Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 Mélancolie Lugubre [Fletcher Salir/Jiro Fujiwara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Mélancolie Lugubre [Fletcher Salir/Jiro Fujiwara]   Sam 8 Nov - 22:31

Jiro était assis contre une tombe recouverte de lierre, celle-ci était tellement vieille qu'on ne distinguait même plus ce qui avait un jour était inscrit dessus. Mais le garçon s'en fichait pas mal, cela faisait fort longtemps qu'il n'avait plus aucun respect pour les morts, au contraire, il les méprisait. D'ailleurs il n'y avait pas que les morts qu'il méprisait.
Une nuit noire et profonde avait pris possession du cimetière et un silence inquiétant avait établie un règne en ce lieu. Un silence qui aurait glaçait le sang de quiconque aurait été assez fou pour s'aventurer en un tel endroit en pleine nuit, seul. Hormis Jiro. La mort il l'a connaissait, il l'a connaissait bien même. Il l'avait fréquenté à plusieurs reprises et elle ne lui faisait pas peur. Il était, pour ainsi dire, devenu l'un de ses plus proches alliés, il l'avait même aidé dans son travail à plusieurs reprises.

Le jeune homme aimait cette solitude. Le cimetière lui procurait un sentiment de protection, il le rassurait et c'était d'ailleurs son endroit préféré du Refuge, le seul où il se sentait vraiment chez lui. Les corbeaux lui tenaient compagnie, poussant un croassement lugubre de temps à autre. Cette nuit était sans doute l'une des plus froides que Jiro ait jamais connue, un vent glacé soufflait à travers les arbres morts, dont les branches étaient depuis longtemps dénuées de feuilles. Il leva les yeux au ciel. La lune, ronde et rousse, baignait d'une douce clarté l'ensemble de la résidence des morts. Au loin, des loups poussèrent une longue plainte, terrifiante et agréable à entendre à la fois. Cette douce mélodie resta dans la tête de Jiro, même quand les bêtes eurent arrêté.

On l'observait, il le sentait. Des yeux luisaient dans la nuit. "Un hibou", pensa-t-il. C'était signe de mauvais augure. Les coins de la bouche du jeune homme s'étirèrent en un rictus, il adorait ce genre de chose. Il adorait tout ce qui était considéré comme mal, horrible, lugubre, terrifiant et affreux. D'ailleurs tous ces adjectifs le qualifiaient à merveille.

Une araignée courait sur la dernière épitaphe, qui datait sans doute de Mathusalem. Il la regarda un instant avant de lever sa main et d'attraper l'arachnide entre son pouce et son index et l'approcha lentement de son visage. Ses pattes s'agitaient sous la panique de l'animal. Jiro réduisit en quelques secondes la bête à l'état d'une bouillie sanglante. Il aimait être maître d'une vie, pouvoir décider quand et comment celle-ci devait s'arrêter. Il n'avait nul besoin de posséder un quelconque pouvoir pour ôter la vie de quelqu'un...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: Mélancolie Lugubre [Fletcher Salir/Jiro Fujiwara]   Dim 9 Nov - 14:20

 Les mélodies de l'ombre... La nuit est tombée, le vent bouscule les branches des vieux arbres rabougris. Les corbeaux deviennent les oiseaux de la nuit ; les oiseaux de l'ombre...

 Les comptines de mon enfance résonnent dans ma tête ; mon recueil de souffrance ressort.

 "Les cendres se déversent, tandis que nous sommes seuls."

 Les pas sur l'herbe sèche, et les poussières s'envolent. La la la...

 "Mes mains saignent, le fleuve se déverse."

 Les cailloux s'aiguisent, les larmes se déversent. Do ré mi...

 "Nous plongeons ensemble, dans le néant ;
 Les choses sont différentes, je connais ces sentiments."


 Le noir m'entoure, je ne vois pas où je marche ; la folie débarque, je sens que je vais couler. Di da dou...

 "La lune se montre enfin au loin."

 Une lune absorbant les souffrances, une lune qui absorbe mes sentiments. Bim bam boum...

 "La lune s'efface du ciel."

 Une ombre se dessine sur la terre. Ra ta ta...

 Je m'approche de la forme et reste debout face à elle. Un garçon ; mes mains sont dans mes poches, et mon regard semble vide d'expression.

 La lune révèle notre vraie nature ; qui suis-je, à part un jeune dépressif ? La mort est une futilité, une porte de sortie. Qui sommes-nous pour décider de la mort, à part des êtres ingrats ?

 Sommes-nous si peu nombreux à savoir utiliser le total de nos capacités intellectuelles ? Voilà mes songes de la nuit.

 Les flammes de l'éternelle vertu s'éteignent, laissant ma souffrance ouvrir une brèche. Des pensées lourdes, brûlantes de sens et de folie. Mais qu'est-ce que la folie dans ce monde-ci ?

 Être moi-même dans ce monde-ci semble impossible.

 Ce jeune homme en face de moi, assis contre une tombe, joue avec la vie ; être lui-même doit être d'une facilité déconcertante.

 J'ouvre la bouche et laisse l'air entrer, avant de lancer calmement :

 - Bonsoir. Que fais-tu ici, dans ce Paradis obscur ? demandais-je. Les morts ont-ils besoin de toi ?

[HRP : Poème de ma composition, merci de respecter ! ^-^]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: Mélancolie Lugubre [Fletcher Salir/Jiro Fujiwara]   Dim 9 Nov - 15:50

Jiro entendit des pas derrière lui. Qui pouvait donc se balader dans le cimetière à cette heure ci de la nuit ? La personne s'arrêta à quelques mètres de lui. Il sembla puiser au fond de lui même avant de lancer calmement :

"- Bonsoir. Que fais-tu ici, dans ce Paradis obscur ? demandais-je. Les morts ont-ils besoin de toi ?"

Jiro considéra la question sous tous les angles possibles. Que faisait-il ici ? Le savait-il lui-même ? Bien sûr, mais il refusait de s'avouer la vraie raison de sa venue ici. Il préférait se voiler la face, comme à son habitude.
Il essuya ses mains pleines de sang sur son jean et regarda fixement devant lui. Le garçon avait employé le terme de "paradis obscur", mais Jiro doutait fortement que ces mots soient appropriés pour ce genre d'endroit. Mais après tout, c'était plutôt poétique. Et il détestait la poésie, du moins c'était ce qu'il prétendait.

L'atmosphère se fit pesante autour d'eux, le silence du jeune homme s'éternisait trop. Mais la dernière question que l'inconnu lui avait posé méritait d'être considérée avec attention. "Les morts ont-ils besoin de toi ?". Il réfléchit un instant. "Sans doute que non. Mais moi j'ai besoin d'eux, on ne peut pas faire confiance aux vivants", pensa-t-il. Pourtant il se refusa à le dire à haute voix. Il ne connaissait même pas le garçon qui lui avait adressé la parole, d'ailleurs il ne connaissait personne au Refuge. Avait-il envie de connaître qui que ce soit ici ou ailleurs ? Non. Et pourtant il se surprit lui-même à répondre d'une voix dénuée de sentiment :

- Je te retourne la question, enfin les questions en l’occurrence.

A vrai dire il ne s'était à aucun moment tourné vers son interlocuteur, il n'avait pas franchement envie de le voir, il espérait même que celui-ci passerait son chemin. Il n'était tout simplement pas doué pour faire la conversation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: Mélancolie Lugubre [Fletcher Salir/Jiro Fujiwara]   Dim 9 Nov - 19:37

  Essuyant ses mains pleines de sang d'arachnide sur son pantalon, l'inconnu se lève et me tourne le dos. Sans me répondre, il me retourne les questions. Je décide de m'amuser un peu, gardant ma voix calme.

  - Qui suis-je pour répondre, à part un être ne sachant être soi-même dans ce monde-ci ? Les réponses sont nombreuses, elles ne se stoppent jamais ; les réponses sont comme les questions. Inutiles. Elles n'ont aucun sens, mais nous les posons suite à notre intelligence inférieure. Nous nous disons les plus forts et les évolués, mais c'est faux ; nous sommes seulement les plus idiots et les plus égoïstes.

  Je m'assis à mon tour contre une tombe, avant de faire pousser mes griffes -ou mes ongles. Un lapin inconscient passe par-là, malgré la froideur de la nuit. Ma patte -ou mon pied- passe sous le ventre de l'animal, avant de le ramener vers moi.

  Je prends le lapin dans mes bras, caressant doucement son poil.

  - Ce lapin est bien plus intelligent que dix personnes du Refuge réunies. Les personnes ne sachant utiliser leurs immenses capacités intellectuelles, bien évidemment. (Je passe rapidement ma langue sur mes incisives, regardant le lapin avec envie.) Une créature aussi minuscule reste plus intelligente que la moitié de notre espèce... Fascinant.

  Je relâche le lapin, qui s'en va en sautillant.

  - Les morts n'ont aucunement besoin de moi ; et je n'ai aucunement besoin d'eux. Leur silence est seulement apaisant -si jamais ils sont vraiment silencieux.

  Mes yeux virent au doré quand je relève le regard vers lui.

  - Je suis Fletcher Salir. Certains m'appellent Flet', mais appelle-moi comme tu veux. Ici, mais nom n'a aucune importance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélancolie Lugubre [Fletcher Salir/Jiro Fujiwara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé][Piscine] [Event St-Valentin] "La vie n'est que des choix: continuer son chemin ou plonger" [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]
» "Je ne pense jamais au futur. Il vient bien assez tôt." [Aël T. Demareck/Fletcher Salir] [Terminé]
» Les reflets de nos vies [Taylor Dark/Fletcher Salir]
» [Terminé] I see trouble on my way [Clare Brett/Fletcher Salir]
» Au plus profond de la nuit se retrouvent les amants maudits. [Fletcher Salir/Aël T. Demareck]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: