Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]   Lun 8 Déc - 20:29

Elle était venue ici sans savoir pourquoi. Elle se tenait a l'intétieur d'un hôpital qu'on disait hanté, mais le terme abandonné lui allait mieux. Personne n'avait la preuve qu'il abritait des êtres qui n'existaient plus. Eléna avait aussi entendu parler d'une malédiction, qui s'abattrai sur quiconque rentrerait dans ce bâtiment. Mais elle ne voulait pas croire a toutes ces histoires qui n'étaient que légendes racontées par les "anciens" qui s'ammusaient a faire peur aux petits nouveaux. Elle n'avait que faire de ces histoires.

Elle n'était pas venue là par total hasard. Ce lieu, elle ne l'avait pas connu, mais elle en avait visité des hôpitaux. Pas qu'elle voulait se remémorer de doulpureux souvenirs, non, mais ce coup si était en quelques sortes par simple curiosité. Elle n'était pas là pour vérifier si toutes ces légendes disaient vrai. Elle se croyait seule, dans tout ce grand bâtiment rien que pour elle aujourd'hui. Elle avait déjà commencé sa visite par le rez-de-chaussée, alors cette fois-ci, elle emprunterait les escaliers.

Elle commença a gravir les vieilles marches, lentement, en rêvant de ce qui pourrait se trouver au bout de ces escaliers. Caressa la rambarde du bout des doigts, elle vit enfin le bout. Des couloirs sombres, encore plus sombre que ceux du Refuge. Elle décida alors de passer la première porte sur sa droite. Les vitres y étaient tellement sales que la lumière du jour avait bien du mal a pénétrer dans la pièce, et, qui plus est, il n'y avait qu'une seule fenêtre. La couverture grisâtre du lit était défaite, et l'on pouvait imaginer une personne sortir de ce lit affolée. Enfin, elle imaginait ce scénario. Les murs étaient tâchetés de noir et de gris, elle pouvait facilement distinguer que leurs couleur d'origine était du mauve. Une chambre d'enfant certainement, car les jouets de celui-ci traînaient encore. Elle fut soudain sortie des ces rêveries par des bruits. Elle qui se croyait seule... mais pourtant, elle n'avait vu personne?! Et si, finalement ces légendes disaient vrai?

Elle sortit de la chambre, la peur au ventre et emprunta un des longs couloirs. Elle ne trouvait plus les escaliers... ils avaient peut-être disparus après tout! Si la personne était réelle, mieux valait pour elle que ses intentions ne soient pas de lui faire peur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]   Mar 9 Déc - 19:24

Était-ce un des divertissements Humain que de se faire frayeur en créant ainsi des affabulations ?  Ou ces inventions demeuraient seulement dans le but de faire fuir des hommes des lieux qu'on souhaite garder pour nous ? Il est vrai que dans nombreux cas, les manoirs, châteaux, prisons étiquetés comme habitations d'une force obscure et mystérieuse étaient de toute beauté, et sûrement que leur charme venait de leur passé -mythe, ou réalité- ? Les années, ancrées dans les murs parsemés de poussière, contaient le tout début, et donnaient des indices sur le vécu des plus vieilles bâtisses.
Comment les âmes aventurières pouvaient-elles résister à l'appel d'un arcane, laissant alors de côté le concret pour se tourner vers l'occulte. Ce n'était pas le véritable effroi que certains cherchaient (et cherchent toujours), mais la peur, le sentiment qui prend possession lorsqu'ils sentent que, du bout des doigts, une entité les effleure.

Esther faisait partie de ces gens-là, et par pure coïncidence, elle avait discerner furtivement dans une discussion qui ne la concernait pas, l'existence d'un hôpital soit disant "hanté". Ce fut rapidement, avec l'excitation au ventre, que la jeune fille se rendit sur les lieux. Tout d'abord, ce fut en amont, afin de tapoter du pied sa localisation -qui lui pris une bonne heure à trouver- et de faire ses marques, en second temps -près de deux journées plus tard-, l'adolescente s'y était rendue une nouvelle fois et pour de bon. Elle avait emporter un sac à dos, les anses placées sur ses deux épaules, tandis que la poche était remplie d'un appareil photo, et de quelques biscuits. Elle n'avait guère amené son carnet de croquis et de quoi y immortaliser un souvenir, non, aujourd'hui, cette visite se trouvait plus proche d'une exploration approfondie que d'un moment de détente. Après tout, elle s'invitait dans un lieu qui ne lui appartenait guère, et qui sait ce qu'elle pouvait y trouver ?

Pénétrant au sein des différentes pièces, elle crut reconnaître ce qui avait servi d'accueil, et de salle d'attente. Un semblant de silence trompé par une brise qui s'engouffrait dans les recoins, demeuraient maîtres de cet hôpital, et après avoir méticuleusement observé les différentes parties du rez-de-chaussé, Esther se permis de grimper par les escaliers afin d'atteindre les autres pièces, dont les meubles semblaient des plus archaïques. Il n'y habitait pas de fantôme, juste quelques souvenirs en vrac, et les vestiges d'une existence. On ne voyait pas clairement où les pieds se posaient, la lumière arrivait trop peu à s'infiltrer, néanmoins les rats et la vermine, eux, semblaient y être parvenus.

La demoiselle fit bouger sa tignasse blanche jusqu'aux chambres voisines, et bien que d'une saleté non loin d'être repoussante, Esther ne put s'empêcher de photographier le tout. Ce n'était pas qu'un tas de ruines "mal propres", elle y voyait davantage un bazar de meubles vieillis, seuls survivants n'attendant qu'à raconter leur histoire.
Un bruit percuta son ouïe, non pas celui d'un rongeur, il était fait avec trop d'intensité pour provenir d'une petit bête. Son cœur accéléré par l'envie et la crainte de découvrir quelque chose d'inexpliquée, guida ses pas vers la provenance de cette étrangeté. Elle ne possédait pas tant de peur que cela, à vrai dire, elle venait de passer d'un monde humain à celui où des  créatures fantastiques existaient. Que pouvait-elle découvrir de plus singulier ?
Tout en rangeant son appareil photo, l'adolescente avança dans un des longs couloirs qui semblait abriter une ombre familière. Ou tout du moins plus humaine qu'une bestiole. Le courage en poche, Esther ne s'arrêta pas, et tandis que les deux êtres se rapprochaient, une faible lumière, provenant d'une des pièces dont la porte était cassée, illumina  assez l'ombre pour que celle-ci disparaisse. L'adolescente sursauta alors, rassurée de levée le voile sur le visiteur. En effet, elle percevait bien qu'il s'agissait d'une jeune fille également.
Dans un souffle, posant sa tête contre un mur en signe de soulagement, elle lâcha :

- Merde ! Tu m'as fait peur... Ce fut un léger rire qui s'en suivi, traduisant l'évacuation de ses craintes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]   Mar 9 Déc - 21:04

Ces bruits qui ne cessaient guère semblaient être des bruits de pas. Cette personne semblait s'être engagée dans le même couloir... Eléna avait peur, mais peu a peu elle se rendait compte que cette personne était... simplement une adolescente qui, elle aussi avait eu légèrement peur. La jeune fille avait lâche un "Merde! Tu m'as fait peur!" et Eléna se tourna vers elle au même moment. La jeune fille avait de longs cheveux blanc et semblait avoir entre seize et dix-huit ans. Elle était jolie comme fille. Eléna lâcha un soupir de soulagement. Elle détourna le regard et vint appuyer son dos contre le mur.

-Toi aussi tu m'a fais peur... et désolée ce n'était pas mon but.

Elle tourna la tête vers la jeune fille. Elle avait l'air plutôt sympathique, mais Eléna ne se fiait jamais aux apparences. Et ce n'était pas son habitude de parler aux gens qu'elle ne connaissait pas, mais elle n'avait "pas le choix". Elle avait l'impression que la fille aux cheveux blanc allait parler... mais peut-être était-ce qu'une impression.

Peu a peu, elle déstressait. Comment avait-elle put croire un seul instant a ce qui était raconté sur ce lieu ? Elle trouvait ça totalement absurde en y réfléchissant. Elle était maintenant angoissée par la présence de la jeune fille. Lui voulait-elle quelque chose ? Sûrement que non, juste savoir qui elle était, mais Eléna pensait a toutes les situations possibles. Comme a son habitude, elle ne dirait rien, sauf si la demoiselle lui posait des questions, elle y répondrait évidemment.

Elle envisageait de continuer la visite mais... elle n'allait tout de même pas planter la jeun fille, bien qu'elle ne veuille sûrement pas rester avec elle. Eléna se fichait de continuer seule, et cela l'arrangeait presque, mais elle ne savait pas dire non. La fille aux cheveux blonds avait un style particulier, et Eléna le trouvait très joli, d'autant plus qu'il lui allait bien. Si elle n'était pas aussi peu bavarde et timide, elle lui aurait dit ce qu'elle en pensait. Sur son visage ne se dessinait aucun sourire. Juste quelques traces de la frayeur qu'elle avait eut au fond des yeux, mais qui s'effeçait peu a peu. Elle n'avait pas l'habitude de sourire, et ne s'y forçait pas. Elle ne voulait pas que son sourire devienne faux a chaque instants. Il était rare, et il fallait faire avec.

La jeune fille ferma sa veste, cachant sa longue chemise noire. Un vent glacial régnait dans ce couloir, et bien qu'elle se fichait de tomber malade, elle voulait être bien dans ses vêtements, n'avoir nu froid ni chaud. Mettant ses mains dans ses poches, elle se tourna vers celle aux cheveux blancs, comme si elle attendait quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]   Ven 12 Déc - 18:27

Ses courtes inquiétudes n'étaient alors guère fondées, c'est avec un grand soulagement qu'Esther avait sous les yeux une jeune fille. Cette-dernière ne semblait pas très âgée, ainsi à vue d’œil, on lui donnait aisément une quinzaine d'années, peut-être un peu plus, sûrement moins. Des cheveux châtains, des yeux bleus, l'adolescente avait à présent son visage gravé dans l'esprit. Sa mémoire était visuelle, il lui était facile de se souvenir d'un physique, et presque au moindre traits. Elle y travaillait méticuleusement. De temps à autre, lorsque l'inspiration lui venait, Esther aimait ne se permettre qu'un regard, une seule minute de vision avant de transposer sur feuille ce que la nature lui offrait. Cela pouvait être objet comme être vivant, sa préférence se localisait dans l'humanité cependant elle aimait varier les plaisirs et s'entraîner dans différent domaine. Donner vie à quelque chose d'inanimée était un réel défit, elle jalousait ces individus capables de transposer une humaine par la mine de leur crayon.

Tout comme elle, cette jeune fille face à elle semblait éprouver soulagement à ne pas se trouver devant un fantôme ou tout autre créature surnaturelle, s'adossant contre un mur, sa distant percuta Esther qui, elle tout au contraire, ne l'était que très rarement. Ce fut avec un léger malaise que les paroles ne reprirent plus, ma protagoniste se sentit gênée et il demeurait en elle cette impression de ne pas être la bienvenue. Peut-être que cette personne favorisait la solitude, et que la compagnie n'était pas dans ses adorations ? Elle ne voulut même pas insister, car si cela s'avérait vrai, l'adolescente n'en serait que plus embarrassée.

Elle racla légèrement sa gorge, ça ne faisait sûrement que deux seules secondes que le mutisme perduré, mais ce temps s'écoulait si lentement... Depuis son arrivée, l'espace temporel jouait ainsi avec elle, il avançait au ralentit, les minutes demeuraient alors incertaines, les heures également. Sans sa bonne étoile, Esther se sentait nue et vulnérable. Si la durée continuait ainsi en suspension, n'importe qui ne le supporterait plus. C'était les limites, la vitesse qui permettaient à une personne de profiter des jours. On prenait le temps de savourer tandis que celui-ci se pressait, il se dépêchait à s'en aller, conduisant vers la vieillesse.

Durant la troisième secondes, Esther eut le temps de s'attarder sur le style vestimentaire, ou tout du moins ces vêtements d'une journée. Une veste, une longue chemise noire, elle ne voulut en percevoir davantage. Aussi, la jeune fille redressa la tête et passa une main dans ces cheveux blancs. Il lui arrivait, de temps à autre, à se demander si ce n'était pas son style et la couleur de sa chevelure qui était susceptible de rebuter une personne face à elle. Certains étaient moins ouverts d'esprit que d'autres après tout !

Néanmoins le temps continuait de suivre son cours, et après quatre secondes qui lui parurent tel l'éternité, Esther décolla sa tête du mur et fit un signe de la main.

- Ouaip ... Bon ! Je vais te laisser continuer ta visite de ton côté, au moins maintenant je serais que s'il y a du bruit, ce n'est pas à cause d'un fantôme ahah !

Ce fut alors une rencontre de bien courte durée, mais l'adolescente qu'elle venait de rencontrer ne semblait vraiment pas ouverte à une quelconque discussion.
Elle ne voulait guère fuir, ou montrer un certain rejet vis à vis d'elle, mais ce silence si pesant n'allait mener à rien. Néanmoins, cela n'empêchait pour autant pas le futur de se dérouler, si elles devaient venir à se rencontrer de nouveau, peut-être qu'elle tenterait une approche plus amicale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]   Lun 19 Jan - 17:34

Clôturé pour inactivité.

Contacter un membre du staff pour le réouvrir
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu n'es pas aussi seule que tu le pense... [Esther K. Shanon / Eléna Robert]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En a marre de rester seule tous les soirs
» " N'UTILISER L'EAU QU'UNE SEULE FOIS... QUEL GASPILLAGE ! "
» La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.
» " La Seule Compagnie Dans tes Nuits de Pleurs sont les Etoiles, Elle brillent en toi et pour toi."
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: