Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Dim 14 Sep - 22:40

J'ouvre lentement les yeux et regarde autour de moi, je panique un peu, quand je ne reconnais rien. Je suis allongé à terre et suis couvertes de sangs, de coups et mes vêtements son en lambeaux. Je suis là, complètement perdue et seule, sans personne autour de moi pour m'épaulé. J'essaye de me souvenir de mon passé et de comment je suis arrivé là, mais rien n'y fais... 


Mes tympans sifflent de façon très désagréable et mon regard est flou, si flou que je ne vois presque pas à deux mètres. Je me redresse sur les mains avant tout et me lève ; un grand manoir ce dresse au bout de la route face à moi, un long moment de ma vie me manque et les seuls souvenirs que j'ai son ceux de mon prénom mon nom et mon âge. 


C'est tout, je ne comprenais pas pourquoi mon bas-ventre brûler et que j'avais autant de bleus et de coupures, mais personne ne pouvait me répondre actuellement, le manoir face à moi m'attirait mentalement, je ne sais pas comment l'expliquer ... 


Je marche lentement en direction du manoir et m'arrête devant, hésitant énormément à entrer ou à partir en courant de peur, mais même si j'ai peur, mal et qu'une colère sans fin m’habite, je reste là, et sa je ne savais vraiment pas pourquoi. 


Je baisse les yeux un instant, réfléchissant un peu mais pas trop, le crâne me brûlant déjà assez comme ça ... Puis, lorsque je me décide à relever le regard quelques instants après, je sursaute. Quelqu'un me fixait ...


Dernière édition par Alou Rey le Mar 23 Sep - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Mar 16 Sep - 14:21

La saison raccourcissait les jours, mais cette année, elle ne nous volait pas le beau temps. Les soirées, bien que plus avancées, étaient encore ensoleillées. C'était certainement ce qui m'avait donné l'envie de sortir un peu après avoir donné tous mes cours du jour. Je savais que les soirs ne seraient plus aussi agréable dans quelques semaines, il fallait en profiter.
Ma promenade extérieure avait démarrée à l'arrière du vieux manoir, sur la petite terrasse. Je voyais au loin l'arène qui avait accueilli des épreuves des jeux du Refuge peu de temps avant. Elle étaient bien plus calme désormais. Les cours ayant repris leur rythme habituel, les élèves avaient beaucoup moins le temps d'y faire un tour pour se lancer des duels. Ce n'était pas plus mal pour le personnel de l'école, il valait mieux surveiller ce genre de chose, et les élèves ne nous prévenaient que rarement.
Je suivis le petit sentier qui longeait grossièrement la vieille bâtisse. Heureusement, son aspect intérieure faisait bien moins délabré et ancien. J'entrevis des enfants du Refuge profiter de leur temps libre du soir pour faire un tour à la rivière. Il y avait donc du monde là-bas, je ne voulais pas interrompre leur moments de liberté. Je savais que la cours ne regroupait pas souvent de bandes d'amis voulant fuir les professeurs, elle était bien trop proche du bâtiment. C'est pourquoi je m'y rendait souvent sous ma forme humaine, je n'allais déranger personne.
Une fois sur place, après avoir dépassé la grande porte d'entrée du Refuge, je me posai sur un rocher. Je me mis à repenser à la nuit du bal, où j'avais fini ici avec mon vieil ami Aaron.
Mais ces bons souvenirs s'évanouirent lorsque j'entendis un bruit. Ma capacité à me changer en chat me rendait très sensible aux sons, de ce fait, je pouvais parfois entendre quelque chose qui ne s'avérait être rien d'important, comme un écureuil dans un arbre. J'avais beau être toujours à l'affût, cela ne me servait que peu souvent, au fond. Cependant, cette fois-ci, le bruit s'accentuait. Quelqu'un approchait, j'en devenais certaine.
L'irrégularité des pas m'inquiéta. Je ne pus m'empêcher de me déplacer pour voir ce qui arrivait.
J'eus soudain un choc.
Il y avait une jeune fille, blessée et titubante, qui sortait du sentier entre la ville et le Refuge. Son regard était plongé vers le sol.
J'avais beau savoir que c'était sans doute une nouvelle élève qui avait entendu l'Appel et qui l'avait suivi jusque-là, je n'arrivais pas à bouger, mes yeux fixés sur elle. Je n'avais jamais accueilli personne pour sa première venue ici, n'étant pas professeur depuis assez longtemps, et cette jeune fille était dans un sale état. Comment cela pouvait-il être possible ? L'Appel était censé les guider sans danger, que c'était-il donc passé pour qu'elle en arrive là.
Soudain, elle releva les yeux vers moi. Elle avait dû sentir ma présence et le poids de mon regard sur elle. Ses yeux... Ils semblaient à la fois vides et torturés.
Il était vrai que peu d'élèves avait la chance d'avoir cette transition de vie aussi paisible que la mienne. A part fuir de chez moi, je n'avais rien eu de très difficile comme épreuve. Ce n'était visiblement pas le cas de cette demoiselle.
Il fallait que je fasse quelque chose. Partir alerté un directeur se montrait inconcevable pour le moment, quelqu'un devait veiller sur elle. Mais je devais me montrer prudente. Elle ne connaissait pas encore le Refuge, ni la raison de sa venue ici, je devais éviter de l'effrayer. Ignorant son pouvoir, je devais aussi avoir une distance de sécurité, au cas où la terreur la gagnerait.
Je m'avançai donc lentement vers elle. Je rendait mes pas les plus silencieux et doux possible, afin de ne pas la brusquer. Une main devant moi de manière plus rassurante que défensive, je m'approchais assez pour pouvoir lui parler sans avoir à hausser la voix pour qu'elle m'entende.


 - N'aie pas peur... Je ne te ferai rien.

Mon rapprochement me permis de mieux visualiser ces blessures. La jeune fille avait des bleus sur tout ces membres visibles, mêlés à des coupures plus ou moins profondes. Ces vêtements étaient aussi très abimés. Un accident n'aurait pas pu faire autant de dégâts...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Mar 16 Sep - 23:37

La peur me montait à la gorge, je vis l'étrange femme m'approchait en me fixant, j'avais de plus en plus peur mais bizarrement, rien de comparable à la peur qui m'habitait déjà avant de l'apercevoir planter là. Que ce soit mentalement ou physiquement, j'étais apeuré et bloqué, les pieds ancrés dans le sol comme un immense chêne que même les plus grandes des tempêtes ne déracineraient jamais. 

Je la fixe à mon tour, le regard vide et exténué, complètement scotcher sur place. Une raison inconnue me forçait à rester camper sur ma position, une douce voix murmurait des choses étranges dans ma tête, des choses apaisantes ... Comme si quelqu'un chantait une berceuse dans mon esprit, me calmant étrangement peu à peu. 

- N'aie pas peur... Je ne te ferai rien.

Bizarrement, je ne doutais pas de cette déclaration, je la croyais même aveuglement, sans me poser la moindre question, ce qui était étrange, car elles se bousculaient toutes dans ma tête et pourtant, je ne bougeais toujours pas. Seul un hochement de tête finit par apparaître et tout en la fixant, je tends aussi une douce main vers elle, faisans un seul pas en avant sans plus m'avancer ou bouger plus que ça. 

-Je te crois ... Je ... pense ...

Ma voix était brisée par l'inquiétude et les questions qui s'entre croisaient et s'entre choquaient, me causant un terrible mal de crâne qui me fit grimacer de douleur ; quelques simples secondes après, la douleur s'évapora dans les vagues de sentiments et d'émotions qui me retournaient les tripes, à chaque fois que j'essayais de percer le néant qui habitait mon crâne là où mes souvenirs auraient dût être, je me cognais de pleins fouets à une limite invisible qui me donnait un genre de déchargent désagréable dans toutes mes blessures :

-J'ai mal ... murmurais-je presque plier en deux, genoux tremblant.

Une larme coulait soudain sur ma joue, alors que je retenais mes sanglots, j'avais vraiment mal maintenant que j'avais faits fonctionnés à nouveau pas mal de muscles dans mon corps et fais des efforts cérébraux qui me causaient des douleurs étranges et indéfinissables dans tout le corps, mes pupilles ne faisaient que se rétractaient et s'arrondirent, c'était étrange, seuls les animaux arrivaient à faire ça normalement non ? Je n'en savais pas grand-chose dans mon état actuel... Mon regard vert émeraude si vif d'habitude se reposait encore sur la personne qui était venue me parler, attendant une réaction quelconque de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Mer 17 Sep - 16:02

La jeune fille ne sembla pas avoir peur de moi. C'était déjà un bon point. Il fallait l'aider, mais cela impliquait qu'elle se laisse approcher. Elle m'adressa un très léger hochement de tête. Son corps devait être très affaibli. Je continuais ma très lente approche tandis qu'elle tendait la main vers moi, comme pour demander de l'aide. Après un faible pas vers moi, j'entendis sa voix, tout aussi faible.

 - Je te crois ... Je ... pense ...

Son visage montrait des expressions torturées de douleur et de crainte. Son corps se plia presque en deux.

 - J'ai mal ...

Je m'avançai un peu plus vers elle, je devait absolument l'aider.
Je vis alors une larme couler sur sa joue, et ses yeux. Sa pupille faisait un drôle de numéro, qui ne m'était pourtant pas inconnu. En effet, je le voyais sur certains de mes élèves, ainsi que sur moi-même. Cette jeune fille était une hybride, j'en avais aucun doute.
Elle me regardait, comme désespérée. J'ignorais s'il fallait que je lui dise ce qu'elle était. C'était peut être ainsi que les directeurs procédaient pour les Appels, je n'en savais rien. Et dans ce cas-ci, cela aurait été bien trop direct et sûrement encore plus douloureux pour elle. Avant tout, je devais la calmer et l’amener à l'intérieur pour qu'on s'occupe d'elle.


 - Ne t'en fais pas.

J'étais à présent assez proche d'elle, mais je préférais éviter de la toucher pour l'instant. Je devais lui laisser du temps. Je plia mes genoux pour mieux regarder son visage. J'étais plus basse qu'elle, cela me m'étais volontairement en position de faiblesse face à elle, cela la rassurerai peut être. J'avais toujours été une femme plutôt grande, je voulais éviter que, étant trop près d'elle, cela l'effraie.
Elle tremblait toujours. En tant qu'hybride, nous sentions quand nos pupilles changeaient de forme, il fallait qu'elle se rassure à propos des siennes. Je fis alors de même avec mes yeux, qui la fixaient avec gentillesse.  Savoir que ce n'était pas -aussi- anormale allait sans doute la mettre encore un peu plus en confiance.


 - Je suis comme toi... Essaie de te calmer. Tu n'as plus rien à craindre ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Jeu 18 Sep - 21:27

La femme s'approche de moi et me regarde d'un doux air amical et chaleureux, ses pas se rapprochent un peu plus pour enfin finir à côté de moi et s'immobiliser, elle se baisse un peu pour contempler mon visage crispé par la douleur et la peur antérieure à cette journée. Mes genoux tremblent un peu et mon estomac se contracte, j'avais un genre de nausées mais rien ne sortait, c'était assez léger comme nausées, mais je ne réfléchissais même pas à pourquoi j'en avais jusqu'à ce que je finisse par voir le problème, mes bras étaient noués si fort autour de mon ventre qu'ils le pressaient. En desserrant la pression autour de mes côtes, mon estomac se libéra et arrêta donc les nausées instantanément.


- Ne t'en fais pas. 


Je ne m'en faisais pas, je ne m’inquiétais pas d'elle en tout cas, quelque chose me tracasser mais je ne savais absolument pas quoi. Je vis à nouveau ses jambes bouger et s'accroupir prêts de moi pour contempler encore plus, mes yeux que je sentais bouger bizarrement le centre de mes yeux et des larmes en coulaient abondement.

Je tourne doucement le regard vers elle et vois qu'elle s'amusait avec ses yeux, elle faisait la même chose que moi ! Elle avait l'air de le faire volontairement, mais moi pas... Cependant cette vue me calmait déjà un peu, comprenant que ce n'était pas trop anormal et que je pouvais ou pourrais même le contrôler. D'ailleurs, à mesure que je me calmais, mes pupilles allaient moins vite pour se rétracter et s'arrondir, jusqu'à arrêter presque totalement de bougés. 

- Je suis comme toi... Essaie de te calmer. Tu n'as plus rien à craindre ici.

Mon stresse diminuait tout doucement, faisait aussi presque disparaître mon mal au ventre, je me redresse un peu et me force à me remettre pratiquement droite en sanglotant un peu, que j'enlève du revers de la main ; je devais rester forte ! Je l'avais toujours été ... Je crois ... 

Je reprenais un grand bol d'air tandis que je me faisais violence pour rester forte et de tenir bon face à toutes mes blessures. Chacune d'elles me faisait mal, mais pas en vint, j'allais continuer d'exister. Mais plus qu'exister, je n'allais pas faire que ça. Au lieu d'exister tout simplement, j'allais vivre. 

-Je sais ... Je crois ...

Oui, je répétais ces '' je crois '' ou '' je pense '' à chaque fois, mais c'est parce que dans ma tête raisonnait toujours la même voix qui me disait devoir avoir confiance en ces lieux et les personnes qui s'y trouvaient. Et d'ailleurs, dans tous les cas ! Je n'avais pas le choix et même si je l'avais, je ne serais pas partis, je n'avais nuls autres endroits où aller et aucune personnes sur qui comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Lun 3 Nov - 22:31

La jeune fille sembla se calmer petit à petit. Apparemment, je l'avais plus rassuré qu'effrayé, c'était une bonne nouvelle. Elle redressa son corps blessé doucement, légerement, comme pour signifier qu'elle avait la volonté d'avancer, en mettant sa terreur derrière elle. De son apparence, elle avait certainement vécu quelque chose de tragique. Il était donc bon signe qu'elle veuille aller mieux, malgré tout cela.
Elle prononça quelques mots, mais sa voix étant encore assez faible, je n'avais pas pu bien les discerner.

Je tenta de m'avancer encore vers cette enfant, afin de pouvoir l'aider à marcher jusqu'à l'infirmerie du manoir. Même si ma présence l'avait un peu aidé et soulagé, elle avait besoin de vrais soins médicaux pour ces blessures, ainsi qu'un endroit calme pour se reposer.
Je parvins jusqu'à elle, cessa de faire jouer mes pupilles, et la regarda avec un regard à la fois inquiet et maternel.


- Il faut que tu me suives. Dans cette grande maison, il y a des gens qui prendront soin de toi, tu n'as pas à avoir peur. Je resterai avec toi.

Avec délicatesse, je posa mes mains sur chacune de ses épaules afin de l'aider à transporter son propre corps, et peut être aussi de la réchauffer un peu. La jeune fille n'eut aucune réaction, à part peut être quelques tremblements aléatoires, bien qu'ils soit moins forts et moins nombreux que quelques minutes auparavant. Petit à petit, nous avançâmes vers le Refuge en traversant la cours. Nos pas étaient courts et lents, mais certains. Chacun qu'elle faisait l'avançait un peu plus vers sa nouvelle vie en ces lieux.
Je pensai alors à sa future vie. Peu étaient les adolescents qui haïssait cet endroit. Même si à leur arrivée le changement pouvait les perturber et la conscience de leur pouvoir les effrayer, ils se réjouissaient tous après un temps d'adaptation et d'acceptation d'aller courir dans la forêt, nager dans sa rivière, ou bien se défouler dans l'arène. Nous avions la chance d'avoir un cadre idéal pour les enfants. J’espérais qu'il en serait de même pour cette demoiselle. Au moins, elle était une hybride, j'allais pouvoir la revoir durant mes cours afin de m'en assurer.
Nous arrivâmes proches de la grande porte du manoir. D'après mes souvenirs, l'infirmière était une femme très douce et gentille. Par chance, à cette heure il n'y aurait pas grand monde sur notre trajet, la nouvelle arrivante risquerait donc moins d'être apeurée avant même d'arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Situation amoureuse : Marié à Namu <3
Féminin Messages : 173
Points : 2147483647
Date de naissance : 23/04/1998
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 19
Localisation : En train de promener son poulpe domestique
avatar
Fondateur
Maître Namu
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   Mer 10 Déc - 13:24

Bonjour, 


Sujet fermé pour inactivité. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://refuge-rpg.forumactif.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon corps entier me fais souffrir, mon âme aussi...[Lyina Kaldanovsky et Alou Rey]
» Chaque instants sans elle me fais souffrir. [PV : Sanka']
» Nous nous y reprendrons à deux fois avant d'aller danser (Haley) - Terminé
» The Beauty and The Geek ; Chapter I
» Désignation du Corps de l'année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: