Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Dim 26 Oct - 21:29

Nuit d'Halloween, une douce nuit qui s'annonçait. Vêtue de sa longue robe rouge et noir, Hyun marchait le long d'un chemin qui menait au cimetière. Son maquillage était réussis, cela laissait croire qu'elle avait pleuré du sang. Sa peau était encore plus pâle que ce qu'elle était habituellement, telle la peau d'une poupée en porcelaine. Ses cheveux étaient laissés au naturel, pas coiffé. 

Pour voir à quoi ressemble le maquillage:
 

Pour voir à quoi ressemble la robe:
 

Hyun avait besoin de se retrouver seule. Halloween était une de ses fêtes préféré, d'ailleurs, la seule qu'elle aimait. Elle marchait d'un pas lent, mais assuré. Elle s'était déguisée alors qu'elle était seule, et qu'elle ne ferait rien de sa soirée, à part aller au cimetière. Elle s'était renseignée sur ce cimetière, et elle n'y allait pas la nuit d'halloween par hasard. Toutes sortes de légendes étaient racontés sur ce cimetière. Et puis, rester seule dans un endroit sombre et glauque, Hyun aimait ça. Mais faire peur aux autres aussi elle aimait ça. 

Seule la lune éclairait le chemin. Seul le vent et les cris des oiseaux de nuit pouvaient se faire entendre. Le silence, quasi total. Aucune voix humaine ne se faisait entendre. Le pur bonheur. La brune soupira. La soirée s'annonçait riche en découverte. Peut être que certaines personnes dont elle connaissait le nom était enterrés dans ce cimetière, qui sait? De toutes façons, elle ne tarderait pas à le savoir!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Lun 27 Oct - 12:17

L'arbre décharné ployait doucement sous le froid du vent qui commençait à se lever. La caresse glaciale ne semblait pas importuner l'oiseau au noir plumage perché sur l'une des branches, adressant au visage blafard de la lune une douce litanie. Elle paraissait être elle même un gigantesque oiseau d'opale, volant au gré des alizés qui soufflait au sein du firmament nocturne. Le regard levé vers elle, je l'imaginais déployant ses splendides ailes d'argent, puis se posant auprès de ce sombre prétendant qu'était le corbeau.
Pourtant, la lune n'esquissait pas le moindre geste, ne souhaitait quitter son nocturne perchoir. Le chant du corbeau s'emplissait de tristesse, se muant en l'une de ces complaintes que les amants déchus interprètent avec tant de peine et de beauté. La jeune fille d'opale demeurait de glace envers les avances du ténébreux poète.
Assis sur la pierre glacée du mur, j'observais le sombre phénix déployer ses ailes noires, et s'élancer tel un ange de l'ombre vers la lumière pale de sa bien aimée. La noirceur de son plumage se confondit bien vite avec celle du ciel, recouvrant cette nuit belle nuit d' Halloween.


Halloween. Parmi les nombreuses fêtes que nous offrait le calendrier, voilà bien la seule que je savais apprécier. J'aimais la passer seul perché tel que je l'étais maintenant dans un quelconque endroit surélevé, observant la nuit qui s'étendait et les promesses d'horreurs qu'elle portait.
Pour l'occasion, je m étais néanmoins déguiser, bien que seul. J'avais choisi d'incarner Le Fantôme de l’Opéra. Son histoire, sombre et mélancolique, m'avait ému. J' avais souhaité pourvoir me glisser dans le rôle de cet amant, prestidigitateur déchu, contraint à enlever celle qu'il aime, l’attirer dans son royaume souterrain où il composait une grande œuvre lyrique. Lui l'ange de musique, qui inspirait la cantatrice dont il était éperdument amoureux.

Spoiler:
 

Je soupirais doucement dans la pénombre. Je ne savais si je pouvais considérer le personnage de l'artiste maudit comme un rôle. N'étais je pas moi même condamné à une éternité, faites de tristesse et de sombres pensées ? Moi dont la malédiction serait de ne jamais connaître la mort, contraint à l'offrir pour me substantiver. Les larmes peintes sur mon visage auraient pu être les miennes, cette nuit.


Je refermais avec douceur le carnet relié de cuir noir dans lequel j'écrivais les quelques vers relatant le sombre amour que vouait le corbeau à l'oiselle blafarde qu'était la lune. Je voulais changer d'endroit. Pouvoir côtoyer de plus près cette issue que je ne connaîtrais que si je le désire. Je me hissais sur mes jambes, m’apprêtant à rejoindre le cimetière au bout de la rue. Je savourais déjà l'égarement qui serait le mien, au cœur du silence s'insinuant entre les tombes. Je murmurais quelques proses, un sourire dessiné sur mon visage d'une pâleur cadavérique.

Mes pensées sont des corps inertes, gagnés par le froid de la mort
Mon esprit, mon âme, leur écrin funeste
Mon cœur se fait de velours pour les recouvrir
Et mes mots s'alignent tels des tombes
Sur des lignes fleuries de roses et de cyprès sans vie


Et mon cœur bat de ce sang de givre ne s'écoulant plus dans leurs corps
L'encre rougeâtre et sanguinolente qui s'écoule le long de mes doigts
Fleuve carmin où se débat, se noie ma raison
Où se déverse le délectable nectar de ma folie
Et je m’échouas sur un rivage où se meurt mes passion damnées
Alors que le chant de la peine résonne encore en moi comme les battements d'ailes d'une nué d'oiseaux noirs
L'ombre d'un phénix m’étreint enfin de ses flammes salvatrices
Et je meurs, aspirant au sommeil, au refuge serein des ombres mortelles
M'ouvrant la gorge de ma plume, irisée dans la pénombre baignant la chambre noire de mes paupières
Les arcanes sanglantes nées de cette béante blessure se sont écoulées e, un fleuve incarnat
Dessinant les arabesques des désirs inavoués de mon âme


Ô sang, artiste messager,
Peintre de nos pensées secrètes,
Dans ta noire palette, puis je trouver la couleur de mes remords
Une couleur indéfinissable, semblable à l'éclat de milliers d'étoiles chthoniennes …

Je cessais mon chuchotement lorsque un autre bruit se révéla à mon ouï. Me penchant légèrement au dessus du mur, je ne pus que remarquer la jeune fille qui se dirigeait vers le fond de la ruelle. Il n'y avait que le cimetière dans cette direction. Je priais intérieurement pour quelle n'ai pas entendu les quelques mots que je destinais à la nuit seule.
Je ne distinguais pas son visage, lui aussi plongé dans la pénombre qui baignait la rue. Je discernais seulement sa robe, entre nous tout à fait splendide.
Elle aussi semblait se diriger vers l'écrin mortuaire qui était également ma destination. Après tout pourquoi pas …
Je descendais silencieusement du mur, me glissant le long de celui çi jusqu'à parvenir à sa hauteur.

"Les rues sont rarement sures à cette heure de la nuit … On sait rarement sur quelle horreur émergée de l'Enfer on peut tomber."

J’émergeais moi même des ombres de la ruelle pour paraître dans la lumière argenté de la lune au dessus de nous. Je savais que je ne projetais aucune ombre. Si cela lui faisait peur, cela serait amusant.

"Me permettrais tu de t'accompagner jusqu'à la macabre destination qui je suis sur, ne manqueras pas d’être la tienne ?"


Je m'inclinais gracieusement dans un froissement de tissus, l'esquisse d'un sourire peinte sur les lèvres. 


Dernière édition par Anathème Vyrad le Dim 2 Nov - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Lun 27 Oct - 13:44

La jeune fille marchait le long de la ruelle, dans un silence total. Ses pas ne faisaient aucuns bruits, ils étaient légers. Elle entendit alors quelques murmures. Serai-ce son esprit qui lui jouait un tour? Mais ce n'est pas cela qui allait la faire sortir de ses drôles de pensées. Elle entendit aussi des bruits de pas, mais, était trop occupée à réfléchir. Elle avait l'air aussi froide que cette nuit d'automne. Elle avançait la tête baissée, regardant le sol. 

Une voix la sortit alors de ses pensées. Elle sursauta. Elle ne s'y attendait vraiment pas. Elle s'arrêta pour se tourner vers le jeune homme qui lui avait fait peur. Elle l'écouta attentivement. Rarement elle avait vu des gens avec un tel langage. Cela faisait drôlement plaisir à entendre. Les lampadaires se faisaient rares par ici, alors elle ne put examiner réellement le jeune homme. Elle plissa tout de même les yeux, essayant tant bien que mal d'examiner le jeune homme. Elle attendit un instant avant de lui répondre.

-Euh... Oui.

Elle se contenta de lui répondre simplement, sans rien ajouter. Ses intentions n'avaient pas l'air mauvaises, mais Hyun se méfiait énormément. Ce n'était pas non plus une gamine, elle serai majeure dans très peu de temps. Etre seule, elle aimait ça, et puis, ce n'est pas comme si elle avait vraiment le choix. Sa froideur cachait une timidité. Ce n'était pas pour rien si elle n'allait jamais vers les autres. En temps normal, elle aurait envoyé boulé le jeune homme, mais là, l'occasion de lui faire peur était immanquable. Il allait le regretter de l'avoir surprise comme ça. 

Alors elle continua à avancer, sans un bruit, sans un mot. Elle avait installé une certaine distance entre elle et le jeune homme. Sa froideur dans ses gestes et sa voix était de retour. Une méfiance sans limite. Un silence qui commençait presque à être pesant. Elle n'avait pas vraiment envie de parler, mais elle répondrai tout de même si des questions lui étaient posés, par politesse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Lun 27 Oct - 16:34

Dans le clair- obscur qui baignait la ruelle, je pouvais à peine l’apercevoir. Cependant, si les traits de son visage m'échappaient, la froideur de ses mots ne sut s'enfuir. A ma grande surprise, elle acceptait que je l'accompagne. Je me surprenais moi-même d'avoir osé lui adresser la parole. Moi qui suis d'un naturel solitaire et aussi froid qu'elle semblait l’être, je savourais d'ordinaire les plaisirs de la nuit seul. Tandis qu'elle continuait à avancer, moi même sur ses talons, je tentais vainement de comprendre la raison qui avait pu me pousser à lui sourire plutôt qu'à la mordre.
Je m'égarais dans mes pensées et elle même ne soufflant mot, le silence ne tarda pas à s'installer.


Mon pas était aussi silencieux que le sien dans l'atmosphère feutrée de la nuit. Au loin, un oiseau nocturne déclamait son incessante mélopée, accompagnant le vent dans ses murmures qui s'engouffraient dans la ruelle. Ceux çi étaient porteurs de douces senteurs nocturnes, s’emmêlant et tournoyant autour de nous. A elles se mêlait le parfum de la jeune fille, qui bien que marchant à mon coté, me semblait perdue, lointaine, distante. Comme dérivante entre les ombres qui peuplaient la noirceur de la nuit.


Alors que nous passions sous la lumière jaunâtre de l'un des rares lampadaires que comprenait la ruelle, je tournais légèrement la tête vers elle. Son aspect irréel me frappa comme le plus glacial souffle mortel que le vent de cette macabre nuit pouvait porter.
Les larmes de sang coulant doucement sur la peau blanchâtre de son visage m'évoquaient autant de rayons aux couleurs vespérales caressant la neige. Elle semblait être une innocente poupée diaphane ayant soudainement prit vie à la faveur des ténèbres. Sa robe la recouvrait tel un majestueux linceul, voile arachnéen enveloppant une apparition dotée d'une sombre beauté. Debout ainsi dans la lumière éthéré que projetait faiblement le lampadaire, elle semblait être un ange glacial et sanglant.

"Es tu tombée du ciel ?"

La question s'était posée d'elle même, filant entre mes lèvres alors que j'étais encore plongé dans mes rêveries. Mes yeux s'étaient écarquillés alors qu'une expression aérienne et absente s'était dépeinte sur mon visage. Ma voix d'ordinaire neutre et froide s'était modulée avec douceur et chaleur.
Néanmoins je retrouvais très vite mon sang froid, mon visage se fermant et reprenant d'une voix calme et posée.

"Est ce que tu as un nom ? Moi je répond à celui d'Anathème."

Je détournais le regard, baissé vers le sol. Non loin se dessinaient les grilles de fer forgé du cimetière, lieu de repos éternel émergeant d'un amas d'obscures volutes et fabulations nocturnes.


Dernière édition par Anathème Vyrad le Dim 2 Nov - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Mar 28 Oct - 13:20

Je met la dernière touche à mon maquillage : du rouge à lèvre de la couleur du sang. Enfin je suis prête. Je me regarde dans mon miroir : superbe. Ma robe de mariée déchirée est du plus bel effet avec mes gants rouges et mes boucles têtes de mort. En plus, j'ai réussi à trouver un maquillage qui me rende plus pâle que jamais. J'ai vraiment l'air d'un fantôme...
C'est parfait.
J'incarne la Dame Blanche. Il y a beaucoup de légendes à propos de cette dame... Ma préférée c'est celle de la femme qui attendait son amant pour s'enfuir avant son mariage. C'est donc elle que j'ai choisi.

Je suis en ville. La route à été facile, je la connais par coeur. Me voilà au cimetière. C'est certes un lieu très étrange pour faire la récolte des bonbons mais je n'ai pas l'intention de la faire donc ce n'est pas si bizarre. Et puis, où pourrais donc se trouver un fantôme à part dans un cimetière ?

Il y a une légère brume qui "flotte" au ras du sol, entre les tombes, donnant une ambiance mystérieuse et glauque à l'endroit. 

Halloween...la fête des morts. Autrefois, les gens croyaient que les esprits malins envahissaient le monde ce soir particulier. Aussi, ils déposaient de la nourriture devant leurs portes pour apaiser ces esprits et espérer qu'ils ne leur feraient aucun mal... 
Avec le temps, les légendes, véhiculées par les écrivains etc, se sont développées et Halloween est devenue une fête : l'occasion pour les enfants de se déguiser et d'aller chercher des friandises alors que d'autres s'amusaient à se faire peur...
Très amusant, en effet....

Je pose la main sur une tombe, sans en lire le nom, pensive. Et si les morts revenaient vraiment à la vie ce jour précis ? Après tout, jusqu'à il y a peu, je pensais que les vampires, les sorciers, les elfes, les hybrides et autres humains avec des pouvoirs n'existaient que dans l'imagination des gens... Preuve était faites que non ! Alors pourquoi pas des morts-vivants ?

Je ne me suis pas trop éloignée de la grille de fer qui permet d'entrer dans le cimetière. Comme elle grinçait, je l'ai laissée ouverte, ne désirant pas déchirer plus que nécessaire le silence ambiant... Silence brisé par des voix que j'entends au loin.
Sans un bruit autre que celui du froissement du tissu quand je marche, je me dirige vers cette grille, curieuse de savoir qui pouvait bien venir par ici ce soir, et pourquoi.

Avec la brume, on devait croire que je flottait, comme le fantôme que j'incarne. En plus, dans la pénombre seulement percée par le clair de lune, la pleine lune, mes cheveux et mes gants devaient faire penser à des taches de sang... C'était super. Avec un peu de chances, j'allais filer une belle trouille aux inconnus. 

Doucement, je me place derrière la grille, le plus gracieusement possible. Et j'attends. J'attends qu'ils me voient...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Jeu 30 Oct - 20:58

La brune marchait tranquillement profitant du silence. Elle sentit que le jeune homme la regardait, mais elle ne voulait pas tourner la tête. Le silence ne dura pas bien longtemps, mais elle ne compris pas réellement pourquoi il lui avait posé cette question. Elle ne savait pas quoi lui répondre. Alors elle se contenta de se taire. Le silence refit alors surface. Pour la brune, il n'avait rien de pesant. Elle ne ressentait aucunement le besoin de parler, pour combler ce vide. Mais il lui posa encore une question. Par politesse, elle allait lui répondre, bien sûr.

-Je me nomme Hyun-Ae.


Et le silence refit alors surface. En relevant la tête, la jeune fille pût apercevoir les grilles en fer du portail de ce fameux cimetière. Ah, enfin, enfin le trajet allait se terminer. Pas qu'elle n'aimait pas la compagnie du jeune homme... enfin... Disons qu'elle n'aimait pas tellement être en compagnie d'être humain! La brune passa une main dans ses longs cheveux noirs. Le silence le plus total. Elle pourrait presque sautiller tellement elle était contente d'aller dans un cimetière. 

C'est alors qu'elle vit une personne, cela ressemblait plus à un fantôme à dire vrai. Hyun s'attendait à tellement de choses ce soir là qu'elle ne fut pas surprise. Ah, une très belle soirée s'annonçait! Elle continua à s'avancer, mais avait ralentit son pas. Ses larmes rouges de sang continuaient encore à couler lentement. Elle se demandait ce qu'elle allait faire une fois la grille passer. Si elle allait fuir le jeune homme, le laisser en plan, ou bien... Continuer son chemin avec lui. Elle prenait le temps de réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Ven 31 Oct - 1:19

Je levais les yeux lorsque sa voix retentit dans le silence, tel le glas de cette enveloppe cristalline où n'était proféré aucun son. Je n'aurais su alors distinguer la nuit de mes pensées.
Elle gardait le regard rivé vers l'avant, vers les grilles grinçantes que nous ne tarderons pas à franchir. Elle gardait le regard rivé vers les portes de la mort, sans se douter un seul instant qu'un être hanté par la non vie, qui est la condition naturelle du vampire, se tenait près d'elle. Je n'avais pu croiser son regard, même lorsqu'elle prononça son nom. La distance qu'elle avait installé ne me dérangeait pas outre mesure. Cependant, elle m'enseigna une chose que je n’oublierais pas : a l'avenir, je ne romprais pas avec ma nature en tentant de me montrer quelque peu chaleureux. Je laisserais la glace et la givre recouvrir les membres et les cœurs, lorsque mes lèvres froides effleureront les cous des jeunes gens croisés naguère dans l'ombre des ruelles. Ce que j'aurais du faire ce soir, plutôt que laisser émerger du silence des mots et non les soupires de mes victimes agonisant.
Serrant les mâchoires, je m'abstenais de lui adresser de nouveau la parole afin de complimenter son nom, que je trouvais charmant. Je me contentais de laisser planer le silence comme un funeste oiseau noir au dessus de nous, nous éreintant de la douceur de ses ailes d'ombre qui nous clouaient les lèvres. La saveur de cet absence de son était tout à fait à mon goût, comme le plus suave des sangs que pouvaient m'offrir les veines humaines dans lesquelles se muait la mélancolie.


A l'approche du cimetière, un frisson d'excitation et de plaisir parcourut ma peau sans que mon visage n'en laisse rien paraître, cependant. La brume que je pouvais d'ici apercevoir serpentant entre les tombes comme autant de nuées spectrales me ravissait par leur allure irréelle et leur beauté. Je trouvais en effet qu'une grande beauté résidait dans l'aspect irréel de ce qui m'entourait … D'où ma première réaction envers la jeune demoiselle à mes cotés, sans doute.
Je m'imaginais déjà assis négligemment sur une tombe, le violon à la main, adressant une ode aux beautés défuntes de la nuit, un requiem aux incarnations charnelles des plaisirs nocturnes résidant peut être encore en ces lieux. Ces réjouissances macabres seraient néanmoins pour un autre soir, car je n'avais hélas pas mon violon avec moi. Plutôt regrettable, au vu de la nature du personnage que j'incarnais. Néanmoins, je ne savais encore ce qui pouvait nous attendre dans ce cimetière que l'on disait parfois hanté. Peut être un orgue m'attendait il, dissimulé dans un cercueil. Et dans une folle et morbide ronde, nous inviterons les morts à danser. Peut être pourrais je même jouer la Marche funèbre d'une Marionnette, l'une des œuvres de Gounod que je préférais. Et lorsque le morceau prendra fin, je pourrais me plonger avec délice dans le fleuve incarnat qui s'écoulait paisiblement dans les veines de cette glaciale demoiselle …
Je secouai la tête de manière imperceptible. Je ne suis pas une bête sauvage. Pas comme mes congénères. Je m'y refusais.


Rabattant d'une main les mèches que le vent, facétieux, avait choisi de laisser çi et là sur mon front, j’aperçus à l'orée de cette foret de tombes un bien étrange hôte. Celui çi semblait flotter, tant sa démarche était légère. On aurait cru un fantôme.

L'esquisse d'un sourire se dessina sur mes lèvres à l'idée de cette spectrale et ô combien excitante rencontre. Tandis que je ralentissais moi aussi pour rester aux cotés de celle que j'accompagnais, je me surpris à penser que lors d'une danse macabre, j'aurais pu l'inviter après avoir joué, plutôt que de m'en repaître et de goûter aux délices de son âme déchirée … Mais au final, peut être ne suis je bel et bien qu'un monstre. 
Revenir en haut Aller en bas

Fondateur

avatar
Je suis...
Féminin Messages : 83
Points : 2147483482
Date de naissance : 23/04/1998
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 19
Localisation : -


MessageSujet: Re: [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]   Mer 10 Déc - 13:23

Bonjour, 


Sujet fermé pour inactivité. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://refuge-rpg.forumactif.org
 
[évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [évent Halloween] Parfois la Mort est joueuse elle aussi [Anathème Vyrad/ Bonnie Flinfletcher/ Hyun-Ae Choe]
» La mort est douce : elle nous délivre de la pensée de la mort.
» 『pv marwin』, celui qui craint la mort perd la vie.
» La mort est une dette que chacun ne peut payer qu'une fois. Ou pas ? [pv Grundy]
» Imprévisible, insaisissable et indomptable, tel est le vent. Et parfois impitoyable aussi. Maya Windy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: