Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 [event halloween] Le bal des vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: [event halloween] Le bal des vampires   Mar 21 Oct - 21:08

La nuit du 31 octobre 2014 est comme la plupart des nocturnes le savent un événement à ne pas rater. Vlad l'empaleur aka Dracula organise un grand bal pour fêter ses 350 ans.

Dracula ayant la folie des grandeurs, il convoqua en utilisant le rituel de la lune rouge, les chefs,femmes et enfants direct de toutes les familles nobles. Evidemment aucune famille vampire n'osera manquer à cet appel, même les chasseurs les plus fous ne tenteront rien dans pareille situation. Faire face à un lord vampire demande déjà des mois de préparation, imaginez en une vingtaine avec femme, enfants, serviteur et bien évidement leurs divers familiers.

De nombreux carrosses sont arrivés :
En premier le Lord Byron connu pour être un voyageur éternel, ou plus précisément l'un des vampires ayant survécu au plus grand nombre de chasse.
la comtesse sanglante eut une entrée plus remarquable, une grande baignoire remplie de sang portée par des anciens paladins complètement brisés.
La dernière entrée mémorable fut effectuer par le chevalier Azzo et sa gargouille. Cet ancien chasseur et étant désormais notre prédateur le plus apte à nous capturer. 

La salle Commune est magnifiquement décoré :
De nombreuses tables sont dressées couvertes de nappes de soie brodée à la main. Pour un repas de fête les vampires ont eu l'humour de sortir l'argenterie.

La musique est assurée par différent groupes de mortel. Si un vampire n'aime pas le style du groupe, il peut se repaître du groupe. Ces vampires sont, je dois l'admettre un minimum civilisé, bien que le sang soit d'après eux meilleur à la source, ils utilisent des vierges de fer afin d'abattre et vider complètement leur nourriture, le sang s'écoulant dans une "fontaine" où les serviteurs remplissent de grande soupière.

Vous vous demandez surement comment je me suis retrouver à la soirée "place to be" pour vampire. Vous ne me voyez pas ? regardez en l'air, et oui vous me voyez je suis l'une des nombreuses vierges capturée et mis en cage pour servir de festin. De nombreuses cages en métal remplis de cadavre ou personnes inconsciente m'entourent. le dispositif de ces cages est telle que les chanceuses mortes dans les premiers instant du bal se sont vidées de leur sang. je dois admettre que prévoir de nombreuses lame pour permettre de nombreuses coupure dans l'optique de faire perler de nombreuses gouttes de sang, la pluie rouge est bien qu'il me coûte de l'admettre forte agréable à regarder.

Je ne vois plus Vanessa, c'est elle qui prend le contrôle dans ce genre de situation je la cherche dans mon esprit elle est absente. j'eu espéré une mort rapide, cette chance me fut enlevé quand un chef de vampire reconnu l'insigne d'argent sur mon plastron de cuir. Je suis désormais le plat du maître. 

N'ayant plus aucun espoir, je pris mon rosario en main priant pour une intervention divine.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Ven 24 Oct - 12:36

" C'était une nuit magnifique. Le ciel était déchiré par les éclairs, le lac se soulevait et criait sa colère vers le voile nocturne. A l'abri dans notre gîte, tel un vaisseau fantôme en pleine tempête, nous inventions des histoires horribles … C'est notamment en cette occasion que Marie Shelley écrivit Frankenstein, le Prométhée moderne … L'avez vous lu ?

Tout à fait …

Intéressant n'est ce pas ? L'acte de donner une vie parait ainsi monstrueux …

Je vous pris de m'excuser My Lord, je n'ai pas encore saluer le Comte, il serait impoli de le faire attendre encore.


Faites donc Sieur … Il est véritablement regrettable que votre père n'ai pu venir.  

Lord Vyrad s'en trouve quelque peu … Indisposé. Les tas de cendres se déplacent rarement en chaises à porteurs.

Oh navré …

N'ayez crainte, il n'y a pas de mal. Puissiez vous passer une bonne soirée, My Lord. Que l'ivresse du sang et ses saveurs gagne vos papilles …

De même … Lord Vyrad." 

J’esquissais un pale sourire alors que Lord Byron en faisait tout autant. Puis nous partîmes tout deux dans des directions opposées.
Le bruit des conversations effrénées des invités emplissaient et troublaient mes esprits. Je cherchais des yeux le Comte Draculae, défunt prince de Valachie, souhaitant lui présenter les hommages qui auraient du être proférés par mon père. Je me dirigeais vers le fond de la pièce et ses escaliers, osant espérer que je disposerais ainsi d'une vue d'ensemble. Les effluves sanglants que dégageait le buffet, la chaleur régnant dans la pièce, la musique s'emparaient de mes pensées telle une cruelle marionnettiste. Mes mouvement me paraissaient ralentis, comme si je m'étais empêtré dans un milliers de fils arachnéens. Le décor de la salle se troublait autour de moi, de plus en plus.


Je saisissais d'un geste tremblant la rambarde de l'escalier, manquant de trébucher sur la première marche. Je fermais les yeux, ne souhaitant pas voir le sol trembler. Des taches lumineuses dansaient comme autant de feu follets derrière mes paupières closes.
Lorsque j'ouvris les yeux, j'étais, à ma grande surprise, en haut de l'escalier. Mon malaise se dissipait, alors que j'en ignorais toujours la cause. Souhate.


Je décidais de demeurer ainsi, accoudé à la rambarde, à contempler la pluie rougeâtre descendant vers les convives. J’apercevais au loin le Comte, entouré d'une dizaine de seigneurs venus de tout les horizons. Saigneurs. Quelle blague. Je rit doucement dans l'ombre qui baignait le palier. J'aurais tout le loisir de le saluer plus tard.
Je tirait de ma poche une fiole emplie de ce liquide pourpre dont mes congénères étaient tant friands. Débouchant le bouchon qui n'émit qu'un léger bruit, je portais le flacon à mes lèvres, laissant une part de la rougeâtre boisson descendre le long de mon palais. Prélevé sur une jeune danseuse d'opéra, de l'an 1958. Savoureux.
Néanmoins, le plaisir que devait me procurer un tel breuvage me laissa de glace. Je n'éprouvais ce soir aucun plaisir a me repaître des fleuves incarnat prenant source dans le creux des cous des humains. Je m'ennuyais. Les bals ainsi donnés m’apparaissaient toujours trop guindés. L’hypocrisie se faisait maîtresse de ce ballet nocturne. Autant dire que l'art de flatter les puissants m'indiffère. Seules les discussions menées avec les écrivains défunts trouvaient en mon cœur une entière satisfaction.


Puis je le sentit. Ce contact glacé sur ma peau refroidit par la mort. Baissant les yeux vers ma main, qui contenait toujours le flacon de sang, je constatais qu'un pan d'ombre serpentait autour de mon bras, me tirant de plus en plus vers l'arrière, dans cette partie de la salle que je ne pouvais pas voir. Un frisson parcourut ma peau alors que la terreur commençait à me gagner. Un autre pan d'ombre, python noir et cendré, vint enserrer mon cou. Je me débattais, maintenant que ces fils arachnéens prenait enfin consistance. La cruelle muse veillant sur mes pensées aurait elle choisi de disloquer mes membres comme le plus vulgaire des pantins ? Je m'y refusais.


Dans un soubresaut, je parvenais à me libérer de l'étreinte du ténébreux étau. La fiole de sang vint se briser sur le sol, dans un bruit cristallin qui ne parvint aux oreilles de quinconce. Je me précipitais dans les escaliers, descendant les marches quatre à quatre. Ma peau me brûlait. Je n'osais baisser les yeux, car je savais que j'y verrai des flammes pourpres courir le long de mon bras. Impossible ? J'en avais pourtant la certitude. Ma peur des flammes s’éveillait, m'emplissant d'angoisse et d'horreur.


Arrivé au bas des marches, je jetais un coup d’œil derrière moi. L'escalier demeurait immuable, mon bras ne me brûlait plus. J'avalais avec difficulté ma salive. Je passais mon regard de l'escalier vers le palier, où l'épais brouillard de ténèbres régnait toujours. Puis je levais les yeux.
La lumière du lustre m'aveugla tout d'abord, puis le plafond devint net. Mon regard se déposa tel un oiseau noir sur les cages contenant celles destinées au festin.
Je m'attardais sur les traits de l'une d'entre elles. Où l'avais je déjà vu ? A Andore, dans les couloirs du refuge, quelque part ailleurs ?

Je demeurais ainsi le nez en l'air, un air intrigué dépeint sur le visage, inconscient du menaçant serpent de brume noir qui descendait peu à peu les escaliers …  


Dernière édition par Anathème Vyrad le Dim 2 Nov - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Dim 26 Oct - 21:43

L'odeur de sang et la chaleur rendent l'ambiance étouffante, j'ai la gorge en feu. j'ignore depuis combien de temps je suis dans cette cage. Ma prière n'a visiblement pas été entendue. Je ne vois que deux fins à ma situation actuelle :
si je suis chanceuse la mort, sinon la conversion.

La plupart des laquais vampires sont venus rendre hommage au seigneur de la nuit et sont repartis séance tenante, les autres profitent du banquet mis à leur disposition, tiens il semblerait que l'orphelinat voisin n'est plus de pensionnaire.
Les vampires se sont mis à un jeu très à la mode chez eux : les milles entailles.
Pour vous expliquer ce jeu morbide, il s'agit de débiter la peau d'un mortel à l'aide d'un ustensile tranchant ou d'un fouet. plus le concurrent arrive a porter des coups a sa victime sans la tuer plus il marque de points. Ce jeu vous parait peut être simple, n'oubliez pas un détail le sang excite ces monstres et leur cible finissent souvent desséché avant la fin de l'épreuve.

Un frisson soudain me fais arrêter ma curiosité macabre, je ne sais pas ou je ne sais pas qui, quelqu'un m'observe en ce moment.

Ce n'est pas mon futur bourreau, il s'occupe de ses convives. ce ne sont pas non plus les familiers, leur maitre les puniraient si ils avaient l'audace de tirer au flan. un invité? certainement, je scrute les différents nocturnes avant d'échanger un regard avec un vampire ce tenant sur le perron. Ce visage, bien que lointain, ne m'est pas inconnu, c'est étrange je ne connais pas de vampire. Serait il possible que ce nocturne soit un habitant du refuge ?

Le bruit d'un mécanisme au dessus de ma cage me sortis de mes songes, la nuit été tombée depuis un long moment, Le lord désire certainement son repas. et bien soit si je dois mourir aujourd'hui je partirais la tête haute. J’enlève mon insigne, crucifix en argent de fortune.

La cage touche enfin le sol, la descente pris une éternité, l'un d'eux s’apprête à venir me chercher mais je suis prête
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Mar 28 Oct - 23:24

Je laisse ce laquais vampire m'attraper par le col. il a le réflexe de me tirer vers lui, profitant de ce gain de vitesse et de son manque d'attention je lui enfonce mon insigne dans le cœur. Nos regards se croisent, le sien transpire la surprise et de la peur, je retire mon insigne en prenant soin d’éviter une gerbe de sang inutile. Le corps du Nocturne s'effondre sans grâce aucune au sol, les convives, qui regardait la descendante de ma prison en pouffant, montre un moment d'incrédulité et s’apprête à venger le défunt, si l'on peut appeler un vampire mort un défunt. Le rire moqueur du maitre des lieux couvris tous le brouhaha causé par mon coup d'éclat. le meurtre d'un vampire ,qui après analyse devait être un lord, causé par une prisonnière désarmée doit être pour lui d'un face complète.

Pleine d'assurance, je m'avance vers le compte. Je n'hésite pas à lancer des regards plein de défi aux nocturnes me faisant une allée d'honneur. De près le compte est bien le seul dans cette pièce à ne pas faire vampire.

Comment vous le décrire ? Un homme distingué d'une cinquantaine d'année, d'apparence, il doit faire dans le mètre soixante dix et une corpulence fine.il est habillé de manière élégante, enfin celons les standards du dix huitième siècle, un costume sur mesure de bonne facture sans plus d'artifice. le plus étonnant dans son physique reste son visage, son teint est blanc porcelaine, ses yeux rouges sang ses cheveux blanc argentés.

il s'avance vers moi, avant de pouvoir dire un mot je dégrafe le haut de mon armure lui met mon cou en évidence est lâche : " Allez y que l'on en finisse". Je me prend une réponse des plus éloquente, un revers de sa main droite.
"Humaine, pour qui te prends tu pour me parler ainsi je suis...
- Je sais vous êtes le compte Dracula, vous feter vos 5 siècles et je suis votre repas, sincère excuse j'oubliais Joyeux Anniversaire. Voila on peut en terminer ainsi ?"
Le compte releva la main, cette fois il me caressa tendrement la joue. Le contact de sa paume est chaud, l'expression de son visage est d'une compassion sincère, cet enflure a pitié de moi.
" J'ai le grand plaisir de vous annoncer que vous n'êtes pas au menu de la nuit" rire dans la salle, cet humour vampire est vraiment particulier... Il reprit en me fixant dans les yeux
"Qui es tu ?
-je suis Vanessa...
-Non je ne te demandes pas ton nom, qui es tu ?"
Simple question en apparence, aucune réponse ne me viens à l'esprit
" Je vais t'aider, quels sont tes objectifs? Ou as tu étudier ? comment se passe les fêtes de noël chez  toi ? as tu des amis ? es tu une personne ?"
A ces questions je n'ai aucune réponse, je n'ai eu pour compagnon et pour objectif que ma haine pour les vampires, je ne me rappelle de rien d'autre.
"Pauvre, Pauvre petite chose, je vais te montrer une chose" d'un revers de la main il arrache le bas de mon plastron mettant à nu le bas de mon ventre.
"que vois tu ?
-Mon ventre
- rien d'autre ?
-non
-ne manques t'il pas une chose vitale?
-...
- As tu une mère ?
-bien sure quelle question idiote
- dans ce cas ou ce trouve ton nombril ?"
Au moment où il fini sa phrase, ce qui est évident me saute aux yeux, je n'ai pas de nombril je n'en ai jamais eu, comment savait il cela? pourquoi ?
"Laisse moi te compter une histoire, L'histoire de la chasse aux vampires des Van Helsing, un homme charmant ces méthodes beaucoup moins. Monsieur Van Helsing a fait la constatation suivante l'ordre naturelle des choses n'est plus à cause de nous seigneurs de la nuit. il a donc prôner notre éradication, mais tu dois te douter nous chasser n'est pas si facile. il a travailler sur quelque chose d'autre"
Il reprit avec une pointe de tristesse et douleur dans sa voix.
" il c'est mis dans l'idée folle de créer un prédateur aux vampires, le pauvre bougre il est devenu vieux et sénile, mais il a commis l'irréparable il a voler le corps de mon épouse. tu ne dois pas voir le rapport avec toi non ? et bien récemment l’église à lancer le projet Krauser qui crée des humains de synthèses toxique pour les vampires et leur apprend la chasse. Tu es un enfant du projet Krauzer né des restes de ma défunte épouse. Je n'ai eu pour objectif depuis, la récupération de ton corps afin de la ramener a mes cotés, je m'excuses auprès de toi pour ce que tu va subir"

en terminant sa phrase il planta ses crocs dans ma gorge à nue, ce que l'on ne sais pas avant d’être mordue par un vampire, le vampire en vous buvant le sang vois votre histoire et à accès a votre savoir  mais vous le revivez avec lui.

Je revois ma naissance, une grande cuve. j'aurais aimer vous dire que je suis unique mais dans ce moment de souvenir il me semble apercevoir une dizaine d'autre cuves. Je vois ensuite une machine utilisée par l'église pour nous apprendre la chasse. Opérationnel en une semaine avec un corps d'adulte, la protection des humains se fait par des non humains.

Plus la morsure s'intensifie plus je sombre dans les ténèbres, je sens une présence grandir en moi. Qui es tu ? Je m'assoupis, mes paupières s'agitent. je lutte pour rester consciente.

Dans ma tête un être des rêves me sourit avec élégance tout en prononçant ma future mort. elle n'a besoin de mes réponses, elle est moi.

"C'est le destin fictif qui t'est offert par l'église.
Allez, joignons nous !
Allez, esquivons la mort !
Je suis ton miracle désiré. Je te déroberai à ce jeu d'extermination, de survie.
laisse moi réécrire ton futur, être éphémère."

la réincarnation liant nos identités se fait entendre. Le temps ici déformé et la logique s'effondrent.

"C'est la vie offerte par mon Dieu et époux Dracula.
Allez, suis nous !
Allez, Nous allons nous te libérer de la mort !
Comme dans un rêve, Nous allons nous joindre, Nous allons esquiver la mort !
"

Les observateurs passifs commencent à avoir pitié de moi.
je me trouve encore plus loin de la vie et la mort que je désire.
Pour moi la toute fin est dans un jardin minuscule dans lequel se trouve un repos sans fin.

C'est ce que je croyais...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Sam 22 Nov - 16:31

Cela avait commencé. Le fameux divertissement promis par le Comte n'était en réalité qu'une sanglante et amusante façon de se substantiver, les milles entailles. C'est d'un vulgaire …
Les cris ne tardèrent pas à s’élever, tous comme les effluves de sang qui excitaient chacun des convives. J'étais moi même fébrile, passant et repassant ma langue le long de mes lèvres exsangues, pauvre moyen d'abreuver ces pétales de rose fanés.
Je contemplais toujours la jeune femme emprisonnée dans les hauteurs de la salle. Alors que ses traits avaient à présent focalisés mon attention, je me surpris à contempler le reste de son corps, plus particulièrement la courbe de son cou. En moi naissait le noir désir que je tentais tant de refouler, le pêché auquel je refusais obstinément de succomber, m’ôtant tout chance de délivrance. La soif de sang. Ce désir de sentir sous mes lèvres les palpitantes veines gorgées de nectar incarnat, de laisser mes doigts fins courir le long de la peau diaphane de ma victime. Un frisson me parcourait tout entier. Je désirais cette jeune femme, dont l’enveloppe charnelle m'attirait toujours plus. Si je trouvais atroce et barbare le plaisir qu'avait mes congénères à tuer sauvagement leurs victimes durant leurs repas, j'avais appris à apprécier la beauté et la grâce de mes victimes. Des jeunes filles pour la plupart, je me nourrissais non seulement de leur vie, mais je goûtais également à leur beauté, cet art éphémère susceptible de faire naître d’éternels amours. Or je suis un grand amateur d'Art.
Lorsque mon regard passait de nouveau sur le visage de l'emprisonnée de cette cage, mais aussi prisonnière de mes désirs, je constatais que celle çi m'observait. Nos regards se croisèrent. J’eus le temps d'y lire une absence totale de peur, mais également une macabre curiosité. Puis la cage descendit.

Je ne vis pas la demoiselle perforer le corps du laquais, comme je n'entendis pas le rire du Lord. Mes sens avaient été emplis d'ombre. Au sens littéral.
Le serpent de ténèbres m'avait enserrer comme le ferrait la funèbre corde des pendus, et me tirait à présent vers les escaliers. Je ne parvenais pas à esquisse le moindre geste, ne serait ce que pour me débattre. Le créature me broyait les membres, empêchant l'air d'arriver à mes poumons.
Le bruit sourd qui fit mon corps en heurtant les marches fut couvert par l'échange entre la jeune femme et le Comte que je n'entendis pas, et que je pouvais encore moins voir. Je crachais une gerbe de sang noir en heurtant le bord de la sixième marche, tandis que la violence des chocs brisait encore et encore mon corps. Je ne pouvais crier, je ne pouvais bouger. Autour de moi, je sentais les ombres se mouvoir, se resserrant toujours plus, comme un nuage assassin.
Le sinistre anaconda me tirait ainsi jusqu'au milieu du grand escalier. Toute l'attention était focalisée sur le Comte et la jeune femme de sorte à ce que personne ne vit le serpent se retirer de mon corps meurtri pour former une imposante nuée dans les hauteurs de la salle, tournoyant et gonflant, se rassemblant sur elle même comme si elle était dotée d'une respiration. De temps à autre, quelques méandres se séparaient du nuage pour venir effleurer mon corps, m'infligeant de cruelles brûlures. On eut dit de cuisantes langues venu déterminer mon goût avant que la créature ne me dévore tout a fait.

J'ouvrais les yeux. Ma vue était floue, mon regard aux couleurs dépareillées n'avait qu'un faible aperçu de la scène. Il me semblait que le Comte avait planté ses canines dans le cou délicat de la jeune femme. Malgré la situation, je songeais que j'aurais désiré moi même la vider de son sang. Dracula, malgré ses cinq siècles, ne saurait jamais apprécier toute la saveur que pouvait receler la demoiselle. Il n'était doté d'aucune délicatesse, et je savais que seul moi aurait été à même d'apprécier pleinement l'exaltation et l'exquis que dissimulait la jeune femme. Après tout, n'étais je point un Vyrad ? Et peu modeste, me fis je également la réflexion.

Je crachais une nouvelle gerbe de sang lorsque un pan de ténèbres pénétra ma bouche et mes narines.  Des larmes de sang noir s’écoulèrent silencieusement de mes yeux. Je ne pouvais articuler le moindre son.
Les méandres d'ombres se relayèrent sur mon visage, pénétrant mon crane par les yeux, les narines, les oreilles … Plusieurs filament se glissèrent entre mes lèvres avant de s'en réchapper, comme si j'exhalais une ténébreuse respiration. Un parfum de chair brûlée me parvint, et je ne doutais pas qu'il s'agisse de ma propre peu qui en détienne l'essence. La sensation de calcination gagnait tout le reste de mon corps, à mesure que le nuage noir se désagrégeait pour pénétrer mon corps par le visage.

Je laissais échapper un râle d'impuissance, avant que le noir ne l'emporte. Je ne désirais qu'une chose : pouvoir m’échapper de ce cauchemar.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Dim 23 Nov - 18:49

Une tempête de souvenir, de pensés, de sentiments, d'émotions se déchainait dans ma tête. Je me vois descendant d'une calèche allant à un bal au bras de mon époux, l'instant d'après je suis dans la basilique saint pierre apprenant les textes saints pour revenir toujours sur cette situation oppressante : à l'intérieur d'un caisson nageant dans un liquide étrange.

Ce que je vois devant moi son les représentations de mes passés, la tempête les déchirent, les reformes. une combinaison mutante commence à s'élever. Qui est elle ? que veut elle ? et plus important encore sans elles qui suis je ?

Je ne sais pas. je ne sais plus. je n'ai jamais su. je ne suis que la marionnette macabre utilisée dans des desseins me dépassant complétement. Ma seule joie dans ce torrent de douleur, le mal en moi finira par me tuer. Je me laissais tomber dans les ténèbres, je vais me reposer, plus de questions, plus de douleurs, rien que le vide.

Je sens le poison du compte étreindre mon cœur, bientôt il cessera de battre et je serais enfin libérée. Du moins, je n'aurais pu prévoir que mon cœur précieux n'était pas de cet avis. je reprenais peu à peu mes esprits.

La fête devait être terminée depuis longtemps, plus aucune trace de la fête ou des vampires. je me trouvais dans un cercueil ouvert une rose entre les mains. l'odeur désagréable n'était plus, on se serait cru dans une bâtisse abandonnée depuis des siècles. Mon corps ne répondait toujours pas, ma tête toujours prise de vertige étrange. être la proie parfaite, vivante, consciente mais incapable du moindre mouvement.

c'est à ce moment qu'une ombre fugace bougea au plafond, cette forme quasi animale me regardait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Sam 20 Déc - 12:11

Les ténèbres étaient complets, la nuit totale. Telles des limbes de brumes, se mouvaient dans l'ombres des formes obscures, intangibles et me semblait il, irréelles. Cette fumée noire grouillait autour de moi comme autant d'insectes qui courraient, parcouraient le long de ma peau. Mes bras se couvraient de de frissons engendrés par le dégoût. L'angoisse m'enserrait et me meurtrissait l'esprit, comme les chaînes meurtrissent et mordent jusqu'au sang l’épiderme rougie des prisonniers. L'air fétide pénétrait mes narines et ma bouche, me laissant sur la langue un goût de cendre. Le parfum imprégnant les ténèbres était celui d'un cercueil entre-ouvert, dans lequel se serait depuis longtemps putréfié le cadavre. Je pouvais presque sentir les vers et les asticots ramper le long des mes joues et  pénétrer mes yeux : toute ma peau était parcourue d'une atroce sensation de fourmillement. Le parfum de mort que j’appréciais d'ordinaire, assis au pied des tombes dont le froid me laissait transi, m'était à cet instant insupportable. Il était trop fort, trop prononcé, dénué de la nuance musquée de la belladone et de la mandragore dont les entrelacs croissaient entre les racines des chrysanthèmes.

Je tentais péniblement d'ouvrir les yeux.

Les ténèbres furent tout d'abord les même que ceux dansant derrière mes paupières closes, en une éternelle et infernale ronde. Je cillais à plusieurs reprises, espérant vainement chasser la gaze noirâtre qui recouvrait mes yeux. Une étincelle de lumière apparu dans les ténèbres, qui grandit, grandit encore ... A travers la lumière, je vis de nouveau. Et cela me terrifia.
Tout m'apparaissait en nuances de gris et de blanc. Le monde était devenu pour moi comparable à une ancienne photo, dont le temps aurait délavé les couleurs. De l'or liquide semblait se mouvoir entre les cendres, tel le serpent doré à la source du pêché originel. Sous mes yeux serait alors étendue Ève ?  Ce n'était pourtant pas une pomme qu'elle détenait entre ses doigts délicats, mais une rose. Allongée dans un cercueil ouvert, on eut dit le cadavre de la détresse. Elle me regardait. Son visage inexpressif, les couleurs que revêtait la pièce, tout ceci formait un spectacle d'une terrifiante beauté.
Ma mâchoire de ténèbres s'est ouverte tandis qu'un rugissement explosait dans ma gorge. On eut dit les cris de douleurs d'un millier de damnés agonisant, maudissant l'Enfer pour les souffrances qu'Il leur offrait. Lorsque me mouvant avec les ondulations langoureuses et ondoyantes d'un obscur reptile je fondis sur elle, la terreur me saisit. Je fermais violemment les yeux, étouffant un cri. Un autre rugissement retentit, mais ce n'était plus moi qui le poussait.

J'ouvris les yeux sur le dallage de la salle. Face contre terre, un poids opprimait ma poitrine. Celle çi se soulevait avec difficulté au fil des mes inspirations saccadées et douloureuses. L'air me brûlait les poumons, une sueur froide coulait le long de mon échine. A nouveau, un rugissement retentit.
Je me relevais péniblement, regardant autour de moi. A mes coté était déposé le cercueil dans lequel était encore étendue la jeune femme aperçue tantôt. Omis sa présence, la salle était déserte. Omis sa présence et celle du serpent de ténèbres qui se convulsait dans les hauteur. Ses yeux jaunâtres et dorés exhalait la lueur des milliers de spectrales chandelles d'un sinistre lustre. Ces yeux qui nous fixaient, je me répétais avec horreur que j'avais vu au travers quelques instants auparavant. Ma peau se glaçait à cette pensée. J'avais réussi, avant de fondre sur l'innocente jeune femme, à m'extraire du corps de l'obscur reptile.
Des images éclatèrent comme autant flashs lumineux dans mon esprit. A ma mémoire revenait les récents événements. Le bal, le comte, le regard de la jeune femme emprisonnée, la sombre créature qui m'avait absorbé … Et qui ne tarderait pas à se lancer de nouveau à l'assaut.
Lorsque je partageais sa nature de non-être, j'avais pu entrevoir son appétit dévorant. Jamais rassasié, il œuvrait comme la destruction : jamais il ne cessait son atroce tache.
Devant la tristesse qu' était celle de sa vocation, quelques larmes perlèrent sous mes paupières. Elles ruisselèrent silencieusement sur mes joues, sans que je ne sache les retenir. Faibles étoiles dans l’océan de noirceur que représentait la créature.

Je me retournais vers le cercueil de la jeune femme. Je ne pouvais bien entendu la laisser là, ma condition de gentleman me l'interdisait. Mon cœur avait depuis longtemps cesser d’éprouver autre chose que tristesse et mélancolie, mais je n'aurais pu laisser là quinconce, proie démunie face à l’être qui nous menaçait à présent.

Je me penchais au dessus d'elle. Avec des mouvements lents et délicats malgré le danger de notre situation, je retirais de ses mains la rose qu'elle détenait dans une fragile étreinte, comme une tache de sang à la surface de son immaculée détresse. J'épinglais la dite rose au revers de ma veste froissée. La laisser sur le sol, foulée au pied comme la plus vulgaire des marguerites, aurait été un véritable gâchis. J'approchais quelque peu mon visage blafard de celui de la jeune femme, esquissant un faible sourire. Quelques noires mèches de mes cheveux tout à fait décoiffés vinrent caresser son front.


"Je tiens d'avance à m'excuser de ce qui va suivre ma chère … Mais je n'ai pas le choix. Mon éthique m'interdit de vous laisser à la merci de notre ténébreux compagnon. Et voir un aussi jeune et délicat visage fané par la mort, comme la rose que vous déteniez le sera bientôt, serait regrettable. Ou alors, je préférais que cela soit de mon fait."

Bien que mes derniers mots puissent sonner comme une menace, l'azur et l'argent de mon regard n'exprimait que douceur. Ma voix s'était faite mélodieuse pour la rassurer mes mots flatteurs et poétiques, lui présentant un danger bien moindre que celui qu'elle encourrait, celui qui l'attendait dans les entrailles de la créature. Je ne lui laisserai pas le choix entre la peste et le choléra.
J'avais bien vite compris qu'elle ne pouvait esquisser le moindre geste. Aussi passais je mes bras sous son corps inerte, la soulevant délicatement de son écrin funèbre. La force qui était la mienne, et dont était doté l'ensemble des vampires, me permettait de la soulever comme le vent emporte les feuilles dorées de l'automne. Mais je ne laisserais choir ce fruit de je ne sais quel gracieux branchage.
Écartant mon visage du sien et me redressant, je cherchais du regard un endroit abrité où j'aurais pu la déposer. Le temps pressait. Déjà, l'obscur reptile fondait sur nous.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Je suis...
Invité



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   Dim 1 Fév - 15:13

Topic clôturé pour inactivité, vous n'avez pas posté depuis un mois ou plus.

Si vous voulez rouvrir ce rp, n'hésitez pas à contacter un membre du Staff.
Revenir en haut Aller en bas


Je suis...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [event halloween] Le bal des vampires   

Revenir en haut Aller en bas
 
[event halloween] Le bal des vampires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [event halloween] Le bal des vampires
» EVENT: Halloween Wedding [public]
» Event Halloween • Trick or Treat
» Event Halloween : 1ère Etape
» Event Halloween : 3ème Etape

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: