Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 8 Mar - 16:25

Mon réveil indiquait cinq heures et demie lorsque j'ouvris les yeux. Beaucoup trop tôt, en somme. Pourtant, j'eus beau me tourner et me retourner dans mon lit en comptant les moutons, impossible de me rendormir. C'était ma première nuit au Manoir, et j'en déduis que le stress m'empêchait de dormir. Ce qui était plutôt étrange étant donné que j'avais l'habitude de trouver le sommeil n’importe où : certes, j'étais sédentaire depuis presque cinq ans, mais le reste de ma vie s'était déroulé sur les routes.

Mais dans ce cas, qu'est-ce qui m'empêchait de dormir ? Je n'en avais aucune idée, et je décidai finalement de laisser tomber. Je sortis de mon lit, m'habillai dans la semi-obscurité et me dirigeais vers la grande porte du Manoir. un peu d'air frais me ferait du bien ! Au hasard de ma petite marche, je découvris une clairière qui me parut tout à fait appropriée pour faire une pause. Seul détail négatif : le soleil commençait à peine à l'éclairer de quelques rayons timides. A ce stade, l'air n'était plus frais mais glacial, et je regrettai en frissonnant de ne pas avoir emporté quelque chose d'un peu plus chaud qu'un jean et sweat bleu-gris plutôt fin sur un t-shirt. Surtout que, je venais de le remarquer, j'avais enfilé ce dernier à l'envers... Mais un aller-retour jusqu'à ma chambre uniquement par souci de confort me tentait vraiment très peu. En désespoir de cause, je m'appuyai contre un arbre et réchauffai mes mains à la flamme de mon briquet.

L'humidité de la rosée traversais le tissu de mes converses et atteignais mes chaussettes, l'écorce rêche dans mon dos était tout sauf confortable et j'avais de plus en plus froid. Pourtant, je me sentais mieux ici, en pleine nature, qu'enfermé dans une chambre exiguë. Étais-je en passe de devenir claustrophobe ? Cette idée m'amusa, et mon rire brisa le silence qui régnait jusque là dans la clairière.
Je restai là, debout, seul, immobile, à observer le soleil qui se levait tout doucement. Il devait être à peine six heures. L'incongruité de la situation était à son paroxysme, lorsque quelqu'un m'interpella.


Dernière édition par Alexander Blake le Dim 15 Mar - 8:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 8 Mar - 19:22

Je me levai d'un coup et frappai le vide. Bordel, je venais encore de faire un cauchemar. Cela m'arrivait fréquemment depuis que mon pouvoir s'était éveillé. Je rêvais souvent que je me confrontais à mon moi bestial, à l'ours qui était en moi. Et le combat se soldait toujours par la mort, et je vous laisse deviner de qui.
Je m'ébrouai, mes cheveux fouettant l'air avec force. Il devait encore être super tôt. Je regardai mon portable, et il afficha 5:36 am. Je ne pensais pas pouvoir me rendormir, alors je décidai d'aller me griller une clope dehors. Je ne savais pas si c'était interdit, mais si c'était le cas je m'en fichais pas mal. Au pire, peut être que comme d'habitude on me prendrait pour un adulte et on me laisserait tranquille.
J'enfilai ma blouse en cuir sur mon t-shirt de Death aux couleurs de la mort, je mis mon jean bleu foncé troué par mes soins et mes Dr Martens (homme, faut pas déconner) et je pris mon paquet. J'avais fait des roulés avant de partir, et ce que j'avais mis dedans ne se limitait pas au tabac, je l'avoue. Il est vrai que peu de personne mettaient leur roulés dans le paquet, mais ça passait mieux quand tu sortais une roulée de ton paquet. Les flics n'y voyaient que du feu.
J'étais déjà dehors, dans une clairière pas non plus très loin de l'entrée quand je mis ma clope à la bouche et mis ma main dans la poche pour chercher un feu. A mon grand désappointement, je vis que j'avais oublier mon briquet chez moi. Ah c'était bien ma veine ça tiens! Je m'apprêtais à y retourner quand je vis une silhouette dans l'obscurité. Franchement, j'avais la flemme d'aller retourner dans ma chambre chercher un briquet. Je tentai le tout pour le tout, la silhouette m'avait l'air masculine et il me semblait de loin qu'il n'avait pas l'air super vieux. Au pire si c'était un adulte il me prendrait pour un pion et il ne me dirait rien.

"Eh mon vieux ! T'aurais de quoi allumer ma clope ?" lui dis-je d'une voix calme, pas trop forte, ma clope à la bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 15 Mar - 9:02

- Eh mon vieux ! T'aurais de quoi allumer ma clope ?

Je sursautai légèrement et tournai la tête vers l'origine de la voix. Qui pouvait bien être debout à cette heure matinale, mis à part moi ? La réponse était debout à quelques pas de moi, une cigarette entre les lèvres. C'était un jeune homme, environ 18 à 20 ans au premier coup d’œil, le cheveux très longs. Il me regardait, attendant visiblement que je réponde. Mince alors, ça commençait à devenir une habitude de me faire interrompre à chaque fois que je voulais être seul ! La veille, en découvrant la rivière du Manoir, j'avais aussi rencontré une élève de mon âge, Lilia. Et aujourd'hui, j'étais sans doute en face de l'un des profs... bien que son style vestimentaire soit plutôt celui d'un ado. J'hésitai ; que répondre ? Je ne pouvais pas prétendre que je n'avais pas de feu et espérer qu'on me fiche la paix, puisque je tenais un briquet dans mes mains. Et si je disais à ce type d'aller voir ailleurs et qu'il s'avérait que c'était un prof ou un surveillant, j'aurais l'air fin. Mais je n'étais pas d'humeur à engager une conversation, pour peu qu'il m'arrive de l'être. Finalement, je hochai la tête et lançai mon briquet d'un geste vif en direction de l'inconnu. S'il le laissait tomber, tant pis pour lui, il n'aurait qu'à le chercher dans l'herbe mouillée de rosée ; je considérais que ça ne me concernait plus. Au pire, je n'aurais plus de briquet. Peu m'importait puisque j'avais arrêté de fumer pour Mia. Je poussai un léger soupir et tentai de chasser la rousse de mes pensées, en vain. Son sourire malicieux flottait dans mon esprit, me narguant. Je secouai la tête et concentrai toute mon attention sur le jeune homme aux cheveux longs. Lui, au moins, ne me rendait ni triste ni furieux.


Dernière édition par Alexander Blake le Ven 27 Mar - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 15 Mar - 10:18

Le type se retournai en sursautant légèrement, ce qui eut l'effet de me faire ricaner. Je l'avais surpris héhé. Son visage trahissait une certaine surprise pendant qu'il m'analysait. Je fis de même histoire de voir qui j'avais en face: c'était un jeune homme d'un peu moins de la maturité, plutôt fringuant, sûrement le genre homme à femme si vous voyez ce que je veux dire.
Il sembla légèrement hésiter puis me lança le briquet qu'il avait dans la paume de la main, d'un geste plutôt imprécis et vague. Je bougeai légèrement vers la droite pour l'attraper, de justesse, puis allumai ma clope magique (car c'était le surnom qu'on donnait à ce genre de substance chez moi).
Il émit un léger soupir. Je le faisais chier ou bien? Bonjour l'amabilité! Je tentai quand même d'être courtois et social, après tout il fallait bien que je fasse connaissance avec les types du Refuge. Ce gars là m'avait l'air d'être un élève, et peut être que lui même me prenait pour un prof. Je décidai de laisser planer le doute un petit moment.
Il secoua alors la tête et porta son regard sur moi. Il semblait chasser une idée obscure de sa tête. Qu'importe, j'avais envie de discuter afin d'oublier le cauchemar que je faisais de manière chronique maintenant. Enfin je l'avais fait deux fois jusqu'à maintenant, une fois sur le parking pendant que je pionçais sur le trajet pour aller au Refuge et l'autre fois là il y a même pas 10 minutes. Je décidai donc de prendre la parole, une voix grave, suave et je dois le dire avec une certaine assurance pendant que je tirai une taffe:

"Dis moi, c'est pas habituel de croiser quelqu'un si tôt. Des problèmes de sommeil ?"

Le temps qu'il réponde, j'exhalai la fumée depuis ma bouche, formant des cercles plus ou moins bien fait. C'était mon kiff de faire des figures avec la fumée, enfin j'imagine que c'est le kiff de pas mal de fumeur, mais moi je m'étais entraîné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Sam 21 Mar - 11:23

- Dis moi, c'est pas habituel de croiser quelqu'un si tôt. Des problèmes de sommeil ?

Je jetai un regard peu amène à mon interlocuteur. En quoi est-ce que ça le regardais ? Il avait eu son feu, qu'il me fiche la paix ! Sauf que je n'étais toujours pas sûr de savoir s'il s'agissait d'un élève ou d'un professeur, auquel cas ne pas répondre se faisait à mes risques et périls. De mauvaise grâce, je lâchai donc un laconique :

- Oui.

Il ne pouvait pas se plaindre que je m'étais montré impoli. J'avais répondu, certes de façon très courte, mais j'avais répondu. J'osai donc espérer que le type comprendrais que j'avais envie d'être seul et s'en irai, mais il resta planté là à faire des ronds de fumée. Je décidai donc de ne plus lui prêter aucune attention et me laissai aller contre le tronc de l'arbre. D'ailleurs, quel genre d'arbre était-ce ? Il avait des épines, donc sans doute un conifère. Mes connaissances arboricoles s'arrêtaient là. Un souvenir me revint brusquement : je grimpais dans un charme au tronc épais pour atteindre la fenêtre de Mia. Elle m'avait appelé au beau milieu de la nuit parce qu'elle n'arrivait pas à dormir, et je m'étais empressé de faire main basse sur la clé de la porte d'entrée qui, j'avais fini par le découvrir, était rangée au fond du tiroir à chaussettes de mon grand-père. Pas très original, comme cachette... Mais en arrivant devant chez Mia, j'avais réalisé que sa propre porte était elle aussi fermée à double tour, et j'avais dû faire un peu d'escalade. Dès que je lui avais pris la main, elle m'avait paru heureuse et détendue, et elle n'avait mis que quelques minutes à s'endormir à côté de moi. Si j'avais su à ce moment-là qu'en réalité, c'était mon pouvoir qui faisait tout le boulot... Que, quelques semaines plus tard, je me retrouverais à nouveau seul et perdu...

Et voilà que je recommençais, à penser à elle alors que j'étais sensé passer à autre chose. Quitte à paraître irrespectueux, je ne pus m'empêcher de soupirer à nouveau. Finalement, peut-être que le fait de discuter avec me changerait les idées. Seulement, vu ma froideur extrême, que je parle ou non ne changerait sans doute pas grand-chose. Je n'étais pas doué pour me montrer amical, et il était rare que cela me pose problème. Je renonçais définitivement à toute volonté de converser tranquillement quand je me rendis compte que je n'avais strictement aucune idée de quoi dire. Je jetai un coup d’œil au fumeur ; il faisait toujours des ronds. Et il se débrouillait assez bien, je dois dire. Mais je n'étais pas vraiment admiratif. J'avais surtout une envie folle de fumer, moi aussi. C'était la première fois que je ressentais ça depuis... eh bien, depuis que j'avais arrêté pour Mia. Maintenant qu'elle n'était plus là, cette abstinence forcée me paraissait au mieux inutile, au pire ridicule. Je m'approchais donc de l'inconnu barbu et désignai sa cigarette :

- Tu m'en passes une ?

OK, ce n'était pas le summum de la finesse, mais c'était la phrase la plus longue que je prononçai depuis le début de la discussion (si tant est qu'on puisse appeler ça une discussion, et j'en doutai fortement). Puis un éclair d’illumination me traversa et j'ajoutai :

- S'il te plaît ?

Voilà, c'était déjà mieux, non ? Et puis, comme je lui avais prêté mon briquet, il ne pouvait pas refuser de me rendre la pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Sam 21 Mar - 16:43

Le jeune homme me lança un regard peu amical, comme si je le faisais chier, puis me gratifia d'un simple: "Oui.".
J'étais pas du genre à m’énerver pour si peu, d'autant que là l'effet tranquillisant du cannabis commençait à faire effet. J'étais pas encore défoncé, faut pas rigoler, mais j'étais plutôt tranquille dans ma tête. Il se posa contre un tronc d'arbre et sembla réfléchir quelques instants, pensif. Je me posai sur un espèce de rocher juste à coté, assez plat pour accueillir mon postérieur, et je soufflai ma fumée d'un air absent.
C'était bien ma veine de tomber sur un asocial, pour une première rencontre. Je me rappelai rapidement de mon pote Mathieu. Ah ça c'était un vrai pote, métalleux dans l'âme, un type qu'on rencontre une fois dans sa vie.
Je me souviens des soirées qu'on s'est fait, des races que je me suis mis en sa compagnie, des soirées fumette-gratte, des démonstrations qu'on a fait devant notre groupe d'ami et le regard admiratif qu'ils avaient sur les yeux à ce moment. Mathieu, c'était mon idéal masculin, je pense que si je serais gay je lui aurais fait des attouchements depuis longtemps.
Je soufflai du nez, amusé, souriant légèrement. Qu'est-ce qu'on était con avec lui. Et pourtant c'était mon meilleur pote.
Le gusse asocial soupira à coté de moi, sûrement pour signifier son mécontentement de ma présence. Puis, bizarrement, il me posa la question suivante:

"Tu m'en passes une ?"

Je fronçai les sourcils et tournai mon regard vers lui. Il fumait ? Si c'était le cas, je doute que ce soit ce genre de cigarettes qu'il fume. Mais bon, on est jamais vraiment sûr hein ?
Il ajouta, sûrement pour paraître un peu plus poli:

"S'il te plaît ?"

Je sortis mon paquet et sortis une roulé en passant la clope sous mon nez. Mmh, c'était du cannabis bien dosé, pas trop fort, pas trop doux, ça conviendrait. Je lui tendis la clope et son briquet en lui demandant:

"Tu m'as pas dit ton nom, l'ami ?"

Puis j'ajoutai après avoir pris une grosse bouffée de fumée:

"Et tu dois sentir à l'odeur que c'est pas du tabac. Ca te pose pas de soucis ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Ven 27 Mar - 13:41

L'autre me tendit mon briquet et une cigarette. C'est à ce moment-là que je remarquai une odeur pour le moins étrange, qui ne pouvait pas être celle du tabac. Je fronçai les sourcils, mais prit quand même ce que le jeune homme me tendait. Maintenant que je le voyais de plus près, je n'étais plus tout à fait sûr qu'il aie l'âge d'être professeur. Il me demanda mon nom, puis ajouta :

- Et tu dois sentir à l'odeur que c'est pas du tabac. Ça te pose pas de soucis ?

Je venais d'avoir la confirmation de mes soupçons. J'hésitai, tournant la cigarette entre mes doigts. Ça n'avait pas l'air excessivement fort, et franchement, j'aurais été ravi de me changer les idées... mais en même temps, je ne savais pas quel effet ce truc pouvait avoir sur moi. Et si ça me rendait dépressif ? ou violent ? Pourtant, je muselai mes scrupules en me disant que de toute façon, mon état d'esprit ne pouvait pas vraiment empirer. Haussant les épaules, j'allumais mon briquet et en approchai la flamme du bout de la cigarette, que je portais ensuite à mes lèvres. Après avoir inspiré et expiré deux ou trois fois, je répondis :

- Alexander. Et, non, ça ne me dérange pas.

Ce n'était pas tout à fait exact. J'aurais préféré du cent pour cent tabac, mais je pouvais faire avec... ou plutôt sans. N'empêche que je n'avais pas du tout l'habitude, et je retins difficilement une quinte de toux. Pour le côté apaisant, on repasserait, et je devais avoir l'air sacrément ridicule. Au moins, ce léger désagrément m'empêchait de penser à mes problèmes plus importants... La gorge sèche et la voix rauque, je demandai :

- Et toi ? T'es un élève ?

Le contraire m'aurait étonné, car je voyais mal un prof proposer du cannabis aux élèves du Manoir, ou même en fumer lui-même. En tout cas, aucun de ceux que j'avais rencontré jusqu'ici ne l'aurait fait, de cela j'étais certain. Et si jamais ils l’avaient fait, je doutais qu'on les aie pris au sérieux. N'importe qui aurait sûrement cru à une sorte de test et aurait refusé. Moi, c'est ce que j'aurais fait. Par conséquent, j'étais sans doute en face d'un adolescent. Simplement, il faisait un peu plus âgé que ce qu'il ne l'était en réalité. Mouais, beaucoup plus âgé, même... Avec ses longs cheveux un peu hirsutes et sa barbe, on pouvait lui donner vingt ans à première vue. Et si je ne me trompais pas, les élèves n'en avaient pas plus de 18.

Du coup, ma question me parut un tantinet idiote, puisqu'en j'en connaissais déjà la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Sam 28 Mar - 4:14

Je le vis tourner la cigarette entre ses doigts, hésitant visiblement à succomber au malin plaisir de la drogue. Ah la la, quel vilain délinquant deviendra-t-il aux yeux du monde s'il commence à fumer! Mais que penseraient ses proches, que penseraient les profes- Non, restons sérieux deux secondes, un peu de beuh n'avait jamais fait de mal à personne.
Au final, il prit la bonne décision et alluma la clope avec son briquet puis la porta au lèvre, en inspirant quelques bouffées. Il répondit alors à mes deux questions précédentes:

"- Alexander. Et, non, ça ne me dérange pas."

Il toussota légèrement, ce qui je l'avoue, lui enlevait toute crédibilité devant un fumeur et délinquant invétéré tel que moi. Essayant visiblement de se ressaisir, il dit d'une voix rauque et un peu aggravée par les toussotements:

"- Et toi ? T'es un élève ?"

Je souris légèrement. Bah, ça servait à rien de garder la confidence plus longtemps, et puis bon, un prof' qui donnait de la beuh à ses élèves ça courrait pas les rues. Y en avait pourtant bien un quand j'étais en troisième. Bon en général il donnait de la beuh à ses élèves de première/terminale, mais j'étais un des rares cas avec qui il partageait ses plantations. Oui, je fumais déjà en troisième, mais je vous vois là derrière à vous plaindre de mes choix et de mes actes. A dire que c'est sûrement dû à mon enfance difficile, ou même à de mauvaises fréquentations. Mais vous êtes dans le tort parce que si je fumes, c'est tout simplement pour pouvoir chier sur l'opinion de ceux qui pensent comme vous.

Par une habilité dû à mon habitude, je retirai soigneusement la clope de ses doigts dans un geste pas trop brusque pour paraître voleur, mais pas trop "lite" pour paraître tapette, et tirai à mon tour deux trois lattes successives, ce qu'on appelait couramment une "indienne" et je continuai mon jeu de fumée, créant des ronds, des carrés, des coeurs (bon ça avait pas exactement la gueule d'un carré ou d'un coeur, mais de loin, si on plissait les yeux...).
Une fois mes arabesques finie, je lui répondis simplement:

"-Allons, ça se voit tant que ça ?"

Puis je ricanai légèrement, d'une voix grave et rauque de base. Subitement, je me demandai, maintenant que les banalités étaient dites, de quoi on pouvait bien discuter avec un camarade de classe. Oh bah tiens, si, je sais ! C'est tout con en plus, j'aurais dû y penser plus tôt! Je me tournai légèrement vers lui, ma voix commençant déjà à ralentir fébrilement par l'effet tranquillisant de l'herbe:

"Et dis-moi, c'est pourquoi que t'es ici toi ?"

Je me massai délicatement les tempes, fermant les yeux, mon cauchemar remontant à la surface. Je ne pensais pas au moment où j'ai vu que je pouvais me transformer en ours que les conséquences psychologiques soient si chiantes. Putain, c'était quoi ce cauchemar? Je secouai la tête, assez lentement, et je rouvris les paupières, le monde commençant à tourner autour de moi. Ca y est, j'étais enfin "posé".
Je tirai une dernière latte avant de lui tendre de moi même la clope, histoire de pas me faire une réputation de radin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Sam 28 Mar - 13:08

La question le fit sourire. Ma voix rauque devait sans doute y être pour quelque chose, tout autant que mes paroles elles-mêmes. Toujours est-il que je ne me sentais pas à mon aise. Cela n'arrangea rien lorsqu'un, d'un main leste, il reprit la cigarette à peine entamée que je tenais sans oser y toucher. Je la lui laissai volontiers, décidé à m'en tenir à présent au tabac traditionnel, et enfonçais dans mes poches mes mains désormais vides (si l'on exceptait le briquet).
Le jeune homme avait recommencé à former des ronds de fumée. A condition qu'on puisse encore appeler ça des ronds, parce que certains avaient des formes plutôt insolites pour la famille des cercles. Pour briser le silence, je marmonnai un minable :

- Bon...

Pas de réponse. Enfin, au bout d'un moment qui s'étira d'autant plus de par mon embarras, il sembla se satisfaire de ses courbes gris-blanc vaporeuses et sa voix naturellement grave rompit le silence.

- Allons, ça se voit tant que ça ? ricana-t-il.

Il savait très bien que non, et je crois que ça l'amusait. Je frissonnai, cette fois pas à cause du froid. Quelque chose me troublait, et je mis enfin le doigt dessus : ce type m'intimidait. Ses manières désinvoltes, ses cheveux et sa barbe indisciplinés, son regard et même sa voix... Il y avait en lui quelque chose de sauvage, d'animal. Ma discussion de la veille, avec Lilia, me revint en tête : elle avait évoqué, entre autres, les hybrides. Des élèves du Manoir qui avait la faculté de se transformer en un seul et unique animal. Je regardais mon interlocuteur ; j'aurai mis ma main à couper que c'en était un. Aussi, lorsqu'il se tourna légèrement vers moi, un sursaut me secoua.

- Et dis-moi, c'est pourquoi que t'es ici toi ?

Il avait parlé un peu lentement, sans doute à cause de ce qu'il fumait. Puis il se massa les tempes, les yeux clos, remua doucement la tête, et rouvrit les yeux. Je ne savais pas du tout ce qui le tracassait, et je dois avouer que ça m'était assez égal. Je fis non de la tête lorsqu'il me tendit sa cigarette : pas question que je retouche à ce truc-là.

Pourquoi j'étais là... Il parlait certainement de ma particularité, mon pouvoir. Il était juste derrière Mia dans la liste des choses auxquelles je ne voulais pas penser, mais apparemment, c'était la coutume de demander ça, au Manoir. Bon. De toute façon, je n'avais pas vraiment le choix. Je n'allais pas ignorer cette part de moi toute ma vie, et, comme me l'avait dit Lilia, on ne choisissait pas son pouvoir. Il fallait faire avec. Je relevai un peu la tête et me lançai :

- Je suis un Élu.

Bien sûr, cela n'expliquait rien. Je passais nerveusement ma main dans mes cheveux, une habitude que j'avais prise depuis que je me les étaient coupés. J'étais toujours étonnés de voir à quel point ils étaient courts, même si finalement ils ne l'étaient pas tant que ça.

- Je suis capable de faire disparaître les émotions de quelqu'un d'un simple contact. Oh, pas toutes ses émotions. Parfois ce sont tous les sentiments positifs ; parfois tous ceux négatifs, expliquai-je. Mais je me suis rendu compte que même lorsque c'était les mauvaises émotions qui disparaissaient, ça provoquait une sorte... de dépendance.

J'avais un peu buté sur le dernier mot et mon ton était aussi amer que possible, mais j'avais parfaitement résumé l'effet de ce soit disant "don". Et avec un peu de chance, je ne serais plus le seul à me sentir mal à l'aise.

"Une sorte" de dépendance, avais-je dit ? C'était presque un euphémisme. Mia - tout revenait toujours à elle, me semblait-il - était plus que dépendante. Elle était totalement accro, à tel point qu'elle avait simulé de l'amour pour moi dans le seul but d'obtenir ses doses régulières de bonheur. Je n'imaginais même pas quel courage il lui avait fallu pour me l'avouer quatre jours auparavant. Et, plus sombre que jamais, je me surpris à espérer qu'elle me croie parti à cause d'elle. En fait, si je n'avais pas reçu l'Appel à ce moment-là, c'est ce qui se serait passé. Et comme je n'avais pas laissé le plus petit mot, que ce soit pour elle ou pour mes grands-parents... Tiens, exactement comme ma mère. Elle non plus n'avait pas expliqué son départ. Quelle ironie ! J'avais reproduit son comportement à l'identique, à ceci près que je n'avais laissé derrière moi qu'un couple âgé et rigide et une ex-petite-amie en pleine désintox. A nouveau, je soupirai, puis je me souvins que je n'étais pas seul. Le type aux cheveux longs était encore là. Juste histoire d'être sûr que je ne m'étais pas trompé, je lui demandai :

- Tu es un hybride, je me trompe ?

J'aurai été curieux de savoir en quel animal il se transformait - à condition que j'ai eu raison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Sam 28 Mar - 22:53

Il refusa ma cigarette d'un geste de la tête. Oh, on essayait de faire de la résistance jeune homme? Pas bien ça, de refouler ses pulsions de délinquance. Il releva légèrement la tête pour me lancer:

"-Je suis un Elu."

Qu'est-ce que c'est que ça un élu? Ca sonnait trop religieux à mon goût. Peut-être qu'il pouvait chier des crucifix, ou bien éternuer des arcs-en-ciel. Qu'est-ce que je pouvais bien en savoir... Peut-être même qu'il pissait des évangiles, qui sait. Intérieurement, j'étais mort de rire, et à l'extérieur, ceci se traduisit par un espèce de sourire niais. Non franchement, j'étais vraiment con quand j'étais défoncé. Peut-être que quand j'étais clean aussi en fait.
Je le vis se passer une main dans les cheveux. Un signe de stress? Ou bien un T.O.C? Peu importe, en tout cas il avait une belle chevelure. Je l'aurais bien vu avec les cheveux longs, mais bon tant pis.

"- Je suis capable de faire disparaître les émotions de quelqu'un d'un simple contact. Oh, pas toutes ses émotions. Parfois ce sont tous les sentiments positifs ; parfois tous ceux négatifs, expliquai-je. Mais je me suis rendu compte que même lorsque c'était les mauvaises émotions qui disparaissaient, ça provoquait une sorte... de dépendance."

Putain déconne, il est génial ce pouvoir! Grâce à ça, on pouvait être constamment défoncé, ça devait être mortel. Ou alors on pouvait être constamment triste, pour les gothiques en manque de sensations tristes. Mais bon à priori comme il l'avait dit, c'était par dose, donc j'imaginais que ça avait une durée limité. Tant mieux, parce que sinon ce type était dangereux. Rendre quelqu'un dépressif toute sa vie, c'était pas le pied j'imagine. Je tirai encore quelques lattes à l'indienne, voyant que machin voulait plus tenter quoi que ce soit avec la drogue jusqu'à nouvel ordre. Quand j'y pense, je connaissais même pas son nom, c'était chiant pour tout ce qui était interaction. Je m'apprêtais à lui demander quand il me demanda:

"- Tu es un hybride, je me trompe ?"

Je clignai légèrement des yeux, me sentant planer. Ca se voyait tant que ça que j'étais un hybride? Remarque, c'est vrai que j'avais peut-être un petit côté sauvage, un petit coté "Grrrh!". Dommage que ça ait pas effet immédiat sur les femmes, m'enfin tant pis. Je me grattai la barbe puis une idée me vint, comme une volupte de fumée dans mon crâne.
Je m'éclaircit la gorge puis lui dit:

"Ouaip, j'suis bien hybride. Enfin j'imagine, je crois que c'est le mot que ce type a employé dans ma tête. Tiens, je te proposes un deal mon gars."

Je rallumai ma clope qui venait de s'éteindre, puis la portai à ma bouche et l'y laissai, tirant de temps à autre quelques lattes. Puis je lui dis, ma voix toujours aussi posée:

"Je te montre mon pouvoir, tu me montre le tiens. Echange à l'amiable. J'aimerais bien que tu m'injecte une dose de peur, si ça te dérange pas. J'aimerais affronter à bras le corps mes soucis, et c'est peut-être un bon moyen d'y parvenir."

Je lui tendis ma main, comme si la serrer signifier signer le contrat que j'avais clairement établi avant.
Il fallait que j'affronte l'ours qui grondait en moi. Il fallait que je dompte mon coté sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 29 Mar - 10:06

Il réfléchit un moment, comme s'il avait une idée derrière la tête. Et franchement, je n'étais pas si curieux de découvrir quoi, parce que je sentais qu'on pouvait s'attendre à tout, avec lui. Je ne fus pas déçu.

- Ouaip, j'suis bien hybride. Enfin j'imagine, je crois que c'est le mot que ce type a employé dans ma tête. Tiens, je te proposes un deal mon gars.

Sa voix était bizarrement calme, peut-être à cause de toutes ces bouffées successives qu'il avalait sans arrêt. J'étais bien content de ne pas être dans le même état que lui.

- Je te montre mon pouvoir, tu me montre le tiens. Échange à l'amiable. J'aimerais bien que tu m'injecte une dose de peur, si ça te dérange pas. J'aimerais affronter à bras le corps mes soucis, et c'est peut-être un bon moyen d'y parvenir.

Je haussai les sourcils. Alors c'était ça, son idée ? C'était pire que ce tout ce que j'aurais pu imaginer... Pour ne rien arranger, il me tendit la main comme s'il était certain que j'allais accepter. N'importe qui aurait prié pour ne jamais avoir à subir mon pouvoir, et lui, il demandait lui-même à le prendre en pleine figure. Visiblement, il n'avait pas tout à fait saisi en quoi consistait exactement mon don. Je reculai d'un pas pour être sûr qu'il ne me force pas la main (on ne savait jamais) et je l'avertis d'un ton pressant :

- Je crois que tu n'as pas bien compris. Je ne peux pas choisir de provoquer la peur chez toi, et d'ailleurs, je ne provoque rien du tout ; je ne peux que retirer. Tout le positif, ou tout le négatif, au hasard. Et puis, je ne contrôle pas du tout ce que je fais. Jusqu'ici, ça s'est toujours activé seul, sans même que je m'en rende compte. Et surtout, je n'ai jamais vu l'effet que ça avait du côté négatif. Si ça se trouve, tu vas oublier tout ce qu'il y a de bon dans ta vie et décider de te jeter par une fenêtre du Manoir. Ou alors, tu pourrais essayer de me tuer. Je n'en sais rien, et je préfère ne pas avoir à le vérifier, d'accord ?

Après avoir entendu ça, s'il voulait toujours tenter, je ne pouvais rien pour lui : ce type était complètement fou. Ou simplement défoncé, ce qui n'était pas mieux. Son mélange d'herbe combiné à une manipulation émotionnelle, si en plus il se transformait... Je n'osais même pas imaginer ce que ça pouvait lui faire, surtout que je n'avais aucune idée de l'animal dont il prenait la forme. Je pris donc la précaution de reculer une nouvelle fois, légèrement inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 29 Mar - 13:56

Il haussa un sourcil et se décala, m'avertissant d'un ton pressant:

"- Je crois que tu n'as pas bien compris. Je ne peux pas choisir de provoquer la peur chez toi, et d'ailleurs, je ne provoque rien du tout ; je ne peux que retirer. Tout le positif, ou tout le négatif, au hasard. Et puis, je ne contrôle pas du tout ce que je fais. Jusqu'ici, ça s'est toujours activé seul, sans même que je m'en rende compte. Et surtout, je n'ai jamais vu l'effet que ça avait du côté négatif. Si ça se trouve, tu vas oublier tout ce qu'il y a de bon dans ta vie et décider de te jeter par une fenêtre du Manoir. Ou alors, tu pourrais essayer de me tuer. Je n'en sais rien, et je préfère ne pas avoir à le vérifier, d'accord ?"

Je lui souris légèrement. Je voulais pas lui faire peur le pauvre. Je repris une latte et baissa ma main, lui disant sur un ton compatissant:

"Je voulais pas te faire peur ou t'embêter, désolé vieux.."

Je lui fis un clin d’œil amusé. Ce type m'avait l'air assez perché de base, c'était intéressant. Ainsi il ne pouvait pas me donner de peur. Alors je devrais lutter moi-même par mes propres moyens. Bon, tant pis, je me retournai vers mon compagnon qui semblait inquiété par mon comportement. Bah, il était pas encore habitué à ma folie naturelle, ça arrivera j'espère.
Je me relevai et enlevai ma veste et mon t-shirt, montrant mon torse viril et pas dénué d'une certaine musculature. Je le regardai en souriant:

"J'ai pas envie de me retrouver à poil après la retransformation tu comprends ? Selon toi je me transforme en quoi ?"

J'ôtai mon pantalon, ne laissant que mon caleçon. Ok, donc là ça devenait limite pervers, j'espère que personne passerait à ce moment. Je le regardai à nouveau le regard assuré. Une fois sa réponse donnée, j'essaierais de forcer la transformation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Mer 1 Avr - 17:21

- Je voulais pas te faire peur ou t'embêter, désolé vieux...

Pas de doute, c'était raté ! Mais au moins, il n'avait pas l'air de vouloir me convaincre, et je me détendis un peu. Puis il me fit un clin d’œil amusé et je fronçai les sourcils. C'était moi, où il était en train de se moquer de moi ? Après un instant de perplexité, je décidai finalement de ne pas y faire attention. S'il trouvait ma réaction ridicule, tant mieux pour lui, qu'il s'amuse. J'essayai seulement d'éviter les accidents. Par contre, ma stupeur fut totale lorsque le jeune homme commença à se déshabiller. Ouh là, il devait être encore plus défoncé que je ne l'aurais imaginé... Il expliqua alors :

- J'ai pas envie de me retrouver à poil après la retransformation, tu comprends ? Selon toi, je me transforme en quoi ?

Ah, OK, donc s'il enlevait ses vêtements, c'est parce qu'il voulait éviter de les foutre en l'air en se métamorphosant. Oui, c'était logique... Mais ça ne m'aidait pas à deviner ce qu'il devenait, et la situation commençait à devenir franchement loufoque. Je réfléchis un instant. Je ne savais pas pourquoi, mais j'étais certain que l'animal en question était très poilu. Peut-être parce que c'était déjà le cas sous sa forme humaine... Je supposai aussi que c'était sans doute un animal qui lui correspondait au niveau caractère, mais je n'en étais pas sûr.
Donc, très velu. Pour le reste, je ne le connaissais pas assez bien pour déterminer. Un fauve ? Bof, je ne le voyais pas vraiment en gros chat, que ce soit un tigre ou un lion. Un cheval, peut-être ? Pourquoi pas... Je jetai un coup d’œil à l'intéressé, qui, en caleçon, attendait ma réponse. Je le plaignais, il devait avoir diablement froid. Pressé de passer à autre chose, je lançai les premiers animaux qui me vinrent en tête :

- Un sanglier ? Un ours ? Un cerf ?

Tous des animaux sauvages. En même temps, comme je l'avais déjà remarqué, il dégageait, malgré son sourire chaleureux, une impression de férocité presque effrayante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Mer 1 Avr - 21:36

Je finissais de me déshabillant, allant enlever mon caleçon, et lui réfléchissais toujours. C'était le moment pour réfléchir à ce que je faisais. A première vue je me foutais à poil devant un gars, ce qui était pour le moins très étrange en vue de mon orientation sexuelle. Et un autre détail me titillait en le fait que je ne savais pas comment me transformer exactement.
Je repensai à ceux à quoi j'avais pensé lorsque je m'étais transformé pour la première fois. Je faisais de la muscu, puis soudainement la barre avait lâché et je n'avais pas de pareur. J'avais eu la peur de ma vie et j'avais cru mourir sous de la fonte. Je repensai fort à ce moment quand soudain, je sentis une impulsion me traverser. C'était pas particulièrement agréable, ni horriblement désagréable, mais ça me faisait bizarre. Ca vous tenais les tripes.
Il me lançai alors, d'une voix qui semblait réfléchir à la question:

"- Un sanglier ? Un ours ? Un cerf ?"

Un ours? Mmh, il me semblait que ce n'était pas totalement un simple ours en lequel je me transformais.
Une nouvelle pensée, et une nouvelle impulsion. Je commençais à me métamorphoser doucement, me cabrant pendant que j'enlevais mon caleçon, fesses face à mon compagnon.
Je repensai encore à cette douloureuse sensation et cette impulsion fut la dernière et la plus violente. En un cri qui se finit sur un grondement, mon corps se couvrit rapidement de poils et ma peau s'étira, me faisant beaucoup souffrir.

"RRRRRRRROOOOOOOOOAAAAARHHHH !!!"

J'avais dû réveiller les chambres les plus proches de la clairière où on s'était posé avec l'Elu. Je m'étais transformé en immense grizzly, faisant au moins 3 mètres de haut et pesant bien 300 kilos. Mon pelage était châtain très clair, et des yeux si je me souvenais bien d'un brun foncé presque noir. On pouvait noter une espèce de teinte grise sur le dessous de mes poils, typique du grizzly selon mes cours de 6ème qui me revenais en tête.
Imposant, je m'approchai à quatre pattes de mon compagnon, les yeux calmes et tranquilles.
Revenir en haut Aller en bas
Maître Namu
Fondateur
avatar

Situation amoureuse : Marié à Namu <3
Féminin Messages : 173
Points : 2147483647
Date de naissance : 23/04/1998
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 19
Localisation : En train de promener son poulpe domestique

MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Ven 3 Avr - 16:01

Bonjour,

Désolée de couper votre rp, mais merci de ne pas utiliser le rouge, cette couleur étant réservée au Staff.

Merci !

Maître Dragibus, admin Suprême, et bien aimé de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://refuge-rpg.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Ven 3 Avr - 18:34

Mea culpa alors, j'arrêterais d'écrire en rouge ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   Dim 10 Mai - 18:13

Topic clôturé pour inactivité, vous n'avez pas posté depuis un mois ou plus.

Si vous voulez rouvrir ce rp, n'hésitez pas à contacter un membre du Staff.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que font deux insomniaques lorsqu'ils se rencontrent ? [Alexander Blake/Max Velmist]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» F.T. d'Alexander Blake
» Voilà comment font deux mecs [Tenzo]
» "Je ne me sens jamais moins seul que dans la solitude." [Lilia Sabishisa / Alexander Blake]
» Deux femmes ne font jamais bon ménage [Terminé][+18 ans]
» Quand deux ne font qu'un

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: