Refuge-RPG.
 
Pour voter pour le Forum. Clique

Partagez | 
 

 « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 85
Points : 200
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
avatar
Célébrité
Hachiko Ichinose
MessageSujet: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Dim 2 Oct - 10:50

C’était une soirée lumineuse, à l’extérieur. En effet, malgré l’automne qui prenait place, le ciel semblait pour autant dégagé. Les feuilles mortes rayonnant de milles couleurs tombaient alors sur les trottoirs et bancs de la ville, alors que la légère brise devenue plus fraîche les balayait d’un coup de mélodie. Oh, cette légère brise, elle obligeait des tenues un peu plus chaudes, lorsque l’on sortait. Mais rien à craindre pour la jeune coréenne, elle qui était à l’intérieur de ce café où elle travaillait depuis, maintenant, plus d’une année déjà.
Lors de cette soirée d’automne, elle fermait le café, seule. WonWoo était désormais parti, s’était envolé de ses propres ailes pour ouvrir son propre petit café. Elle avait été très fière de lui, malgré que son héros prenait la route du départ. Et il y avait NamJoo, mais l’ancienne Réfugiée lui avait laissée, ou plutôt l’avait obligée, à rentrer chez elle. Seulement pour le repos qu’elle semblait juste pour son amie.

Alors elle était là, en plein milieu de ce café, à y passer de vulgaires coups de balai. Elle ne s’ennuyait pas, pour la simple et bonne raison qu’elle rendait service à l’homme qui l’avait embauchée, d’ailleurs, sur un coup de tête. C’était à assez drôle, lorsque l’on y repensait. Elle était une simple Élue qui recherchait un petit job pour pouvoir payer ses études lorsqu’elle prendrait le chemin de la vie d’adulte… Aujourd’hui, elle était toujours présente, toujours serveuse dans ce petit café, et d’ailleurs, tous les employés avaient eu une prime. La bonté du patron était sans limite, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle arrivait à payer ses études, et ainsi qu’à participer aux achats et au paiement du loyer auprès de son jeune compagnon. Maintenant qu’elle habitait chez son petit chez-lui, le Vampire ne pouvait échapper à cela, mais ce n’était pas le plus important.

D’ailleurs, un barman était recherché, depuis le départ de WonWoo, les temps étaient assez compliqués, et le travail pesait beaucoup trop sur les épaules des serveuses. Elles n’étaient plus que trois, si l’on comptait Hachiko dans le tas. Alors l’étudiante en journalisme accrochait une petite affiche sur la vitre de la porte, espérant sincèrement qu’une candidature soit posée. Les soirs étaient plutôt compliqués, et puis, le patron s’en allait pendant quelques semaines, c’était donc elle qui se chargeait d’embaucher cette personne. N’importe quelle tête lui allait, pourvu qu’il soit bon dans son travail et qu’il ne soit pas une catastrophe ambulante.

Ses cheveux, elle les avait attachés en une longue queue de cheval. En effet, ses cheveux de couleur brun avaient une fois de plus poussés, pour le plaisir de son… Ami, meilleur ami ? Enfin, pour le plaisir de son ami qui s’amusait à les caresser quand l’envie lui prenait. C’était assez amusant, mais des fois assez étrange. Toujours elle le laissait faire, mais toujours l’envie lui venait de le taquiner, parce qu’il fallait avouer que cela avait toujours quelque chose d’assez amusant de le voir bouder dans son coin, ou de pouvoir déclaré une guerre.

Alors qu’elle rangeait des tasses dans une étagère de l’autre côté du bar, elle entendit la petite sonnette, celle qui se déclenchait lorsqu’une personne franchissait le seuil du petit café. Elle ne mit que quelques minutes pour ranger ces quelques objets à leur place initiale avant de prendre la parole.

« Si tu as oublié quelque chose NamJoo, je ne te… »

NamJoo avait définitivement changé, et pas une personne des plus agréables pour la jeune demoiselle. Son regard commençait alors à se faire noir, lorsqu’elle observait cette personne. Une question lui venait alors à l’esprit : que venait-il faire ici ?

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Hachi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Désespérément désespéré.
Masculin Messages : 19
Points : 35
Date de naissance : 17/01/1997
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 20
avatar

Yong Jung
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Mer 5 Oct - 20:09

C'était une soirée d'automne, où le jeune homme errait seul dans les vastes ruelles de la ville. Il avait passé son après-midi à chercher un petit boulot qui lui permettrait de survivre, avant d'avoir un emploi stable. Il allait sur ses dix-huit ans et avait décidé de se prendre en main. L'an prochain, il quitterait le Refuge, et devrait voler de ses propres ailes. Il devrait se débrouiller, comme un grand. Ce qu'il n'était pas réellement encore. Il n'y aurait personne pour l'héberger, ni même le nourrir. Alors autant s'y prendre un an à l'avance, pour avoir le temps d'économiser un minimum. Ca ne pouvait que lui servir. Même s'il n'était pas sûr de gagner des millions avec ce qu'il pouvait trouver.

Malgré le Soleil qui persistait en ce début d'automne, Yong avait ressorti son manteau. Il avait un peu froid, probablement à cause du rhume qu'il avait attrapé. C'était pas quelque chose de bien méchant, ça allait. Du moment qu'il tenait debout, le reste n'était pas réellement important. Il était un garçon fort, enfin... plus ou moins. Tout le monde ne pouvait pas en dire autant, malheureusement. Parce que le Sorcier, il aurait aimé que cette image le colle à la peau, le suive partout. Mais il aurait aimé tant de choses... comme par exemple garder Hachiko avec lui. Ca, c'était probablement la chose qu'il souhaitait le plus au monde, la retrouver. Pouvoir la serrer dans ses bras, et plus encore. C'était purement égoïste, mais il aurait souhaité qu'elle ne retrouve personne. Qu'elle ne puisse l'oublier. Parce que lui, il avait du mal à tourner la page. Il ne parvenait pas à l'oublier, et il ne voulait pas la voir s'en aller. Sûrement s'était-il rendu compte trop tard qu'elle était différente et exceptionnelle.
Au final, il était pire qu'attaché à elle pour la vouloir encore, et avoir espoir. Peut-être qu'au fond, il était bel et bien amoureux. C'était sûrement ça, oui. Pourtant, Yong ne voulait pas l'avouer. Aimer, il ne savait autrefois pas ce que cela voulait dire. En vérité, il jouait plus avec les femmes, comme si elles n'étaient que de  vulgaires jouets. Mais désormais, il avait comprit que ce n'était pas le cas. Il avait comprit beaucoup de choses. Notamment que le coeur de la jeune femme n'était plus à prendre. Aurait-il eu une deuxième chance, s'il était arrivé plus tôt ? Cela était relativement très peu probable.

Le Sorcier savait que, de toute évidence, elle le détestait. Pire que cela, même. Et elle avait les meilleures raison du monde pour cela. Il ne pouvait nier, ce qu'il avait fait était atroce. Aucune femme, aucune jeune fille, et même aucun homme ne méritait cela. Personne. Seulement voilà, le jeune homme se lassait. Vite, trop vite. Il ressentait le besoin d'aller voir ailleurs, espérant secrètement que personne ne s'en rendrait jamais compte. Pourtant, il ne semblait pas s'être lassé de la jeune brune. Alors pourquoi l'avait-il trompée ? Lui-même se posait encore la question. Y répondre était bien trop difficile.

Cela faisait quelques heures qu'il marchait, seul. Oui, parce que Yong n'avait pas encore de grands amis. Il n'était même pas sûr que cela arriverait un jour, en fait. Il était sociable, pourtant. Gentil, parfois. Il n'avait certes pas tout pour plaire, mais tout de même. Son intégration au Refuge semblait plus... difficile ? Il ne savait pas tellement. Peut-être que sans s'en rendre compte, c'était lui qui se tenait à l'écart des autres. Au fond, ça, il ne voulait pas vraiment le savoir.

On lui avait parlé d'un certain café, où le patron cherchait un nouvel employé. Il se souvenait vaguement de la raison. Apparemment, un jeune homme s'en était allé pour ouvrir son propre café, quelque part ailleurs. Il était peut-être un peu tard pour y faire un tour mais... mieux vaut tard que jamais, n'est-ce pas ?
Il fut alors arrivé à ce café, qui semblait vide. Ou... presque. Il le reconnaissait, maintenant. Et il reconnaissait la personne à l'intérieur aussi. Il connaissait son visage par coeur. Était-ce un complot ? Pourquoi pensait-il à elle, avant de la voir ? Cela lui paraissait bien étrange, tout d'un coup. Cependant, un sourire étira ses lèvres pâles, avant qu'il n'entre dans le bâtiment. Il eut à peine le temps de dire bonsoir, que la voix de la demoiselle se fit entendre. Cette ravissante voix, qui lui manquait tant. Parfois, avant de s'endormir, il croyait l'entendre parler. Mais ce n'était que son imagination. Fermant la porte derrière lui, il posa son regard sur elle.

- C'est qui, NamJoo ? demanda-t-il.

Oui, il s'intéressait à sa vie. Enfin, il n'était pas tant question de sa vie, là. Il s'intéressait à ses fréquentations, et autres. Il n'était pas sûr qu'elle lui réponde, mais tant pis. S'avançant vers le bar où il posa finalement ses coudes, il laissa échapper un soupir. Il n'allait tout de même pas passer par quatre chemins. Le Sorcier n'était en aucun cas pressé, loin de là. Et il le demeurait encore moins maintenant qu'il savait qu'elle était seule ici. (Dit comme ça, ça fait pervers, on dirait qu'il va la violer, pardon xD) Relevant légèrement la tête pour la regarder, il lui adressa un adorable sourire.

- Je viens pas pour t'embêter, chaton. Enfin c'est pas mon but premier. Je viens pour le poste, j'ai besoin d'argent.  

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Yonggie. ♥ :
 



If you. ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 85
Points : 200
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
avatar
Célébrité
Hachiko Ichinose
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Jeu 6 Oct - 10:41

C’était au moment où elle fermait le café, au moment où elle était seule, qu’une telle personne venait à ce moment précis. Une telle personne qui était haïe et rejetée par sa personne, par la jeune étudiante. C’était assez drôle, lorsque l’on y pensait, elle qui était de si bonne humeur. C’était ainsi ? Elle ne pouvait donc pas être heureuse continuellement ? Ce n’était pas ce qui était voulu, comme il fallait le croire. Et son regard se faisait si noir, et si glacial, ce regard qu’elle n’aimerait pas vraiment ressentir sur sa propre personne. Mais pourtant, elle ne pouvait contenir une telle colère envers lui, qu’elle lui ferait subir par n’importe quel moyen. Un mot, un regard, un geste… N’importe quoi qui pourrait la délivrer de ce sentiment qui lui pesait sur la poitrine. Il n’allait pas survivre à un tel supplice, et peut-être finirait-il par l’oublier, par retrouver une autre personne, une fille, un garçon, peu lui importait.

Haussant un sourcil, son regard ne le balaya de haut en bas. Qu’est-ce qu’il pouvait bien en avoir à faire, de qui était cette personne ? Il voulait savoir de quelle couleur était sa culotte en ce jour, aussi ? Le jeune homme était une personne qui avait le don de l’agacer. Pourquoi poser de telles questions lorsque la chance pour avoir une réponse était nulle ? Elle-même avait du mal à comprendre, mais il fallait bien avouer que, concernant le jeune Yong, elle s’en fichait légèrement… Voire totalement. Mais pourtant, elle restait si calme, sans compter que son sang bouillonnait dans ses veines. Un peu plus, et ses nerfs allaient finir par exploser, et des paroles, peut-être sans sincérité, seraient alors exposées. L’Élue ferait sûrement du yoga, à l’avenir, ce serait une bonne chose pour son apaisement.

Il ne venait pas pour l’embêter ? Tiens, c’était une bien une première. Généralement, il venait pour la récupérer. En l’observant dans les moindres détails, elle devenait certaine d’une chose : il serait capable d’inventer quelque chose sur son compagnon actuel. Et bien que le Vampire avait su se montrer bien plus qu’intimidant, elle savait pertinemment que son ancien compagnon était du genre tenace. Pourquoi serait-elle tombée dans ses filets, autrefois, si ce n’était pas le cas…
Murmurant un petit aish, elle soupira. Elle aurait bien voulu inventer un mensonge comme quoi le poste était déjà occupé, mais elle venait, à l’instant, d’afficher ce bout de papier qui prouvait absolument le contraire.
Le regardant de manière tellement… Agacée ? Oui, c’était cela, elle grogna légèrement. Même le sourire de MinJae était bien plus craquant que le sourire de cet énergumène devant elle, et c’était bien un exploit qu’une telle pensée lui vienne à l’esprit. Sa haine envers Yong était grandissante, réellement.

« T’a intérêt que ce soit pour l’argent, parce que si c’est pour moi, j’hésiterais pas à ce que la connexion entre ton visage et le comptoir ne soit plus qu’une grande histoire d’amour. Disait-elle avec un léger sourire. »

Hachiko ? Une jeune femme violente ? Aucunement. Mais envers lui, elle ne s’était jamais retenue, et ce depuis le premier jour où elle l’avait revu se pointer devant elle. Le pauvre avait dû rentrer avec de multiples bleus sur la peau, il devait être marqué, mais au fond, elle s’en fichait. Elle regrettait simplement le jour où, elle, reviendrait avec une petite trace sur sa peau. Non pas qu’elle marquait très vite, mais à force d’être si maline, cela pourrait se retourner contre elle.

Trouvant un contrat, elle s’asseyait sur un tabouret non loin du jeune homme, mais préféra tout de même garder une certaine distance de sécurité. Sécurité pour lui. Croisant ses jambes telle une femme d’affaire, elle soupira en regardant le jeune homme.

« Crois-moi, l’envie de te virer alors que n’a même pas commencer une seule heure ici m’est déjà prenante. Mais le patron a vraiment besoin d’un barman. WonWoo est malheureusement parti, et nous sommes légèrement dans le pétrin. Elle s’arrêta un instant pour regarder le jeune homme. Qu’on soit bien d’accord, tu oses quoi que ce soit envers moi, et je t’éclate la figure en plein milieu du café, de toute manière, je ferais tout pour t’éviter. »

L’éviter allait être une chose assez compliquée, en réalité. Il était certain qu’ils allaient se croiser à chaque minute durant leur temps de travail, ce qui allait être pour le plus grand bonheur du jeune homme, mais pour le plus grand malheur de la jeune demoiselle. C’était de cette manière qu’au fond d’elle, elle priait pour que WonWoo revienne, à n’importe quel instant. Mais qu’il revienne. Son héros.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Hachi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Désespérément désespéré.
Masculin Messages : 19
Points : 35
Date de naissance : 17/01/1997
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 20
avatar

Yong Jung
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Sam 15 Oct - 19:25

Ce regard froid, il le connaissait plus que bien. Elle l'avait posé sur lui de nombreuse fois, maintenant. Il fallait dire que le jeune homme avait cherché, pour qu'un tel regard lui soit adressé. Dans le genre emmerdeur, il était sûrement médaille d'or et champion du monde. Cela ne faisait d'ailleurs aucun doute. Dans le domaine de la persévérance, il était bon aussi. Même très bon. Malheureusement, cela n'était pas un avantage pour tout. Cela pouvait même lui donner un côté lourd, comme avec la jeune femme. Non parce que elle, il n'allait certainement pas la lâcher. Selon lui, s'il l'avait retrouvé ici, ce n'était pas par hasard. Et pourtant, Yong ne croyait pas en l'astrologie, ou bien même au destin. Jusqu'aujourd'hui, pour lui, tout était question de hasard. Mais lorsque cela l'arrangeait, tout était bien différent.

Oui, c'était bel et bien l'une des premières fois qu'il ne venait pas pour l'importuner, l'embêter. Il ne venait même pas pour la draguer. Son but premier n'était pas d'être insistant. Malheureusement pour la jeune femme, cela risquait d'arriver. Il risquait probablement de glisser quelques petites phrases qu'elle ne supporterait pas. Mais les petits surnoms qu'il lui donnait, c'était tout autre chose. Un peu comme une marque de ponctuation, mais à la fois quelque chose d'affectif. De très affectif. En réalité, il n'y avait qu'elle qu'il appelait chaton, ou bien chouchou. Le Sorcier était conscient que cela ne lui plaisait pas. Sauf qu'en réalité, ça lui faisait seulement penser à... avant ? Oui. Cela faisait remonter ses souvenirs. Le temps où il pouvait se permettre de l'appeler ainsi sans se faire démonter la gueule. Une époque qui était désormais bien lointaine.

Il l'avait entendu, ce petit aish qui était sorti de sa bouche. Pourtant, il ne fit aucune remarques. Il n'était pas ici pour l'agacer, non. Même si c'était déjà chose faite. En réalité, il n'avait rien fait pour. Probablement était-ce son visage que la demoiselle n'appréciait pas. Et cela était plus que compréhensible. Sérieusement, elle était craquante. Le moindre son qui sortait de sa bouche le faisait fondre. Parce que sa voix lui avait manqué, pendant le temps qu'elle était partie. Alors maintenant, il ne s'en remettait pas. Il lui fallait du temps. Beaucoup, peut-être trop. Yong n'avait pourtant pas l'air de tant mourir que cela, extérieurement parlant. Et pourtant, intérieurement, c'était le bordel. Parfois, lorsqu'il la voyait passer au loin dans la rue, il avait une soudaine envie de la serrer dans ses bras. Chose qu'il ne pourrait plus jamais faire. Parfois, il avait simplement envie qu'elle soit près de lui. Pas forcément pour parler, ni même pour lui tenir la main ou quoi que ce soit. Juste pour sentir qu'elle était là, avec lui. Lorsqu'il écoutait de la musique, souvent triste, ses pensées se tournaient vers elle. C'était un automatisme. De nombreuses nuits, il n'avait pût s'endormir par sa faute. Elle hantait littéralement ses pensées, mais il ne pouvait lui en vouloir.

Soupirant, un léger rire lui échappa. Véritablement, le jeune homme ne s'attendait pas à cela de sa part. Il savait parfaitement qu'avec lui, la demoiselle pouvait se montrer violente aussi physiquement que verbalement. Seulement, il n'était pas toujours prêt à cela. Et ce soir, il ne l'était pas. Enfin, c'était toujours drôle d'entendre cela, même si elle ne plaisantait pas. Elle n'avait nullement la tête de quelqu'un qui plaisantait. Cela faisait même limite peur. Oh, elle avait un magnifique visage, mais bon sang ce que son ton était froid, et ce que son regard était sombre. Heureusement que Yong n'était pas sensible. Enfin, pas à cela, tout du moins.

- Mon Dieu, quelle poésie ! Toujours aussi douée pour les mots doux, à ce que je vois, dit-il en plaisantant. Non, sérieusement. Je trouve que tu t'aimes un peu trop parfois, chaton. Si je te dis que c'est pour l'argent, c'est que c'est pour l'argent.

Bon, il était vrai qu'au final, il venait pour elle aussi, maintenant qu'il savait qu'elle travaillait ici. C'était toujours agréable de l'avoir près de lui à un moment de la journée. Peut-être pourrait-il même apprécier travailler ? Qui sait. C'était même probable. Qui ne rêvait pas de travailler avec une telle jeune femme à ses côtés ? Chez elle, il n'y avait pas que la beauté. Certes, elle était une femme très séduisante. Mais elle était aussi adorable. Le genre de personne que beaucoup souhaiteraient chérir. Et ce n'était point ce que le jeune Sorcier avait fait, autrefois. Ce qu'il pouvait regretter, d'ailleurs. Il en loupait, des choses.

Il la suivit du regard, levant les yeux au ciel. Pourquoi cherchait-elle à mettre une telle distance entre eux, même lorsqu'il venait en paix ? Lui, ça l'agaçait. Il aurait aimé qu'elle soit près de lui, encore une fois. Enfin, Hachiko ne semblait pas en avoir envie, elle. Et il savait bien pourquoi. Il jouait souvent aux innocents, mais savait parfaitement que cette distance qu'elle installait valait mieux pour tous les deux. Le Sorcier savait qu'en fait, il valait mieux que plus jamais ils ne soient ensembles. Il espérait pourtant toujours. Le jour où il la laisserait vivre tranquille n'était pas prêt d'arriver. Mais, est-ce que cela ne lui manquerait pas, plus tard ? Peut-être se faisait-il des films. Peut-être avait-il également l'espoir de lui manquait. Oui, c'était un jeune homme plein d'espoir.
Attrapant à son tour un tabouret, il brisa l'espace qui les séparait en le plaçant proche de la jeune femme. Ca, par exemple, c'était sûrement lourd. Même très. Cette façon qu'il avait de toujours chercher un contact avec la demoiselle devait être limite invivable pour elle. Mais il ne s'en rendait pas vraiment compte, en réalité. Il caressa doucement la joue de la jeune femme, souriant.

- Tu ré-apprendras à m'apprécier. ~ lui dit-il d'un ton mielleux. Ca marche pour moi. Je me tiendrais comme il faut.

Ca, ce n'était pas vraiment sûr. Il venait déjà de toucher son visage, alors... quelle était d'ailleurs la probabilité pour qu'il reste en vie ? Hum... zéro. Il risquait une claque, voir bien pire. Et il le savait. Il savait bon nombre de choses, mais préférait faire semblant de les ignorer.

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Yonggie. ♥ :
 



If you. ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 85
Points : 200
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
avatar
Célébrité
Hachiko Ichinose
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Mer 26 Oct - 14:05

SI elle s’aimait de trop ? Mon dieu, le narcissisme, très peu pour elle. Mais elle ne pouvait nier qu’elle était une demoiselle plutôt charmante. Elle avait un beau visage, une manière de se comporter assez aimante… Certes, ce dernier détail ne pouvait être affirmé lorsqu’elle était auprès de ce jeune Sorcier. Il avait ce Don de la sortir hors de ses gonds, et jamais il n’avait eu cette capacité de l’apaiser dans des moments critiques. Là où ses nerfs menaçaient de lâcher à tout moment. Oh, bien-sûr, autrefois, tout avait été plus simple. Mais chaque jour elle n’avait de cesse de se demander comment il avait pu la faire tomber dans ses filets. Ils étaient restés tous deux l’un auprès de l’autre pendant deux longues années, pour finir dans cette relation haineuse. Du moins, cette haine n’était qu’à sens unique. Sans vouloir se vanter, la jeune serveuse savait parfaitement que le jeune homme était éperdument accroché à elle, mais pourtant, il fallait qu’il se rende à l’évidence : plus jamais il ne l’aurait.

Bien-sûr, elle n’avait jamais été douée pour les douces paroles gorgée d’amour et d’affection. Elle n’était pas même capable d’avouer un je t’aime. Bien évidemment, l’envie d’offrir une jolie petite claque au jeune homme lui chatouillait l’esprit. Mais sa violence devait être contrôlée. Elle devait contrôler ça.
C’était pour l’argent ? Dieu, merci. C’était une bonne chose. Mais est-ce que cela allait durer ? Elle en doutait. Bon sang, ce qu’elle rêvait que WonWoo revienne, ne serait-ce que pour qu’il soit, une fois de plus, son héros. D’ailleurs, elle ne voyait personne d’autre derrière ce bar, si bien que son regard s’y perdit, comme-ci elle le voyait encore sourire.

« Arrête avec tes surnoms ou je te les fais manger. Disait-elle en reposant son regard sur le concerné. Va falloir faire tes preuves. En espérant que tu ne finisses pas par tout casser… »

Pour l’étudiante en photographie, le jeune homme avait le don de briser certaines choses. Alors s’il venait à briser tous les verres du bar… Le patron ne serait pas forcément très enchanté. Ce métier s’apprenait, bien-même si elle ne pratiquait pas. Mais elle était serveuse, et habile. Elle serait sûrement mieux derrière ce bar que le jeune Réfugié. Du moins, ce qu’elle pensait.

Celui-ci était d’ailleurs un peu trop lourd à son goût. Plus elle s’éloignait, et plus il se rapprochait. Ce qui avait tendance à un peu plus l’agacer qu’elle ne l’était déjà. Mais il n’y avait pas que cela, et elle ne pouvait, d’ailleurs, plus se contrôler. Elle penserait à faire du yoga, paraît-il que ça apaise l’esprit.
Mais il venait de toucher son visage, mais… Comment dire… Cela n’avait pas le don de la calmer. Mais bel et bien de la mettre hors d’elle. Attrapant le poignet du jeune brun, sa main le serra au plus fort qu’elle le pouvait. Bon dieu ce qu’il avait le don de la chercher, alors qu’il savait bien les conséquences d’un tel acte. Était-il complètement fou ? Ou littéralement sadomasochiste ? Elle ne savait pas, mais elle doutait qu’il sortirait de ce café sans n’avoir un seul bleu.

« Tu commences, très, mais voire très mal. Il faut te le dire en coréen, que tu dois me lâcher ? On peut entamer la discussion dans notre langue natale, mais mes gestes garderont le même langage. Disait-elle en lâchant son poignet. Arrêtes de t’entêter à me vouloir. C’est terminé. A moins que sois une sorte de maso un peu étrange. »

Elle avait cette hypothèse, depuis le jour où HoWon s’était occupé de son cas, jusqu’au bout, son ancien compagnon avait cherché le Vampire. Elle ne savait quel courage il avait, mais même elle n’aurait pas cherché le danseur une seule seconde de plus et aurait fini par s’enfuir, malgré sa grande fierté.
Posant son coude sur le comptoir du bar, et sa front dans sa main, un long soupire passa la barrière de ses lèvres. En réalité, elle désirait comprendre ce qu’il se passait dans la tête de cet ignorant. Il se mettait en danger pour quelque chose qui n’en valait plus la peine.

« Yong, tu devrais oublier. Trouver quelqu’un d’autre. C’est lourd, à force. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Hachi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Désespérément désespéré.
Masculin Messages : 19
Points : 35
Date de naissance : 17/01/1997
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 20
avatar

Yong Jung
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Jeu 27 Oct - 0:06

Sincèrement ? Il la trouvait juste adorable. Malgré ce qu'elle lui disait, il la trouvait affreusement adorable. C'était dingue, ce qu'elle pouvait le faire craquer. Pourtant, ce n'était visible qu'à travers son sourire. Parfois, son regard. Quelques fois, il la regardait de manière plus douce qu'à son habitude. Pas comme s'il cherchait à l'attendrir, mais juste comme quelqu'un d'amoureux. Il ne parvenait pas à s'arrêter, et c'était une chose grave. Cela lui faisait déjà assez de mal de savoir qu'elle était avec un autre homme, alors si l'amour qu'il lui portait grandissait encore… dans quel état serait-il ? Mais pour le moment, il ne se disait pas amoureux. Peut-être était-ce question de fierté, il ne savait pas. Ils n'étaient plus ensembles, et savait que les chances pour que tout redevienne comme avant étaient nulles. Alors, il était peut-être trop fier pour se l'avouer, parce qu'au fond il savait que c'était peine perdue. Ne rien dire était tellement plus simple. Même si cela laissait penser qu'il la voulait de nouveau pour refaire les mêmes choses. Après tout, ce qu'il avait fait une fois, il pouvait le recommencer. Et il risquait fortement de le recommencer. Peut-être trouverait-il une petite amie. Peut-être se mettrait-il avec elle sans l'aimer, pour s'amuser, même si ce n'était pas vraiment drôle… non, en fait, il voulait beaucoup trop Hachiko pour faire attention à d'autres filles.

« - Je suis sûr que t'aimes bien, lui dit-il en riant légèrement. Je suis pas aussi maladroit que toi, ça devrait aller. »

Yong se comportait comme s'ils étaient de vieux amis, alors que pas du tout. En vérité, il cherchait à attirer sa sympathie. Peut-être à la détendre, aussi. Mais il ne se rendait encore une fois pas compte que cela ne faisait pas trop d'effet. Pauvre de lui, il était un enfant si naïf. Cela n'avait véritablement pas d'avantages. Enfin tout du moins, avec Hachiko.
Il soupira, secouant la tête. Cette jeune femme n'était pas possible. Il avait l'impression qu'elle râlait tout le temps ! Elle devait être comme ça seulement avec lui, et c'était plus que compréhensible. Sauf pour lui. Il était bête, oui. Mais le répéter chaque fois serait inutile.

Oh, il commençait mal ? Elle avait probablement raison. Mais comment pouvait-il bien commencer, en sachant que c'était elle qui allait décider s'il serait prit ou non ? Il n'y avait sûrement aucune possibilités pour qu'il démarre bien. Et ça, il le savait. Cependant, cela lui était complètement égal. Tant pis, il faisait avec ce que l'on lui donnait. Il haussa un sourcil la fixant. Le lui dire en Coréen ? Inutile. Il ne comprenait aucune langue, quand il s'agissait de cela.
Au fond, ce qu'elle lui disait lui faisait mal. Le Sorcier n'était pas un pauvre garçon sans émotions, très loin de là. Lorsqu'il s'agissait d'elle, de ses mots, tout était en puissance mille. Parfois, il se demandait pourquoi elle se comportait ainsi avec lui. Puis, il se souvenait de ce qu'il lui avait fait, et il comprenait. Il regrettait amèrement ses erreurs du passé. Ils étaient restés deux ans ensembles. Deux belles années dont il n'avait su profiter convenablement. Et voilà qu'il essayait désespérément de la faire revenir. Il était réellement pathétique.

« - Je commence mal seulement parce que c'est toi qui te charges de moi. Si ça avait été quelqu'un d'autre, ça aurait été différent, et tu le sais très bien. Tu sais très bien aussi que pour ce genre de trucs, tu dois laisser ton avis et tes sentiments de côté. Entre autre, tu ne dois pas te servir de ce qu'il s'est passé contre moi. Alors taches de rester professionnelle chouchou. »

Yong ne préféra pas répondre aux dernières paroles de la demoiselle. A quoi bon, de toute façon ? Il préférait bien les ignorer, pour ne pas se risquer à dire des bêtises. Elle devait déjà le trouver assez ridicule ainsi, alors s'enfoncer encore plus n'était pas une bonne idée.

Il écarquilla les yeux, la fixant. Elle semblait calme, et même… gentille, sur ce coup là. Elle lui donnait probablement un conseil, comme elle l'avait fait la dernière fois. Mais cette fois, c'était différent. Cependant, il ne pouvait pas. Il avait bien envie de lui rire au nez, et de lui demander comment, comment il pouvait l'oublier alors qu'il risquait à présent de la croiser tous les jours. Trouver quelqu'un d'autre, encore moins que l'oublier. Il ne pouvait pas, c'était ainsi. Même avec toute la bonne volonté du monde, il ne pourrait l'oublier. Quelque part, c'était malheureux pour lui autant que pour elle. En attendant, si elle en avait marre, lui, cela le rendait triste. Mais il méritait bien cette tristesse, après tout. Il laissa échapper un soupir, alors qu'il détournait les yeux.

« - On devrait pas parler de ça, se résigna-t-il à dire. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Yonggie. ♥ :
 



If you. ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 85
Points : 200
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
avatar
Célébrité
Hachiko Ichinose
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Mer 9 Nov - 11:59

Si elle aimait les petits surnoms un peu trop guimauve et les gestes attendrissants du jeune homme ? Hum… Non, très peu pour elle. Mais lui semblait se rassurer en pensant, bien évidemment, tout le contraire de la réalité. Il n’était pas du genre prudent, comme jeune homme. Elle avait toujours eu un tempérament de feu, et celui-ci semblait jouer avec celui-ci. Mais en s’approchant trop du soleil, Pégase s’était brûlé les ailes, et le jeune homme était devenu tel Pégase, mais semblait ne jamais vouloir abandonner. Il était tel un papillon attiré par la flamme, mais la flamme ne brûlait plus, dans le cœur de la jeune serveuse. Et bien que ces mots se faisaient froids, bien qu’ils se faisaient autoritaires, le jeune Réfugié était toujours aussi têtu. Combien de fois s’était-il brûlé, et combien de fois se brûlerait-il encore ? Malgré sa colère envers lui, elle essayait d’être une bonne fille, en lui disant de fuir, d’effacer ses souvenirs, et d’offrir son cœur à une autre personne. Mais rien ne changeait, il était toujours présent, et ne semblait vouloir partir que lorsqu’elle tomberait une fois de plus dans ses filets. Hélas, une telle chose n’arriverait jamais.

Elle ? Maladroite ? Il venait bien de lui apprendre. Elle en avait porté, de nombreux plateaux en passant entre les chaises. Sa fine taille lui permettait de se faufiler dans les chemins les plus étroits, ce qui lui rendait la tâche difficile. Bien évidemment, aux débuts du métier, elle avait brisé quelques verres, mais c’est en forgeant que l’on devient forgeron, comme disait bien le dicton. C’était donc ainsi qu’elle pouvait prouver que la maladresse n’était pas vraiment de son sort, sauf peut-être avec les mots. Quelques fois, elle se faisait trop franche, et donc bien trop méchante envers une personne. Mais c’était encré dans son comportement, elle ne pouvait décemment pas en faire autrement.

« Arrêtes-toi là. J’aimerais te coudre la bouche tant tes paroles m'insupportent. »

Il était tellement sûr de lui, que même son ami MinJae, avec son grand narcissisme, était bien plus supportable que les fausses paroles du jeune homme. Enfin, MinJae était totalement différent. Elle le supportait, le taquinait, et l’aimait de cette manière. Or, Yong, tout était bien différent. Autrefois, elle l’avait aimé, et l’avait supporté, mais ce n’était plus le cas. Il était bien trop joueur, bien trop sûr de lui. Il avait de trop beaux espoirs, ceux qu’elle semblait ruiné sans avoir une once de pitié envers lui. Mais ceux-ci revenaient à la charge, comme-ci elle était incapable de faire quoi ce soit. Il agissait comme un vieil ami, celui qui ne l’avait jamais laissée pour compte. Et de rares fois, il semblait agir comme-ci il était toujours son compagnon. Ce qui avait le don de l’agacer à un point devenu presque impossible. Il était vrai qu’elle n’avait jamais précisé la rupture, mais que l’au-revoir qu’elle avait prononcé avait semblé vouloir tout dire, tout expliquer. Elle était partie, sans rien ajouter de plus. Alors peut-être qu’il croyait encore en eux.

S’il commençait mal, c’était seulement parce qu’il était si prétentieux. Il était vrai que l’étudiante ne faisait pas réellement d’effort. Laisser ses sentiments de côté était quelque chose de bien trop compliqué à faire. Simplement parce que revoir le petit sourire de sa meilleure amie et sa voix toute mielleuse lui avouer qu’elle avait couché avec son petit-ami, lui revenait à l’esprit. Ce dégoût était toujours présent, et dès lorsque son brun regard se posait sur le visage du Magicien, celui-ci devenait plus grand encore.
Haussant un sourcil, un léger rire passa la barrière de ses lèvres roses pâle, alors qu’elle mordit ensuite sa lèvre inférieure. Pur tic.

« Professionnelle ? Tu n’auras jamais mieux que moi. Disait-elle en se levant. C’est dommage, que tu ne sois pas tombé sur une autre personne. Pauvre chou, la femme qu’il aime n’est plus capable d’être attendrissante envers lui. N’est-ce pas triste ? »

Se moquait-elle de lui ? C’était une chose bien plus que certaine. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle un léger sourire amusé s’était peint au coin de ses lèvres. D’ailleurs, elle savait pertinemment qu’elle était toujours, aux yeux du brun, la femme qui faisait battre son petit cœur de pierre. Ça se voyait, dans son regard ainsi que dans son sourire. Elle allait donc l’embêter avec une telle chose, lui faisant subir ce qu’elle avait subi dans le passé.

Prenant une feuille qui n’était d’autre qu’un contrat de travail, elle prit un stylo en se penchant par-dessus le comptoir. Revenant par la suite à sa place, elle signa en bas de la feuille, là où le patron avait son habitude de signer lorsqu’il engagé une nouvelle personne.

« Tu peux lire les clauses du contrat, et signer juste en bas. Tu es pris, mais seulement parce qu’on a besoin de personnel ici. Pour l’instant, tu commenceras les week-ends, parce que tu es Réfugié. »

Lui tendant le stylo, elle le regardait dans les yeux. Ses yeux commençaient à avoir les larmes qui montaient à eux. En réalité, rien que de le revoir, lui faisait monter cette haine et cette tristesse mêlées ensembles. Elle ne cessait de regretter le passé, et aujourd’hui, elle était incapable d’aimer comme avant, malgré son compagnon. Elle ne montrait presque plus rien. Elle n’était plus si attendrissante, elle n’arrivait plus à toucher la peau de son compagnon. Non, elle avait presque oublié ce qu’était l’attention.

« Je te ferais découvrir le café, dépêche-toi de signer, je n’ai pas que ça à faire. Disait-elle en détournant le regard vers le contrat. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Hachi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Désespérément désespéré.
Masculin Messages : 19
Points : 35
Date de naissance : 17/01/1997
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 20
avatar

Yong Jung
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Dim 11 Déc - 20:12

Il savait parfaitement ce qu'elle pensait de lui. Il savait combien il l'agaçait, et combien elle pouvait le haïr. Il suffisait de faire attention à son regard pour le remarquer. Sa haine était si grande qu'il semblait pour elle impossible de la cacher. Yong voyait bien à ses yeux qu'elle ne voulait pas de lui. Il était même persuadé qu'en réalité, elle priait pour qu'il abandonne l'idée de venir travailler. N'était-ce pas normal ? Après tout, ils étaient loin d'être les meilleurs amis du monde. Et ils ne le seraient probablement jamais. Peut-être que s'ils s'étaient séparés pour des raisons banales, tout aurait été plus simple. Mais d'ailleurs, est-ce qu'ils étaient vraiment séparés ? Aux yeux du jeune homme, absolument pas. Parce que jamais la jeune femme ne lui avait dit qu'elle le quittait, alors que cela paraissait évident. Seulement, il s'accrochait. Il refusait de voir la réalité. Et cela avait toujours été ainsi. Yong était un gars dont la vie était faite de mensonges, mais surtout de rêves. Il se créait une vie imaginaire, là où il possédait tout ce qu'il désirait. Et il racontait que cette vie était la sienne. Dans celle-ci, Hachiko était à lui. Encore. Et dans cette vie, l'erreur qu'il avait fait ne s'était jamais produite.

Lui coudre la bouche était une merveilleuse idée. Sûrement n'oserait-il plus l'appeler par ces divers surnoms. Sûrement n'oserait-il même plus prononcer son prénom. Cependant, le jeune homme avait encore des choses a dire. Alors pour lui coudre la bouche, il priait sa camarade d'attendre un peu plus longtemps, histoire de juste faire preuve de gentillesse. Il était certain qu'elle pouvait encore faire ça pour lui. Elle ne l'avait pas encore tué, alors elle devait être capable d'attendre quelques temps pour lui coudre la bouche.

« - Ca te dirait de faire preuve d'un peu plus d'enthousiasme, sinon ? »

Le Sorcier comprenait -juste un peu- qu'elle puisse ne pas être heureuse, mais tout de même. Si à l'avenir, ils se trouvait obligé de travailler dans de telles conditions, pas sûr qu'il ait envie de rester très longtemps. Peut-être que c'était ce qu'elle recherchait, le faire fuir. C'était une idée à ne pas mettre de côté. Enfin, Yong avait besoin d'argent. Alors tant pis s'il n'avait plus envie de rester, il resterai quand même. Il ne se laissait pas le choix. Il ne voyait pas ce qu'il pourrait faire d'autre, s'il démissionnait, ou même abandonnait avant même d'avoir commencé.

Ses yeux ne cessaient de la dévisager, d'observer ce magnifique visage qui autrefois le faisait sourire. Désormais, l'étudiant ne savait plus bien s'il était triste ou bien heureux lorsqu'il la voyait. Peut-être était-ce un mélange des deux. Peut-être que son cœur se serrait parce que… parce que tout simplement, il se rendait compte chaque fois un peu plus qu'il l'aimait, terriblement. Et peut-être qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres parce qu'il se souvenait du bon temps qu'ils avaient passé ensembles. C'était de bon souvenirs. Des putains de bon souvenirs, comme il aimait le dire. Il en parlait, parfois. De rares fois, avec un de ses amis de là-bas, avec qui il gardait contact. Ils s'envoyaient des messages, rarement. Et ils se faisaient un discours sur les nouvelles choses de leur vie, comme de bon vieux amis.

Son regard se vida soudainement lorsqu'il entendit les paroles de la jeune femme. Il se vida, pour laisser place à une certaine tristesse. N'avait-elle pas raison ? Si, bien sûr que si. Et sur toute la longueur. Mais ses derniers mots l'attristaient bien plus que les premiers. Son regard se posa sur le sol, fuyant celui de la jeune femme. Il faisait cela tellement souvent, lorsqu'elle parlait de choses délicates. Elle se moquait ouvertement de lui, et il ne pouvait même pas lui en vouloir, en réalité. Elle en avait bien le droit, après tout. Un léger grognement se fit entendre. Un peu comme celui d'un animal. Pas un animal sur la défensive, parce que Yong était semblable à un petit chaton. Encore que, il avait bien moins de capacités à se défendre qu'un chaton. Il n'avait ni les dents pour, ni les griffes.

« - Tu peux juste… te taire, et parler travail ? Ca n'a rien à faire là. Je ne veux pas en parler maintenant, Hachiko. C'est ni le moment, ni l'endroit. Merci bien, répondit-il en soupirant. »

Il allait certainement passer sa vie à fuir les conversation comme celles-ci, parce qu'après tout il avait peur. Il lui adressa un regard furtif lorsqu'elle se leva, juste pour vérifier si elle ne comptait pas le frapper ou faire quelque chose du genre. Il était un peu parano, surtout depuis qu'il avait faillit se faire démonter par… son nouveau petit-ami ? Rien qu'à songer à cela, son corps se tendit. Il ne connaissait pas cet homme, mais il le détestait. Simplement parce qu'il connaissait la brune. Et sincèrement, il souhaitait qu'aucun homme ne l'approche. Pauvre enfant.

Le regard du jeune homme suivi le chemin des mains de sa camarades. Ces mains qui lui manquaient tant. Il tuerait rien que pour pouvoir les prendre dans les siennes une nouvelle fois. Il tuerait rien que pour les sentir de nouveau se perdre dans ses cheveux. Tuer, il pouvait le faire, sans aucun problème même. Mais pas sûr que ce soit avec cela qu'il puisse reconquérir la jeune femme. C'était même très peu probable. Un léger sourire étira ses lèvres, alors que son regard ne quittait point les doigts fins de la brune. Sincèrement, il avait juste à avancer sa main. De quelques centimètres. Voir millimètres. Juste à l'avancer, pour pouvoir la toucher. Mais il souhaitait qu'elle le touche avec ses mains, et non pas qu'elle le gifle. Alors Yong préférait ne rien faire.

Le Sorcier attrapa le stylo, hochant la tête. Il n'avait rien à dire. Il avait comprit, c'était tout. Il ne voyait pas ce qu'il pouvait ajouter. Mais les clauses du contrat, clairement, il s'en tamponnait. C'était un peu comme les conditions générales d'utilisation d'un quelconque site, tout le monde savait qu'elles existaient, mais qui diable les lisait ? Personne. Alors il allait faire pareil, il n'allait rien lire. Juste signer, comme il pouvait cliquer sur « oui, j'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation ». La seule chose qu'il prit le temps de regarder, ce fut la signature de la jeune femme. Ce n'était qu'une signature, mais elle était jolie. Tout ce qui venait de sa camarade était joli.

Lorsqu'il eut signé, il lâcha le stylo et tourna sa tête vers elle, un léger sourire sur les lèvres. Sourire qui disparu bien vite. Est-ce qu'elle allait pleurer ? Son cœur se serra soudainement. Ses yeux brillaient, et il l'avait bien remarqué. Entonnement, depuis qu'ils n'étaient plus ensembles, il était bien plus attentif. Il se leva, et s'approcha légèrement de la jeune femme. Un peu comme pour tâter le terrain. Il se fichait de ce qu'elle venait de dire. Il n'avait même pas écouté à vrai dire. Il se pencha légèrement, entourant la jeune femme de ses bras. Ce n'était pas une bonne chose, l'étudiant le savait. Elle allait sûrement le frapper. Et il le savait plus que bien. Mais, il ne supportait simplement pas de la voir dans cet état. Ses mains s'étaient posées dans son dos, veillant à ne pas se positionner trop bas. Il ne voulait pas passer pour un gros pervers. Enfin, pour ce coup, c'était peut-être un peu raté…

« - J'aime pas quand tes yeux brillent comme ça. Évite de pleurer, s'il te plaît. T'es plus jolie quand tu souris. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Yonggie. ♥ :
 



If you. ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 85
Points : 200
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
avatar
Célébrité
Hachiko Ichinose
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Sam 17 Déc - 20:41

L’envie de coudre les lèvres du jeune Réfugié entre elles était plus pensante à chaque seconde qui s’écoulait ? Lui-même se donnait le baiser du danger, ainsi il n’en prenait pas conscience. Son sang battait à plein cœur dans ses veines, et son regard, d’un intense habituel, devenait un peu plus noir à chaque regard qu’elle avait la malchance de lui offrir. L’humain était constitué de manière étrange. Qui était-il pour tromper l’amour ? Mais qui était-il pour ressentir une telle haine envers son prochain ? Hachiko ne se posait plus ces questions, depuis qu’il avait saccagé sa vie. Elle n’avait jamais ressenti la moindre once de tristesse, et l’avait toujours regretté. Lui, ses caresses, ses baisers, son corps. Tout. Rien n’était laissé de côté.
Il pouvait, d’ailleurs, mettre l’enthousiasme loin de ses désirs. Jamais elle n’en aurait, ne serait-ce qu’un peu, envers cet énergumène. D’ailleurs, bien vite il se lasserait de vouloir la faire revenir à tout prix envers lui, car peu lui importait, un homme ou une femme dans son lit pourrait devenir la nouvelle affaire du jeune homme. Cette chose était si claire dans l’esprit de la serveuse, qu’elle n’avait plus aucun doute sur ça.

Son poing se serra, et ses ongles titillèrent sa peau si blanche, si parfaite. Qu’essayait-il de faire ? Jouait-il ? Le jeu n’était pas vraiment amusant pour les deux parties. Elle n’avait pas besoin de quelqu’un pour se défendre, et était bien plus violente qu’elle le pouvait, et quand elle le voulait. Elle sentait la violence pulser dans ses veines, et tentait, tant bien que mal, de contenir cette rage qu’elle ne cessait de ressentir. Simplement car, pour la troisième fois, elle n’allait pas se retenir, et avait bien peur de le frapper sans relâche, encore et encore pour qu’il regrette chacun de ses mots, de ses gestes et regards envers elle. Elle n’était pas réellement une femme, et se fichait peu de ce qu’elle était.

« Tu ne seras qu’un lâche toute ta vie, et regrettera chaque moment passer ici. Avait-elle dit sur un ton plus que glacial. »

Un léger sourire passa la barrière de ses lèvres en voyant que le jeune homme n’allait plus prononcer aucune parole, juste pour signer ce contrat. Sa voix l’énervait, l’insupportait. Ce silence lui était précieux, elle l’appréciait. Elle profitait de cet instant comme-ci elle écoutait un morceau de Mozart. Son espoir était bien convaincu, elle espérait que la suite allait être de la même partie…

Mais tout était bien trop beau. Son corps s’était raidi, sa peau avait frissonné, mais d’une mauvaise façon. Cette situation n’était plus supportable. Son toucher était tel un effroi qui ne pouvait être vécu. Rien n’était qu’un cauchemar, lorsqu’il osait poser, ne serait-ce, qu’un doigt sur elle.
Ses ongles étaient rentrés dans sa chair, alors qu’elle ne bougeait plus. Sa respiration était si lente, qu’on aurait eu l’impression qu’elle se laissait aller à cette étreinte. Mais, tristement, ce ne fût pas le cas.

Son poing avait très vite rejoint le nez du jeune homme, dans une violence qui était égale à celle d’un homme. Ce coup lui faisait un bien fou, mais la violence persistait. Elle était telle une droguée, qui n’en avait jamais assez de sa drogue. Rien n’était plus comparable. Au fond d’elle, elle le plaignait, il allait être seule, et n’allait sûrement pas revenir sans de sacrés coups sur la peau.
Prenant le col du brun entre ses mains, elle le plaqua contre le mur, serrant dans ses mains, le tissu qu’elle tenait. Ce n’était plus Hachiko, ça n’était plus elle. Une autre personne se trouvait en face de cet idiot.

« Je vais t’offrir un petit conseil, car c’est bien chaleureux. N’ose même plus me toucher, ok ? J’ai pas besoin de quelqu’un pour te faire comprendre que tu vas crever, si tu oses vouloir m’avoir. T’a intérêt de fuir, comme un lâche. T’en es un, ça devrait pas être compliqué, hein ? Disait-elle en le regardant de haut en bas, cette mine dégoûtée aux lèvres. »

Le lâchant, en contenant cette haine qu’elle avait trop gardée pour elle, elle desserra son poing, laissant s’échapper, de ses lèvres, un grognement. Sincèrement, elle espérait qu’il allait écouter, que pour une fois, il n’allait pas jouer au dur complètement têtu. Elle n’était plus sûre de tenir bien longtemps, et ne voulait pas avoir d’ennui pour un abruti dans son genre.

« Pars, maintenant. Casses-toi, Yong. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Hachi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Désespérément désespéré.
Masculin Messages : 19
Points : 35
Date de naissance : 17/01/1997
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 20
avatar

Yong Jung
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Ven 30 Déc - 13:10

Avait-elle raison, serait-il un lâche tout au long de sa vie ? Sûrement. Il en était d'ailleurs désolé. Au fond, il n'avait pas réellement choisi d'être ainsi. La lâcheté faisait partie de lui, c'était un défaut qui ne cessait de se développer. Ce n'était pas quelque chose qui se soignait. Selon le jeune homme, on ne pouvait changer cela. L'être humain était capable de changer, il en était la preuve. Ce n'était pas flagrant, mais au fond, Yong avait changé. Il était devenu plus responsable, et avait changé son regard sur les femmes. Mais cela, Hachiko s'en foutait sûrement, et il comprenait bien. Elle avait parfaitement raison de le haïr, après tout, il était détestable. Il avait toujours su que la demoiselle n'était pas faible, qu'elle n'était pas comme les autres. Qu'elle n'avait pas besoin de quelqu'un à ses côtés pour vivre bien. Lorsqu'il l'avait trompée, il était conscient qu'elle ne laisserait pas les choses se faire, et qu'elle ne resterait pas accrochée à lui par amour. Et pourtant, il l'avait tout de même fait. Si elle pouvait savoir comme il s'en voulait, comme il regrettait amèrement. Seulement, elle ne le saurait jamais. Il n'avait pas l'intention de lui dire. Peut-être n'était-il pas encore désespéré à ce point.

Un soupir s'échappa de ses lèvres, il ne savait même pas quoi lui répondre. De toute façon, qu'est-ce qu'il pouvait répondre ? Il savait qu'elle avait raison, alors il ne pouvait rien dire. Cependant, avait-elle idée de combien ses mots pouvaient l'avoir blessé ? Avait-elle idée de l'effet que ses mots pouvaient avoir ? Lorsqu'il s'agissait de Yong, elle n'en avait sûrement pas grand-chose à faire. Et c'était tout à fait justifié. Après-tout, s'était-il soucié du mal qu'il avait pu lui faire en la trompant, jusqu'à maintenant ? Non. Alors il ne pouvait pas se plaindre.

« - Si tu le dis, répondit-il en soupirant. »

Le jeune Réfugié n'avait pas tellement envie de débattre sur ce sujet là, et c'était compréhensible. Il savait mieux qu'elle à quel point il était lâche, et sincèrement, cela faisait peur. Alors il préférait éviter le sujet, avec une réponse plutôt détachée. Pourtant, dans ses yeux, ce n'était plus la même chose. Il n'y avait plus cette lueur d'enthousiasme. Il n'était plus souriant. Quelque chose avait disparu. Comme si elle avait touché à un point un peu trop sensible. C'était cela, en réalité. Hachiko avait tendance à mettre le doigt à l'endroit où c'était douloureux. Du moins, avec le jeune homme, elle savait très bien comment faire. Cela était peut-être parce que finalement, elle le connaissait bien. Et il semblait qu'elle le connaissait beaucoup mieux que lui ne la connaissait.

Comment avaient-il pu en arriver là, tous les deux ? C'était étrange. Ses souvenirs de leur relation lui semblaient si proches, alors que cela commençait à dater. Tout était si clair, dans sa tête. Il se souvenait qu'autrefois, il n'avait aucun mal à la prendre dans ses bras. Alors qu'aujourd'hui, tout était bien différent. C'était douloureux, de voir à quel point les choses avaient changé depuis. Douloureux de prendre conscience que les choses ne pourraient jamais redevenir comme avant. Et puis même s'il changeait réellement, s'il devenait quelqu'un de bon, quelqu'un de bien, comment pourrait-elle lui faire confiance ? Le Sorcier prenait conscience que certaines erreurs ne pouvaient se réparer. Qu'il ne suffisait pas d'avoir les poches pleines de bonne volonté. Parce que de toute évidence, s'il suffisait de cela, alors tout serait déjà effacé.

N'avait-il donc pas le choix, devait-il construire sa vie sans elle à ses côtés ? Lorsque le jeune homme y songeait, tout lui paraissait bien fade. Tout semblait être triste sans elle. Il ne savait pas si un jour il pourrait réellement l'oublier, ou si son souvenir resterait toujours animé au fond de son cœur. Il ne savait même pas si un jour, il serait capable de se mettre avec quelqu'un d'autre. Hachiko était à ce jour la seule femme dont il avait été amoureux. Et cela durait. Pas comme leur relation.

Il s'était attendu à ce qu'elle le repousse, violemment, mais pas à ce qu'elle le frappe. Pour le coup, c'était une réelle surprise. Malheureusement, pas une bonne. Écarquillant les yeux, il posa sa main sur son nez, histoire de le toucher. Elle lui avait fait sacrément mal. Elle n'avait jamais fait preuve d'une telle violence avec lui, et il commençait à comprendre. Un gémissement de douleur lui échappa lorsque son dos heurta le mur, alors qu'il grimaçait. Il pouvait bien se plaindre, parce que cela faisait réellement mal. Essuyant à l'aide de sa manche le sang qui coulait de son nez, il posa son regard sur elle. Ce n'était certainement pas Hachiko qu'il avait en face de lui à cet instant. Il ne pouvait pas y croire, il ne voulait pas. Le jeune Sorcier chercha au fond de ses yeux une lueur de compassion, au moins quelque chose dans ce genre. De la pitié, peut-être même. Il ne savait pas vraiment ce qu'il voulait.

Une nouvelle fois, son cœur se serra lorsque les paroles de la jeune femme parvinrent à ses oreilles. Encore une fois, elle avait raison. Fuir ne serait pas trop compliqué pour lui, parce qu'il était lâche. Fuir était sa spécialité, elle le savait plus que bien. Il n'affrontait jamais vraiment les problèmes, il préférait leur tourner le dos et partir en courant. C'était plus facile ainsi, après-tout. Et Yong avait toujours emprunté le chemin de la facilité, toute sa vie. Pourquoi est-ce qu'aujourd'hui cela changerait ? Il n'y avait aucune raison. Sauf que malgré tout, il n'avait pas envie de partir. Il ne voulait pas s'en aller, parce que d'un coup, il n'était plus sûr de vouloir travailler ici. Malheureusement, le contrat était déjà signé, il ne pouvait pas faire grand-chose. S'il ne venait réellement pas travailler ici pour elle, pourquoi s'en préoccupait-il ? Être dans la même pièce que la jeune femme était pour lui compliqué. Il était sans arrêt tenté de l'embêter. Mais il n'avait pas tellement envie d'un jour se prendre une gifle devant tout le monde, bien que si cela venait à se produire, c'est qu'il l'aurait bien mérité.

« - Pourquoi est-ce que je partirais, hein ? De toute façon, j'ai pas grand-chose à perdre si je reste. J'ai pas envie de m'en aller maintenant. Ça voudrait dire que t'as gagné. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Yonggie. ♥ :
 



If you. ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Elle est folle de moi depuis toujours. -MinJae
Féminin Messages : 85
Points : 200
Date de naissance : 05/10/1995
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 21
avatar
Célébrité
Hachiko Ichinose
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Lun 16 Jan - 15:12

La peur l'avait, d'un coup venu de nul part, prise. Elle avait donc lâché, lâché ce col qu'elle tenait fermement. Qui était-elle pour parler de lâcheté? Ne lui avait-elle pas obmis de dire qu'elle le quittait à jamais? Qu'elle n'était plus ce dont il pouvait rêver? Si, elle avait obmis. Ce n'était pas un détail à négliger, mais pourtant, elle l'avait fait. Au plus profond d'elle, elle savait qu'elle s'en voulait. Non pas pour le fait qu'elle avait été une mauvaise compagnon, non, elle était certaine d'avoir fait le nécessaire pour rendre le jeune homme heureux, autrefois, mais elle s'en voulait pour avoir fait preuve d'une telle violence envers lui. Elle avait laissé la haine emporter sa personne, alors elle n'était cette Hachiko un peu folle, et vraiment attachante que tout le monde avait la chance de connaître. Yong subissait bien trop, pour qu'elle revienne à ses esprits, et ça, elle en était plus que consciente.

La grimace de douleur qui s'était dessiné sur le visage du jeune homme avait eu pour effet d'être un poignard planté dans le cœur de la brune. Sa rancune avait été si blessante, que la blessure n'était pas seulement subie par la victime de cet acte. Impulsive, elle l'était. Mais aussi violente, jamais elle ne l'aurait cru. Ce pauvre garçon, en subissait bien trop, elle ne pouvait plus continuer à exercer une telle violence et emprise sur lui. Elle ne voulait pas que la peur règne à chaque fois qu'il verrait le doux visage de la serveuse, non, elle voulait simplement que, chaque jour, il se rappelle de la douleur qui n'avait pas épargné son ancienne compagne. Elle l'avait aimé, et lui l'avait dupée.

« Je te demande pardon. Ça, ce n'est pas moi. Disait-elle en lâchant un long soupire. Je ne devais pas te frapper autant. »

Une chose était certaine, elle était bien plus sincère. Malgré que son regard gardait cette noirceur, une lueur d'espoir avait naquît au plus profond de ses yeux sombres. Il ne s'agissait là d'aucune pitié, mais simplement d'une certaine compassion qu'elle avait toujours ressentie envers lui. Il était celui qui l'avait fait souffrir, mais il restait celui qui avait réussi à la faire succomber à l'amour.

« Pars seulement si tu en as le besoin. Si tu crois que tout est bien trop dur. »

En prononçant ces mots, elle avait observé le visage du brun. Le sang qui coulait de son nez la dégoûtait. Non pas de lui, mais bien d'elle-même. Alors même si elle avait horreur qu'il puisse ne poser qu'un seul doigt sur elle, elle avait pris son bras, et l'avait amené sur un des tabourets. Peu de minutes après, elle s'était rendue près du bar puis humidifier un torchon qui passait par là. Elle allait réparer cette erreur, car elle supposait qu'elle ne pouvait agir que comme cela.
Venant alors devant le jeune homme, elle appuya légèrement le tissu mouillé sur le nez du jeune homme, essuyant alors le sang qu'elle avait fait couler.

« Oui, je m'occupe de toi, ça peut m'arriver. Ne t'en vente pas trop, et n'essaie pas de me draguer, sinon je te remets une droite. »

Lui dire cela n'était pas des paroles vaines. Elle savait parfaitement qu'il allait être fier qu'elle soit, ne serait-ce qu'un peu, attentionnée envers lui. Il pouvait très bien profiter de ce moment de faiblesse pour essayer de la récupérer. Mais ça, c'était en vain. Jamais elle ne pourrait revenir, et si elle venait à rompre avec son actuel compagnon, ce n'était pas vers Yong qu'elle se retournerait après cette nouvelle tristesse. Les ruptures ne lui étaient jamais très dures à endurer, bien au contraire. Elle se remettait très vite, mais n'allait pas à la chasse aux hommes. Hachiko détestait les filles qui avaient peu de respect pour leurs sentiments.

« Il n'y a plus rien. Tu as juste à espérer que je ne t'ai pas cassé le nez. Disait-elle en souriant. »

Si une telle chose l'amusait? Pas comme l'on pourrait l'imaginer. C'était simplement qu'elle avait l'air d'un homme, plutôt que d'une femme. Pourtant, tout était mis en valeur pour prouver son sexe. Les courbes légèrement rondes de ses hanches et ses fesses. Les courbes de sa poitrine légèrement dévoilées par son haut. Ses longs cheveux bruns, d'un éclat sublime, ses lèvres roses, et ses yeux légèrement maquillés de noir. Et sa voix douce et féminine faisait éclater l'image de l'homme qu'elle pouvait être lorsqu'elle devenait, ma foi, un peu trop violente.

Souriant de manière adorable, un soupire passa la barrière de ses lèvres. Ce moment assez compliqué étant passé, elle allait enfin pouvoir se remettre au travail. Se levant, elle fît signe au jeune homme de la suivre, marchant un peu partout dans le petit café. Le petit café, comme elle aimait dire, étant assez vaste, en réalité. Tout le monde y venait, pour certaines pièces et certains menus.

« Ici, disait-elle en montrant deux pièces, il y a les vestiaires. Interdiction d'aller dans celui des femmes, sinon tu auras affaire à moi. Bien sûr, elle ne riait pas. Mais elle ne hâta pas sur ce détail et préféra continuer sa visite. Ici c'est la salle principale. Plusieurs types de personnes viennent, et elles sont, en général, beaucoup. Tu seras amené à venir assez souvent. Là il y a le petit coin pour le karaoké, vraiment aimé quand il y a des petites soirées ici. »

Après avoir terminé sa visite, elle baissa les volets du café. Elle fermait, seule, ce soir, et le Réfugié n'était pas venu au bon moment, mais il avait signé alors peu lui importait. Et puis, il n'était pas son employé, juste son collègue. Collègue et ancien compagnon.
En enfilant sa veste, elle posa son regard sur le jeune homme. Étrangement, un sourire avait dessiné ses lèvres en quelque chose de beau, mais envers lui, c'était assez étonnant.

« Si tu as des questions, c'est maintenant ou jamais. »

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Hachi ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Situation amoureuse : Désespérément désespéré.
Masculin Messages : 19
Points : 35
Date de naissance : 17/01/1997
Date d'inscription : 18/06/2016
Age : 20
avatar

Yong Jung
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   Dim 5 Fév - 15:10

Il détestait plus que tout la voir ainsi, surtout lorsque c'était lui qui la mettait dans cet état. Il s'en voulait tellement de la pousser ainsi à bout, mais c'était comme s'il ne pouvait s'en empêcher. Le jeune homme avait toujours été ainsi, constamment dans la provoque. Cependant parfois, il le regrettait, et c'était le cas désormais. Certaines fois, il se posait quelques questions, se demandant pour quelles raisons faisait-il certaines choses. Et étrangement, jamais il ne trouvait les réponses. Yong était un mystère pour lui-même. Il ne se connaissait pas réellement, et pensait sincèrement qu'Hachiko en savait bien plus sur lui, que lui-même. Après tout, peut-être était-ce normal. Ils avaient passé un certain temps ensembles. Un certain temps dont le Sorcier ne se souvenait plus exactement. Jamais il n'avait été le genre de petit-ami à retenir la date du début de sa relation, il trouvait bien cela inutile. Il espérait que cela n'avait jamais blessé la jeune femme, car il en serait bien malheureux.

Un soupir s'échappa de ses lèvres lorsqu'il sentit les mains de la jeune femme libérer son col. Cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas été aussi proches, tout du moins, cela faisait longtemps que la demoiselle ne s'était pas autant approchée de lui. Cependant, ça n'avait pas été agréable. Voir son regard plein de haine se poser sur lui, ça n'avait pas été la plus belle chose qu'il avait vécu. S'en voulait-elle de lui avoir porté un coup si violent ? Elle en avait tout l'air, désormais. Cela aurait pu réjouir le jeune Réfugié, mais ce n'était pas le cas. Il savait parfaitement que les raisons pour lesquelles elle l'avait frappé étaient valables, qu'elles tenaient la route. Clairement, elle avait même de bonnes raisons de vouloir le tuer. Avait-elle déjà souhaité sa mort ? Il n'en savait rien, et ne préférait pas avoir la réponse, bien même s'il s'en doutait. Il rit, entendant les mots de la jeune femme. Un rire presque mauvais, amer. Elle s'excusait, et il lui riait au nez. Il n'arrivait seulement pas à le croire. Surtout, il se demandait pourquoi elle demandait pardon. S'il avait été à sa place, pas sûr qu'il aurait su s'arrêter de frapper.

« - On va dire ça. »

Croyait-il que tout était bien trop dur ? Il ne pensait pas. La seule chose qui se présentait être difficile pour lui, c'était de voir son visage chaque jour. Cela se présentait être douloureux, réellement. Peut-être arriverait-il à faire abstraction de cela, même si les chances étaient minces. La culpabilité l'envahissait chaque jour un peu plus, alors cela ne risquait pas de s'arranger s'il se trouvait être souvent avec elle. En réalité, cela risquait de ne jamais s'arranger. Sa culpabilité ne cesserait de le ronger. Quand bien même si un jour, il réussissait à lui dire qu'il était sincèrement désolé. De nouveau, il soupira.

« - J'y réfléchirai, peut-être. »

Surprit qu'elle pose ses mains sur lui, autrement que pour le frapper, il écarquilla les yeux. Non pas qu'il voyait la jeune femme comme une brute épaisse, ou bien une demoiselle violente, mais entre eux les moments de tendresse étaient très rares. Pour ne pas dire inexistants. S'étant alors gentiment assit comme elle le souhaitait, son regard la suivait. Allait-elle faire ce qu'il pensait ? Apparemment, oui. Hachiko était réellement adorable, et à la fois tellement contradictoire. Elle le frappait, mais ensuite venait le soigner. S'il ne la connaissait pas, il l'aurait prise pour une folle. Mais il la connaissait, et surtout, il l'aimait. Alors il ne voyait point le soucis. Enfin, si. Il y en avait bien un. La jeune femme avait beau légèrement appuyer, c'était douloureux. Il saisit alors la main de la jeune femme, la faisait reculer alors qu'une grimace naissait sur son visage.

« - Ca fait mal. Je vois pas pourquoi je m'en vanterai, alors que c'est toi qui m'a frappé. Y a rien de glorieux là-dedans. »

Le Sorcier se montrait froid, comme si elle l'avait blessé. Comme si en le frappant, elle avait aussi heurté sa fierté, son ego. Pourtant, au fond, il était réellement heureux qu'elle vienne tenter de le soigner. Lâchant doucement son poignet, pour que cela ne devienne pas quasiment gênant, il secoua la tête. Pouvait-il réellement espérer cela, au vu de la douleur qui le tiraillait ? Pas réellement. Enfin, peut-être était-il juste un peu douillet, un peu chochotte. Cependant, il ne put résister en voyant l'adorable sourire dessiné sur ses lèvres. Tout venait de s'envoler. Yong avait tenté de se montrer distant pendant quelques minutes, mais elle venait d'achever à coup de pelle ses efforts. Il ne pu s'empêcher de sourire également, son regard s'adoucissant rapidement. Il ne lui en voulait même pas de lui avoir fait si mal. Après tout, il le méritait. Et puis, comment pouvait-il en vouloir à la personne dont il était désespéramment amoureux ? Il méritait de souffrir après tout ce qu'il lui avait fait endurer. Que la douleur soit physique ou morale, il la méritait amplement.

« - Je doute pouvoir réellement espérer. »

Se levant, il suivit la demoiselle. Malgré ce qu'il s'était prit tout à l'heure, il se fichait bien de la distance de sécurité. Inconsciemment, il se rapprochait toujours un peu plus d'elle, comme si sa présence auprès de lui le rassurait. Avec elle, il était bien moins perdu, en réalité. Avait-il placé tous ses repères en elle ? Probablement. Cela expliquait probablement pourquoi il ne savait quoi faire lorsqu'elle n'était point avec lui. Chaque chose du quotidien lui faisait penser à elle. C'était peut-être idiot, mais lorsqu'il s'habillait le matin, il se demandait toujours si ses vêtements allaient être aux goûts de la jeune femme, comme s'ils étaient encore ensembles. Parfois, le jeune homme y croyait vraiment. Et d'autres fois, il se disait simplement que, de toute façon, leur relation était vouée à l'échec, et que c'était bien mieux ainsi. Peut-être était-ce mieux qu'elle reste loin de lui, finalement. Même s'il pouvait en souffrir.

Il écouta attentivement la jeune femme, ne la coupant à aucun moment. Il ne voulait prendre le risque de l'énerver de nouveau, avec des choses puériles. Alors il se contentait de hocher la tête, de temps à autre. Que pouvait-il faire d'autre, de toute façon ? Lorsque la visite prit fin, et qu'elle eut fermé les volets, il resta face à elle quelques instants, à admirer le sourire qu'elle lui offrait. Était-ce pour lui, ou bien songeait-elle simplement à quelque chose qui la rendait heureuse ? Le Sorcier ne savait réellement, et préférait penser que cet adorable sourire lui était adressé. Secouant doucement la tête, il soupira.

« - Non, je n'en ai pas. Je vais simplement partir. Merci. Fais attention à toi en rentrant. »


Il avait finit sa phrase en lui tournant le dos. Il n'aimait pas réellement qu'on le voit dans une telle situation, il n'aimait pas que l'on voit son visage lorsqu'il disait de tels mots. Il se préoccupait rarement des gens dans son entourage, alors bon. Il sortit alors sans dire un mot de plus, et sans se retourner pour la regarder. S'il l'avait fait, il n'aurait probablement jamais pu rentrer, et serait resté scotché devant son magnifique visage.  

♥♦♣ Le Refuge. Pouit nous accompagne. ♥♦♣


Yonggie. ♥ :
 



If you. ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Le pardon est tel un mirage. » [Yong Jung & Hachiko Ichinose] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pub c'est ici pardon :)
» [ Demander Pardon ] -PV-
» #0317 (Noven) ♥ Mieux vaut demander pardon que permission.
» Le Pardon du renouveau de la chapelle Notre Dame de La Croix
» Images des jeux bretons du Pardon de Brasparts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Refuge  :: Bienvenue au Refuge ! :: Archives :: RP-
Sauter vers: