Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 60
Points : 186
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 22


MessageSujet: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Ven 21 Oct - 20:34

Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. Son corps semblait être guidé par cet humour grisant, cet amusement qui était corrompu, et devenait, à chaque seconde de plus où sa respiration osait passer la barrière de ses lèvres presque bleues, un peu plus malsain. En cette nuit où l’horreur régnait, où cet air pesant ne cessait de peser sur ces pauvres victimes cherchant une échappatoire, la pluie battait à son plein. Elle formait, en elle-même, cet orchestre sanglant. L’espoir n’était plus que terni, s’assombrissant peu à peu. La peur était la seule permise, et la chance ne pouvait que jouer en faveur de ces marionnettes.

L’erreur avait été commise, et bien voilà que la folie devenait ces personnes dépourvues de tout sens. Le droit chemin devenait plus sombre, et plus rien n’était alors caché. Qu’importait la victime, pauvre soit-elle, cette nuit allait être son plus beau cauchemar, alors qu’un rêve était réalisé pour le fou. Rien n’était laissé au hasard, et les désirs présents seraient réalisés.
La faille avait été dévoilée, et alors tout reprenait un sens qui, jamais, n’avait dû être présent. Ce sens n’était qu’un pur fantasme de colère, mélangé à cette inconscience. La maladie reprenait sa route, tranquillement dévorait l’esprit de sa pauvre personne.

De sa robe effilée, arborant cette couleur d’un blanc à la fois gris, de ses pieds nus sales par le sol, de sa chevelure blonde attachée en deux longues couettes qui reposaient, toutes deux, sur ses épaules, de ce ton pâle qui se mêlait au vide de ses yeux, la coréenne avançait, calmement. Tout en cette nuit, était joué. La peur ? Elle n’en avait aucune connaissance. L’adrénaline bouillonnait dans ses veines. Sa victime ? Elle l’avait désormais trouvée.

« Fuis moi, fuis moi. » Disait-elle d’un ton plus qu’effroyable.
« Docteur, docteur… Je suis derrière vous… » Osait-elle affirmer de ce ton si joueur.
S’amusait-elle ? Elle prenait un malin plaisir à tourmenter cette pauvre âme. Était-elle censée, en cette nuit ? Sa fine main tenait, en sa possession, un long calibre noir. Sa mémoire n’oubliait pas. Elle s’était échappé de cet endroit qu’elle haïssait. Elle avait attaqué ce pauvre garde. Affirmant qu’elle n’était pas folle, cela était son plus beau discours. Mais ce médecin n’allait rien lui apprendre. La folie rongeait bel et bien son être, et peu à peu la faisait sombrer dans ce gouffre sans issue. Mais cette nuit allait être le plus beau des cauchemars de ce pauvre jeune homme.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
i'm his only star
j'ai rêvé une centaine de fois ✻  peu m'importe la douleur, attache-moi, je ne dois pas m'échapper. serre moi fort, secoue moi, je ne dois pas retrouver la raison. embrasse mes lèvres, un secret rien qu'à nous deux. ©️little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ordre Gamma

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : -
Masculin Messages : 367
Points : 628
Date de naissance : 28/04/1997
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 20
Localisation : Aha, vous aimeriez le savoir !


Feuille de personnage
Pouvoir de votre personnage :
Histoire de votre personnage :
Caractère de votre personnage :

MessageSujet: Re: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Ven 21 Oct - 21:00

La première question qu'il s'était posée fut pourquoi il avait fait ce métier. Ah oui, pour repousser ses limites. Il aurait peut-être dû ne pas avoir une idée pareil. Pas du tout même. Il était sans doute beaucoup trop jeune pour se re retrouver dans un truc comme ça. Il aurait sans doute du rester en pédiatrie, ça aurait été mieux. Mais avec un don comme le sien, il n'avait pas tellement le choix, de faire ce qu'il voyait. Au final, son métier lui plaisait vraiment, mais parfois, c'était lourd.

Lourd parce qu'il était définitivement trop jeune. Aux yeux de certains patients, qu'ils soient très atteints ou non, c'était souvent une très grosse blague. Qu'il n'était pas suffisamment compétent pour les aider. Mais en réalité, ils se trompaient lourdement. SungKyu était parfaitement compétent. La preuve étant qu'il était le chef de service de Psychiatrie. Il n'était pas vraiment un médecin violent, au contraire... Il était doux. Il ne brusquait pas. Se montrait patient. Prenait son temps. Etait à l'écoute. Offrait ses épaules. Il n'était pas pour toutes les injections qu'on pouvait faire aux patients qui pétaient des câbles, selon lui, ça ne réglait pas le problème, même si parfois, c'était absolument nécessaire. Parfois, il aimerait bien pouvoir changer les méthodes.

Seulement le problème, c'était qu'un assassin courait il ne savait où. Enfin, une. Parce que oui, il savait parfaitement qui c'était. Et il savait aussi parfaitement comment cela allait se terminer. Honnêtement, il ne comptait même pas se défendre, fuir, ou faire quelque chose, parce qu'il était le mieux placer pour savoir que le futur ne change pas. Alors, il allait simplement la laisser jouer avec lui. Dire qu'il n'avait pas la trouille serait faux. Il était humain, comme tout le monde. Seulement, il était résigné. Lutter ne servirait à rien.

Il portait encore sa blouse, des dossiers dans sa main. Même si la journée était terminée maintenant. Il avait déboutonné les trois premiers boutons de sa chemise, laissant apparaître le haut de sa poitrine. De toute façon c'était pas comme s'il s'était foutu à poil non plus. Il s'arrêta en entendant des bruits de pas derrière lui. Alors, ça y est ? Avec un peu de chance, il allait pouvoir rejoindre ses enfants. Le seul regret qu'il avait... C'était pour MyungSoo. Il avait terriblement envie de rester avec lui, parce qu'ils avaient plein de choses à vivre, ensemble... Mais il allait devoir les vivre sans lui. Doucement, il se retourna, posant son regard noisette sur la jeune femme. Il avait été son médecin, pendant un temps. Peut-être qu'elle voulait se venger... Il ne savait pas.

-Hachiko.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Hey, sexy /PAN/:
 

Aish:
 



*^*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 60
Points : 186
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 22


MessageSujet: Re: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Dim 23 Oct - 12:33

Si seulement ressentir la peur d’autrui était son Don, si seulement elle avait pût avoir la chance de ressentir ce sentiment qui semblait si minable aux yeux de si petites personnes, le jeu aurait certainement était plus amusant. La folie encombrait un peu plus son esprit, si bien qu’elle était devenue une tout autre demoiselle. Son état de patiente était dans ces cas si mystérieux, mais pourtant si calmes. Bien qu’un seul geste, ou une seule personne, suffisait à ce que les nerfs soient relâchés, pour former cette anarchie en elle. Quelques médecins l’avait qualifiée de « tarée », était-ce donc la raison pour laquelle elle avait été enfermée là-bas, sans aucune autre explication que cette.. Maladie ?

Avait-elle ressenti une once de haine envers ce médecin qu’elle poursuivait, en cette nuit ? Aucune. Il avait toujours été attentionné, et calme. Cet homme qui avait presque le même âge que la patiente, osait découvrir son être par le pouvoir de la parole, alors qu’elle ne semblait pas lutter contre ceci. Il avait, au contraire, était comme un bouclier, une aide parmi ces médecins rongés par l’incompétence et les méthodes douteuses qu’ils pratiquaient. Aucune violence n’avait été commise, ni aucun cri n’avait été perçant lorsqu’il s’agissait de ce jeune médecin.

Pourtant, ce soir était le soir où elle ne semblait plus être cette calme patiente. Là où sa folie semblait devenir une personne à part entière, manipulant son corps telle une vulgaire marionnette. Ce n’était pas déplaisant, c’était ainsi que sa colère, sa haine, semblait s’évanouir. Était-ce un hasard, que cela tombe sur ce pauvre homme, qui semblait encore avoir une belle vie devant lui ? Peut-être. Peut-être pas. Tout cela n’était peut-être qu’un malentendu, que cette personne lui rappelait un horrible personnage qui était apparu dans sa vie. Mais rien n’était plus effrayant que cette vision qu’elle semblait avoir de lui.

C’était l’heure, alors, lorsqu’il se tourna vers elle, que le canon de son long calibre noir s’était pointé vers lui. Son envie de lui enlever la vie n’était pas présente, mais elle voulait simplement jouer avec cette vulgaire poupée que son regard lui offrait.
Penchant alors doucement la tête sur le côté, un léger sourire à la fois amusé et malsain se dessina au coin de ses lèvres fort pâles.

« Docteur, souhaitez-vous survivre ? »

Lui laissait-elle un choix ? Avait-elle, ne serait-ce, qu’encore un peu, de conscience ? Elle-même ne semblait pas le savoir. Mais le coup était parti comme à son bon gré. Le coup de feu avait retenti dans cette rue sombre. La balle semblait s’être logée dans l’épaule gauche du jeune médecin. C’est alors que la voix de la blonde s’éleva, une fois de plus.

« Docteur, souhaitez-vous mourir ? »

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
i'm his only star
j'ai rêvé une centaine de fois ✻  peu m'importe la douleur, attache-moi, je ne dois pas m'échapper. serre moi fort, secoue moi, je ne dois pas retrouver la raison. embrasse mes lèvres, un secret rien qu'à nous deux. ©️little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ordre Gamma

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : -
Masculin Messages : 367
Points : 628
Date de naissance : 28/04/1997
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 20
Localisation : Aha, vous aimeriez le savoir !


Feuille de personnage
Pouvoir de votre personnage :
Histoire de votre personnage :
Caractère de votre personnage :

MessageSujet: Re: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Dim 23 Oct - 14:31

Qu'est-ce qu'elle allait faire... SungKyu n'en avait pas la moindre idée. Pas du tout même. Ou alors, il le savait, mais il ne voulait pas chercher à comprendre.  Hachiko n'était pas elle même. Il le savait. Elle avait toujours été plutôt calme, n'avait jamais causé de problème, se montrait attentive lors des séances... Il ne savait vraiment pas comment elle avait pu changer ainsi, parce que ce changement était vraiment radical. Lui même ne le comprenait pas. Il aurait pu chercher pendant un moment dans son expérience, puiser dans ses livres de médecines... Il ne trouverait sans doute pas la réponse.

Alors tout ce qu'il pouvait faire, c'était lui faire face, et attendre. Peut-être qu'il se tenait devant l'aube de sa mort... Il ne savait pas trop. L'issu semblait être incertaine. Est-ce qu'il allait vraiment mourir maintenant ? Ce serait lui rendre service. Peut-être qu'il n'attendait que ça au final. Ainsi, il serait libéré de tout... De son Don, de ses problèmes, il pourrait avoir accès à cette paix qu'il souhaitait tant... Elle pourrait peut-être lui offrir, finalement. Il devait devenir complètement barge pour penser à ça maintenant. Il devrait lutter pour survivre plutôt que de penser à ça.

Lorsqu'elle sourit, avant de pointer son arme sur lui, il devina immédiatement ce qui allait se passer. Elle allait lui tirait dessus. Peut-être qu'elle voulait le tuer en une fois, peut-être pas, c'était une bonne question. Il ne pouvait pas trop se baser sur ses visions, parce qu'elle pouvait vraiment changer. De toute façon, ce n'était pas la question. Le coup finit par retentir, et il grimaça en sentant une douleur abominable déchirer son épaule. Le choc le fit reculer alors que la douleur se propageait dans son bras, lui faisant lâcher le dossier. Il prit une profonde inspiration, pour tenter de se calmer. Il n'avait jamais eu aussi mal de toute sa vie et il ne savait pas comment il faisait pour se retenir d'hurler de douleur. Cela n'allait sans doute pas durer.

Il rouvrit les yeux en l'entendant parler, son regard se teintant d'une infinie tristesse, avant qu'il ne se mette à sourire doucement, portant sa main droite à sa blessure, sa blouse commençant déjà à se teinter de son sang. Qu'est-ce qu'il pouvait bien répondre à ça ? Il n'en savait rien. Il n'avait pas le choix de toute façon. Et énerver la jeune femme maintenant ne serait pas une bonne idée. Pas du tout une bonne même.

-Fais ce que tu veux, Hachiko.


Tenter de la raisonner ne servirait à rien également. Pas dans son cas. Son cœur battait beaucoup trop vite dans sa poitrine. Il n'avait pas d'autres options pour le moment. Il avait beau chercher aussi fort qu'il le voulait... Il ne pouvait pas.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Hey, sexy /PAN/:
 

Aish:
 



*^*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 60
Points : 186
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 22


MessageSujet: Re: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Mer 26 Oct - 10:30

Cette tristesse dans son regard, cette sensation qu’elle ressentait au fond d’elle… Cédait-elle sa place à la conscience ? Elle-même le ne savait pas. Son regard dériva sur son arme, ainsi que sur le sang devenant un peu plus visible sur le blanc de cette blouse qu’elle avait trop vu. Pendant quelques secondes, son esprit semblait s’être perdu. Elle s’était perdue dans ce regard empli de tristesse que le jeune homme avait eu, avant de sourire. Un sourire qui se faisait doux. Mais qui pouvait bien être doux, envers elle, dans un moment si critique ? Elle ne l’aurait pas voulu. Elle-même n’aurait pas été douce si elle s’était vue en cet instant.

Alors désormais, c’était à elle de faire un choix ? C’était une certaine souffrance mêlée à ce jeu. Le choix était incapable d’être fais, ce n’était une chose humaine… Elle n’était pas humaine, en ce moment-là. Tout ce qu’elle pouvait entreprendre était de fuir, ou bien de mettre fin aux jours du jeune homme. Mais qui était-elle pour juger de la fin d’une vie ? Sûrement pas la Mort en personne.
S’approchant du jeune homme, elle posa son arme noire à terre, juste pour entreprendre le fait d’enlever la blouse du médecin. Ce n’était pas un geste des plus gentils ni affectueux, mais c’était bien pour elle qu’elle l’avait fait. Pour elle, et pour personne d’autre.

« J’ai toujours détesté cette couleur qui me rappelle le goût amer des médicament qu’on me fait avaler sans cesse. Disait-elle en reprenant son arme à en sa possession. »

Était-ce une sorte de séance désormais ? Une séance où elle parlerait de ce qu’il n’allait pas, ou bien-même, plus ? Elle en doutait. En cet instant, elle doutait de tout. De plus, son regard était empli de peur mais de haine par la même occasion. Ses yeux n’étaient plus bruns, mais noirs.
Alors qu’une force qu’elle n’avait pas eu le temps d’analyser, elle poussa le jeune homme contre un mur, avant qu’elle ne s’agenouille devant lui, l’arme sur les cuisses.

« Pourquoi vous me laissez un choix ? N’avez-vous donc pas peur de la mort ? »

Elle ne faisait plus aucun geste, seul son regard semblait dire des choses. Son regard noir plongé dans le regard noisette de sa victime. Il avait un moment de répit, un moment où son esprit s’était perdu, alors qu’elle était devenu un plus calme. Mais cela n’allait pas être pour bien longtemps.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
i'm his only star
j'ai rêvé une centaine de fois ✻  peu m'importe la douleur, attache-moi, je ne dois pas m'échapper. serre moi fort, secoue moi, je ne dois pas retrouver la raison. embrasse mes lèvres, un secret rien qu'à nous deux. ©️little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ordre Gamma

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : -
Masculin Messages : 367
Points : 628
Date de naissance : 28/04/1997
Date d'inscription : 09/08/2014
Age : 20
Localisation : Aha, vous aimeriez le savoir !


Feuille de personnage
Pouvoir de votre personnage :
Histoire de votre personnage :
Caractère de votre personnage :

MessageSujet: Re: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Sam 29 Oct - 14:02

Il ne comprenait pas tout ce qu'il se passait. C'était beaucoup trop différent de ce qu'il avait vu. Venait-elle de  changer le futur, juste avec son geste ? Elle aurait dû le tuer, normalement... Mais elle ne l'avait pas fait. Il ferma les yeux un moment, une multitude d'autres futurs possible se mettant à danser devant ses yeux. Il n'aimait pas ça. Pas du tout. Il n'avait jamais aimé ne pas être sûr de l'issu d'une situation. Et c'était exactement ce qu'il se passait maintenant. Il n'était pas sûr. Il ne savait pas.
Il la regarda simplement lorsqu'elle lui retira sa blouse, dévoilant sa chemise blanche qui s'imbibait peu à peu de son sang. Il n'aimait pas ça. En tout cas, il sut rapidement pourquoi elle lui avait retiré. Le problème était que sa chemise était blanche aussi... Alors il espérait qu'elle n'aurait pas l'idée de le foutre à poil, parce qu'il n'allait pas apprécié... Enfin pour le moment, il ne pouvait que la fermer et rien d'autre.

Il gémit légèrement lorsqu'elle le poussa contre le mur, fermant les yeux un instant pour ne pas s'écrouler. Ses jambes étaient beaucoup trop faibles d'un seul coup. Il avait beaucoup trop mal à l'épaule, et la douleur se répandait dans tout son corps. Et puis, voir tout ce sang, son sang, sur ses propres mains...Était une vision qu'il n'aimait pas. Il aurait presque eu envie de vomir.
Il baissa ensuite les yeux vers elle, lorsqu'elle s'agenouilla devant lui, souriant légèrement en l'entendant parler. S'il avait peur de la mort ? Bien sûr que non, il n'avait pas peur de la mort. Pas après avoir voulu se suicider. Ni même avec tous les futurs qu'il avait emmagasiné jusque là. Pas après avoir vu des centaines de personnes mourir sous ses yeux sans qu'il ne puisse rien faire.

-Je n'en ai plus peur depuis un moment, tu sais...Murmura-t-il.

Pas après avoir tout perdu. Pas après avoir dit adieu à ses enfants. Non... Il n'en avait définitivement plus peur. Au contraire, il l'attendait avec impatience.
Combien de fois avait-il entendu ses collègues dire qu'au final il devrait se faire enfermer ? Combien de fois ses patients l'avaient pris en pitié, lui avaient demandé de leur parler ? Combien de fois les rôles auraient dû s'inverser ? Plein de fois. La plupart des personnes qu'il traitait connaissaient l'histoire du jeune psychiatre, sans doute était-ce la raison de leur compassion, et qu'ils soient tous aussi calmes pendant les séances... Peut-être parce qu'ils voyaient le vide et la tristesse de son regard. Ce n'était plus un secret pour personne, et il le savait parfaitement.

Parce qu'au final, il n'était plus qu'un homme brisé.

Alors non, elle pourrait bien le tuer, qu'il s'en fichait. Le seul regret qu'il avait été d'abandonner MyungSoo... Il était trop jeune pour perdre son grand frère, mais ce n'était pas SungKyu qui décidait, et MyungSoo en avait parfaitement conscience.
Lui, tout ce qu'il voulait savoir, était ce qu'il avait raté, pour que la jeune femme agisse ainsi. S'était-elle sentie délaissé ? SungKyu avait toujours fait de son mieux pour qu'elle ne manque de rien... Ou alors, elle ne s'était jamais sentie apaisée au final ? A moins que ce soit autre chose... Il savait que les traitements en psychiatrie, n'étaient pas les meilleurs du monde, bien au contraire. Les gardiens et psychiatres étaient souvent bien trop violents avec les patients et le chef de service avait fait tout son possible pour changer ça, mais c'était bien compliqué... SungKyu ne pouvait pas gérer tout son personnel.

-Je suis désolé, Hachiko. Sincèrement.


Il ne cherchait pas tellement à se faire pardonner ou épargner, il avait toujours été sincère dans ses paroles, et avec elle. Il voulait simplement qu'elle le sache. Que tous les psychiatres n'étaient pas tous les mêmes, et que la voir dans cette situation ne lui plaisait pas spécialement. S'il avait pu... Il aurait changé les choses.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
Hey, sexy /PAN/:
 

Aish:
 



*^*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Célébrité

avatar
Je suis...
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 60
Points : 186
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 22


MessageSujet: Re: « Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]   Mer 9 Nov - 10:46

N’avait-il vraiment pas peur de cette faucheuse qui lui ôterait la vie ? Était-il immunisé contre cette peur qui rongerait la peau de n’importe quelle personne était confrontée à celle-ci ? Elle-même, commençait à être rongée par la peur lui ôter ce qu’elle n’avait le droit de lui prendre. Ces idées se chamboulaient. Ses pensées se brouillèrent. Ses yeux n’étaient plus si emplis de haine, mais plus de compassion. Comme-ci la personne qu’elle était réellement cohabitait avec la folie. Une partie d’elle était apeurée, et l’autre encore sous l’effet de l’adrénaline. Avait-elle besoin d’aide ? C’était une chose bien plus que certaine. Mais qu’arriverait-il au jeune homme s’il tentait ne serait-ce qu’un geste ? Elle-même n’en était plus certaine. Le tuer achèverait-il son envie de se venger de n’importe quel médecin ?  Mais son meurtre ne la rendrait-elle pas plus folle ?

Mais tout lui revint à l’esprit. Et alors elle comprit. Il n’avait pas peur de la mort, c’était une chose, mais il n’était un homme comblé de joie. Souvent, elle passait dans les couloirs, et voyait les patients du jeune homme discuter avec lui. Rares étaient les fois où elle écoutait les mots sortant de leurs lèvres, mais elle avait retenu quelques phrases. Mais jamais elle n’en avait parlé au jeune médecin, elle l’avait toujours regardé, elle lui avait toujours parlé de ce qui lui tracassait l’esprit. Et encore aujourd’hui, elle ne lui en parlerait pas. Simplement, elle se releva.

« Moi-même, j’ai peur de vous tuer. Disait-elle en lâchant le long calibre à terre, ce qui fît résonner la rue d’un bruit sourd. »

Levant son regard vers lui, elle haussa un sourcil. Ils disaient tous la même chose. Je suis désolé. Mais au final, le mal était fait. Le mal était pire à chaque reprise. La douleur «était insupportable, et l’envie de renaître de ces cendres pour infliger une pire douleur était plus plaisante. Mais pourquoi s’en prenait-elle à lui, exactement ? Lui qui était un si bon médecin, un médecin compréhensif, celui qui était admiré par ses patients ? Elle n’en savait rien, elle avait l’impression qu’il était tout aussi coupable, alors que ce n’était pas le cas. Il l’avait toujours aidée, même lorsqu’une crise de colère éclatait en elle.

Détachant ses cheveux, elle laissa les élastiques tomber à terre, rejoignant l’arme d’un crime qu’elle n’était plus sûre d’entreprendre. C’était une soirée d’horreur, mais elle ne semblait plus avoir la force de combattre quoi que ce soit. Prenant la blouse du médecin, elle arracha une manche pour faire une sorte de bandage, où elle appuya sur l’impact de la balle.

« Je sais que je ne vous ai pas infligé la pire des douleurs. Que la mort semble vous être qu’un être insignifiant. Je sais que vous êtes quelqu’un de bien. Disait-elle en posant son regard dans celui du coréen. Je suis, à mon tour, désolée. Elle appuya un peu plus sur la blessure qu’elle lui avait infligée. Cette nuit d’horreur est terminée, pour vous, docteur Kim. »

Prenant la main du jeune SungKyu, elle la posa sur le bout de manche, avant de le lâcher. Reculant, elle laissa l’arme à ses pieds, préférant effacer toute trace de cette nuit. Bien que la blessure et ces souvenirs resteront à jamais présents dans l’âme du médecin, ainsi que dans la mémoire de la patiente.

« Vous avez été comme un remède, et je suis navrée de m’être laissée emporter par ma folie. Adieu, docteur. »

Après ces paroles, elle s’éloigna, en marchant d’un pas lent. Adieu, mais pourquoi ? Simplement parce qu’elle allait fuir, au plus loin qu’elle le pouvait. Elle savait qu’elle était une malade comme une autre, dans cet asile, mais elle ne désirait plus y résider. Alors, elle partait, en compagnie de cette folie. Cette soirée d’horreur était terminée.

♥♦♣ Le Refuge. ♥♦♣
i'm his only star
j'ai rêvé une centaine de fois ✻  peu m'importe la douleur, attache-moi, je ne dois pas m'échapper. serre moi fort, secoue moi, je ne dois pas retrouver la raison. embrasse mes lèvres, un secret rien qu'à nous deux. ©️little wolf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Le glacial de l’automne était similaire à celui d’un hiver des plus effroyables, alors que cette nuit était d’une horreur sans égal. » [SungKyu Kim & Hachiko Ichinose]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Laisse-moi te le dire, ne serait-ce que par un geste. » [ HoWon Lee & Hachiko Ichinose ]
» Chanson
» Ennuis avec une chouette bleue...
» Madame, j'entends des voix dans ma tête [LIBRE]
» cette nuit à côté de toi, c'était comme une lueur dans les profondeurs. ҂ TALIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: Event-
Sauter vers: