Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 9 Nov - 15:06

J'étais tranquillement installé contre le mur, un pied nonchalamment laisser appuyé contre le mur, et je lisais un livre. Il m'arrivait souvent de lire car l'ennui était mon fardeau le plus lourd (si on enlevait s'occuper de mon frère). J'avais lu une bonne dizaine de fois Germinal, Madame Bovary ou autres Essais de Montaigne, assisté à la naissance du cinéma et vu plus de pièces de thêatre qu'on ne pourrait espérer en voir en une vie. J'étais par conséquent plutôt cultivé on peut le dire. Et peu de choses me faisaient éprouver un intérêt quelconque mais j'avais trouvé il y a quelques années un auteur que j'ai suivi depuis ses débuts. Un des seuls auteurs de Fantasy que je suivais. Alors certes il n'avais pas le niveau de langue de Shakespeare mais il se débrouillait quand même bien et ses histoires avaient réussis à me transporter loin. Je parle de Pierre Bottero, l'écrivain du livre que je suis en train de lire, ou plutôt relire, "Le Pacte des Marchombres" Tome 1 : Ellana. Mes yeux survolaient rapidement les lettres mais lisaient l'intégralité des lignes, car j'avais appris à lire en diagonale et que mes sens étaient plus affûtés que les humains.

Les humains tiens, parlons-en. La plupart de ceux que j'avais à m'occuper ici l'était. Pour l'heure peu de personnes m'avaient encore remarqué, je me faisais plutôt discret pour un surveillant. Car après tout, il y avait une raison principale à ce que je vienne surveiller des adolescents à peine pubères toute la journée. Kilua. Le seule adolescent qui représentait un intérêt pour moi, et pour cause c'était mon frère. Alors que je lisais, mon regard s'arrêta sur une phrase: "N'oublie pas, celui qui croit savoir, n'apprend plus". En effet, celui qui croit tout connaître est loin de tout savoir et ne saura jamais tout. Qui sait, peut-être que ce "Refuge" pourrait m'en apprendre plus que je ne sais? C'est une nouvelle expérience après tout, je n'ai jamais été surveillant jusque là et j'évitais d'aller dans des lieux trop fréquentés jusqu'alors. Or ce lieu m'a l'air tout à fait fréquenté vu la ribambelle d'élèves que j'avais vu passé. Sans compter les quelques professeurs et quelques personnels. Les humains n'avaient plus grand intérêt à mes yeux mais je savais qu'une rencontre était vite arrivé. C'était souvent le cas quand je sortais avec une humaine. L'espace d'un instant, un intérêt intense. Mais jamais elle ne restait. Car ma nature l'en empêchait. Et ça, ça me blessait énormément. C'était peut-être pour ça que j'étais si peu engageant. Mais cette protection était indispensable. Je ne pouvais pas me permettre de laisser mon cœur à découvert sans prendre le risque de le perdre. Je continuai donc de lire, le regard pas plus expressif qu'en début de journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 9 Nov - 16:23

Le bruit de chacun de ses pas résonnait dans les couloirs du Refuge, comme prisonniers entre les murs. Ce qui n'était peut-être pas totalement faux. Vêtue de son sleam noir, « La Base » comme elle le dirait si bien, Merry avançait tranquillement dans les couloirs de l'établissement, à son propre rythme. Son débardeur blanc dépassait tout juste à peine de la limite que sa veste en cuir avait, elle, délimitée. Son sac, pas plus coloré que le reste de ses vêtements, était simplement posé sur son épaule, sa couleur foncée se mêlant à celle de sa veste. Ses cheveux également, retombant sur ses épaules, ne manquaient pas au code couleur, teints d'un brun foncé, dont les reflets clairs ne paraissaient que lorsque la lumière daignait s'attarder sur sa chevelure. Moments qui se faisaient rare, d'ailleurs.

L'hiver commençait à pointer le bout de son nez, et par conséquent les températures chutaient, par moment de façon hallucinante. Sorcière maîtrisant l'élément de feu, et ayant donc de quoi produire sa propre source de chaleur, Merry ne préférait tout de même pas pointer le bout de son nez dehors, préférant rester au chaud à l'intérieur.
Aujourd'hui, pour cela, elle avait décidé de passer un peu de temps à travailler, élève studieuse qu'elle se devait à présent d'être. Et pour cause, Monsieur Winthrop était réellement un personne très séduisante. Dieu ce qu'elle n'avait jamais autant aimé les cours auparavant, à présent toujours au premier rang. Mais bon, elle était tout de même consciente de cette différence d'âge qui existait entre eux, ce fossé d'une bonne vingtaine d'année. Et elle aurait beau sauter aussi loin qu'elle le veux, jamais elle ne le traverserait. Parfaitement consciente que ce problème mettait un frein à n'importe qu'elle autre relation qu'ils pourraient entretenir de plus qu'élève à professeur, elle pouvait tout de même tâcher de s'attirer ses faveurs, en lui démontrant son intérêt pour les cours.
De toute façon, il était clair qu'elle n'espérait rien de plus qu'une relation totalement neutre. N'ayant aucune idée de la personnalité qu'il pouvait avoir, si ce n'est du peu qu'elle voyait en cours, le peu d'attirance qu'il y avait était purement physique. De toute façon, à partir d'un certain âge, il était normal pour une jeune « femme » d'avoir un penchant pour les hommes plus vieux que soi... Elle n'irait pas le draguer pour autant.

Tournant à l'intersection d'un couloir, Merry s'attarda sur la première porte qu'il se trouvait près d'elle, posant délicatement sa main sur la poignée de celle-ci avant de tenter de la tourner. Rien.
Bon. La porte était visiblement verrouillée, c'était bien son jour, pour une fois qu'elle avait le courage de faire autre chose que d'aller s'amuser comme une enfant dans le vieil hôpital hanté du coin. C'était soit le signe qu'elle devait retourner glander dans sa chambre, soit qu'elle avait la poisse, mais genre vraiment. Et ce n'était que le début.

L'adolescente, visiblement déçue, poussa un léger soupir, exaspérée, s'apprêtant à faire demi-tour, quand ses yeux se posèrent sur quelque chose. Enfin, plutôt quelqu'un. Elle l'observa pendant quelques secondes de ses yeux bruns, l'un de ses sourcils arqué, visiblement surprise et à la fois intriguée. Disons que la vision qui s'offrait à elle était pour le moins... Originale. Un -jeune ?- homme était là, tranquillement installé contre le mur, comme si tout était normal. Il était parfaitement concentré sur le livre qu'il tenait entre ses mains, semblant pourtant le lire avec une aisance déconcertante, comme s'il avait fait ça toute sa vie. Cela se voyait au déplacement de ses yeux sur le papier. Rapide, et fluide.

A en juger par cette attitude totalement décontractée qu'il avait, son pied appuyé contre le mur sans avoir peur de se faire agresser par un des pions du Refuge, elle ne pouvait qu'en déduire qu'il était lui-même surveillant. N'est-ce pas ? C'était donc le Destin, lui-même, qui la mettait à l'épreuve. Testant sa persévérance envers ses études. A moins qu'il ne soit professeur ? Avec un minois pareil, du moins depuis l'endroit où elle était, elle ne pouvait pas douter du fait que, comme Monsieur Winthrop, il apprendrait sûrement à beaucoup de jeunes étudiantes à aimer les cours. En tout cas, dans son esprit, il était tout simplement inconcevable qu'il soit un étudiant. A moins qu'il ne reprenne ses études. Il était sacrément vieux pour un élève... Enfin, c'est pas comme s'il avait 200 ans, tiens.

Le regard de Merry glissa finalement de nouveau sur le porte, avant de retourner encore une fois sur celui qu'elle pensait être surveillant. Porte... Surveillant... Porte... Surveillant... Clé... ?
De nouveau, la jeune sorcière fronça les sourcils, se demandant si ce qu'elle venait de penser pouvait s'avérer juste, avant d'hausser d'un coup les épaules. De toute façon, il n'y avait qu'une façon de le savoir. Et puis, pas de raison d'être timide, il n'allait quand même pas la manger...

L'adolescente se mit donc de nouveau à marcher, cette fois-ci en direction de l'inconnu, qu'elle avait un peu plus tôt remarqué. C'est fou mais, à mesure qu'elle avançait, il lui semblait plus imposant. Pas de doute, il n'était pas élève...
Arrivant à hauteur du concerné, Merry put constater que sa taille naturelle lui permettait d'arriver au niveau des épaules du garçon. Il devait faire une tête de plus qu'elle. Et pourtant, pour son âge, elle était grande, et ce sans avoir besoin de porter des talons pour en donner l'impression. Elle resta là, quelques secondes sans rien dire, avant de finalement oser prononcer quelques mots.


« Bonjour ? »


Comme à son habitude, le ton qu'elle avait employé était doux. Et pas parce qu'elle ne voulait pas le surprendre, même si c'était le cas, mais plutôt parce qu'il s'agissait de sa voix naturelle.


« Euh... En fait, pardon si je vous dérange ! Mais, je sais pas si c'est le cas, mais vous ressemblez à un surveillant du Refuge et du coup je me demandais s'il y avait moyen d'ouvrir la porte de la salle au bout du couloir ? Parce que j'ai légèrement l'espoir de réviser... Pour une fois dans ma vie. »


Son léger monologue terminé, l'adolescente esquissa un sourire désolé. Elle avait tendance à parfois beaucoup parler, et ce pour ne rien dire, lorsqu'elle était anxieuse. Et même si elle avait l'allure d'une « rebelle » de première classe, ce n'était pas le cas. C'était juste un style qui lui plaisait, et dans lequel elle se complaisait parfaitement. L'habit ne fait pas le moine, comme on dit.

Maintenant, il ne lui restait plus qu'à espérer qu'elle ait eu raison, et qu'il ne s'agissait pas d'un élève, ou sinon elle risquait fort de se faire remballer. Remarque, il n'avait pas besoin d'être élève pour la remballer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Lun 10 Nov - 6:27

Je continuais de regarder mon livre en lisant à un rythme soutenu les mots inscrits à l'encre. Ah, il était loin le temps de la machine à écrire. Je ne pûs s'empêcher de sourire intérieurement. Si certains des jeunes d'aujourd'hui se plaignaient de l'ancienneté de leurs grands parents, que diraient-ils d'un vampire de bientôt trois siècles? Ma lecture arrivait à un point culminent, et même si j'en connaissais l'enjeu et la finalité, ce passage riche et bien écrit me donnait toujours plaisir à lire. J'avais déjà essayé de me lancer dans l'écriture mais jamais je n'avais publié, préférant garder mes écrits sous clés, dans ma chambre, dans le manoir familial. Personne, ni même mon frère n'avait jamais vu un seul de ses écrits. La plupart aurait été rébarbatif de toute façon: des essais sur divers sujets, des écrits traitants de tel ou tel autre mouvement de pensée. Et un ou deux romans. Je me plaisais à pasticher certains styles, notamment du Balzac. Alors que je réfléchissais tout en lisant, capacité que j'avais acquise avec difficulté, j'entendis des bruits de pas dans le couloir.

Je stoppai ma lecture et tendis l'oreille un peu plus afin d'écouter. Le pas était plutôt régulier et résonnait quelque peu dans le couloir. Puis j'entendis un bruit d'ouverture de porte, ou du moins de tentative d'ouverture de porte à en entendre le soupir agacé. Voix féminine, sûrement une jeune adolescente. Je me remis à sa lecture. Si elle avait un soucis, elle n'avait qu'à s'adresser à moi, pour l'heure je lisais tranquillement mon livre. Le pas se rapprochait de plus en plus et se fit plus distinct. La supposé fille devait être à quelques mètres de moi, mais mon visage n'offrit aucun signe que je l'avais remarqué. Cette capacité à tout cacher, elle m'était indispensable et je la maîtrisais parfaitement. Puis le pas s'arrêta. La jeune fille avait dû me remarquer. Cela dura quelques secondes, assez pour que je compris que c'était le cas. Le pas reprit, un poil plus précipité que précédemment. Le pas n'était plus qu'à un mètre ou deux puis il se stoppa.

"Bonjour ?"

Maintenant, je le savais, mon interlocutrice était une jeune fille. A cette première phrase, j'arrêtai un instant de lire. Sa voix était douce et bon nombre d'étudiants aurait craqué rien qu'à l'entendre parler mais j'en avais vu d'autres. Néanmoins sa voix était plaisante à entendre. Elle démarrait donc d'un bon pied.

"Euh... En fait, pardon si je vous dérange ! Mais, je sais pas si c'est le cas, mais vous ressemblez à un surveillant du Refuge et du coup je me demandais s'il y avait moyen d'ouvrir la porte de la salle au bout du couloir ? Parce que j'ai légèrement l'espoir de réviser... Pour une fois dans ma vie."

Demeurant un minimum poli, même si j'étais un peu vieux jeu parfois, je tournai le regard vers mon interlocutrice dès le début de son monologue, posant mes pupilles couleur or dans son regard pétillant de jeunesse et de vivacité. D'un rapide coup d’œil, je l'analysai rapidement: elle était de taille moyenne pour son âge, possédait une longue chevelure brune agréable à l’œil, un joli minois et un style qui lui donnait un petit coté "rebelle" sans pour autant être dans le provocant. Elle portait, comme moi, une veste en cuir, mais aussi un sleam noir et un sac de couleur sombre. Une jolie étudiante, comme il y en avait sûrement beaucoup ici en somme. Je pris donc la parole avec ma voix profonde et calme:

"Bonjour, jeune fille. J'étais en train de lire, mais tu ne me dérange pas tant que ça, c'est mon métier de m'occuper des jeunes après tout !"

Je posai mon pied par terre et glissa une main dans ma nuque. Elle avait demandé quoi déja? Oui, lui ouvrir une porte. Je fouillai dans ma poche et en sortis un porte-clé contenant toute les clés que je devais avoir sur moi. Je cherchai ainsi la clé mais je me stoppa au bout de quelques secondes. C'était un de ses premiers contacts au Refuge, alors autant faire ça bien.

"Je veux bien t'ouvrir, mais avant ça... Quel est ton nom, jeune fille?"

J'avais essayé de prendre une voix un peu plus douce et un peu moins froide que d'habitude, en espérant que cette subtile nuance se remarque. Elle avait dit qu'elle devait réviser. Peut-être pourrais-je l'aider et ainsi gagner le respect d'au moins une élève?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Lun 10 Nov - 20:23

S'étant adressé à ce qu'elle pouvait considérer comme étant un compagnon de couloirs, Merry patienta calmement que celui-ci réagisse à ses paroles, ne semblant pas avoir remarqué sa présence jusqu'à ce qu'elle ne se mette à parler. Certes, elle savait se faire discrète, mais quand même. L'homme détachant ses yeux de son livre pour les poser sur elle, leurs regards se croisèrent. Un instant. Mais, un instant, à combien de temps cela correspondait-il ? 20 secondes ? 30 ? Une minute ? Un moment, en somme, qu'il est à présent impossible de chronométrer. Toute la magie du moment était partie, ça n'avait plus aucun intérêt.


« Vous savez, j'ai bien conscience que je ne suis pas très vieille, mais vous n'êtes pas obligé de dire « Jeune fille » dans vos phrases, à chaque fois que vous voulez vous adresser à moi. Déclara-t-elle. Mais merci, c'est gentil. »


En vérité, cela ne la dérangeait pas vraiment qu'il l'appelle comme ça, en un sens c'était pas faux. Mais c'est vrai qu'elle n'était pas vraiment habituée à ce que l'on s'adresse à elle de cette façon, les gens se contentant de simplement l'appeler par son prénom, voir ne pas l'appeler du tout, ce qui n'était pas plus mal. Et puis, même le ton de sa voix, parfaitement calme et posé, laissait à penser qu'il n'y avait rien de péjoratif là-dedans. C'était peut-être une façon de parler comme une autre, après tout. Chacun son truc.

En tout cas, si la jeune fille aux cheveux noirs avait quelques peu hésité au départ, il semblait que ses suppositions s'étaient avérés justes, et que son camarade était bel et bien un surveillant. D'ailleurs, le trousseau de clé qu'il venait de sortir, dont elle avait suivit le mouvement des yeux, semblait bien le prouver.
Néanmoins, la question qu'il lui posa la surprit légèrement.

L'adolescente se mit à battre des cils pendant quelques secondes, le mouvement de ses paupières clignant semblables aux battements d'ailes d'un papillon, prêt à prendre son envol. Elle s'accorda finalement un instant de répit afin de lui adresser un léger sourire, les commissures de ses lèvres remontant le long de ses joues. Elle ne lui dévoila tout de même pas ses dents, lui adressant un simple sourire tandis qu'elle acquiesçait calmement de la tête. Tandis qu'elle exécutait ce bref mouvement, elle lui tendit sa main, l'invitant à s'en saisir.


« Merry. Lui répondit-elle. Merry Jones. »


Pendant un instant, la jeune sorcière s'était demandé si elle avait bien fait. Après tout, même s'il s'agissait d'une simple poignée de main, pour certaines personnes, ça pouvait être mal vu, voir carrément déplacé. Surtout que, dans leur cas, techniquement, il lui était supérieur, sur le plan hiérarchique. En temps normal, un élève ne se montrait pas aussi familier envers un membre du personnel, envers un adulte. Mais bon, après tout, s'ils étaient ici, c'était qu'eux-mêmes ne devaient pas correspondre à cette norme de normalité. Et puis, comme elle l'avait pensé un peu plus tôt, ce n'était quand même pas lui qui allait la manger. Et, quand bien même il essaierait, elle ne se laisserait pas faire, et il serait certain qu'aucun d'eux n'en ressortirait indemne. Mais bon, là n'était pas la question. Elle n'avait fait que se présenter, comme celui-ci le lui avait demandé. D'ailleurs, en quoi le fait de connaître son nom allait l'avancer ? Peut-être que, comme ça, si elle venait à mettre le feu par accident dans la salle, il saurait tout de suite qui accuser.


« Est-ce que je peux vous demander le votre aussi ? Un peu comme un échange. Un prêté pour un rendu. »


La sorcière ne s'attendait pas tellement à ce qu'il lui dise son nom, mais bon, qui ne tente rien n'a rien, et puis, ça ne lui coûtait rien, alors pourquoi pas.
Relevant de nouveau les yeux vers le surveillant du Refuge, Merry ne put s'empêcher de lui adresser un petit regard bien aimable. C'est marrant mais... Elle aimait bien sa veste. Un peu comme la sienne, d'ailleurs. Mais bon, qu'on ne se leurre pas, dans le fond, les vestes en cuir étaient toutes plus ou moins les mêmes. L'espace d'un instant, l'adolescente se dit que, si elle avait dû avoir un frère, il aurait pu être comme lui. Du moins, même si ça pouvait paraître bizarre, il lui faisait un peu penser à... Elle. En version masculine, et carrément plus baraqué, mais bon, c'est du pareil au même. Après voilà, c'était peut-être dû au fait qu'ils avaient les cheveux d'une couleur qui se ressemblait, ou alors... C'était la veste. Oui, c'est ça. Ça devait être la veste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Mar 11 Nov - 17:34

"Vous savez, j'ai bien conscience que je ne suis pas très vieille, mais vous n'êtes pas obligé de dire « Jeune fille » dans vos phrases, à chaque fois que vous voulez vous adresser à moi. Mais merci, c'est gentil. "

C'est après cette phrase que je lui demandai son nom. Je dois avouer que cette fille semblait présenter un certain intérêt, car elle venait de me parler comme à une personne normale sans pour autant être trop impolie. Et si seulement elle connaissait mon âge, elle saurait que l'appellation que je lui donnais était justifié. La jeune fille m'écouta jusqu'au bout, me regardant toujours de ses yeux calme, attendri par la légère couche de mascara sur ses cils. Elle était, il fallait l'avouer, mignonne, et même si j'en avais vu beaucoup, des filles mignonnes, voir un visage amical et attirant était toujours bon à prendre. Maintenant que j'y pensais, ça faisait longtemps que je n'étais pas sorti simplement pour voir le populace. C'était pas vraiment mon truc. Je pense me souvenir encore de la dernière personne à qui j'ai échangé un regard outre mon frère. C'était une froide soirée de novembre. J'étais de sortie cette nuit-là, car j'avais terriblement faim. Mon frère était resté à la maison, car lors de ce genre de nuit je préférais qu'il reste au manoir, au cas où je n'ai pas la concentration nécessaire pour garder un œil sur lui. J'étais sur un toit de maison, invisible à ceux qui n'y prêtent pas attention, quand je remarquai quelque chose dans la ruelle quelques mètres plus bas. Un homme je dirais, la vingtaine à entendre son timbre de voix et sa démarche singulière des jeunes de cette époque. Il y avait une fille devant lui, et il semblait l'avoir à sa merci car un éclat de lumière brillait dans le dos de la fille. Une lame de couteau. Je prêtai attention à la scène en tendant l'oreille. J'entendis alors une phrase qui allait signer son arrêt de mort. "Tu pense peut-être que quelqu'un va venir te sauver, petite salope?".
Mes yeux prirent une teinte rouge et je sautai de mon toit pour me réceptionner à coté des deux jeunes. Avant que l'un des deux n'aient eu le temps de m'apercevoir, je posai ma main sur l'épaule de l'agresseur et le jetai contre le mur. A entendre le son de ses côtes, je dirais que je lui en avais cassé au moins une. Je courrai vers lui, le relevai et lui fit une clé de bras tout en restant derrière lui. Puis je dis d'une voix profonde et grave: "Quoi qu'elle pense, quelqu'un est venu la sauver...". Puis je plantai mes crocs dans sa nuque, fermant les yeux tout en le vidant de son sang. Je n'entendis pas la fille bouger, sûrement parce qu’elle était pétrifié de douleur. Puis je relevai la tête, mon repas terminé. D'un geste sec et vif, je cassai le cou de l'agresseur, ses vertèbres craquant sous mes mains. Mes yeux avaient repris leur habituelle teinte dorée. Et c'est là que je la vis. Cette jeune fille aux yeux mouillés par les larmes, la bouche ouverte et le regard impressionné et même terrifié. L'instant avait duré quelques secondes mais ses secondes s'étaient ancrés dans mon esprit. Je posai mon doigt sur mes lèvres et lui fit signe de silence puis je m'échappai de la scène de crime en grimpant sur les murs par la force de mes bras. Une rencontre comme il y en a eu beaucoup d'autre. Mais c'était ma dernière rencontre. Je ressortis de mes pensées lorsque j'entendis la son de la douce voix de cette jeune fille:

"Merry. Merry Jones."

Elle semblait quelque peu surprise par ma question, et elle avait sûrement raison. J'ai jamais été surveillant et je suppose que peu de surveillants sont aussi engageant avec les élèves. Mais après tout, si on était ici c'est bien qu'on était différent, donc je pense qu'un peu de franc-parler ne faisait pas de mal. C'est pourquoi ce qu'elle me dit ensuite ne me surprit pas plus que ça.

"Est-ce que je peux vous demander le votre aussi ? Un peu comme un échange. Un prêté pour un rendu."

Elle me regarda d'un regard aimable. Un regard que je n'avais pas vu sur les yeux d'une quelconque personne depuis encore plus longtemps que je n'avais vu quelqu'un. Puis, contre toute attente, elle tendit sa main, comme à l'attente d'une poignée de main. Ca me réchauffai un peu le cœur de voir ce petit regard et cette petite poignée de main. Une certaine affinité venait de se créer, je pense. Je pris sa main et la secoua doucement, ne lui serrant pas trop fort la main. Je suis sûr qu'elle avait remarqué la froideur glaciale de ma main, mais tant pis. Je n'allais pas cacher indéfiniment mon statut. Et puis mon nom, elle pouvait le savoir, c'était pas important que je sois surveillant ou non. J'avais juste un peu plus de 270 ans de plus qu'elle, c'était pas grand chose. Je repris de ma voix habituelle:

"Ryujia. Ryujia Dragonstone."

En y repensant, ça faisait un peu trop formel comme présentation. Je devais puiser dans la chaleur et l'entrain que je n'avais pas pour paraître un peu moins froid. Je forma donc un sourire-non, un rictus serait plus exact- et j'enchaîna, une pointe d'amabilité dans la voix:

"Heureux de te connaître, Merry. Que veux-tu réviser ?"

Bon d'accord, ma phrase faisait carrément vieux à l'oreille. "Que veux-tu réviser ?" c'est ce qu'on disait à un jeune des années 20. D'il y a deux siècles, bien sûr. Je trouvai enfin la clé et la prit d'un geste assuré, pas trop brusque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Sam 15 Nov - 16:04

Un contact, en soi, qu'est-ce que c'est ? La sensation de deux éléments se touchant, s'effleurant. Quelque chose de si simple, mais d'à la fois bien plus compliqué. Chaque chose que l'on fait représente quelque chose, signifie quelque chose, aussi infime soit elle. C'est bien connu, l'on n'agit pas juste pour le plaisir. Alors elle, Merry, que devait-elle penser de cette poignée de main ? Si on lui avait demandé ça, elle aurait tout de suite répondu qu'il s'agissait d'un réflexe, ce qui n'était pas totalement faux, mais peut-être fallait-il voir cet acte comme l'officialisation de leur rencontre ? Signe que, de son côté, si elle venait à le recroiser quelque part, elle ne l'ignorerait pas.

La sensation de la main du surveillant dans la sienne la fit tressaillir. Glacé. Tout juste, incroyablement froid. Pensive, l'adolescente releva les yeux vers celui-ci, s'attardant quelques secondes sur son visage. Est-ce que tout son corps était entièrement froid ? Est-ce que, si elle venait à poser sa main sur sa joue, elle ressentirait la même chose qu'en cet instant ? En un sens, c'est comme si tout son corps s'associait à sa personnalité.

Loin de se laisser abattre, Merry se remit à afficher un léger sourire, au coin de ses lèvres, suivant le mouvement de la main de son camarade, avant de le relâcher.


« Ravie de faire ta connaissance aussi. Lui répondit-elle. »


Ayant retrouvé la possibilité de se servir de sa main, la jeune sorcière en profita pour remonter son sac sur son épaule, le remettant en place, celui-ci s'étant amusé à glisser auparavant.
Suivant des yeux les mouvements de Ryujia, elle put constater qu'il avait la clé de la salle. Enfin, ça devait sans doute être la bonne, sinon il ne l'aurait pas sortie.


« Le feu ! »


C'est ce qu'elle avait répondu au surveillant, spontanément, pour répondre à sa question. Oui, le feu, c'est ce qu'elle voulait étudier. Apprentie sorcière comme elle aimait le dire, de feu comme élément, elle n'allait pas aller étudier sur quelque chose d'autre, comme l'eau, qui, selon elle, ne la concernait même pas. Disons qu'elle voulait plus ou moins en apprendre un peu plus sur elle, et qu'elle se soucierait des autres plus tard, quand le courage et l'envie lui viendra.


« En fait, euh... Je suis une sorcière, une apprentie, et donc j'ai encore des choses à apprendre. »


Consciente que ce qu'elle disait n'avait pas forcément de sens, Merry ne put s'empêcher de baisser la tête, gênée. Elle leva finalement sa main droite, l'index levé, pointant vers le plafond, avant qu'une petite flamme n'apparaisse au bout de celui-ci. De nouveau, un petite sourire satisfait s'étira sur ses lèvres, avant qu'elle ne reprenne un air sérieux et agite son doigt sous le nez de son camarade.


« Voilà, ça, c'est ce que je sais faire. Pour l'instant. Mais j'aimerais apprendre à... Canaliser mon énergie ? Enfin, pour faire une flamme plus grosse, je sais pas si c'est compréhensible... »


Sans doute plus par habitude qu'autre chose, la jeune fille ne s'était même pas rendu compte que, un peu plus tôt, elle avait tutoyé l'adulte face à elle, comme s'il était une personne parmi tant d'autres. Certes, c'était le cas, et elle le considérerait sans doute toute sa vie comme une personne normale parmi toutes les autres, et bien qu'il soit surveillant, il n'aurait pas de traitement de faveur. Mais, dans ce cas-là, c'était peut-être plus une question de respect qu'autre chose. Disons que ses parents l'avaient bien éduquées et, normalement, elle n'avait pas à se conduire de la sorte... Avec un peu de chance, si l'avait remarqué, il ne lui en tiendrait pas rigueur.


Ndla:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Sam 15 Nov - 16:54

La jeune fille -ou Merry, vu qu'elle venait de me donner son nom- tressaillit légèrement au contact de nos mains. Elle releva les yeux vers moi, m'analysant à son tour pendant quelques secondes, et je pus plonger mon regard dans le sien. Ses jolis yeux couleurs chocolats m'arrachèrent un léger rictus. Elle était diablement jolie, il fallait le reconnaître. Mais on était plus au XIXè siècle, un jeune homme d'une trentaine d'année ne pouvait pas vivre une quelconque romance avec une jeune fille de... allez, 18 ans? Et puis c'était une élève... Ma réputation ne m'importait pas le moins du monde, mais la sienne? Oh et puis mince, à quoi étais-je en train de penser? Nous nous connaissions depuis à peine quelques minutes. Si je m’amourache de toutes les jeunes étudiantes que je croise, je ne donne pas cher de ma peau. De mon cœur pour être précis. Je me rappelle encore de ma dernière vrai relation, il y a 27 ans. Une jeune fille brune à la peau blanchâtre. Je l'avais pris pour une vampire aux premiers abords mais ce n'était pas le cas. Elle m'a quitté juste après avoir appris ce que j'étais. Une créature de l'ombre. Au moins avait-elle eut la décence de ne rien dévoiler à personne. Je repris mes esprits. Si je commençais à divaguer, je n'irais pas loin dans le Refuge. Ma nouvelle connaissance fit un léger sourire et lâcha doucement ma main. Le sourire, c'était souvent ce qui faisait qu'une personne était jolie ou non pour moi. Et Merry l'était beaucoup.

"Ravie de faire ta connaissance aussi." me dit-elle de sa voix aussi douce qu'une lampée de miel.

Merry remis son sac sur son épaule, un geste nonchalant que je ne suivis pas des yeux. Mes yeux restaient posés sur les siens, et un petit quelque chose venait de s'allumer. Un vif intérêt. Cette jeune personne était devenu digne d'intérêt mais demeurait inaccessible. Je restai ainsi quand ses yeux se posèrent sur les clés que j'avais en main. Elle répondit alors à ma précédent question:

"Le feu! En fait, euh... Je suis une sorcière, une apprentie, et donc j'ai encore des choses à apprendre."

Elle baissa la tête, comme gênée. Je ne me cachais pas que je pouvais paraître intimidant, c'était presque voulu et en même temps naturel. Puis elle leva son index et une flamme surgit de celui-ci. Je déviai mon regard et le posa sur la flamme. Le pouvoir du feu. De la passion. Du désir. Hop hop hop! Je m'emporte là! Ca fait si longtemps que ça que j'ai pas eu une conversation avec une fille? Maintenant que j'y repense, ça fait en effet peut être bien une quinzaine d'année que je ne sortais plus. Merry eut un sourire satisfait, probablement fière de ce qu'elle venait de faire. Mais elle reprit vite un air sérieux, bougeant son doigt devant moi.

"Voilà, ça, c'est ce que je sais faire. Pour l'instant. Mais j'aimerais apprendre à... Canaliser mon énergie ? Enfin, pour faire une flamme plus grosse, je sais pas si c'est compréhensible..."

La recherche du pouvoir. Une quête humaine éternelle. Moi-même je cherchais le pouvoir, sinon pourquoi entraîner mon frère? N'étant que rarement venu à Andorre, à part lors de mon premier siècle de vie où j'y vivais avec mes parents, je ne me souvenais plus des quelques magiciens de feu que j'avais croisé. Mais leurs pouvoirs à leur apogées étaient sûrement terriblement admirable. Je répondis donc, d'une voix toujours aussi calme:

"Oh, je vois..."

Je souris brièvement, un sourire qui se voulut sincère et franc cette fois-ci. Le premier vrai sourire que j'adressais à quelqu'un depuis bien... euh... Ma dernière compagne je dirais. Je repris:

"Mes talents à moi sont plus obscurs."

Je laissai voir mes dents à travers mon sourire. Précisément mes canines sur-développées. Peut-être avais-je fait une erreur, peu de personnes avaient acceptés ma nature jusque là. Mais cet endroit était différent. Tout élève était habité par un pouvoir. Certains étaient même sûrement des vampires... Quoi qu'il en soit je devais assumer ma nature maintenant que je l'avais dévoilé à Merry. Je m'approchai de la porte d'un pas rapide, bien plus rapide que celle des humains, et posai mes mains sur les hanches en recherche d'admiration, le sourire disparaissant légèrement. Ca faisait tellement longtemps que j'avais pas souri.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 23 Nov - 17:41

« Oh, je vois... »


Intriguée, Merry avait incliné la tête légèrement sur le côté tout en regardant Ryujia, signe qu'elle se posait des questions.
Hum... Que voyait-il ?

Elle, ce qu'elle voyait par contre, c'est ce sourire qu'il lui adressait actuellement. Lui qui n'avait pourtant pas l'air de la personne qui sourit à tout vent, dès que quelqu'un ose attarder son regard sur sa personne. Lui qui avait l'air tellement plus dur... Ça lui allait bien.

Rarement habituée à ce qu'on lui sourit de la sorte -disons que le sien semblait tellement plus sincère que 90% de ceux qu'elle voyait-, la jeune sorcière ne put s'empêcher de le lui rendre, lui témoignant ainsi de toute sa gratitude. Elle lui avait donné son nom, il lui avait donné le sien. Il lui avait fait un sourire sincère, elle le lui avait également rendu. Tout était une question d'échange, chacun son tour, afin qu'aucun d'eux deux ne reste sur sa faim. Égalité parfaite, peu importe les conditions de jeu.

Le sourire en question se fana tout de même légèrement, en entendant Ryujia s'adresser de nouveau à elle, caractérisant ses talents comme étant plus obscurs que les siens. Elle créait le feu, la lumière, pour faire plus sombre, ce n'était pas tant plus compliqué. Néanmoins, ce qu'elle constata quelques secondes plus tard lui fit penser qu'elle aurait mieux fait de faire taire ses pensées. Ce que ses talents étaient, ainsi que lui-même sans doute, par la même occasion, étaient réellement sombres...

Ce n'est que maintenant, à travers ce sourire qu'il lui faisait, qu'elle constatait ses canines aiguisées. L'adolescente en eut un hoquet de surprise qui lui fit perdre légèrement l'équilibre, se retenant au mur à côté d'elle pour ne pas tomber. Décidément, il lui faisait perdre la tête.


« Pardon... »


Gênée d'avoir pu réagir de la sorte, Merry avait baissé les yeux. Ce n'était sans doute pas le genre de réaction à avoir. Ce n'était pas tant qu'elle avait eu peur. Après tout, des Vampires, il devait y en avoir un peu partout ici, et si elle était terrifiée dès le premier qu'elle voyait, alors elle pouvait tout de suite commencer à faire ses valises. Non, c'était simplement... De la surprise.
Ryujia, elle l'aurait plutôt imaginé en Hybride. Un loup, ou une panthère ? Mais pas vraiment en Vampire, ces êtres de la nuit. Tiens, d'ailleurs, tout ce que l'on disait sur les Vampires, est-ce que c'était vrai ? Tout ce que l'on pouvait entendre sur eux.
A présent, la gêne avait laissé place à une certaine attention, une forme de curiosité masquée.

L'une de ses mains toujours appuyée contre le mur, le regard de l'adolescente allait et venait entre celui-ci et Ryujia. Finalement, elle se mit à tapoter le mur, comme pour le remercier de l'avoir retenue, avant d'aller rejoindre le surveillant.
Intérieurement, il lui inspirait une certaine forme de respect, qu'elle ne saurait expliquer. C'était sans doute dû à ce qui se dégageait de sa personne. Après tout, en le regardant, ce qu'elle voyait elle, c'était une personne plutôt charismatique.

Merry releva les yeux vers son compagnon et lui adressa un léger sourire. Pas aussi rayonnant que ceux auparavant, mais qui ne changeait en rien sa sincérité. C'était juste pour lui montrer qu'elle ne s'inquiétait pas vraiment, et puis, qu'elle n'avait pas peur...
Les Directeurs du Refuge n'étaient sans doute pas idiots. S'ils savaient que Ryujia pourrait être d'un quelconque danger pour les étudiants, ils ne l'auraient pas engagé !


« Est-ce que c'est vrai, tout ce qu'on peut entendre sur les Vampires ? Demanda-t-elle doucement. Enfin, si je peux demander ! »


C'était peut-être un peu vague, tout ce qu'elle disait, mais le social, bien qu'elle soit une personne très agréable, n'avait jamais été le point fort de Merry, généralement bien tranquille dans son coin.
En vérité, elle avait beaucoup de questions sur les Vampires, son compagnon étant le premier qu'elle avait rencontré. Il suscitait en elle un certain intérêt. Mais elle ne savait pas si elle pouvait aborder, du moins avec lui, ce genre de sujets. Après tout, certains n'aimaient peut-être pas leur véritable nature, et se contentaient de la subir, sans jamais en parler, celui-ci étant un sujet tabou. Elle espérait tout de même que Ryujia serait ouvert sur le sujet.


« Je... Avant de rejoindre la Refuge, quand je pensais encore que j'étais une fille comme les autres, il m'arrivait souvent de regarder des séries à la télé, notamment sur les Vampires. Comme toutes les filles de mon âge. Et, du coup, je me demandais si tout ce qu'on disait dedans était vrai ? Est-ce que vous ne supportez pas la lumière du jour ? Est-ce qu'il faut que vous y soyez invité, pour pouvoir pénétrer dans une pièce ? »


Il allait à coup sûr la prendre pour une idiote, une espèce d'adolescente plein d'hormones qui ne pense qu'à vivre des romances avec des Vampires, comme on en voit à la télé. Ce ne serait peut-être pas faux, ce qu'elle avait vu, généralement, lui avait permit de rêver un certain laps de temps. Mais bon. A présent, elle voulait juste savoir si tout ce qu'elle avait entendu était réellement vrai, ou non. Et pour ça, il n'y avait qu'une seule solution : Demander au principal concerné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 23 Nov - 18:51

Merry lâcha un petit hoquet de surprise et se mit contre le mur. Son comportement était sûrement normal, pour une jeune fille.

"Pardon..."

Je répondis par un haussement d'épaules signifiant que peu m'importait. Car c'était le cas. Je ne pouvais pas m'attendre à ce que je présente de l'intérêt chez une quelconque personne après lui avoir dévoilé ma nature. Pourtant, c'est ce que je lisais maintenant dans le regard de Merry. De la curiosité et de l'intérêt. A la base, je n'étais venu ici que pour mon frère et en aucun cas pour moi. Et bizarrement, cette lueur d'intérêt que je ne voyais que très rarement me fit plaisir. Un plaisir éphémère dans une vie de vampire, mais un plaisir intense. Au final, j'avais bien fait de venir m'installer ici, et peut-être qu'après presque 3 siècles d'existence, le destin m'ouvrait-il la possibilité de me racheter de ma nature maudite? De servir autre chose que les intérêts que je jugeais juste et d'être utile à quelqu'un d'autre qu'à et mon frère? Je saisis en tout cas la chance qui s'offrait à moi.

"Est-ce que c'est vrai, tout ce qu'on peut entendre sur les Vampires ? demanda-t-elle d'une voix douce. Enfin, si je peux demander !"

Je repris un peu mes esprits. C'était une capacité que j'avais développé au fil du temps. Rentrer dans une espèce de transe de réflexion qui me permettait d'être attentif à ce qui se passe tout en réfléchissant et ce sans que ça soit visible.

Ce qu'on entend sur les vampires. Mmh... On disait quoi déja sur les vampires? Je regardais rarement la télévision... Je dirais une ou deux fois par mois. Car maintenant, tout se passait sur ordinateur. Et cette technologie était presque obligatoire à l'heure actuelle, donc je ne niais pas l'utiliser au moins une heure par jour. La dernière fois que je m'étais documenté sur ce qu'on pensait des vampires date de Twilight je crois. Ca m'avait bien fait rire de penser au fait qu'on brille au soleil. Stephenie Meyer, merci de nous avoir discréditer avec tant de puissance.

"Je... Avant de rejoindre la Refuge, quand je pensais encore que j'étais une fille comme les autres, il m'arrivait souvent de regarder des séries à la télé, notamment sur les Vampires. Comme toutes les filles de mon âge. Et, du coup, je me demandais si tout ce qu'on disait dedans était vrai ? Est-ce que vous ne supportez pas la lumière du jour ? Est-ce qu'il faut que vous y soyez invité, pour pouvoir pénétrer dans une pièce ?"

Je ne pus m'empêcher de réprimer un petit sourire. Attend, elle venait de faire une référence à Dracula? Elle était bien plus cultivé que ce que je pensais alors. Peut-être était-elle différente des bimbos habituelles. Le fait que l'on ne supporte pas la lumière, ce n'était pas faux. On pouvait résister à la lumière mais ça procurait des picotements et à long terme il me semble que ça brûlait mais je ne restais jamais très longtemps à la lumière du soleil. C'est d'ailleurs pour ça que je restais dans l'ombre du couloir. Je m'engageai du coup à répondre à ses questions:

"Et bien... Déjà, on brille pas à la lumière du jour, c'est des foutaises. C'est d'ailleurs l'inverse. La lumière du soleil nous gêne et à long terme, elle nous brûle la peau. Une brûlure différente de si on se jetait dans le feu. C'est une brûlure... froide je dirais. Quand au fait de s'inviter seulement quand on le demande, c'est absolument faux. Mais par mesure de courtoisie, je m'invite jamais chez quelqu'un sans y avoir été invité."

Je lui lançai un nouveau sourire. Il ne fallait pas que ça devienne une habitude. De toute façon, le plaisir d'une rencontre ne durait qu'un temps. Immanquablement, elle partait après quelques temps, car sa nature empêchait tout contact. C'est pour ça que j'étais aussi dur. Il ne fallait pas croire que je sois né comme ça, même si j'ai toujours été très calme.

"Beaucoup de mes congénères sont très dangereux car ils ne se contrôlent pas. Mais afin de ne pas se faire voir par les humains, chacun développe une technique pour se nourrir. Certains tuent les malades qui n'ont plus beaucoup de temps, d'autres tuent des animaux, mais ils ont sans cesse faim, et certains tuent les criminels pour expier leur pêché. Et certains autres, un peu plus rare, tuent sans se préoccuper de qui ça peut bien être."

Je venais sûrement de lui dire ce qu'elle voulait savoir. De quoi nous nous nourrissons. Mais j'aimais bien laisser planer le mystère, alors je ne lui disais pas comment moi je me nourrissais. Je commençai à ouvrir la porte avec mes clés, tournant pour desceller la poignée. Puis je me tournai vers elle sans ouvrir la porte, le regard neutre, une question indiscrète me brûlant les lèvres.

"Avez-vous peur ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Jeu 25 Déc - 16:23

Topic clôturé pour inactivité, vous n'avez pas posté depuis un mois ou plus.

Si vous voulez rouvrir ce rp, n'hésitez pas à contacter un membre du Staff.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 11 Jan - 11:05

Sujet rouvert. Ma réponse ne devrait pas tarder. Malgré ça, si je traîne encore, merci de ne pas de nouveau clôturer ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 11 Jan - 13:15

Merry fut d'abord surprise d'entendre ce que lui répondait le surveillant, au sujet de ses interrogations. Savoir que ce qui se disait à la télévision était dans une grande majorité plus ou moins faux. C'en était limite affligeant. Elle ne regarderait plus la télévision, ou du moins pas comme avant. Mais bon, en même temps, ça ne l'étonnait pas plus que ça. Après tout, c'était pour les réalisateurs un moyen de se faire de l'argent comme un autre, et ce peu importe les bêtises qu'ils pouvaient raconter dedans. Chapeau bas en tout cas, parce que ça a marché, et qu'ils s'en sont sans doute mit pleins les poches.
Tiens, sans trop savoir pourquoi, tout cela lui donnait envie de rejoindre le Club de Théâtre, en plus de celui de Littérature... Elle irait se renseigner plus tard, et éventuellement s'y inscrire si ça lui plaît.

Ryujia lui parla même des différentes méthodes qu'avaient les Vampires de se nourrir, ce qui attisa légèrement sa curiosité, même si elle ne demanda rien en conséquence. Par logique, et lui-même devait se dire qu'elle avait dû y penser, elle se demanda de quelle façon, lui, pouvait bien se nourrir. Mais en sachant que la réponse pourrait l'effrayer... La jeune sorcière préféra garder le silence et ne rien lui demander. Et puis, en un sens, c'était assez indiscret, tout de même.

D'abord occupée à regarder le charmant surveillant jouer de ses clés dans la serrure de la porte, Merry ne comprit pas tout de suite la véritable signification de sa dernière question, avant que celle-ci ne fasse un certain déclic dans son esprit, la faisant légèrement froncer les sourcils.
Son regard déjà baissé au niveau de la serrure, elle le fit glisser un peu plus vers le sol pour finalement se poser sur les chaussures de son camarade. Endroit d'où elle partit avant de laisser ses yeux remonter tout le long de son corps, observant chaque partie de lui sans pour autant le fixer, comme si elle recherchait sur lui, physiquement, ce qui devait l'effrayer. Montant de plus en plus, elle s'arrêta finalement au niveau de ses yeux, laissant son regard aller dans le sien.

Elle avait beau chercher, non, elle ne voyait pas ce qui pouvait lui faire peur. Il l'intimidait, certes, mais ne l'effrayait pas. En un sens, elle se sentait comme en confiance avec lui. Pas comme s'ils se connaissaient depuis des années, mais comme... Comme ça. Il n'y avait pas de mots. La jeune sorcière se doutait bien qu'il ne devait pas être n'importe qui, et n'était pas du genre à, une fois la salle ouverte, la coincer dans un coin et à la mordre afin de vider son petit corps si frêle jusqu'à la dernière goutte de sang. Jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien d'elle. Non, elle ne l'imaginait pas lui faire ça.
Ni avec quiconque d'ailleurs.

Finalement, l'adolescente se redressa, comme pour se donner une certaine assurance, qu'elle avait toujours plus ou moins eu. Ses yeux toujours plongés dans ceux du surveillant, elle le défia légèrement du regard, comme pour le provoquer.


« Je devrais ? »


Ces paroles, ses paroles, elle allait peut-être les regretter. Dans une épreuve de force, peut-être Ryujia allait-il chercher à lui prouver qu'elle avait tort et que, oui, elle avait de quoi avoir peur. Après tout, ne disait-on pas que le Vampire était la « créature » la plus effrayante de la nuit ? Créature entre guillemets, parce qu'elle trouvait ce mot particulièrement péjoratif, comme si tout ce qui s'y apparentait n'était qu'abominations, sortant du coin le plus obscur de la planète. Non, décidément, elle n'y croyait pas une seule seconde. Les Vampires étaient... Fascinant. Ou, du moins, maintenant, ils suscitaient un certain intérêt chez elle, et loin d'être dans le mauvais sens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 11 Jan - 14:24

Il est vrai que cette marque de spontanéité ne me ressemblait pas. Pourquoi diable avais-je posé cette question absolument ignare? Merry baissa les yeux vers mes pieds, remontant doucement petit à petit, passant sur mes jambes, mon torse puis ma tête, plus précisément mes yeux.
Mon regard à ce moment là était froid, comme à l'ordinaire, mais toujours empreint d'une certaine chaleur, une certaine sociabilité.
Il était certain que cette séduisante jeune fille n'avait pas peur de lui, pourquoi le devrait-elle de toute façon? Sa réponse fut donc tout à fait normale, et j'y lu même une pointe de défi, ce qui renforçait le coté un peu rebelle de cette belle Merry.

"Je devrais ?"

Non, aucunement. Elle n'avait vraiment aucune raison de se méfier de moi. De mon frère peut-être, parcequ'il avait beaucoup de mal à se contrôler, mais de moi, non. J'avais appris à me contrôler très tôt, sûrement grâce à ma nature calme. Je lui lançai un sourire pour dévoiler ma canine pointue et lui répondis d'une voix exagéremment nappée de mystères:

"Je suis une horrible créature de la nuit tout de même... Je dévore les jeunes filles imprudentes les soirs de pleines lunes..."

Je ricanai légèrement, ma voix grave mais profonde retentissant dans le couloir. Je me mettais à faire de l'humour. Je devais sûrement perdre la tête à ce moment-là, parceque ça m'arrivait rarement.
J'ouvris donc la porte et entrai dans la salle d'un pas léger et avec une posture droite. Elle était comme toute salle de cours je pense: un tableau, des bureaux avec des chaises et celui un peu plus grand du professeur en face de ceux des élèves, des vieux papiers sur une loi ou une autre de la métaphysique des sorciers, ce genre de choses-là dont je n'étais pas très au courant. J'allai fermer les stores pour que la lumière du soleil ne me gêne pas, nous laissant dans une légère pénombre, ce à quoi je remédiai en allumant la lumière. Je regardai Merry s'installer et je m'approchai d'elle, me penchant sur elle un peu plus près que je ne l'aurais voulu, nos deux visages à quelques centimètres l'un de l'autre, en lui demandant:

"Vous voulez peut-être un peu d'aide ?"

Je jetai instinctivement mon regard sur ses lèvres. Des lèvres plutôt pulpeuses, il était vrai. Cette jeune femme, car il fallait dire ce qui était, c'était bientôt une femme, m'irradiait de sa beauté. Je baissai légèrement le regard vers son cou. Mon cœur s'emballa un peu. Je n'aurais sû dire si c'était une crise passagère ou un élan de je ne sais trop quoi, mais je fermai les yeux et baissa totalement la tête pour ne plus avoir Merry dans mon champ de vision.
Je venais d'avoir un léger picotement aux dents. Et ça, je savais que ça signifiait que j'avais envie de mordre quelqu'un. Certes, je me contrôlais aisément, mais rien que le fait que mon corps y ait pensé me peinai.
Je me léchai les lèvres et releva la tête, papillonnant un peu des paupières et me frottant les yeux. Puis je reposai mes yeux sur elle, sans avoir raccourcit ou élargit l'espace entre nos visage. C'était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Sam 7 Fév - 21:43

Une horrible créature de la nuit ? Puf, elle n'en croyait même pas un mot ! Même si cette canine qui dépassait et son rire retentissant dans les couloirs lui donnait un léger frisson dans le dos, qu'elle tentait tant bien que mal de cacher. Elle n'avait pas pu sourire à sa petite « blague ». Allons, on ne peut pas dire ce genre de choses à une jeune fille de son âge ! Une adolescente moins coriace qu'elle serait tout de suite partie en courant, hurlant à pleins poumons comme un cochon que l'on égorgerait.
Mais Merry ne pouvait pas se permettre de s'enfuir pour si « peu ». Et puis, comme elle avait pu le penser précédemment, rien ne prouvait qu'elle avait de quoi réellement le craindre.


« Encore une chance que ce ne soit pas la pleine lune ! Se risqua-t-elle à plaisanter, avant de reprendre un ton sérieux. J'aurais peur le jour où tu feras quelque chose qui m'effraiera, en attendant... ! »


Le surveillant ouvrit finalement la porte de la salle dans un cliquetis de clé, et pénétra dans la salle, la jeune sorcière à sa suite. Il alla apparemment baisser les stores , tandis qu'elle s'installait au premier rang, posant son sac sur ses genoux pour pouvoir plus facilement en sortir son livre de cours et le poser en face d'elle. Il le lui avait dit, un peu plus tôt, que la lumière gênait les Vampires, c'est pour ça qu'elle ne l'en avait pas empêché. Il aurait été, par exemple, un sorcier comme elle, elle aurait fait des pieds et des mains pour que ces stores restent ouverts. Mais il avait prit la peine d'allumer la lumière, et en un sens, ça lui faisait plaisir qu'il ait cette attention, même si l'obscurité de la pièce, juste avant, ne la dérangeait pas tellement.

Merry reposa finalement son sac à terre, afin que celui-ci ne l'encombre pas, tandis qu'elle observait son manuel scolaire du coin de l’œil, ne sachant trop par quoi commencer. La magie des Sorciers se faisait des 4 éléments, et elle ne s'occupait que du feu, alors maintenant il fallait qu'elle trouve à quelle partie du livre son élément correspondait. Elle se demandait d'ailleurs comment le professeur allait se débrouiller durant ses cours, pour parler des 4 éléments à la fois. Duquel serait-il, lui, d'ailleurs ? Feu, comme elle, se serait la classe.

Ryujia revint finalement vers elle. Levant les yeux vers lui pour voir ce qu'il faisait, elle le vit s'approcher d'elle plus proche qu'elle ne l'aurait cru, si bien qu'elle en eut le souffle coupé, ne sachant plus trop quoi faire face à une telle proximité. Un mouvement de recul trop brusque, et elle en tomberait assurément de sa chaise, et, elle ne voulait pas lui donnait cette impression de vouloir être à tout prix loin de lui, comme s'il la gênait. Il ne la dérangeait pas, mais un peu moins ne serait pas de refus, tout de même...

La jeune sorcière de feu sentait le souffle du surveillant sur son visage, glissant un peu partout sur celui-ci jusque ses lèvres, tout comme le regard du concerné. Légèrement, elle frémit, ses lèvres s’entrouvrant tout doucement. Elle resta ainsi quelques secondes, observant minutieusement chacun de ses gestes, jusqu'à sa langue passant sur ses lèvres. De nouveau, elle frémit, avant de reprendre ses esprits, se redressant comme si de rien n'était, tentant tant bien que mal de cacher sa gêne, plus que visible par les marques rosies sur ses joues.
Bordel, mais c'était quoi ça ?


« Euh... Oui... Pourquoi pas... Prononça-t-elle, gênée. »


L'adolescente prit son manuel entre les mains, pour donner un occupation à ses mains, avant de, de nouveau, relever les yeux vers Ryujia, qui l'observait toujours avec la même intensité.


« Mais avant ça, j'ai juste encore une question. Déclara-t-elle. Logiquement, ce qui attire les Vampires, c'est le sang, n'est-ce pas ? Alors, est-ce que ça vous fait quelque chose quand une fille... A ses règles ? Je veux dire, ça vous excite ? Pas dans le sens sexuel du terme, bien évidemment, enfin, quoi que, chacun sa façon de marcher, mais dans le sens ou... ça vous donne envie de mordre la personne en question ? »


Merry gesticula légèrement sur sa chaise, gênée par la tournure que prenait sa question. Bien sûr, elle voulait savoir certaines choses sur les Vampires, notamment ce qui les attires, physiquement parlant, mais si cette question venait à être posée, elle aurait préféré que cela se fasse dans un autre contexte. Parce que là, ça paraissait un peu bizarre, lui donnait une impression d'être une étudiante dévergondée, et surtout que c'était de base même pas ce qu'elle voulait lui demander.
Bref, c'est bizarre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Sam 7 Fév - 22:52

Là, en ce moment même, j'étais plus gêné qu'autre chose, mais rien ne transparaissait sur mon visage. Allez, c'est le temps de te ressaisir mon bon vieux Ryujia. Merry semblait elle aussi plutôt gênée, mais il n'y avait pas que de la gêne dans son regard. Un espèce d'élan d'espièglerie refoulé. Je plissai les yeux mentalement. Ma relation avec cette fille était des plus étranges. Je ne me rappelle pas avoir vécu ça auparavant, et c'était plaisant de découvrir quelque chose de nouveau. Elle se redressa alors et me dit d'une voix qui trahissait sa gêne:

"Euh... Oui... Pourquoi pas ?"

Je continuai, un peu malgré moi, à la dévisager. Je sentais son sang palpiter dans ses veines et il me semblait si pur, si sain. Mais ça faisait bientôt 1 mois que je ne m'étais pas nourri de cette façon. Et je ne l'avais jamais fait sur une humaine non consentante. A part deux trois fois, mais c'était des psychopathes qui avaient assassinés leur famille entière ou brûler leurs enfants au nom d'un pseudo-Seigneur. Mais au-delà de l'appel du sang, cette fille m'attirait. Physiquement pour l'instant, mais ça restait assez notable pour que je le souligne. Les filles qui arrivaient à m'émouvoir étaient rares, mais il y en avait bien sûr. Cela ne voulait pas dire que je les aimais. Néanmoins, cette fille-là était plus particulière. Si je devais la définir, je dirais que "La beauté sans la grâce attire, mais elle ne sait pas retenir; c'est un appât sans hameçon." comme le disait Maxime Planude. Cette fille là était l'appât, mais était aussi le hameçon. Quoi qu'il en soit, je me ressaisis au moment où elle ouvrit la bouche :

« Mais avant ça, j'ai juste encore une question. déclara-t-elle. Logiquement, ce qui attire les Vampires, c'est le sang, n'est-ce pas ? Alors, est-ce que ça vous fait quelque chose quand une fille... A ses règles ? Je veux dire, ça vous excite ? Pas dans le sens sexuel du terme, bien évidemment, enfin, quoi que, chacun sa façon de marcher, mais dans le sens ou... ça vous donne envie de mordre la personne en question ? »

D'accord, là ça commençait à devenir trop chaud pour moi. C'est comme si elle faisait exprès de m'envoyer des signaux, mais je ne pense pas que se soit réellement le cas. Cette jeune fille ne semblait pas être très à l'aise dans ce genre de situations, il me semblait sensé de dire que je l'attirais mais qu'elle n'osait pas se l'avouer. Néanmoins, si c'était du plaisir au lit que je cherchais, je n'aurais eu aucun mal à en trouver ailleurs. Ce que je recherchais vraiment ce n'était pas du sexe, c'était bel et bien de l'amour. Cette jeune fille m'offrait de la libido, ce qui ne rentrait pas en contradiction avec l'amour, mais qui ne faisais pas non plus de l'amour. De toute manière, je ne me m'imaginais pas gâcher la vie de cette pauvre humaine en essayant de voir si elle était l'élue de mon coeur. Ca aurait été trop égoïste.
Une seconde s'était écoulé depuis qu'elle m'avait posé la question. Je la regardai d'un air perçant, puis je souris, mes canines resortant sur ma peau claire.

"Hum.. Et bien... Personellement ça ne me fait ni chaud ni froid mais ça c'est parceque je suis de ceux qui me sache se contrôler un temps soit peu. Je ne pense pas que c'est pareil pour tout le monde, j'imagine que mon frère réagirait au quart de tour."

Je sentais bien que ce n'était pas ce qu'elle voulait dire par l'incertitude de sa voix. Mais que voulais-t-elle donc dire en vrai? Peut-être qu'elle voulait plutôt savoir ce qui attirait physiquement, plus que sexuellement, les personnes comme moi. Les vampires. Je lui répondis donc, d'un ton assuré:

"Si vous voulez savoir, les vampires sont dotés eux aussi d'un coeur pour aimer et d'un cerveau pour... désirer..."

J'espérais ne pas me tromper sur ses intentions sinon je passerais pour un détraqué pour le restant de ses jours. Et jamais je n'aurais imaginé que je puisse passer pour un détraqué aux yeux de quiconque avant ça.

"...et je dois dire que vous êtes tout à fait ravissante pour un vampire, enfin pour moi."

J'avais franchi un cap là. Soit ça passait, soit ça cassait. Dans les deux cas, je serais fixé. Tout se bousculait dans ma tête: mes erreurs passées, les problèmes que cela a engendré, ma peine. Je préfèrais attendre que de refaire les mêmes erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Sam 7 Fév - 23:56

L'adolescente ne savait plus vraiment quoi faire. Après avoir posé une question aussi étrange, et pratiquement dénuée de sens, elle ne savait plus si regarder en face Ryujia était de bonne augure, ou non. Elle lui avait quand même parlé de règles ?! Bon Dieu, mais qu'est-ce qu'il s'était passé dans sa tête ? C'était sans doute le moment le plus gênant de sa vie. C'était une jeune fille -très- ouverte d'esprit, mais il y avait tout de même des limites à tout. Et ces limites, là, elle les avait franchies à coup de tronçonneuse, arrachant tout sur son passage, pire qu'un ouragan. Merry la Tornade. Un élément d'Air lui serait bien allé, mais sa tendance à « s'enflammer » lui allait bien également pour le Feu.

Les yeux baissés vers le bureau, fuyant le regard de son compagnon, Merry sentait tout de même le souffle de celui-ci, encore et toujours sur son visage. Il allait la rendre folle...
Elle l'entendait parler. Tout contact visuel étant évité, elle ne pouvait plus se concentrer que sur ces paroles, le son de sa voix.

Ce fut donc avec surprise qu'elle constata que, malgré la tournure étrange des phrases de la question, il avait tout de même accepté d'y répondre, s'attardant même sur un détail relativement personnel. Alors, comme ça, il avait frère ? … Intéressant.
Mais, au vu de la question un peu étrange, c'est par rapport à l'envie de mordre que lui sait se contrôler, et pas son frère, et pas à l'envie de... ? Au pire c'est pas grave, hein, allez, mieux valait qu'ils changent de sujet, ou ça finirait par devenir réellement très bizarre.

Par contre, elle ne doutait absolument pas de sa deuxième déclaration, et se sentit même un peu gênée qu'il ait pu comprendre qu'elle en pensait, ou se demandait ne serait-ce que le contraire. Ce n'était absolument pas le cas. Encore à cause de la mauvaise tournure de ses phrases, et donc de sa mauvaise manière de s'exprimer... La prochaine fois, ce sera son français qu'elle révisera, plutôt que la magie du Feu, ça vaudrait peut-être mieux pour elle.
Par contre, il avait sans doute dû voir où elle voulait en venir, sans le vouloir, vu la façon dont il avait accentuer sur le mot « Désirer ». Euh... Oups ?

Mais ce que Ryujia lui dit ensuite la laissa complètement... Sans voix. A demi inconsciente. Si son visage n'était pas déjà rouge, il n'y avait aucun doute qu'elle aurait certainement rougi. Pourquoi tant de haine ?
Alors, comme ça, il la trouvait ravissante ? Vraiment ?
Ce compliment eu don de lui faire chaud au cœur, pas vraiment habituée à en recevoir. Non pas qu'elle n'était pas jolie, elle-même se trouvait plutôt bien en regardant son reflet dans un miroir, et ce sans total narcissisme, mais elle n'était pas le genre de personne que l'on flattait. Les gens n'osent pas vraiment, en fait, d'après elle. Ils doivent se dirent qu'elle doit avoir tellement l'habitude d'en recevoir, des compliments, qu'ils ne voient pas l'intérêt pour eux d'en faire. Mais c'est une erreur. Mais, bien évidemment, elle n'en tient rigueur à personne, ce n'est pas forcément intentionnel. Et puis, au moins, l'effet de spontanéité est toujours là, et que quelqu'un lui dise que quelque chose chez elle lui plaît ne la laisse pas indifférente.

Cette conversation avait réellement prit une tournure particulière, qu'elle-même ne reconnaissait pas vraiment. Par hasard, tout ce qui est relation entre... Surveillants et élèves, ce ne serait pas interdit ? Normalement oui, c'est censé être à titre purement professionnel. Mais quand même, il y a des moments où ça démange un peu quand même, quoi... Mais c'était sans doute très mal avisé de sa part, de penser à ce genre de choses. Qu'est-ce qu'elle s'imaginait, au juste ? Ce n'était qu'un compliment, rien de plus.
Ahlala, ces jeunes, toujours à s'emballer pour un rien.


« Merci... Murmura-t-elle, gênée. »


Merry hésita un instant à le lui retourner, ce compliment, mais ne le fit pas. Non pas parce qu'elle ne le pensait, et que ce serait comme un mensonge de sa part, mais parce qu'elle non plus, elle n'osait pas. La situation était déjà bien assez gênante comme ça, et au vu de sa timidité qui recommençait à sortir, et donc à se renfermer sur elle-même, elle n'osait plus faire grand chose, d'ailleurs. Le but n'étant pas non plus qu'il se méprenne sur ses intentions. Pour eux aussi, c'est strictement professionnel, pas vrai ?
Mais même si elle ne le disait pas, elle s'attarda à lui adresser un regard qui en disait tout autant, et si ce n'est plus. A quoi bon de longues discussions, quand les yeux peuvent parler d'eux-mêmes, et en silence ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 8 Fév - 0:34

Le cerveau de Merry était apparemment en ébulition. Il y avait bien de quoi, je lui avais fait un compliment et je pense que les filles que j'ai complimentée se comptent sur les doigts de la main. Mais ce que je voulais aujourd'hui, c'était de la sincérité avant tout. Au diable les normes, je les ais tellement vus changés au cours du temps. De mon temps, les élèves qui avaient des relations intimes avec leurs professeurs n'étaient pas rares. Heureusement, je n'étais pas professeur. Merry me répondit un petit "Merci..." à peine audible et trahissant toute sa gêne. Cette gêne, je devais lui ôter. Je devais la faire se sentir à l'aise, et je décidai d'employer la manière directe - pas trop quand même - pour qu'elle soit plus détendue.

Je m’assayai sur son bureau, en tâchant de ne pas écraser ses affaires, et je la fixai dans les yeux, la voix plus chaleureuse et plus assurée:

"Ecoute Merry, on ne se connaît pas encore très bien mais je pense savoir que tu es une fille qui est quand même attachée aux normes. Estime qu'avec moi, tu prends les normes et tu les met dans la corbeille. J'ai assisté à la prise de la bastille, j'ai vu l'élaboration du premier vaccin contre la rage, j'ai participé à la première guerre mondiale, à la deuxième, à celle du Vietnam et j'ai même eu la chance de côtoyer Baudelaire. En toute cette période les règles ont énormément changés. Donc tu sais, pour moi les règles n'ont aucun intérêt."

Je la gratifiai d'un sourire qui se voulait attendrissant, un sourire que je n'avais fait à jamais personne je pense, si ce n'est mon frère.

"Donc au diable les normes avec moi. Parle franchement. Je sais pas, dis moi "T'es carrément gênant avec tes questions, fout les toi où je pense" ou bien "J'ai diablement envie de ton corps, mais je n'ose pas te le dire parceque je suis un peu timide". Tu pense être prête à parler franchement avec moi ?"

Je lui fis un clin d'oeil, paroxysme de ce que je pouvais faire en matière de sociabilisation, mais je sentais au fond de moi qu'elle valait la peine que je me penche plus vers elle. Je me lèchai les lèvres, sans le vouloir, par automatisme. Ce que j'avais dit, ces petites phrases de rebelle, m'étonnèrent moi-même, mais cela ne transparaissait pas sur mon visage maintenant un peu plus chaleureux. La suite des évènements ne dépendaient plus de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 8 Fév - 16:33

Merry écoutait attentivement les paroles du surveillant, de plus en plus piquée au vif par ce qu'il lui disait.
Comment ça, il avait assisté à la prise de la Bastille ? Mais quel âge peut-il donc bien avoir ? Les Vampires sont si vieux que ça, alors ?

Elle fut prise entre l'envie d'éclater de rire, sans doute de façon plus anxieuse qu'autre chose, et celle de fondre comme neige au soleil, pour disparaître totalement de la pièce, du Refuge, ou de la surface de la planète directement. Oui, c'était très gênant. Mais pas de quoi se mettre ses questions bien profond, là où il pense. Allons, tout de même !


« Je suis timide mais... Répondit-elle finalement. Euh... J'ai chaud... »


Oui, ce n'était pas ce qui était prévu qu'elle réponde ça, mais qu'est-ce que ça peut bien faire ? C'est peut-être tout aussi éloquent. Des bouffées de chaleur, hein ? Non, ce n'est pas la ménopause, enfin, elle n'espérait pas...
Ce fut en toute logique qu'elle retira sa veste en cuir noir, avant de tirer sur son haut afin que l'air y passe un peu, évitant à tout prix le regard de Ryujia. Il avait le don de la mettre dans tous ses états.


« Je peux parler franchement avec toi, mais il y a l'art et la manière de dire les choses, et actuellement les mots me manquent, surtout qu'il vaut mieux ne pas précipiter les choses, sans quoi nous nous retrouverions peut-être dans une... Position un peu gênante à l'avenir. »


Elle regarda finalement le surveillant, peut-être de manière un peu insistante.


« Ou non. Déclara-t-elle finalement, contredisant toute seule ses dernière paroles. En partant du principe que je choisisse ta seconde option, à savoir « J'ai diablement envie de ton corps, mais je n'ose pas te le dire parce que je suis trop timide », qu'est-ce qu'il se passerait ? »


Non pas qu'elle s'attendait à ce qu'il se jette sur elle, là, tout de suite, tout de même, mais ça coûtait rien de demander. Mais la sorcière se surprenait réellement de la tournure de cette discussion. Eux qui se connaissaient à peine depuis quelques minutes, et qui s'en retrouvaient à parler de ça, pour une simple question de règles. La situation était décidément bien plus étrange qu'elle n'y paraissait.

L'adolescente avait presque l'impression que, suivant ce qu'elle répondrait, il se passerait quelque chose de surprenant en retour. Comme si, suivant la façon dont elle s'exprimait, ils envisageraient quelque chose, mais elle n'était pas vraiment certaine de quoi, et puis, si il fallait, encore une fois, elle s'inventait des choses.

Mais une chose était sûr, à l'heure actuelle, s'il devait se passer quelque chose, ce ne serait que simplement et purement physique. En tout cas de son côté. Non pas qu'elle était trop jeune pour envisager l'éventualité d'une relation, l'idée de se poser avec quelqu'un, mais c'était juste un peu très légèrement tôt, quoi, et qu'elle ne pouvait pas faire ça avec n'importe qui. Surtout compte tenu de ses 16 ans à elle, et de ses plus de 200 ans à lui, apparemment... C'était pire que du détournement de mineur, là. Même s'il disait se ficher des règles, il ne pouvait tout de même pas en être autant de la loi, même s'il pouvait la contourner... Après tout, si ça arrivait, ce serait sans doute qu'elle était consentante, donc il n'y avait pas réellement de problème mais...
Mais pourquoi elle pense à ça ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 8 Fév - 17:21

Ma compagne semblait avoir envie de disparaître. Chaque mots que je lui lançais la faisait se décomposer un peu plus. J'étais si intimidant que ça? Elle me répondit tout de même, sans vraiment me regarder:

« Je suis timide mais... Euh... J'ai chaud... »

Et là, d'une manière plutôt logique selon les circonstances, j'imagine, elle retira sa veste de cuir et tira un peu sur son haut afin, j'imaginai, de faire rentrer l'air. Je ne savais plus bien comment réagir à ce moment là, mais je ne m'avouai pas vaincu. Elle enchaîna alors sur sa lancée:

« Je peux parler franchement avec toi, mais il y a l'art et la manière de dire les choses, et actuellement les mots me manquent, surtout qu'il vaut mieux ne pas précipiter les choses, sans quoi nous nous retrouverions peut-être dans une... Position un peu gênante à l'avenir. »

Puis elle levai son regard sur moi, d'une manière un peu insistante, dû certainement à la particularité de la situation:

" Ou non. déclara-t-elle, contredisant toute seule ses dernière paroles. En partant du principe que je choisisse ta seconde option, à savoir « J'ai diablement envie de ton corps, mais je n'ose pas te le dire parce que je suis trop timide », qu'est-ce qu'il se passerait ? "

Nous touchions le point épineux du problème. Elle me trouvait séduisant mais ne savait pas bien comment réagir. J'aurais pû certainement l'embrasser là, maintenant, de suite, mais ça n'aurait pas été correct par rapport à ce que j'étais, ce qu'elle était, et à ma manière de penser. Je ne cherchais absoluement pas à me faire une étudiante, je cherchais à déceler si cette jeune fille, Merry, était assez sage, suicidaire et folle pour tenter quoi que ce soit avec moi. Que ça soit du rapport intime ou une simple amitié. Je pris donc rapidement une décision pour ne pas qu'elle croit que je sois si accessible tout en ne demeurant pas intouchable non plus:

"Et bien j'imagine qu'il y aurait 36 manières de réagir, toute aussi différente. Tout d'abord, je pourrais te sauter dessus, te ôter tes vêtements et aller plus loin que la loi nous l'autorise sans aucun remord."

Je marquai une courte pause, haussant un sourcil en regardant Merry, le regard plutôt détendu. Puis je repris, toujours aussi calmement:

"Je pourrais aussi te faire un fugace baiser, délice vespéral d'un être déchu, et te laisser là, en plan."

Là encore, je remarquai une pause, afin que les mots résonnent bien dans la salle plutôt vide. Puis je repris encore, sans changer de ton:

"Ou alors, je pourrais t'inviter à aller manger un morceau au café du coin. De nuit, bien sûr, parceque le soleil va me faire mal si j'y vais de jour."

J'achevai ma liste de proposition en me levant de son bureau et en la jaugeant du regard du haut de mon mètre quatre-vingt. Peut-être s'attendait-elle à ce que je fasse réellement ce que j'avais dit en premier. Peut-être pas. Quoi qu'il en soit, il n'appartenait qu'à elle de savoir ce que je ferais réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Sam 2 Mai - 19:07

Son sang ne fit qu'un tour, alors qu'elle écarquillait les yeux, son cerveau interprétant les propositions du surveillant sous forme d'images mentales.
Comment ça ? Là ? Tout de suite ? Mais... Mais non, c'était pas possible. Oui, non mais non. Intérieurement, l'adolescente était complètement paniquée, semant une pagaille digne d'un Soulèvement dans son esprit. Et lui, il la regardait, calmement, comme si tout était normal. Il venait de lui dire qu'il aurait tout simplement pu lui faire sa fête, dans un langage courtois, tout de suite, et il restait de marbre. C'était un truc de Vampire, ça aussi, n'exprimer aucune émotion, faire comme si de rien n'était ?
Elle n'était décidément pas prête pour ça, et même pas du tout. C'était une jeune fille avec des valeurs, et si la règle disait « Jamais le premier soir », elle voulait dire la même chose que « Jamais le premier jour ». Ces règles-là, elle ne les franchiraient jamais, à moins que ce ne soit l'apocalypse sur le planète, ou qu'un véritable miracle ait lieu. Pour la faire changer d'avis, il faudrait réellement que la personne soit spéciale... Et, à l'heure actuelle, d'aussi charmante compagnie que puisse être le surveillant, elle n'était pas vraiment prête à franchir ce cap.
Ce fut donc un soulagement pour elle que de le voir embrayer sur une autre proposition.

Enfin, l'idée descendait d'un cran, mais touchait toujours le même sujet. A l'heure actuelle, elle ne permettrait aucun contact physique, quel qu'il soit, sous n'importe quelle forme, à moins que celui-ci ne soit que par simple pôlitesse. La Sorcière se permit quand même d'être conquise par les paroles de Ryujia, par la façon dont il aborda la chose. Elle aimait le côté poétique.

Malgré cela, ce fut à sa troisième proposition qu'elle lui accorda l'attention qui lui était dû. Et voilà, ils y étaient. C'était sans doute la meilleure, et la plus neutre, de ses propositions. Peut-être même la seule qu'elle puisse avoir de ce genre. Le choix était donc vite fait.


« Je pense que la dernière proposition serait plus appropriée ! »


L'idée de se voir dîner en sa compagnie était bien plus tentante que celle qu'il puisse lui arracher ses vêtements, là, tout de suite. Elle imaginait déjà la scène où un pauvre élève entrerait dans la salle, espérant réviser tranquillement, et en ressortirait limite traumatisé. Pire que s'il avait lui-même assisté à la Guerre du Vietnam, son pauvre esprit sain souillé à jamais du pêché de la Luxure. Si si, tant que ça.
Ce n'était ni le lieu, ni le moment pour ça. Surtout qu'elle venait à peine de le rencontrer, pour quoi passerait-elle après ? Elle ne souhaitait pas vraiment être la fille à la sale réputation, que tous le monde évite, ou avec qui on converse mais dans son propre intérêt. Elle n'était pas un objet, et encore moins une fille facile.

Restait maintenant juste à savoir si le surveillant était sérieux dans ses propos, et s'il comptait réellement l'inviter, ou s'il cherchait simplement à l'intimider. Ça ne l'étonnerait pas plus que cela. Ce devait être une intéressante distraction, que de se jouer d'une jeune adolescente futile, ça aurait au moins eu le mérite de faire passer le temps un peu plus vite.
Mais, en partant du principe qu'il souhaitait vraiment que cela se fasse, devraient-ils faire attention ? Ce genre de relations étaient sans doute interdites au sein de l'établissement. La jeune Sorcière n'avait sans doute également pas le temps de se voir distraite par un élément de la gent masculine, elle était déjà assez naturellement à la traîne dans ses cours, il ne manquerait plus que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Ven 19 Juin - 10:27

La jeune Merry passa par de nombreuses expressions faciales plus ou moins distinguable pour celui qui a l'oeil fin, et sembla plus emballé par ma dernière proposition. En un sens, heureusement, car bien que je ne sois pas contre les plaisirs de la chair, je ne me serais pas senti d'aller lui enlever ses vêtements en salle de cours, et peut-être pas non plus pour la première rencontre après avoir échangé une bribe de mots. Toutefois, je gardai ma contenance habituelle, mais sa réponse me fit sourire, réellement et vivement cette fois:

« Je pense que la dernière proposition serait plus appropriée ! »

J'hésitai une fraction de secondes, ce qui pour moi représentait assez longtemps pour réfléchir à quoi faire. Quelle serait l'attitude adaptée ? Devrais-je plutôt adopter un style calme, et un peu prude, en acceptant sa proposition (ou plutôt ma proposition) avec quelques réticences ? Ou peut-être agir de manière professionnelle et rappeler que j'étais un surveillant, vieux de 300 qui plus est. Non non, je n'avais aucune envie d'agir ainsi. Je décidai donc d'agir comme à l'habitude, c'est à dire avec une certaine franchise et une assurance qui pouvait surprendre.

"Parfait, j'ai vu un café en ville, beaucoup d'étudiants y vont, mais c'est surtout de jour, d'autant que la sortie du Refuge de nuit est réglementée. Je passe te prendre à ton dortoir ce soir à 20H ? Tu auras eu le temps de te préparer d'ici là ?"

Je lui fis un clin d'oeil qui se voulait amical, rassurant mais aussi un peu enjôleur, j'en ai peur. On ne change pas un mâle, qu'il soit vampire ou humain. Je m’essaya sur le bureau derrière, attendant sa réponse, et sortit une montre à gousset à la reliure en or de ma poche puis y jetai un coup d'oeil. L'objet annonçait 10 heures et 22 minutes. Je le rangeai aussitôt dans ma poche intérieure de ma veste, d'un geste non dénué d'un certaine classe, et reportai mon attention sur Merry. Elle était très belle, j'étais forcé de le reconnaître. Oui, cette jeune fille était à croquer à n'en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]   Dim 21 Juin - 17:14

S'attendant à ce que le surveillant prenne une certain temps à lui répondre, sans doute pour réfléchir, Merry avait prit son cahier entre ses mains, en tournant frénétiquement les pages à la recherche d'une leçon qui pourrait ne serait-ce qu'un minimum l'intéresser. Bien évidemment, comme on pouvait s'y attendre, c'était en vain. Il n'y avait rien de plus barbant que les leçons notées dans le cahier, ça ne valait en aucun cas les cours géniaux que Monsieur Winthrop donnait. Oui, encore une fois, le professeur l'intéressait plus que le cours en lui-même, mais quel mal y avait-il là-dedans ? Ce ne serait pas la première fois que l'on verrait une jeune étudiante s'enticher de son professeur, c'était à présent une question d'habitude. Du moment qu'il ne se passait rien, tout était autorisé, dans la limite du raisonnable. Au contraire, c'était presque une bonne chose, ou en tout cas dans le cas de la jeune sorcière ! En voulant s'approprier les bonnes faveurs de son professeur, elle avait tendance à bien travailler afin d'attirer son attention, bien que sa maladresse ne passe également pas vraiment inaperçue.

L'adolescente reposa son cahier à plat sur le bureau, relevant les yeux vers son interlocuteur lorsque celui-ci s'adressa à elle sur un ton tout à fait calme et sûr de lui. Instinctivement, elle avait froncé les sourcils, prenant ce qu'il lui avait dit comme un défi. Bien sûr qu'elle serait prête, pour qui il la prenait ? Elle n'était pas comme toutes ces filles à passer la moitié de la journée dans la salle de bain ou à se lever à cinq heures du matin pour être un minimum présentables pour aller en cours. Ou alors si, mais juste un peu... Elle avait le droit de se pomponner afin de se me montrer sous son meilleur jour, mais ça ne lui prneait certainement pas des heures.
Elle avait également vu son clin d'oeil avant qu'il n'aille s'asseoir au bureau derrière elle. C'était de la provocation ? Très bien, alors ça marchait comme ça ! Il lui semblait qu'elle avait eu un violent élan de courage tandis qu'elle rangeait rapidement ses affaires dans son sac, s'emparant de sa veste d'une main, se relevant avant de s'approcher de la porte. Elle n'avait plus une seconde à perdre !


« Bien sûr que je serai prête ! S'exclama-t-elle. »


Elle avait près de neuf heures devant elle, si même après ça, elle n'était toujours pas prête, ce serait un peu abusé, tout de même... Merry ouvrit finalement calmement la porte, se retournant une dernière fois vers le surveillant qu'elle avait rencontré à peine un peu plus tôt.


« Tâches de l'être également, je n'aime pas attendre... Lui lança-t-elle, un grand sourire aux lèvres. »


Il ne fallait pas en déduire par là qu'elle était une personne capricieuse qui voulait tout dans la seconde ou elle le refusait par la suite. Elle prenait juste ça sur le ton de la plaisanterie et en jouait, quel mal y avait-il à ça ? Elle était jeune, avec la vie devant elle, autant en profiter, personne ne lui en tiendrait rigueur.


[Ndla : Bien ! Je clôture le RP. >.>]
Revenir en haut Aller en bas
 
"Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Celui qui croit savoir, n'apprend plus" [Ryujia Dragonstone / Merry Jones][Terminé]
» "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu" [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon][Terminé]
» [Terminé] Il existe pire malheur que celui qui nous ronge. [Ryujia Dragonstone / Ai Kagami]
» [TERMINÉ] Le temps mène la vie dure à ceux qui veulent le tuer" [Ryujia Dragonstone/Anathème Vyrad]
» "En tuant le temps on blesse l'éternité" [Ryujia Dragonstone/Bonnie Flinfletcher] [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: