire parler leur poings.
Je ne me considérais pas comme un débile, mais je savais que j'étais du deuxième groupe, ceux qui savent cogner plus que réfléchir. C'était dans ma nature, peut-être à cause de mon don d'Hybride, car je me doutais que ça influait sur beaucoup de choses. Je n'envisageais pas un Hybride colibri méchant ou antipathique, donc encore moins un Hybride grizzli qui ne savait pas cogner.
La musique changea encore, et cette fois-ci ce n'était d'aucun groupe.
Spoiler:
 
C'était le générique de la série que je regardais, Sons of Anarchy. Cette série c'était vraiment de la bombe, et les types qu'elle mettait en scène était ce qu'on pouvait appeler des modèles. Leur fraternité me faisait rêver, et j'aurais adorer moi aussi être dans un groupe de outlaws biker, même si eux savaient camoufler le "outlaws" devant "biker". Contrairement à beaucoup, j'avais un regard plutôt noir sur la société et sur la réalité dans laquelle on vivait, et je savais que pour survivre il est indispensable de faire des choses sales, ou d'avoir une chance de cocu. Et je préférais largement faire des choses sales que d'être cocu par Sakura.
Sakura qui finit d'ailleurs par répondre:

"-Et bien, ce n'est pas facile facile de choisir mais... j'aime beaucoup les harfang des neiges, une sorte de chouette, et les loups blancs. Je les trouve splendide. Mais pas autant que toi dans ta version nounours !"

Je souris en écho à son sourire. Elle avait le chic pour me faire sourire, cette jeune Sakura. D'ailleurs, ça me faisait penser que je ne connaissais même pas son âge. 16 ans peut-être. De ma nature de rebelle, j'étais rarement sorti avec des filles moins âgée que moi, c'était presque une première pour moi.
Elle enchaîna en me posant une question qui semblait la tarauder:

"—Au fait, tout à l'heure tu m'as proposé des cours de métal... qu'est-ce que tu vas m'apprendre ?"

Je tirai une latte et lui répondit:

"Baaah, des cours, disons que je vais t'en apprendre un peu plus sur cette culture underground. Ceci dit, si tu veux, je peux t'apprendre à jouer de la guitare et de la basse. De la basse surtout, étant presque un expert en la matière, mais bon je me débrouille à la guitare aussi."

Je lui sourit à nouveau et tirai une nouvelle latte, qui eut pour effet de me faire tourner violemment la tête. Etait-ce l'effet des joins reconstruit par les pouvoirs de Sakura, ou était-ce juste moi qui avait trop tiré?
Je fronçai les sourcils et me massai les tempes puis lui demandai:

"Et dit-moi, je sais qu'on ne demande jamais son âge à une jolie fille, mais tu as quelle âge ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 17:31

Je fus soulagée. Il voulait simplement m'en apprendre plus sur le métal lui-même et pas me faire devenir une métalleuse. Même si je n'avais rien contre les métalleux, je ne désirais pas particulièrement en devenir une.

—La basse c'est bien ! Mais je en te promet pas de devenir bonne !

Je lui sourit alors qu'il tirait une autre bouffée du joint recomposé. Il se passa un truc, je ne sais pas quoi, peut-être dans ses yeux, qui me fit penser qu'il en avait peut-être assez... Je n'étais pas sa mère donc je n'avais pas à lui dire quoi faire mais je me promis de surveiller pour être capable de l'arrêter, au cas ou...
Je fut distraite pas sa question. Mon âge ? Rien de plus simple !

—Ah ah ! Ne t'en fait pas, je ne t'en tiendrais pas rigueur ! J'ai 16... Non pardon, j'ai eu 17 ans hier...

Et bon sang, c'était vrai qu'on était le 15 ! J'avais pris un an dans la face la veille et je ne m'en était même pas rendue compte... Il fallait dire qu'une seule personne aurait été susceptible de me le rappeler et de me le souhaiter et elle était très loin du Refuge. Et en plus on était fâchés. Alors je n'avais tout simplement pas intégré que j'avais 17 ans. Je me sentis fatiguée d'un coup. Fatiguée de ne tellement pas avoir d'ami qu'hier j'avais passé une journée à glander, une journée normale quoi... Et je ne m'étais même pas acheté de cadeau !
Je soupirais.

—Et toi, tu as quel âge ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 18:07

Elle sembla bien prendre ma question, ce qui me rassurai:

"—Ah ah ! Ne t'en fait pas, je ne t'en tiendrais pas rigueur ! J'ai 16... Non pardon, j'ai eu 17 ans hier..."

Nooon.. C'était son anniversaire hier ? Je me devais de lui acheter quelque chose! Je cherchai dans ma tête quelle idée de cadeau je pourrais bien lui offrir. Je m'arrêtai un instant sur l'idée de lui acheter une veste en cuir, mais je me dis que ce n'était peut-être pas une bonne idée. J'allais pas la convertir au cuir, au metal et à la bibine en quelques jours. Non, il fallait quelque chose de mieux. Mais soudain, Sakura me coupa dans ma réflexion:

"—Et toi, tu as quel âge ?"

Je répondis, toujours assez préoccupé par le cadeau que j'allais lui offrir:

"L'âge de t'acheter un cadeau d'anniversaire."

Je lui fis un joli sourire et ajoutai:

"Soit 17 ans."

Je me grattai la tête alors que je réfléchissais toujours à quoi acheter. Un collier ? Trop bateau. Une bague ? Et pourquoi pas la demander en mariage ? Non. Finalement, après mûres réflexions, mon choix se porta sur une paire de mitaines en cuir. Et des chocolats. Peut-être que finalement la mettre au cuir n'était pas si problématique après tout. Je sais, je suis changeant, mais c'est ainsi que va le monde.
Je lui posai donc la question, mon choix pas encore totalement arrêté:

"Et qu'est-ce qui te ferait plaisir pour ton anniversaire ? Tu n'as pas le droit de dire rien !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]   Mer 15 Juil - 18:48

Sa réponse me fit pouffer. Oui pouffer. J'allais vraiment de plus en plus mal, à croire que c'était moi qui me droguait ! Et puis j'étais bêtement contente qu'on ai le même âge....
Plus sérieusement, ça me gênait un peu qu'il m'achète un cadeau... Je n'en avait pas l'habitude, même si ça me faisait plaisir ! Et puis, j'étais aussi curieuse du cadeau qu'il allait bien pouvoir me trouver... J'avais justement vu une petite veste en cuir... Mais bon c'était un peu cher quand même.
J'aimais bien le cuir, j'avais l'impression d'avoir la classe dedans.. Bon pas au point de me déguiser en « maîtresse » mais porte une veste, des gants voire même un pantalon en cuir ne me dérangerais pas.

"Et qu'est-ce qui te ferait plaisir pour ton anniversaire ? Tu n'as pas le droit de dire rien !"

Ah bah s'il n'y avait pas le droit de dire rien..... Autant y aller pour la vérité. Je soupirais théâtralement.

—Et bien, j'ai vu une petite veste en cuir dans une boutique il y a quelque temps... mais elle va sans doute être un peu chère. Alors... et bien si tu m'emmène faire un tour dans un endroit tranquille et privé, et que tu m'embrasse, ça devrait aller... Bien sûr, tu n'as aucune obligation.

Voilà, c'était dit. Aloorrrsss... Allait-il opter pour la veste ou pour les bisous... Je priais fort pour les bisous, j'en avais plus envie que la veste.
Revenir en haut Aller en bas
 
Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rien n'est éternel sauf, chez les hommes courageux, le goût de la liberté [Max Velmist/Sakura Saïto] [FINI]
» Pleins de monde chez les Hommes poissons
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» visite chez le gynéco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: